La Grande Réinitialisation a un but précis

Il s’agit d’une prise de contrôle de la gouvernance mondiale par les entreprises, qui concerne notre alimentation, nos données et nos vaccins.

Les théories du complot sur le “Grand Reset” ne semblent pas vouloir mourir. Ces théories ont été déclenchées par le sommet du Forum économique mondial (WEF) de l’année dernière, qui avait pour thème “The Great Reset” (la grande réinitialisation) et affirmait que la crise du COVID était l’occasion de s’attaquer aux problèmes majeurs auxquels le monde est confronté. Selon la BBC, le terme “Great Reset” a reçu plus de huit millions d’interactions sur Facebook et a été partagé près de deux millions de fois sur Twitter depuis le lancement de l’initiative du WEF.

L’ensemble des théories du complot autour du Grand Reset sont nébuleuses et difficiles à cerner, mais en les rassemblant, on obtient quelque chose comme ceci : le Grand Reset est le plan de l’élite mondiale pour instaurer un ordre mondial communiste en abolissant la propriété privée tout en utilisant le COVID-19 pour résoudre le problème de la surpopulation et en asservissant ce qui reste de l’humanité avec les vaccins.

Intrigué par les palabres qui ont entouré le sommet de l’année dernière, j’ai décidé de découvrir ce qu’était réellement le plan du WEF intitulé “Great Reset”. Au cœur des théories du complot se trouvent les supposés agendas secrets et les intentions malveillantes. Bien que ces éléments soient absents de l’initiative Great Reset du WEF, j’ai trouvé quelque chose de presque aussi sinistre qui se cachait au grand jour. En fait, c’est encore plus sinistre car c’est réel et cela se passe maintenant. Et cela concerne des choses aussi fondamentales que notre alimentation, nos données et nos vaccins.

La vraie Grande Réinitialisation

Les mots magiques sont “capitalisme des parties prenantes“, un concept que le président du WEF, Klaus Schwab, martèle depuis des décennies et qui occupe une place de choix dans le plan du WEF “Great Reset” à partir de juin 2020. L’idée est que le capitalisme mondial doit être transformé afin que les entreprises ne se concentrent plus uniquement sur le service aux actionnaires mais deviennent les gardiens de la société en créant de la valeur pour les clients, les fournisseurs, les employés, les communautés et autres “parties prenantes” (stakeholders). Selon le WEF, le capitalisme des parties prenantes s’exerce par le biais d’une série de “partenariat à multi-parties prenantes” réunissant le secteur privé, les gouvernements et la société civile dans tous les domaines de la gouvernance mondiale.

Partie IV Grand Reset, Capitalisme des parties prenantes vs néolibéralisme

L’idée du capitalisme des parties prenantes et des partenariats multi-parties prenantes peut sembler sympathique, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il s’agit en fait de donner plus de pouvoir aux entreprises sur la société, et moins aux institutions démocratiques.

Le plan à l’origine de la Grande Réinitialisation était appelé Global Redesign Initiative. Rédigée par le WEF après la crise économique de 2008, cette initiative contient un rapport de 600 pages sur la transformation de la gouvernance mondiale. Dans la vision du WEF, “the government voice would be one among many, without always being the final arbiter“. Les gouvernements ne seraient qu’une partie prenante parmi d’autres dans un modèle de gouvernance mondiale à multi-parties prenantes. Harris Gleckman, chercheur principal à l’université du Massachusetts, décrit le rapport comme “la proposition la plus complète de refonte de la gouvernance mondiale depuis la création des Nations unies pendant la Seconde Guerre mondiale”.

“Les partenariats à multi-parties prenantes sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale”.

Qui sont ces autres parties prenantes, non gouvernementales ? Le WEF, mieux connu pour sa réunion annuelle de personnes fortunées à Davos, en Suisse, se décrit comme une organisation internationale pour la coopération public-privé. Les partenaires du WEF comprennent certaines des plus grandes entreprises du secteur pétrolier (Saudi Aramco, Shell, Chevron, BP), de l’alimentation (Unilever, The Coca-Cola Company, Nestlé), de la technologie (Facebook, Google, Amazon, Microsoft, Apple) et des produits pharmaceutiques (AstraZeneca, Pfizer, Moderna).

Au lieu que les entreprises soient au service de nombreuses parties prenantes, dans le modèle de gouvernance mondiale à multi-parties prenantes, les entreprises sont promues au rang de parties prenantes officielles dans le processus décisionnel mondial, tandis que les gouvernements sont relégués au rang de parties prenantes parmi d’autres. Dans la pratique, les entreprises deviennent les principales parties prenantes, tandis que les gouvernements jouent un rôle de second plan et que la société civile n’est qu’une façade.

L’écosystème des multi-parties prenantes

L’exemple le plus symbolique de ce changement est peut-être l’accord de partenariat stratégique controversé que les Nations unies (ONU) ont signé avec le WEF en 2019. Harris Gleckman décrit cela comme une démarche visant à transformer l’ONU en un partenariat public-privé, en créant une place spéciale pour les entreprises au sein de l’ONU.

Le modèle des multi-parties prenantes est déjà en cours de construction. Ces dernières années, un écosystème en constante expansion de groupes multi-parties prenantes s’est étendu à tous les secteurs du système de gouvernance mondiale. Il existe désormais plus de 45 groupes multi-parties prenantes au niveau mondial qui fixent des normes et établissent des lignes directrices et des règles dans toute une série de domaines. Selon Gleckman, ces groupes, qui n’ont aucune responsabilité démocratique, sont constitués d’acteurs privés (grandes entreprises) qui “recrutent leurs amis au sein du gouvernement, de la société civile et des universités pour qu’ils les rejoignent dans la résolution des problèmes publics”.

Le multi-stakeholderism est la mise à jour par le WEF du multilatéralisme, qui est le système actuel par lequel les pays travaillent ensemble pour atteindre des objectifs communs. L’institution centrale du système multilatéral est l’ONU. Le système multilatéral est souvent accusé à juste titre d’être inefficace, trop bureaucratique et biaisé en faveur des nations les plus puissantes. Mais il est au moins théoriquement démocratique, car il réunit des dirigeants de pays démocratiquement élus pour prendre des décisions dans l’arène mondiale.

Au lieu de réformer le système multilatéral pour renforcer la démocratie, la vision du WEF de la gouvernance multi-parties prenantes implique de supprimer davantage la démocratie en mettant les gouvernements sur la touche et en plaçant des “parties prenantes” non élues – principalement des entreprises – à leur place lorsqu’il s’agit de prendre des décisions au niveau mondial.

En termes clairs, les partenariats à multi-parties prenantes sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale. Ils ont des répercussions concrètes sur l’organisation de nos systèmes alimentaires, la gouvernance des grandes technologies et la distribution de nos vaccins et médicaments.

L’avenir de l’alimentation

À l’automne 2021, l’ONU doit accueillir à Rome le Sommet mondial sur les systèmes alimentaires (FSS). Cet événement est nécessaire, étant donné que 3,9 milliards de personnes – plus de la moitié de la population mondiale – luttent actuellement contre la faim et la malnutrition, alors qu’il y a suffisamment de nourriture pour nourrir le monde. Toutefois, le sommet de cette année diffère sensiblement des précédents sommets des Nations unies sur l’alimentation, puisqu’il adopte une “inclusion multi-parties prenantes“, dans laquelle le secteur privé joue “un rôle important“. Une note conceptuelle de 2019 montrait que le WEF devait être impliqué dans l’organisation du sommet, bien qu’il ne soit pas clair aujourd’hui quel sera le rôle du WEF.

“L’abandon des pesticides n’est pas sur la table. Comment cela est-il possible ?”, demande Sofia Monsalve de FIAN International, une organisation de défense des droits de l’homme axée sur l’alimentation et la nutrition. “Il n’y a aucune discussion sur la concentration des terres ou sur la nécessité de tenir les entreprises responsables de leurs abus en matière d’environnement et de conditions de travail.” Cette situation s’inscrit dans un contexte plus large où, selon Monsalve, les grandes entreprises, qui dominent le secteur alimentaire, sont réticentes à corriger le système de production. “Elles veulent juste trouver de nouvelles opportunités d’investissement”.

FIAN International, ainsi que 300 autres organisations, ont exprimé leurs inquiétudes au sujet de la configuration multi-parties prenantes dans une lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Lors d’une réunion avec les groupes de la société civile qui ont signé la lettre, Amina Mohammed, la secrétaire générale adjointe des Nations unies, leur a assuré que des garanties solides empêcheraient les entreprises de s’emparer de l’événement, “en autorisant uniquement les plateformes ou les réseaux et aucune entreprise unique à participer au sommet”.

Mais pour Monsalve, “cela ne fait qu’empirer les choses. Désormais, les entreprises peuvent protéger leurs intérêts et se cacher derrière ces plateformes, car on ne sait pas très bien qui s’y trouve.” En effet, la liste des entreprises partenaires est introuvable sur le site officiel. Les organisateurs de la FSS ont été contactés pour un commentaire mais n’avaient pas répondu au moment de la publication.

Les signataires de la lettre craignent qu’avec la participation des entreprises au sommet, l’alimentation continue d’être traitée “comme une marchandise et non comme un droit humain”. S’ils restent inchangés, les systèmes alimentaires industriels continueront à avoir des impacts irréversibles sur notre santé et celle de notre planète.

Les Big Tech gouvernent les Big Tech

Un autre jalon dans le développement du capitalisme des parties prenantes se trouve dans le secteur des Big Tech. Dans le cadre de sa feuille de route 2020 pour la coopération numérique, le secrétaire général des Nations unies a appelé à la création d’un nouvel “organisme de haut niveau stratégique et autonome composé de multiples parties prenantes“. Là encore, il n’est pas facile de trouver une liste des parties prenantes, mais après quelques recherches, on trouve une longue liste de “participants aux tables rondes”, dont Facebook, Google, Microsoft et le WEF.

Bien que les fonctions de ce nouvel organisme soient assez vagues, les organisations de la société civile craignent qu’il ne s’agisse pour les grandes entreprises technologiques de créer un organisme mondial pour se gouverner elles-mêmes. Cela risque d’institutionnaliser la résistance de ces entreprises à une réglementation efficace, tant au niveau mondial que national, et d’accroître leur pouvoir sur les gouvernements et les organisations multilatérales. Si l’organisme se concrétise, il pourrait s’agir d’une victoire décisive dans la guerre que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) livrent actuellement aux gouvernements au sujet de l’évasion fiscale, des règles antitrust et de leur pouvoir toujours plus grand sur la société.

Plus de 170 groupes de la société civile du monde entier ont signé une nouvelle lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU – cette fois pour empêcher la formation de l’organe de gouvernance numérique. Le secrétaire général a été sollicité pour un commentaire mais n’avait pas répondu au moment de la publication.

COVAX

Et puis il y a COVAX. L’initiative COVAX vise à “accélérer le développement et la fabrication des vaccins COVID-19, et à garantir un accès juste et équitable pour tous les pays du monde”. Là encore, cela semble merveilleux, surtout si l’on considère les inégalités criantes entre les pays riches et les pays en développement en matière de vaccination.

Mais pourquoi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui fait partie de l’ONU, ne prend-elle pas les choses en main ? “Les pays sont censés prendre ensemble, par l’intermédiaire d’agences multilatérales comme l’OMS, des décisions sur les questions de santé mondiale, avec peut-être un soutien technique de la part des autres”, explique Sulakshana Nandi, de l’ONG People’s Health Movement, qui a récemment publié un document d’orientation sur COVAX.

“Ils veulent juste trouver de nouvelles opportunités d’investissement”.

COVAX a été créé en tant que groupe multi-parties prenantes par deux autres groupes multi-parties prenantes, GAVI (the Vaccine Alliance) et CEPI (the Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), en partenariat avec l’OMS. GAVI et CEPI ont tous deux des liens étroits avec le Forum économique mondial (qui a été l’un des fondateurs du CEPI) ainsi qu’avec la Fondation Bill et Melinda Gates, et tous deux sont également liés à des entreprises telles que Pfizer, GlaxoSmithKline, AstraZeneca et Johnson & Johnson par le biais de partenariats avec des fabricants (GAVI) ou en tant que “supporters” (CEPI). Même si COVAX est financé principalement par les gouvernements, ce sont ces coalitions centrées sur les entreprises qui supervisent son déploiement.

Le contraste entre l’approche multi-parties prenantes et une approche multilatérale “classique” a été mis en évidence lorsque l’Afrique du Sud et l’Inde ont proposé la dérogation ADPIC (Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights : TRIPS) à la fin de l’année dernière. Ils ont demandé une levée temporaire des règles de propriété intellectuelle sur toutes les technologies COVID-19 afin de stimuler la fabrication et la distribution de vaccins et d’autres produits médicaux essentiels dans les pays principalement en développement. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré dans un discours qu’il soutenait la proposition. “Mais GAVI, la Fondation Bill et Melinda Gates – voire Bill Gates lui-même – et Big Pharma se sont opposés très fermement à cette proposition”, a déclaré Nandi. “Il est plus important pour eux de protéger leurs intérêts et les mécanismes du marché que de protéger la santé universelle ou de protéger les gens du COVID.” L’OMS a été sollicitée pour un commentaire mais n’a pas répondu.

Là encore, le choix est rude entre une approche axée sur les droits de l’homme et menée par l’ONU et une approche axée sur le profit et menée par des organismes multi-parties prenantes représentant les intérêts des entreprises. Dans le cas de COVAX – qui ne parvient pas à atteindre son objectif modeste de vacciner 20 % de la population des pays à faible et moyen revenu – la première l’a emporté.

Développer le capitalisme des parties prenantes

Ainsi, même si le WEF (ou Bill Gates) n’est pas responsable de la pandémie de COVID, même si les vaccins ne sont pas dotés de micropuces pour contrôler nos pensées, il se passe vraiment quelque chose dans la gouvernance mondiale. Si vous tenez à votre droit à la santé publique, à la vie privée, à l’accès à une alimentation saine ou à la représentation démocratique, méfiez-vous des mots “capitalisme des parties prenantes” lorsqu’ils apparaîtront au prochain sommet de Davos.

Le WEF a été sollicité pour commenter les questions soulevées dans cet article, mais n’a pas répondu au moment de la publication.

Ivan Wecke un politologue et écrivain
This article is published under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International licence.

Google Archipelago : Le goulag numérique et la simulation de la liberté

Big Digital

Google Archipelago

Le nouveau livre de Michael Rectenwald entreprend une tâche audacieuse dès la lecture de son titre, en établissant une analogie entre l’état actuel de l’économie de l’internet et les conditions horribles endurées par Alexandre Soljenitsyne dans les goulags soviétiques. Son argument général, par ailleurs, est direct et potentiellement convaincant : en raison de la nature oligopolistique de l’internet moderne, Google, Facebook, Twitter, Instagram et Amazon contrôlant une si grande partie du trafic dans leurs sphères respectives, ces sociétés ont la possibilité de faire passer leurs propres programmes personnels, de gauche, auprès des consommateurs qui veulent simplement être en mesure d’accéder aux informations et aux produits pour lesquels ils sont devenus une passerelle essentielle.

À leur tour, ces entreprises, avec l’aide du gouvernement, utiliseront leur pouvoir monopolistique pour soumettre toute personne qui ne veut pas s’aligner sur le nouvel agenda “woke“.

Les préoccupations générales de Rectenwald concernant la censure privée et sociale, plutôt que gouvernementale, le placent en bonne compagnie. L’éminent philosophe libéral J.S. Mill a noté dans son ouvrage On Liberty (1859 ; 2011, Gutenberg Institute, p. 8) que la censure de la société civile “pratique [sic] une tyrannie sociale plus redoutable que de nombreux types d’oppression politique, car, bien qu’elle ne soit pas habituellement soutenue par des sanctions aussi extrêmes, elle laisse moins de moyens de s’échapper et pénètre beaucoup plus profondément dans les détails de la vie”.

Rectenwald note à juste titre (p. 78) que la Révolution culturelle chinoise, bien que dirigée par les élites politiques, a été entreprise par de simples citoyens qui, dans leur zèle, étaient prêts à détruire littéralement les moyens de subsistance de leurs compatriotes considérés comme insuffisamment fidèles au maoïsme.

Google Archipelago : The Digital Gulag and the Fate of Free Speech explore la portée, la pénétration, la puissance et l’impact du “Big Digital” – ou les méga gestionnaires d’information, les plateformes de médias sociaux, les développeurs d’intelligence artificielle, les fournisseurs d’autres applications et fonctionnalités web, et les architectes et promoteurs de l’Internet des objets à venir. Alphabet (Google, YouTube, etc.) Facebook et Instagram, Twitter, Yelp et Linkedin, ainsi que leurs nombreuses filiales et concurrents, constituent un collectif numérique – Big Digital – dont le domaine est mondial et dont le pouvoir idéologique et fonctionnel représente une force sans équivalent dans l’histoire.

Big Digital, une constellation non gouvernementale de sociétés de technologie numérique, préside désormais à la vie publique et privée à un point tel qu’elle rivalise, voire dépasse, la portée et la pénétration gouvernementales de plusieurs gouvernements nationaux réunis. Le Big Digital représente une nouvelle forme privée de gouvernement, ou une gouvernementalité, les moyens par lesquels les populations sont gouvernées, et les technologies qui permettent cette gouvernance.

Le principal moyen derrière les fonctions gouvernementales de Big Digital est l’idéologie. Et l’idéologie de Big Digital est résolument de gauche. J’appelle l’idéologie de Big Digital “gauchisme d’entreprise” – ou, pour emprunter et redéfinir une expression inventée par George Gilder, “le marxisme de Google”. Le gauchisme d’entreprise ou le marxisme de Google constituent l’ensemble des valeurs et des croyances que l’on retrouve aujourd’hui dans un nombre croissant d’entreprises américaines et autres corporations. Le gauchisme d’entreprise informe les politiques et les procédures de Big Digital.

Mais le gauchisme d’entreprise est également disséminé bien au-delà des cultures de travail du quartier général de Big Digital. Le gauchisme d’entreprise n’est pas une caractéristique subsidiaire ou un aspect accessoire de Big Digital. Le gauchisme est codé dans l’ADN même de la technologie du Big Digital et se réplique avec chaque ramification organisationnelle et chaque nouvelle technologie. L’idéologie gauchiste de Big Digital circule dans les profonds réseaux neuronaux du cyberespace et des autres sphères numériques. Le gauchisme corporatif est intrinsèque à la structure de l’internet, du ” Cloud “, des algorithmes, des applications, des bots d’IA, des services de médias sociaux, des systèmes software de tracking de la navigation web, des assistants virtuels, et plus encore.

Google Archipelago raconte comment les entreprises de technologie numérique de la Silicon Valley sont devenues des bastions du gauchisme – comment, pourquoi et à quelles fins le gauchisme d’entreprise a constitué et informé Big Digital, tout en continuant à promouvoir les objectifs commerciaux de ses conglomérats numériques mondiaux et en étendant leur portée en tant que gouvernementalité privée.

Le gauchisme d’entreprise de Big Digital est autoritaire jusqu’à la moelle – et la principale gouvernementalité dans le monde d’aujourd’hui est la constellation autoritaire gauchiste d’entreprise que j’appelle l’Archipel Google : Le goulag numérique et la simulation de la liberté. Rectenwald, Michael. (2019).

Le cocktail dangereux : Big Tech et idéologie de la justice sociale-Michael Rectenwald | American Thought Leaders

Le gouvernement de Google et le goulag numérique | Michael Rectenwald | The Glenn Beck Podcast | Ep 47

Extrait interview :

“Google Archipelago (ci-après GA) retrace la métastase de l’idéologie sociale dans le domaine numérique. Il peut être considéré comme le deuxième d’une série d’épisodes sur la justice sociale, une série que j’ai commencée dans Springtime for Snowflakes et que je poursuivrai peut-être dans un troisième livre, complétant ainsi une trilogie.

Ce livre représente une étude de la manifestation largement étendue et magnifiée de l’idéologie autoritaire-totalitaire gauchiste à mesure qu’elle s’étend dans le cyberespace, s’étend dans le corps cybersocial et pénètre les recoins les plus profonds de la vie sociale et politique. Dans GA, je relie la politique de Big Digital à ses technologies. Je soutiens et démontre que les technologies sont intrinsèquement gauchistes et autoritaires.

Pour des raisons que j’expose dans le livre, la seule façon de comprendre la politique d’organisations telles que Google, Facebook, Twitter, etc. et la façon dont cette politique se reflète dans ses technologies est de voir le Big Digital comme la pointe d’un conglomérat économique et gouvernemental qui vise à monopoliser la vie humaine à l’échelle mondiale.

L’ambition politique de Big Digital est d’établir un système à deux niveaux composé de monopoles mondiaux d’entreprise et d’État au sommet, avec un “socialisme existant” pour tous les autres. J’appelle ce système à deux niveaux “socialisme d’entreprise“, que je préfère au terme “techno-féodalisme”, utilisé par d’autres.

J’ai de très bonnes raisons d’adopter le nom de socialisme d’entreprise plutôt que celui de techno-féodalisme, dont la moindre n’est pas le penchant des monopolistes à utiliser la rhétorique et l’idéologie socialistes dans leurs tentatives de faire exister le système à deux vitesses.

Le socialisme d’entreprise a pour but d’arriver à un État unique, un seul monde, avec de vastes monopoles mondialistes contrôlant la production. Ces monopoles seraient mis en parallèle avec un socialisme ou une égalité réduisant les perspectives de tous les autres. Des dupes imprudents comme Bernie Sanders et Alexandria Ocasio-Cortez servent les socialistes d’entreprise en habituant les masses à cet état de fait. Les objectifs du socialisme d’entreprise sont introduits sous l’apparence d’une égalité économique et sociale, une égalité avec des perspectives réduites pour la grande majorité.

Les socialistes d’entreprise n’ont pas besoin d’égalité ; l’égalité s’applique strictement à la majorité destinée à vivre avec des perspectives réduites de “socialisme réellement existant” sur le terrain. En fin de compte, Big Digital tente de remplacer la réalité par une ou plusieurs simulations numériques, des simulacres se présentant comme des substituts de la réalité – pour introduire des réalités simulées et fausses ou des simulacres qui déplacent et remplacent le réel. Oubliez les Fake News. Essayez la Fake Reality (la fausse réalité)”.

Dr. Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.

Voir aussi :

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
Le socialisme d’entreprise
Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
L’idéologie Woke

Partie V – Le Grand Reset : L’idéologie Woke

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie V : L’idéologie Woke

Dans les articles précédents, j’ai abordé le Grand Reset et présenté plusieurs façons d’en comprendre l’économie. Le Grand Reset peut être considéré comme du néo-féodalisme, du “socialisme d’entreprise“, du “capitalisme aux caractéristiques chinoises” et du “capitalisme des parties prenantes” versus le “néolibéralisme“. Dans les prochains articles, j’ai l’intention de traiter les aspects technologiques (transhumanistes) et monétaires (banque centralisée et monnaie numérique) que Klaus Schwab et d’autres anticipent et prescrivent.

Dans cet essai, je souhaite examiner l’aspect idéologique du Grand Reset. Comment les planificateurs entendent-ils établir la réinitialisation sur le plan idéologique ? En d’autres termes, comment une réinitialisation de l’esprit de masse pourrait-elle avoir lieu et permettre aux nombreux éléments du Grand Reset d’être mis en place – sans rébellion de masse, bien sûr ? Après tout, si la Grande Réinitialisation doit s’installer, un certain degré de conformité de la part de la population sera nécessaire – indépendamment du contrôle accru, étendu et plus précis sur la population que la technologie transhumaniste et une monnaie numérique centralisée pourraient se permettre.

C’est la fonction de l’idéologie. L’idéologie, comme l’a affirmé l’historien marxiste des sciences Richard Lewontin, fonctionne “en convainquant les gens que la société dans laquelle ils vivent est juste et équitable, ou si elle n’est pas juste et équitable, qu’elle est inévitable, et qu’il est tout à fait inutile de recourir à la violence1“. L’idéologie établit la “légitimation sociale” que Lewontin considère comme nécessaire pour obtenir l’assentiment des gouvernés. “Le champ de bataille est dans la tête des gens, et si la bataille est gagnée sur ce terrain, alors la paix et la tranquillité de la société sont garanties2.” De ce point de vue, l’idéologie n’est pas la même chose que la vision du monde. Il s’agit plutôt de la programmation mentale nécessaire à la domination et au contrôle sans recourir à la force. L’endoctrinement idéologique est plus facile, moins désordonné et moins coûteux que la violence étatique ou soutenue par l’État.

Certains diront que l’idéologie du Grand Reset est simplement une idéologie socialiste-communiste. Après tout, à bien des égards, l’idéologie socialiste-communiste soutient ce que le Grand Reset promet d’apporter. Et cela peut fonctionner pour certains. Certains se réjouiraient, pour des raisons socialistes, de la “justice”, de l'”égalité” ou de l'”équité” que promet le Grand Reset.

Les socialistes pourraient négliger ou excuser le contrôle oligarchique de la société sur la base de la justice, de l’égalité ou de l’équité supposées parmi la masse de la population, et sur la présomption que l’oligarchie sera renversée dans un avenir pas si lointain. Le socialisme intègre une prédisposition au nivellement qui privilégie l'”égalité” au sein de la majorité visible, même si cette égalité est une grande perte pour de nombreux sujets de la “classe moyenne”. En fait, lorsque j’ai brièvement écouté les élucubrations des membres du Parti communiste révolutionnaire des États-Unis, y compris son dirigeant, Bob Avakian, ils m’ont avoué que le socialisme mondial signifierait une baisse du niveau de vie pour une grande partie du monde, en particulier aux États-Unis.

Ils n’avaient aucun problème avec cela ; en fait, ils semblaient se réjouir de cette perspective. Sans doute, comme l’a suggéré Friedrich Nietzsche, le socialisme est alimenté, au moins en partie, par le ressentiment – le ressentiment et l’envie pour le détenteur de la propriété. Il y aurait beaucoup à dire sur l’approbation apparente des socialistes, ou du moins leur acceptation conditionnelle et temporaire, des grands corporatistes monopolistiques et oligarchiques et leur préférence pour les grandes entreprises par rapport aux petites3. Les socialistes considèrent la monopolisation sous le capitalisme comme inévitable, comme nécessaire pour produire une cible plus consolidée à renverser, et comme un signe de l’effondrement imminent du capitalisme et de l’apocalypse socialiste-communiste à venir.

De même, de nombreux socialistes seront favorables à la grande réinitialisation par principe – en particulier ceux qui acceptent sa rhétorique pour argent comptant. Mais malgré sa nouvelle popularité, le socialisme-communisme ne représente toujours pas la majorité. Bien qu’il soit populaire parmi les milléniaux et autres millénaristes, le socialisme-communisme reste peu recommandable pour beaucoup. Il est considéré comme étranger, obscur, et connote vaguement quelque chose de négatif. Mais surtout, pour des raisons que je donnerai plus loin, l’idéologie socialiste-communiste n’est pas l’idéologie qui correspond le mieux aux objectifs de la Grande Réinitialisation. C’est là que le wokeness entre en jeu.

Woke wokeness cancel culture. Credit: The Washington Times

Qu’est-ce que le wokeness exactement ? Comme je l’écris dans Beyond Woke, Selon le credo de la justice sociale, être “woke – éveillé ” est le réveil politique qui découle de l’émergence d’une conscience et d’une conscience de l’injustice sociale et politique. Le wokeness est l’inscription indélébile de la conscience de l’injustice sociale dans l’esprit conscient, suscitant la piqûre de la conscience, qui oblige les nouveaux éveillés à changer leurs croyances et leurs comportements4.

C’est la définition la plus proche de wokeness que je puisse donner, en me basant sur les affirmations de ceux qui l’adoptent. Bien sûr, l’étymologie du mot “woke” et la façon dont il est devenu un adjectif décrivant ceux qui sont ainsi éveillés à la conscience de l’injustice sociale et politique, est une autre question. Je discute de l’étymologie dans Google Archipelago :

“Woke” a commencé en anglais comme un passé et un participe passé de “wake”. Il suggérait “être devenu éveillé”. Mais, dans les années 1960, woke a également commencé à fonctionner comme un adjectif, prenant le sens figuré dans la communauté afro-américaine de “bien informé” ou “à jour”. En 1972, le passé verbal autrefois modeste a commencé à décrire une conscience politique élevée. En 2017, l’Oxford English Dictionary (OED) a reconnu la conscience sociale des woke et a ajouté la définition suivante : “alerte à la discrimination raciale ou sociale et à l’injustice”.5

Pourtant, il existe autant de définitions du wokeness que de personnes qui en ont entendu parler, comme c’est le cas pour tout ce qui est le moins controversé. Je suis sûr que d’autres peuvent et vont ajouter à la définition ou suggérer que le wokeness devrait être défini tout à fait différemment. Mais la définition et les interprétations historico-sémantiques ci-dessus sont suffisantes pour nos besoins. Selon les adeptes, le wokeness est donc une conscience accrue de l’injustice sociale et politique et la détermination à l’éradiquer.

Mais qu’est-ce que le wokeness pourrait avoir à faire avec le Grand Reset ? En tant que correctif, le wokeness n’est pas destiné à ceux qui souffrent et dont il entend corriger les plaintes, ou les plaintes imaginaires. Le wokeness agit sur la majorité, les bénéficiaires supposés de l’injustice. Il le fait en faisant comprendre à la majorité qu’elle a bénéficié de “privilèges” et de préférences fondés sur la couleur de la peau (blancheur), le genre (patriarcat), la propension sexuelle (hétéronormativité), le lieu de naissance (colonialisme, impérialisme et premier monde), l’identité sexuelle (privilège du genre cis) et la domination de la nature (spécisme), pour ne citer que quelques-uns des principaux coupables.

La liste pourrait être longue et s’enrichit, semble-t-il, de jour en jour. Cette majorité doit être réhabilitée, en quelque sorte. Les masses doivent comprendre qu’elles ont acquis les avantages dont elles ont bénéficié jusqu’à présent grâce au traitement injuste des autres, directement ou indirectement, et que ce traitement injuste est fondé sur les circonstances de la naissance. Le “privilège” de la majorité s’est fait au détriment des minorités désignées comme bénéficiaires de la wokeness, et la wokeness est le moyen de rectifier ces nombreuses injustices.

Et quels sont les effets d’une réprimande répétée en tant que telle, de l’affirmation que l’on a bénéficié d’un “privilège” non mérité, que sa richesse et son bien-être relatifs ont été obtenus aux dépens d’autres personnes opprimées, marginalisées et mal utilisées ? Honte, culpabilité, remords, indignité. Et quels sont les ajustements attitudinaux et comportementaux attendus de la part de la majorité ? Ils doivent s’attendre à moins. Dans le cadre de cette idéologie, on s’attend à ce que les gens renoncent à leurs droits, parce que même ces droits, non, surtout ces droits, ont été obtenus aux dépens des autres.

Ainsi, le wokeness fonctionne en habituant la majorité aux attentes réduites que j’ai présentées dans mon premier article sur le Grand Reset. Il le fait en instillant une croyance dans l’indignité de la majorité à s’épanouir, à prospérer et à profiter de leur vie. Le Wokeness endoctrine la majorité dans l’avenir sans propriété (pour eux, du moins) de la Grande Réinitialisation, tout en gratifiant la gauche, ses principaux propagateurs idéologiques, d’un sentiment de supériorité morale, même s’il est prévu qu’eux aussi soient privés de perspectives.

Une question demeure. Pourquoi le wokeness est-il plus adapté aux objectifs du Grand Reset que l’idéologie socialiste-communiste ? Pour répondre à cette question, nous devons rappeler les arguments de vente du socialisme-communisme. Malgré le nivellement par le bas que j’ai mentionné plus haut, le socialisme-communisme est prometteur. Il promet des avantages, pas des déficits. Il ne fonctionne pas en promettant à la majorité qu’elle sera perdante à son instauration.

Bien au contraire, le socialisme-communisme promet des conditions grandement améliorées – oui, la justice, l’égalité ou l’équité, mais aussi la prospérité pour la masse de l’humanité, prospérité qui lui a été refusée sous le capitalisme. Les travailleurs du monde sont appelés à s’unir, non pas dans la perspective d’attentes réduites, mais sur la base de grandes attentes – non pas, selon Marx, pour établir une utopie, mais au moins pour détruire et remplacer la dystopie actuelle par une cornucopia partagée. Nous savons, bien sûr, comment cette promesse est tenue. Mais il n’en demeure pas moins qu’elle est encore proférée et crue par un trop grand nombre de nos concitoyens.

Nous avons vu, d’autre part, le caractère soustractif de l’idéologie woke. Le wokeness exige le renoncement à des avantages pour des raisons morales. Contrairement au socialisme-communisme, il n’offre pas d’empowerment (ou autonomisation) et ne préconise pas la prise de contrôle des moyens de production et de l’État par des moyens politiques. Le wokeness est une forme de récrimination qui contraint à l’abdication, et non à l’acquisition, de biens.

L’idéologie woke, à mon avis, a labouré le sol et planté les graines pour la récolte que la grande réinitialisation représente pour l’élite dirigeante. Le wokeness a-t-il été conçu intentionnellement dans ce but ? Je ne le pense pas, mais il peut néanmoins être et est adopté à ces fins, tout comme d’autres formations idéologiques ont été utilisées à d’autres fins. L’élite dirigeante s’approprie les moyens disponibles pour réaliser ses plans, y compris les idéologies disponibles. L’idéologie Woke était disponible et prête à être appropriée et appliquée. Le wokeness sert au mieux le Grand Reset, et nous voyons donc le langage du wokeness dans les livres et autres écrits consacrés à son établissement : équité, inclusion, etc.

Naturellement, le wokeness ne fonctionnera pas sur tout le monde. Mais l’exigence a été rendue si universelle que les dissidents qui ne s’y conforment pas sont considérés comme régressifs, réactionnaires, racistes, suprématistes blancs et autres, et sont écartés, voire punis, pour ces raisons. Le Wokeness a ainsi atteint la domination. La contrer sera une exigence majeure pour défier le Grand Reset.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.


Notes :

1R.C. Lewontin, Biology as Ideology: The Doctrine of DNA (New York: HarperPerennial, n.d.), p. 6.

2Lewontin, Biology as Ideology, p. 7.

3Matt Bruenig, “Small Businesses Are Overrated,” Jacobin, Jan. 16, 2018, https://jacobinmag.com/2018/01/small-businesses-workers-wages.

4Michael Rectenwald, Beyond Woke (Nashville, TN: New English Review Press, 2020), pp. 7–8.

5Michael Rectenwald, Google Archipelago: The Digital Gulag and the Simulation of Freedom (Nashville, TN: New English Review Press, 2019), p. 42.

Partie IV Grand Reset, Capitalisme des parties prenantes vs néolibéralisme

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme

Toute discussion sur le “capitalisme des parties prenantes” doit commencer par la constatation d’un paradoxe : à l’instar du “néolibéralisme”, son ennemi juré, le “capitalisme des parties prenantes” n’existe pas en tant que tel. Il n’existe pas de système économique tel que le “capitalisme des parties prenantes”, tout comme il n’existe pas de système économique tel que le “néolibéralisme”. Les deux jumeaux antipathiques sont des fantômes imaginaires qui s’affrontent dans une lutte frénétique et sans fin.

Au lieu du capitalisme des parties prenantes et du néolibéralisme, il y a des auteurs qui écrivent sur le capitalisme des parties prenantes et le néolibéralisme et les entreprises qui souscrivent plus ou moins à l’idée que les entreprises ont des obligations envers les parties prenantes en plus des actionnaires. Mais si Klaus Schwab et le Forum économique mondial (WEF) parviennent à leurs fins, il y aura des gouvernements qui inciteront, par des réglementations et la menace d’une fiscalité lourde, les entreprises à souscrire à la redistribution des parties prenantes.

Les parties prenantes sont “les clients, les fournisseurs, les employés et les communautés locales”1, en plus des actionnaires. Mais pour Klaus Schwab et le WEF, le cadre du capitalisme des parties prenantes doit être mondialisé. Une partie prenante est toute personne ou tout groupe qui risque de bénéficier ou de perdre d’un comportement d’une entreprise – à l’exception des concurrents, on peut le supposer. Puisque le prétexte principal du Grand Reset est le changement climatique mondial, n’importe qui dans le monde peut être considéré comme une partie prenante dans la gouvernance d’entreprise (ou gouvernement d’entreprise) de n’importe quelle grande entreprise. Et les partenariats fédéraux avec des sociétés qui ne “servent” pas leurs parties prenantes, comme le projet Keystone Pipeline, par exemple, doivent être abandonnés. L'”équité” raciale, la promotion des agendas des transgenres et d’autres politiques identitaires de ce type seront également injectées dans les systèmes de partage des entreprises.

En fait, le capitalisme des parties prenantes représente un ver consommateur qui s’enfonce dans les entreprises et les vide de l’intérieur, dans la mesure où l’idéologie et la pratique trouvent des hôtes dans les organes de l’entreprise. Il s’agit d’un moyen de liquidation socialiste des richesses au sein même des organisations capitalistes, en utilisant un certain nombre de critères de redistribution des bénéfices et des “externalités”.

Capitalisme des parties prenantes. Dans quelle direction allez-vous orienter votre entreprise ? Credit: AbsolutVision sur Unsplash.com

Mais ne me croyez pas sur parole. Prenez un certain David Campbell, un socialiste britannique (bien que non marxiste) et auteur de The Failure of Marxism (1996). Après avoir déclaré que le marxisme avait échoué, Campbell a commencé à préconiser le capitalisme des parties prenantes comme moyen d’arriver aux mêmes fins. Son conflit avec le marxiste orthodoxe britannique de Paddy Ireland représente une querelle intestine sur les meilleurs moyens de réaliser le socialisme, tout en offrant un regard sur l’esprit des socialistes déterminés à essayer d’autres méthodes, vraisemblablement non violentes2.

Campbell a fustigé Ireland pour son rejet du capitalisme participatif. Ireland soutenait – à tort, selon Campbell – que le capitalisme participatif était en fin de compte impossible. Rien ne peut interférer, pendant très longtemps, avec l’inexorable demande de profit du marché. Les forces du marché écraseront inévitablement toute considération éthique telle que les intérêts des parties prenantes.

Le marxisme plus radical que tout de Paddy Ireland a laissé Campbell perplexe. Ireland ne se rendait-il pas compte que son déterminisme du marché était exactement ce que les défenseurs du “néolibéralisme” affirmaient comme étant l’inévitable et le seul moyen sûr pour la distribution du bien-être social ? Le marxisme, a noté Campbell à juste titre, “peut être identifié à la dérision de la “réforme sociale” comme ne représentant pas, ou même comme faisant obstacle à la “révolution”. Comme tant de marxistes antiréformistes, Paddy Ireland n’a pas su reconnaître que “les réformes sociales dont il se moquait sont la révolution”3. Le socialisme n’est rien d’autre qu’un mouvement dans lequel “la prétendue nécessité naturelle représentée par les impératifs “économiques” est remplacée par des décisions politiques conscientes concernant l’allocation des ressources” (c’est moi qui le souligne)4. Ce socialisme politique, par opposition aux épigones orthodoxes de Marx, est ce que Marx entendait réellement par socialisme, suggère Campbell. Le capitalisme des parties prenantes n’est que cela : du socialisme.

Ireland et Campbell s’accordent à dire que l’idée même du capitalisme des parties prenantes découle du fait que les entreprises sont devenues relativement autonomes par rapport à leurs actionnaires. L’idée de l’indépendance managériale et donc de l’autonomie de l’entreprise ou de la société a été traitée pour la première fois par Adolf A. Berle et Gardiner C. Means dans The Modern Corporation and Private Property (1932) et, après eux, dans The Managerial Revolution (1962) de James Burnham.

Dans “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company : Towards a Less Degenerate Capitalism“, Ireland écrit à propos de cette autonomie putative : L’idée d’une entreprise des parties prenantes est ancrée dans l’autonomie de “l’entreprise” par rapport à ses actionnaires ; son argument est que cette autonomie… peut être exploitée pour garantir que les entreprises ne fonctionnent pas exclusivement dans l’intérêt de leurs actionnaires”5.

Selon Paddy Ireland, cette autonomie apparente de l’entreprise est apparue non pas avec l’incorporation ou des changements juridiques à la structure de la société, mais avec la croissance du capitalisme industriel à grande échelle. L’augmentation du nombre d’actions et l’avènement du marché boursier ont permis de vendre facilement les actions. Les actions sont devenues du “capital monétaire”, des titres facilement échangeables contre un pourcentage des bénéfices, et non des créances sur les actifs de l’entreprise. C’est à ce moment-là que les actions ont acquis une autonomie apparente par rapport à l’entreprise et l’entreprise par rapport à ses actionnaires.

« De plus, avec l’émergence de ce marché, les actions ont développé une valeur autonome propre tout à fait indépendante, et souvent différente, de la valeur des actifs de l’entreprise. Apparaissant comme ce que Marx appelait le capital fictif, ils ont été redéfinis en droit comme une forme autonome de propriété indépendante des actifs de l’entreprise. Ils n’étaient plus conceptualisés comme des intérêts équitables dans les biens de l’entreprise, mais comme des droits au profit ayant une valeur propre, droits qui pouvaient être librement et facilement achetés et vendus sur le marché…

En acquérant leur indépendance par rapport aux actifs des sociétés, les actions sont devenues des objets juridiques à part entière, doublant apparemment le capital des sociétés par actions. Les actifs appartiennent désormais à la société et à elle seule, soit par le biais d’une société par actions, soit, dans le cas des sociétés non constituées, par le biais de fiduciaires. Le capital social immatériel de la société, en revanche, était devenu la seule propriété de l’actionnaire. Ce sont désormais deux formes de propriété bien distinctes. En outre, avec la constitution juridique de l’action en tant que forme de propriété entièrement autonome, l’externalisation de l’actionnaire par rapport à la société a été achevée d’une manière qui n’était pas possible auparavant.6 »

Ainsi, selon Ireland, une différence d’intérêts est apparue entre les détenteurs du capital industriel et les détenteurs du capital monétaire, ou entre la société et l’actionnaire.

Néanmoins, selon Ireland, l’autonomie de l’entreprise est limitée par la nécessité pour le capital industriel de produire des bénéfices. La valeur des actions est en fin de compte déterminée par la rentabilité des actifs utilisés par la société. “L’entreprise est, et sera toujours, la personnification du capital industriel et, en tant que telle, soumise aux impératifs de rentabilité et d’accumulation. Ceux-ci ne sont pas imposés de l’extérieur à une entité par ailleurs neutre et sans direction, mais lui sont, au contraire, intrinsèques, se trouvant au cœur même de son existence.” Cette nécessité, selon Paddy, définit les limites du capitalisme des parties prenantes et son incapacité à se maintenir. “La nature de l’entreprise est telle, par conséquent, qu’elle suggère qu'[il] existe des limites strictes à la mesure dans laquelle son autonomie vis-à-vis des actionnaires peut être exploitée au profit des travailleurs ou, en fait, d’autres parties prenantes7.”

Voilà un point sur lequel le “néolibéral” Milton Friedman et le marxiste Paddy Ireland auraient été d’accord, même si ce dernier insiste sur le fait que l’extraction de la “plus-value” au point de production en est la cause. Et cet accord entre Friedman et Ireland est exactement la raison pour laquelle Campbell a rejeté l’argument de Ireland. Un tel déterminisme du marché n’est nécessaire que sous le capitalisme, affirme Campbell. Les prédictions sur le comportement des entreprises dans le contexte des marchés ne sont valables que dans les conditions actuelles du marché. Modifier les règles de l’entreprise de telle sorte que la rentabilité soit mise en danger, même si, ou surtout, de l’intérieur, est la définition même du socialisme. Changer le comportement des entreprises dans le sens d’un capitalisme participatif est révolutionnaire en se.

Malgré cette impasse “néolibérale”/marxiste insurmontable, la notion de capitalisme des parties prenantes a au moins cinquante ans. Les débats sur l’efficacité du capitalisme des parties prenantes remontent aux années 1980. Ils ont été attisés par le rejet par Friedman de la “soulful corporation“, qui a atteint son apogée avec “The Social Significance of the Modern Corporation” de Carl Kaysen en 1957. Kaysen considérait l’entreprise comme une institution sociale qui doit mettre en balance la rentabilité avec un large éventail croissant de responsabilités sociales : “Il n’y a pas de démonstration de cupidité ou d’avidité ; il n’y a pas de tentative de rejeter sur les travailleurs ou la communauté une grande partie des coûts sociaux de l’entreprise. L’entreprise moderne a un esprit d’entreprise8.” Ainsi, chez Kaysen, nous voyons des indices de la notion ultérieure de capitalisme des parties prenantes.

Il est probable que le capitalisme des parties prenantes remonte, même si ce n’est pas en ligne droite, à l'”idéalisme commercial9” de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, lorsque Edward Bellamy et King Camp Gillette, entre autres, ont envisagé des utopies socialistes d’entreprise via l’incorporation10. Pour ces socialistes d’entreprise, le principal moyen d’établir le socialisme était l’incorporation continue de tous les facteurs de production. Avec l’incorporation, une série de fusions et d’acquisitions devait se produire jusqu’à ce que la formation d’un monopole mondial unique, dans lequel tous “les gens” ont des parts égales, soit achevée. Dans “World Corporation“, Gillette a déclaré que “l’esprit entraîné des affaires et de la finance ne voit pas d’arrêt à l’absorption et à la croissance des entreprises, sauf l’absorption finale de tous les biens matériels du monde dans une seule société, sous le contrôle direct d’un seul esprit d’entreprise11“. Un tel monopole mondial singulier deviendrait socialiste à la suite d’une distribution égale des parts parmi la population. Le capitalisme des parties prenantes n’atteint pas cette répartition égale des parts, mais il la contourne en distribuant la valeur sur la base de la pression sociale et politique.

Il est intéressant de noter que Campbell termine son argumentation, de manière plutôt non dogmatique, en déclarant sans équivoque que si Friedman avait raison et “si ces comparaisons [entre le capitalisme actionnarial et le capitalisme des parties prenantes] tendent à montrer que la maximisation exclusive de la valeur actionnariale est le moyen optimal de maximiser le bien-être”, alors “on devrait renoncer à être socialiste12“. Si, après tout, la maximisation du bien-être humain est vraiment l’objet, et que le “capitalisme actionnarial” (ou “néolibéralisme”) s’avère être le meilleur moyen d’y parvenir, alors le socialisme lui-même, y compris le capitalisme des parties prenantes, doit nécessairement être abandonné.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.

– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke


Notes : 

1Neil Kokemuller, “Does a Corporation Have Other Stakeholders Other Than Its Shareholders?,” Chron.com, Oct. 26, 2016, https://smallbusiness.chron.com/corporation-other-stakeholders-other-its-shareholders-63538.html.

2David Campbell, “Towards a Less Irrelevant Socialism: Stakeholding as a ‘Reform’ of the Capitalist Economy,” Journal of Law and Society 24, no. 1 (1997): 65–84.

3Campbell, “Toward a Less Irrelevant Socialism,” 75 and 76, emphasis in original.

4Campbell, “Toward a Less Irrelevant Socialism,” 76.

5Paddy Ireland, “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company: Towards a Less Degenerate Capitalism?,” Journal of Law and Society 23, no. 3 (September 1996): 287–320, esp. 288.

6Paddy, “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company,” 303.

7Paddy, “Corporate Governance, Stakeholding, and the Company,” 304 (both quotes).

8Carl Kaysen, “The Social Significance of the Modern Corporation,” in “Papers and Proceedings of the Sixty-Eighth Annual Meeting of the American Economic Association,” ed. James Washington Bell and Gertrude Tait, special issue, American Economic Review 47, no. 2 (May 1957): 311–19, 314.

9Gib Prettyman, “Advertising, Utopia, and Commercial Idealism: The Case of King Gillette,” Prospects 24 (January 1999): 231–48.

10Gib Prettyman, “Gilded Age Utopias of Incorporation,” Utopian Studies 12, no. 1 (2001): 19–40; Michael Rectenwald, “Libertarianism(s) versus Postmodernism and ‘Social Justice’ Ideology,” Quarterly Journal of Austrian Economics 22, no. 2 (2019): 122–38, https://doi.org/10.35297/qjae.010009.

11King Camp Gillette, “World Corporation” (Boston: New England News, 1910), p. 4.

12Campbell, “Toward a Less Irrelevant Socialism,” 81.

Partie III – Grand Reset, Le capitalisme aux caractéristiques chinoises

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises

Le titre de cet essai est un jeu de mots sur la description que fait le parti communiste chinois de son économie.

Il y a plusieurs décennies, lorsque le PCC ne pouvait plus nier de manière crédible la dépendance croissante de la Chine à l’égard des secteurs à but lucratif de son économie, ses dirigeants ont approuvé le slogan “socialisme aux caractéristiques chinoises” pour décrire le système économique chinois1. Formulée par Deng Xiaoping, cette phrase est devenue une composante essentielle de la tentative du PCC de rationaliser le développement capitaliste chinois dans le cadre d’un système politique socialiste-communiste.

Selon le parti, la privatisation croissante de l’économie chinoise ne devait être qu’une phase temporaire – pouvant durer jusqu’à cent ans selon certains dirigeants du parti – sur la voie d’une société sans classes du socialisme-communisme intégral. Les dirigeants du parti ont affirmé, et affirment toujours, que le socialisme aux caractéristiques chinoises était nécessaire dans le cas de la Chine parce que la Chine était un pays agraire “arriéré” lorsque le communisme a été introduit – trop tôt, a-t-on dit. La Chine avait besoin d’une piqûre de rappel capitaliste.

Avec ce slogan, le parti a pu faire valoir que la Chine avait été une exception à la position marxiste orthodoxe selon laquelle le socialisme n’arrive qu’après le développement du capitalisme – bien que Marx lui-même ait dévié de sa propre formule vers la fin de sa vie. En même temps, le slogan a permis au PCC de confirmer la position marxiste orthodoxe. La révolution communiste chinoise s’est produite avant le développement du capitalisme industriel – une exception au marxisme orthodoxe. Le capitalisme a donc été introduit plus tard dans le système économique de la Chine – une confirmation du marxisme orthodoxe.

Dépouillé de ses prétentions idéologiques socialistes, le socialisme aux caractéristiques chinoises, ou le système chinois lui-même, se résume à un État socialiste-communiste de plus en plus financé par le développement économique capitaliste. La différence entre l’ancienne Union soviétique et la Chine contemporaine est que, lorsqu’il est devenu évident que l’économie socialiste-communiste avait échoué, la première a abandonné ses prétentions économiques socialistes-communistes, alors que la seconde ne l’a pas fait.

Que les dirigeants du PCC croient ou non à leur propre rhétorique, la gymnastique idéologique déployée est néanmoins spectaculaire. À première vue, le slogan incorpore et dissimule une contradiction apparemment évidente dans une tentative de sanctifier ou de “recommunifier” le développement capitaliste chinois comme une condition préalable au socialisme-communisme intégral.

Cependant, le slogan chinois capture une vérité essentielle sur le communisme, une vérité qui est soit non reconnue ou non admise par le PCC et niée par les marxistes occidentaux. Contrairement aux affirmations des dirigeants et des adeptes du communisme, et même contrairement aux affirmations de beaucoup de ceux qui s’y opposent, le socialisme-communisme n’est pas essentiellement un système économique mais plutôt un système politique.

Une fois au pouvoir, les dirigeants socialistes-communistes reconnaissent qu’étant donné leur contrôle sur les ressources, ils sont effectivement devenus les nouveaux propriétaires des moyens de production (alors que, comme Ludwig von Mises l’a suggéré, les consommateurs détiennent effectivement le pouvoir de disposition économique dans les marchés libres2). En tentant de mettre en place une économie socialiste-communiste, ils reconnaissent qu’en l’absence de prix, la production industrielle à grande échelle nécessite une prise de décision sous surveillance. De même, la prise de décision n’est pas démocratique dans le sens promis par les idéologues socialistes-communistes. La prise de décision doit être centralisée, ou du moins bureaucratisée, dans une large mesure. La prise de décision démocratique est exclue par le fait que la production et la distribution appartiennent à l’État et sont contrôlées par lui.

Le socialisme-communisme est un système politique dans lequel l’allocation des ressources est commandée par l’État et donc effectivement contrôlée par les dirigeants de l’État, la véritable classe dirigeante. Ces derniers conservent le contrôle par l’idéologie et la force.

Par opposition à un système économique pleinement mis en œuvre, le socialisme-communisme n’est toujours qu’un arrangement politique. C’est pourquoi le socialisme-communisme peut être combiné au “capitalisme” sous des formes telles que le “capitalisme d’État3” ou le socialisme d’entreprise. Ses prétentions économiques seront abandonnées à mesure que le développement capitaliste sera introduit et habilement rationalisé, comme en Chine. Si de telles prétentions sont maintenues pendant longtemps, elles détruiront la société, comme dans l’ancienne Union soviétique. Dans les deux cas, les dirigeants socialistes-communistes apprendront que la production de richesses nécessite l’accumulation de capital privé – qu’ils comprennent ou non pourquoi.

Le Grand Reset, Le capitalisme avec des caractéristiques chinoises © Oliver Munday

Entrez dans le socialisme d’entreprise

Une version socialiste-communiste arrive bientôt près de chez vous. Certains des mêmes anciens protagonistes réapparaissent, tandis que de nouveaux ont rejoint le casting. Si l’idéologie et la rhétorique sont presque les mêmes, elles sont utilisées à des fins légèrement différentes. Cette fois-ci, les vieilles promesses sont en jeu, et un appât similaire mais non identique est brandi. Le socialisme promet la protection des personnes assiégées contre le “mal” économique et politique, la promotion des intérêts économiques de la sous-classe, le bannissement des personnes “dangereuses” des forums publics et de la vie civique, et une préoccupation primaire ou exclusive pour le “bien commun”. L’initiative chinoise “One Belt, One Road” (une ceinture, une route) peut suspendre ses bénéficiaires en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une autre variété de projets est prévue dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

L’initiative chinoise “One Belt, One Road”4 (La nouvelle route de la soie, litt. “ceinture économique de la route de la soie” ou la ceinture et la route) peut suspendre ses bénéficiaires en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une autre variété de projets est prévue dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

La variante contemporaine est le socialisme d’entreprise, ou un système à deux niveaux de “socialisme réellement existant5” sur le terrain, couplé à un ensemble parallèle de monopoles d’entreprise ou de monopoles potentiels au sommet. La différence entre le socialisme d’État et le socialisme d’entreprise est simplement qu’un groupe d’intérêt différent contrôle effectivement les moyens de production. Mais les deux dépendent du monopole, l’un de l’État et l’autre de l’entreprise qui monopolise l’économie. Et les deux dépendent de l’idéologie socialiste-communiste du socialisme démocratique, ou, dans une variante récente, de l’idéologie de la “justice sociale” ou du “woke”. Le socialisme d’entreprise est la fin souhaitée, tandis que le socialisme démocratique et le capitalisme sauvage font partie des moyens.

La Chine est le modèle du système économique et politique promu en Occident, et le Grand Reset est l’articulation la plus franche de ce système – bien que son articulation soit tout sauf parfaitement franche.

Le Grand Reset représente le développement du système chinois en Occident, mais à l’envers. Alors que l’élite politique chinoise a commencé par un système politique socialiste-communiste et a mis en œuvre le “capitalisme” par la suite, l’élite occidentale a commencé par le “capitalisme” et vise à mettre en œuvre un système politique socialiste-communiste maintenant. C’est comme si l’oligarchie occidentale regardait le “socialisme” affiché en Chine, et disait “oui, nous le voulons”.

Cela explique de nombreuses contradictions apparentes, dont la moindre n’est pas l’autoritarisme de gauche de Big Tech. Le Big Tech, et en particulier le Big Digital, est l’appareil de communication idéologique pour l’avancement du socialisme d’entreprise, ou capitalisme aux caractéristiques chinoises.

Les caractéristiques chinoises que le Grand Reset vise à reproduire en lien avec le capitalisme occidental ressembleraient au totalitarisme du PCC. Cela nécessiterait une grande restriction des droits individuels – y compris les droits de propriété, la liberté d’expression, la liberté de mouvement, la liberté d’association, la liberté de religion et le système de libre entreprise tel que nous le concevons.

Le Grand Reset mettrait en œuvre le système politique à peu près de la même manière que la Chine l’a fait – avec la surveillance des smart city par la 5G, l’équivalent des scores de crédit social, les passeports médicaux, l’emprisonnement politique et d’autres moyens de répression et de contrôle social et politique.

Au final, le socialisme aux caractéristiques chinoises et le capitalisme aux caractéristiques chinoises reviendraient au même.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.


– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke

Notes : 

1Ian Wilson, “Socialism with Chinese Characteristics: China and the Theory of the Initial Stage of Socialism,” Politics 24, no. 1 (September 2007): 77–84.

2Ludwig von Mises, Socialism: An Economic and Sociological Analysis, 3d ed. (New Haven, CT: Yale University Press, 1951), pp. 37–42.

3Western Marxists employ the term state capitalism to exclude the Soviet Union and China from the category of socialism-communism. They thereby reserve, in their own propaganda, at least, the hallowed terms social­ism and communism for the never present, always receding, and just-over-the-horizon ideal.

4Alexandra Ma, “The US Is Scrambling to Invest More in Asia to Counter China’s ‘Belt and Road’ Mega-Project. Here’s What China’s Plan to Connect the World through Infrastructure Is like.,” Business Insider, Nov. 11, 2019. https://www.businessinsider.com/what-is-belt-and-road-china-infrastructure-project-2018-1?IR=T.

5“Actually existing socialism” is a “[t]erm used in the former communist countries to describe them as they really were, rather than as the official theory required them to be. Its use was largely ironical, and more or less confined to the writings of dissidents.” Palgrave Macmillan Dictionary of Political Thought, by Roger Scruton, 3d ed. (New York: Macmillan Publishers, 2007), s.v. “Actually existing socialism.” Credo Reference. http://proxy.library.nyu.edu/login?url=https://search.credoreference.com/content/entry/macpt/actual¬ly_existing_socialism/0?institutionId=577.

Le grand reset : La fin du capitalisme tel que nous le connaissons

“Reconstruire en mieux” signifie technocratie et la fin du libéralisme et de la démocratie d’un seul coup

Suggérer qu’il y a eu une réaction excessive à la pandémie de coronavirus est peut-être l’euphémisme du siècle. L’étincelle qui a commencé par une peur rationnelle de la maladie s’est transformée en une panique généralisée qui a fait rage dans les institutions civiles et étatiques. Le spectacle des élections américaines mis à part (ou peut-être un cas concret), on peut dire que la démocratie n’existe plus. L’État de droit a été suspendu.

L'”état d’urgence” persiste dans une grande partie du monde et restera probablement indéfiniment. Tout cela a été normalisé sous le couvert d’une urgence médicale déclarée et, comme dans une expérience moderne de Milgram, les masses se sont alignées. Quiconque ose même remettre en question la nouvelle normalité – la désinfection constante des mains, la prise de température omniprésente, la distanciation sociale, la recherche des contacts – est désormais perçu comme une menace pour la société.

S’il y a un éléphant dans la pièce, c’est probablement parce qu’il ne semble pas y avoir de pandémie à proprement parler. Indépendamment des cas exagérés signalés, il n’y a pas de pic significatif dans le nombre total de décès par rapport à une saison de grippe normale.

La Covid-19 se manifeste par une grippe légère chez la majorité des personnes qui en sont atteintes. Bien qu’il ne présente aucun symptôme chez la plupart des gens, il n’affecte guère les enfants et, selon un nombre croissant de médecins, il peut être traité avec succès avec des médicaments peu coûteux et facilement disponibles tels que les vitamines D, C et le zinc.

Alors, que se passe-t-il ? Pourquoi des vitres en plexiglas apparaissent-elles devant chaque guichet et chaque caisse ? Pourquoi les applications de mandat de masque et de traçage ? Pourquoi les écoles et les entreprises ont-elles été contraintes de fermer ? Pourquoi l’économie mondiale a-t-elle été paralysée ? Pourquoi les gens sont-ils enfermés chez eux ? Pourquoi laisse-t-on les personnes âgées mourir seules ?

Tout cela doit être déballé, mais par où commencer ? Quel est le point d’entrée raisonnable dans cette histoire d’horreur ? Quels sont les faits fondamentaux nécessaires pour présenter une évaluation juste et équilibrée ? Quelles sont les hypothèses, s’il y en a, avec lesquelles nous devons commencer ?

Nous pourrions peut-être nous plonger dans le Grand Reset, une proposition du Forum économique mondial (WEF) visant à reconstruire l’économie mondiale “durablement” après la pandémie COVID-19, dont vous pouvez lire tous les détails ici.

Mais comment commencer à parler de la relance de l’économie mondiale sans avoir au moins une introduction superficielle aux travaux de Karl Marx, certainement l’un des plus importants économistes politiques de l’ère moderne, sinon le plus important ? Vous auriez dû découvrir son travail à l’école.

Oserions-nous cadrer cette histoire sans avoir au moins une compréhension minimale du culte de la technocratie, l’idéologie forgée dans les braises de la Grande Dépression qui cherchait à refaire le monde d’une manière plus résistante, en laissant de côté l’élément humain corruptible des processus de décision ? Cela peut sembler n’avoir qu’un intérêt ésotérique, mais lorsque des romans comme 1984 et Brave New World commencent à se lire davantage comme des manuels d’instructions que comme de la fiction, on peut se poser des questions.

Pouvons-nous même espérer saisir toute l’étendue de notre situation actuelle sans comprendre la nature fragile de l’économie de l’après-guerre et comment le système des pétrodollars en est venu à remplacer efficacement l’étalon-or ? Probablement quelque chose qui intéresse davantage les économistes politiques en herbe, mais, là encore, des fondamentaux importants.

Est-il essentiel de savoir qui était John D. Rockefeller, de connaître son histoire de philanthropie et ses liens avec l’industrie pharmaceutique, ou de savoir que le terrain sur lequel s’appuient les Nations unies a été donné par lui et sa famille ? (Un demi-siècle plus tard, la construction du World Trade Center sera financée par ses petits-fils Nelson et David, mais je m’écarte certainement du sujet…).

Ou comment David Rockefeller, aidé et soutenu par son protégé Maurice Strong, a mis l’agenda climatique au premier plan dans les années 1970 afin d’arracher le contrôle des ressources naturelles mondiales aux gouvernements souverains et aux peuples indigènes pour le remettre entre les mains d’organisations non gouvernementales appartenant à des entreprises ? Ou faut-il classer tout cela sous la rubrique “théorie de la conspiration” ?

Serait-il utile de comprendre la croyance perverse du transhumanisme, où son programme recoupe tout ce qui précède, et quel changement culturel radical a conduit à ce que les bloqueurs de puberté soient maintenant couramment prescrits aux enfants souffrant de troubles mentaux ? Ou pourquoi les mots “réalité biologique” ne peuvent plus être prononcés en bonne compagnie ?

Ce sont tous des chapitres potentiels d’un livre que je n’ai tout simplement pas le temps ou l’énergie d’écrire. Donc, pour nos besoins actuels, pouvons-nous simplement convenir que, lorsque vous vivez dans un système qui récompense la richesse et le pouvoir et qui donne la priorité au profit privé au détriment des besoins humains, et que vous répartissez cela sur 7 milliards de personnes, vous vous retrouvez avec les pires aberrations que l’espèce humaine puisse produire au sommet du pouvoir ? Nous sommes dirigés par des psychopathes.

Si c’est trop pour vous, je vous suggère de partir d’ici et de retourner à votre chaîne d’information télévisée préférée en attendant d’autres programmes. Note : le choix de la chaîne n’a pas d’importance, six méga-corporations possèdent tous les médias. Ce n’est que du lavage de cerveau.

Rien n’est ce qu’il paraît. Le monde tel que nous le connaissions n’a jamais été tel qu’il paraissait de toute façon. Mais maintenant, il y a eu un changement fondamental.

Pour replacer cela dans un contexte historique, parler de l’ère moderne, c’est parler d’une période historique distincte avec ses propres caractéristiques économiques et sociales. La principale d’entre elles est un système de relations de propriété contrôlé par les marchés, qui existent dans des cadres institutionnels convenus et soutenus par l’autorité politique.

“La propriété privée est le veau d’or du capitalisme et le capitalisme non réglementé est la bible de la classe dirigeante”, écrit Bernd Hamm. Une observation succincte, mais je pense que la métaphore doit être quelque peu étendue, car il me semble que le veau d’or, autrefois vénéré, est maintenant sacrifié.

Le cadre théorique de Marx est fondamental pour comprendre notre situation actuelle. Marx avait tout à fait raison lorsqu’il disait que les crises de la production capitaliste sont dues à la sous-consommation, c’est-à-dire à une production qui dépasse la demande. En un mot, continuer à produire de plus en plus tout en payant de moins en moins les travailleurs a pour conséquence que ces derniers ne peuvent pas se permettre d’acheter les biens qu’ils produisent.

Marx décrit cela comme une contradiction interne ; une contradiction ancrée dans l’ADN même du système capitaliste.

Ne nous leurrons pas en disant que la classe dirigeante n’a pas aussi bien étudié l’histoire et qu’elle ne sait pas quel destin l’attend si on laisse le capitalisme suivre sa voie ordonnée. C’est pourquoi je suggère qu’ils ont choisi d’apporter la révolution aux masses laborieuses, avant que nous ne la leur apportions.

La récession mondiale actuelle était peut-être inévitable, mais la (mauvaise) gestion de la pandémie a été un boulet de canon. Selon Klaus Schwab, fondateur et directeur général du WEF, la situation désastreuse dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui offre une “fenêtre d’opportunité étroite” pour “réfléchir, réimaginer et réinitialiser notre monde”.

Tout cela semble assez noble et grandiose, jusqu’à ce que vous réalisiez que ce sociopathe cosmopolite appelle en fait à l’annihilation complète des économies nationales – des économies qui ne se sont toujours pas remises de la crise capitaliste mondiale de 2008.

La BoE qualifie cette récession de plus importante depuis 1706. Ce n’est pas seulement une bulle de crédit de 300 ans, mais l’ensemble de l’entreprise capitaliste. Toute l’ère moderne. Capitalisme, libéralisme, démocratie, tout est parti d’un coup. Et cela ne reviendra jamais – ils s’en sont assurés.

Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est un changement de cap par rapport aux économies basées sur la production, dont vous pouvez lire tous les détails dans la propre littérature du WEF. Ce que proposent les resetters sous la rubrique “reconstruire en mieux” n’est pas le capitalisme, mais un système d’organisation sociale et économique tout à fait différent.

Une “économie de partage” dans le nouveau langage – un système d’entrées et de sorties d’énergie parfaitement équilibré grâce aux merveilles modernes de la Blockchain et de l’Internet des objets/Internet des corps. Les caractéristiques du capitalisme – marchés concurrentiels, système de prix, propriété privée et reconnaissance des droits de propriété, échange volontaire et travail salarié – sont manifestement absentes de cette nouvelle économie, de même que tout espoir de mobilité ascendante. En langage réel, il s’agit de la Technocratie.

Il s’agit d’un changement de paradigme.

Marx avait raison quand il a prédit que le capitalisme allait s’éteindre à cause de ses propres contradictions internes. Il était naïf de penser qu’il s’arrêterait nécessairement à cause de la lutte révolutionnaire de la classe ouvrière. La classe dominante a d’autres options, et le système qu’elle entend nous imposer sera plus efficace, plus résistant et plus brutal que tout ce que John D Rockefeller aurait pu imaginer dans ses fantasmes les plus fous.

Un ami m’a récemment demandé pourquoi je crois que nous ne vivons plus sous le capitalisme. Je ne peux que répondre ceci : comment sommes-nous censés monter une contre-attaque efficace lorsque nous ne sommes pas conscients que le terrain a changé ? Siffler dans le noir et pisser dans le vent en même temps ne demande aucun talent particulier. Nous devons faire face à l’évolution de nos conditions matérielles et mettre à jour notre cadre théorique, sinon nous risquons de perdre notre pertinence.

Ce que nous voyons n’est pas seulement le business as usual. Pas seulement la dernière prise de pouvoir, la dernière redistribution à la hausse de la richesse au profit du 1%. Ce n’est pas non plus “juste” du fascisme, c’est-à-dire du capitalisme en mode de crise. Ce que nous voyons, ou plutôt ce que nous ne voyons pas, c’est bien plus que cela. Pour bien comprendre, nous devons aller au-delà du théâtre et examiner la mécanique.

Le virus est un théâtre. Tout comme le changement climatique a été du théâtre. Le “changement climatique” est un mot à la mode délibérément dénué de sens, inventé pour servir les intérêts de l’élite. Imputer tous nos problèmes à un gaz invisible qui représente 0,04 % de l’atmosphère ne résout en rien les graves problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Le lien proposé entre le réchauffement de l’atmosphère et les gaz à effet de serre sert plutôt à détourner l’attention de questions que les élites n’ont pas l’intention d’aborder.

La déforestation est un problème sur lequel nous devons désespérément agir. Déboiser des millions d’hectares pour faire place à des fermes solaires passe clairement à côté de l’essentiel. Le déversement de milliards de tonnes de déchets plastiques et chimiques dans les océans chaque année représente un grave danger pour les écosystèmes marins et, en fin de compte, pour l’ensemble de la chaîne alimentaire, mais cela fait pâle figure à côté des projets actuels des conglomérats multinationaux visant à commencer l’exploitation à ciel ouvert (strip-mining) des fonds marins.

La destruction des aquifères par le forage horizontal menace en permanence notre précieuse réserve d’eau et est autorisée parce que le gaz naturel est considéré comme un combustible propre ? Les pratiques agricoles industrielles modernes, les aliments et les engrais OGM ont un impact dévastateur sur la biodiversité, mais font partie intégrante de la gestion de la chaîne d’approvisionnement dans le cadre du “capitalisme vert”. Je pourrais continuer encore et encore.

Mais si l’industrie du changement climatique a été une aubaine pour certaines élites, elle a échoué au test ultime, à savoir la transformation totale de la société. Malgré tous les experts scientifiques qui prédisent une certaine extinction d’ici quelques décennies, la menace imminente d’une apocalypse climatique ne suffisait toujours pas à justifier les changements que nous avons observés ces derniers mois.

Ils avaient besoin de quelque chose de plus tangible. Ils devaient être capables de montrer les cadavres qui s’empilent. Au moins à la télévision. Entrez dans la covid-19 – Quelque chose dont nous pourrions tous avoir VRAIMENT peur.

Et c’est ainsi que les gouvernements ont agi en parfaite synchronisation, sur les conseils de “groupes d’experts” et de “scientifiques de haut niveau”, pour freiner les économies nationales ; des économies qui n’avaient plus de leviers à tirer. 25 % des petites entreprises ont maintenant fermé, la plupart ne rouvriront plus jamais, tandis que les géants du commerce de détail et de la technologie ont balayé leur part de marché en affichant des bénéfices records.

Au cours des huit derniers mois, Jeff Bezos a ajouté 70 milliards de dollars à sa fortune personnelle, tandis qu’Elon Musk a empoché la somme modeste de 110 milliards de dollars. Un petit changement par rapport à ce que Bill Gates s’apprête à faire avec un vaccin qui sera probablement nécessaire à tout le monde, chaque année, pour la vie.

Il s’agit d’un coup d’État corporatif (les philosophes appellent ça le coup d’état des multinationales). Nous ne reviendrons jamais à la “normale”.

“Reconstruire en mieux”, répètent-ils sans cesse. Comme s’ils avaient l’intention de reconstruire les piliers de la démocratie libérale dont ils viennent de prendre le contrôle. Vie privée, liberté d’expression, liberté de réunion pacifique, etc. Non. Si vous respectez les nouvelles règles, ils pourraient vous délivrer un “passeport de la liberté”. Tant que vos clichés sont à jour et que votre crédit social est bon, vous pourriez même conserver votre pension ou votre allocation d’invalidité. Mais probablement pas votre maison.

Quelques-uns en parlent. De vagues murmures des camps conservateurs et libertaires nous mettent en garde contre ce complot diabolique des élites pour installer le socialisme mondial. Parce que, eh bien, parce que tout ce qu’ils n’aiment pas, c’est le socialisme, non ?

Parce qu’ils n’ont jamais étudié l’histoire ou les sciences politiques, en fait la plupart d’entre eux semblent n’avoir jamais lu un livre. Ils ne font que répéter ce qu’ils entendent de leurs experts de droite préférés. Vous vous souvenez de ces six corporations ?

Non, la Grande Réinitialisation n’est pas une question de socialisme. Si seulement c’était le cas. Les oligarques veulent créer une classe rentière permanente. Eux et leurs semblables posséderont TOUT alors que le reste d’entre nous ne possédera rien. Ceci est fondamentalement différent du socialisme qui cherche l’élimination de la propriété privée et la restauration des biens communs.

Dans la nouvelle économie, tout sera loué. Personne n’a besoin de dormir tout le temps. Pourquoi posséder un lit quand on peut en louer ou en partager un ? Pourquoi posséder une voiture ou un vélo quand on peut faire du covoiturage dans un taxi autogéré ? Vous avez compris l’idée.

Certains l’appellent le capitalisme des parties prenantes, mais cela aussi est inexact. Un terme plus exact serait techno-féodalisme. La monnaie Fiat a dépassé son utilité. Les marchés des capitaux sont remplacés par des marchés d’impact qui vont faire le commerce de la misère humaine tandis que des capteurs biométriques suivent chacun de nos mouvements. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on l’appelle le World Wide Web ? S’il n’est pas évident aujourd’hui de comprendre pourquoi ils sont si pressés de lancer la 5G, il suffit de lire/regarder n’importe quel film de science-fiction dystopique réalisé au cours des cinquante dernières années.

C’est le monde qu’ils sont en train de créer pour nous en ce moment. L’ancien est parti, et ne reviendra pas. D’une manière ou d’une autre, nous allons aller de l’avant.

Mais vers où ?

Sean Stinson

H+ Vers une civilisation 0.0

Des moyens techniques et financiers sans précédent semblent mettre le vieux rêve de l’homme-machine à portée de main : sur quels fondements idéologiques le projet transhumaniste s’appuie-t-il ? Quelle vision de l’homme porte-t-il ? Alors que les idées du transhumanisme affectent déjà nos vies, “H+” en retrace, à travers l’histoire des idées, les enjeux (politiques, philosophiques ou même économiques) et la généalogie.

Dans ce texte fulgurant, Friederich rétablit les origines de la doctrine transhumaniste au sein de l’histoire des idées, afin de désamorcer la “coupure historique” que celle-ci tente d’initier. Ce faisant, il dénonce cette idéologie nouvelle qui tente d’améliorer grâce aux sciences la condition humaine mais ne fait que relever à ses yeux d’une profonde inhumanité. Il débusque notamment les procédés invisibles auxquels les “technoprophètes”, comme il les qualifie, ont recours pour parvenir à leur fin. Sa critique se double par conséquent d’une dénonciation du capitalisme, dont le transhumanisme est entièrement tributaire. En s’attachant au corps seul, en niant l’esprit, le transhumanisme apparaît comme une dégénérescence du projet philosophique d’émancipation de l’homme.

Arrivée au terme du processus de rationalité critique, voici l’homme en quête d’un modèle neuf comme l’étaient les âmes des morts dans le monde grec. Mais alors les dieux veillaient. Aujourd’hui, l’individu n’est qu’un point nodal sur un réseau. Un réseau aux prises avec une accélération générale. Accélération du rythme de vie, du transfert de l’information, des relations sociales, du régime du travail et des découvertes, de la technique et du marché des idées – ce que Zygmunt Bauman appelle la ‘liquidité’. C’est précisément sur ce marché des idées que les post-humanistes et les post-libéraux cherchent à vendre leur projet d’un homme-machine.”

H+ est le sigle d’identification des Transhumanistes, dont les représentants reprennent à leur compte le rêve ancien de l’homme-machine. À la différence qu’ils disposent cette fois de moyens techniques pour tenter de le réaliser. Ainsi, avons-nous en ce début du XXIe siècle à nous défendre contre une mouvance qui espère remplacer le vivant par une unité fonctionnelle et, sur la foi qu’elle rencontre dans les milieux du pouvoir, bénéficie de soutiens et de moyens financiers considérables. Ce projet aux effets bien réels sur nos vies, à défaut de doter la machine d’un esprit, entend réduire l’homme à la machine.

L’avènement d’un homme artificiel permettrait en effet de contraindre le vivant à se soumettre à un dispositif socio-technique fondé sur la rentabilité. Il permettrait en outre aux puissants, ceux qui conçoivent le dispositif, de dépasser la seule limite que rencontre l’extension infinie du capital et de leur pouvoir : leur propre mort.

Alexandre Friederich ne décrit pas seulement leurs buts, qui sont désormais connus, mais en retrace la généalogie au sein de l’histoire des idées et de celle du capitalisme. Il démontre ainsi comment ils constituent une propagande visant à créer sans attendre un humain simplifié. Avec un espoir : éviter une civilisation 0.0.

Extrait de “H+”

Alexandre Friederich est un Auteur, dramaturge né en 1965 à Lausanne. Fils de diplomate, il passe de nombreuses années à l’étranger (Finlande, Espagne, États-Unis, Mexique, Vietnam…) avant d’entreprendre des études de philosophie à l’université de Genève.

La génération Z fait face à un monde au bord de l’effondrement

John Maynard Keynes, le fondateur de la macroéconomie, a prédit que le capitalisme durerait jusqu’en 2030, date à laquelle l’humanité aurait résolu le problème de nos différents besoins et serait passée à des préoccupations plus élevées. Au lieu de cela, la Génération Z se prépare à la stagnation des salaires et à la crise écologique, écrit Malcom Harris pour le MIT Technology Review.

Mais qu’est-ce qui s’est passé ? Pour le savoir, il faut se poser des questions fondamentales sur l’économie, la technologie et le progrès. Par exemple, au lieu de soulager les travailleurs du labeur, les progrès technologiques réduisent leur efficacité en moulant les ouvriers dans des formes déraisonnables. L’effet de ruissellement ressemble à une mauvaise blague. La différence entre la productivité et le salaire est une augmentation de l’exploitation : les travailleurs font plus et obtiennent moins.

Et ensuite ? Les prévisions ne sont pas roses. Nous avons accumulé non seulement des richesses, mais aussi des catastrophes, et la planète va se réchauffer de plus en plus. Un panneau de protestation de la grève des jeunes pour le climat l’a dit de façon succincte : “Vous allez mourir de vieillesse. Nous mourrons du changement climatique”.

Les enfants reconnaissent que le capitalisme a épuisé les ressources humaines et naturelles plutôt que de construire une meilleure société. À la grande surprise de tous, les petits-enfants de Keynes sont devenus marxistes. Il est difficile de dire ce qui va suivre, mais ça va arriver très rapidement.

Lire la suite MIT Technology Review

Quelle forme de complicité a rendu Facebook possible ?

L’exemple de Facebook1 permet de remonter à la racine d’une « responsabilité du clic » associant le réflexe corporel – celui de cliquer, commun à toute l’économie du net – et le succès fulgurant d’une révolution globale non pas tant numérique (comme on se plaît à le dire) que politique. Facebook peut être considéré comme un exemple princeps de ce que Foucault nommait les « techniques du corps », exemple dont la valeur repose ici sur sa portée contre-intuitive, puisque l’Internet est réputé réaliser le triomphe de « l’immatériel ». Ainsi, la mystification est totale. La focalisation imaginaire sur la production des biens physiques – telles une voiture ou une paire de chaussures – fait volontiers oublier aux militants écologistes combien les réseaux ont accaparé un potentiel de croissance économique exponentielle qu’eux-mêmes hésitent à intégrer dans leur critique, en raison d’un désir de propager leur propre audience par ces moyens-là, désormais déclarés incontournables. Cette croissance est destinée à devenir ubiquitaire avec l’implantation du réseau 5G (de cinquième génération) et la généralisation de l’Internet des objets, ce qui montre à rebours que le capitalisme n’a pas dit son dernier mot sur les objets matériels : il s’agit par là de créer de toutes pièces une nouvelle phase d’accumulation qui ne laissera aucun geste quotidien en dehors de son emprise jusqu’à s’implanter dans le corps humain. Il s’agit de coloniser sans reste toute chose et tout être, et même les flux de pensée, avec notre consentement imperceptible, au nom de l’argument selon lequel il n’y a rien de mal à promouvoir des technologies si pratiques et si rapides. La croissance économique se présente ainsi sous les espèces d’une communication inoffensive, qu’il convient seulement de « faciliter » dans l’intérêt de tous, au service de bonnes causes, alors qu’elle vise à absorber l’ensemble des sphères non économiques dans sa progression dévorante. Ce faisant, elle parachève l’intégration de toute critique dans l’escarcelle de sa propre valorisation. Elle réussit à éliminer son propre dehors en contribuant à l’inanité de toute opposition politique – ceci dans la mesure même où elle prétend faciliter la diffusion de causes politiques. L’argument selon lequel on doit à Facebook (et d’autres réseaux sociaux) le départ et la diffusion de contestations sociales doit être analysé à l’aune de la croissance de Facebook lui-même, qui, pendant qu’on poussait les représentants de l’État à la démission, engrangeait les bénéfices cachés de ces révoltes : nous avons insensiblement changé de maîtres. La critique de la croissance peut ainsi en rester à la critique fétichiste des objets physiques en éludant les progrès d’une infrastructure de la communication prétendument acceptée pour la bonne cause. Ce faisant, elle nourrit un capitalisme à qui elle demande en même temps de décroître ou de disparaître. Cela démontre par les faits l’inconséquence d’une critique qui ne va pas jusqu’à considérer sérieusement l’affirmation de MacLuhan sur l’identité du message et du média. Que ne faut-il de naïveté ou d’idéologie pour penser qu’une bonne idée se suffit tellement à elle-même qu’elle n’a pas à s’interroger sur ses voies de médiatisation !

Facebook offre un cas d’espèce qui permet de définir un certain type d’enrôlement subjectif et d’éclairer la nature de certains compromis apparemment sans retour. La rumeur qui parlait d’une candidature de Zuckerberg aux élections américaines est à prendre au sérieux, même si la réputation de l’entreprise est désormais entachée : nous savons que le scénario d’un président milliardaire sans expérience politique est possible, aussi le scénario d’un milliardaire de la Silicon Valley président des États-Unis n’est pas à exclure. Comme chacun sait, Mark Zuckerberg a dû répondre en 2018 devant le Sénat américain et le Parlement européen du scandale de la vente des données personnelles à Cambridge Analytica, c’est-à-dire pour avoir transgressé le respect de la vie privée des utilisateurs et avoir permis que soient influencés les résultats des présidentielles Américaines. Mais la dénonciation aussi irrégulière qu’inefficace du monopole des GAFAM2 semble incapable de mener à une poursuite juridique à l’aide des seules lois antitrust américaines, en raison de l’intérêt pour le bien commun dont se targuent les géants du monde numérique : investissement dans la recherche scientifique (qui est cependant bien davantage qu’une recherche désintéressée puisqu’elle porte un vaste projet de société) et accession des particuliers à une multitude de services « gratuits ». Ces lois américaines qui surent dans le passé conduire au démantèlement d’entreprises aussi influentes que la Standard Oil ne s’appliquent plus à la situation actuelle. C’est pourquoi un auteur libéral comme Luc Ferry n’a rien de mieux à proposer aux Européens que de créer leur propre GAFAM. Leur monopole et leur ascension politique a déjà réussi la paralysie du monde politique, au point que la seule « alternative » aux GAFAM américains serait des équivalents européens, ce que les Chinois ont bien compris avant tout le monde avec leurs BATX3. L’arrogance européenne consistant à considérer par provision l’Europe comme naturellement porteuse de valeurs plus hautes – capable de transcender les horreurs américaines et chinoises – est une fois encore sans limites. Mais la menace que font peser les GAFAM sur l’économie et la politique elles-mêmes est la raison pour laquelle ces entreprises sont désormais dans le viseur de tout le spectre politique de droite comme de gauche, y compris américain : elles sont déclarées contrevenir aux règles minimales du libre-échange et inquiètent donc non pas tant pour leurs vertus capitalistes que pour leur nature anticapitaliste4, comme un tricheur à qui on rappelle les règles du jeu, sauf que c’est désormais le tricheur qui fait les règles. Il n’est donc pas étonnant qu’une libérale comme Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence (et, depuis le 1er décembre 2019, vice-présidente de la commission européenne en charge du numérique), ait fait de la lutte contre les GAFAM son plus grand défi. Comment en sommes-nous arrivés à une situation où des entreprises en situation de monopole mondial sont devenues à ce point capables de dicter les règles du jeu politique ? Il est possible d’étudier toute la stratégie commerciale de ces firmes pour en tirer des conclusions sur leurs ambitions politiques, dont le transhumanisme est le fleuron idéologique. Mais cette approche ne suffit pas : elle n’explique pas la protestation persistante des utilisateurs même les plus gauchistes et les plus anticapitalistes en faveur de Facebook « malgré leur répugnance », et ceci en dépit des nombreux signaux d’une modification sournoise et fondamentale de la vie politique que Facebook et d’autres ont déjà enclenchée et bientôt remportée. Il n’est que de voir le nombre de lieux qui se disent anticapitalistes et alternatifs, dont le compte Facebook est mieux mis à jour que leur site Internet : ce qui contribue de fait soit à forcer le sympathisant à ouvrir un compte Facebook pour accéder aux contenus, soit à l’exclure de ces mêmes contenus s’il persiste à refuser de se joindre à la communauté Facebook. On conviendra que c’est là un comble pour toute pensée critique. Qu’on en juge par les propos sans fards de Peter Thiel, fondateur de PayPal, actionnaire de Facebook, transhumaniste, libertarien élitiste et adversaire résolu de la démocratie : « Nous sommes engagés dans une course à mort entre la politique et la technologie. Le sort de notre monde dépend d’un seul individu, d’une personne, qui sera capable de bâtir et diffuser des outils technologiques favorisant la liberté et permettant un monde plus sûr pour l’épanouissement du capitalisme5. » Les États, pour rester dans la course, sont sur une pente glissante : la France des droits de l’homme n’a pas craint de faire passer sans débat parlementaire en 2016 un méga-fichier (Titres électroniques sécurisés) qui centralise les informations personnelles et biométriques de tous les Français. L’Europe met à l’essai « à des fins de recherche » un système de contrôle aux frontières européennes (iBorderCtrl) financé par la Commission européenne, qui utilise les technologies de reconnaissance faciale, un détecteur de mensonges et le recueil des données – tout ceci au nom du confort des usagers et de la sécurité collective qui seront les critères décisifs pour l’éventuelle adoption ultérieure de ce système de contrôle. Nous sommes insensiblement, une étape après l’autre, dépossédés du droit de ne pas être traçabilisés et personne ne sait à quoi peut servir dans un avenir incertain la constitution de tels fichiers (dont l’exemple de la Chine donne un certain avant-goût). Il n’y a aucune raison de penser qu’ils ne vont pas continuer de s’étendre en volume et en applications, toujours pour la bonne cause. « On vous protège », affirme désormais péremptoirement le métro parisien pour justifier les caméras de surveillance. Le progrès technologique est vu ici comme un développement autonome, naturel, cosmique en somme, contre lequel seules des interdictions puissantes auraient peut-être une chance de nous sauver du désastre. Il n’y a pas de choix ; il n’y a que des permissions ou des interdictions, des évitements ou des facilitations d’un phénomène qui, pour ainsi dire, se passe sans nous (dans la droite continuation du fétichisme du progrès). Pendant ce temps, nous continuons de nous enfoncer mollement dans la consommation numérique comme dans un sommeil de nos facultés critiques. Je prie le lecteur d’imaginer sur quelle pente nous mène ce faisceau de tendances qui concourent, mises ensemble, à transformer la planète en lieu invivable et sans échappatoire et l’humanité à un troupeau d’enfants qu’on dresse, qu’on surveille, qu’on protège et qu’on évalue.

Or tout se passe ainsi comme si nous avions (presque) tous voté pour Facebook et que nous considérions cette dictature d’un genre nouveau (sans doute difficile à décrypter aux habitudes héritées de l’histoire des dictatures) comme la seule option possible, rapportée à une inoffensive évolution des pratiques – du moins aussi longtemps que quelqu’un d’en haut ne nous en aura pas libérés, comme des enfants pris au piège. C’est dans ce contexte qu’il convient de replacer la demande répétée aux institutions européennes de nous libérer des GAFAM. Se peut-il que tout le monde s’en serve, mais que personne n’en veuille ? Voulons-nous ce que nous désirons, pour reprendre une formule de Lacan ? Personne ne se risque à dire sur quel modèle économique l’Europe pourrait sortir des GAFAM, étant donné qu’une version européenne des GAFAM fondée sur le même modèle économique n’aurait évidemment rien d’émancipateur, sauf à supposer qu’un label européen serait naturellement plus moral qu’un label étranger, comme tend à le croire le vieux chauvinisme européen. Quoi qu’il en soit, les politiques nationales et européennes sont dans l’impasse et leurs représentants sont détestés à la mesure de l’attente exorbitante à leur endroit. Que dire ici des utilisateurs de Facebook ? Ils ne semblent à tout le moins pas faire grand cas ni de leurs données personnelles, ni des projets qu’elles permettent de financer, ni des influences qu’on exerce sur eux. Pourquoi en effet poursuivre les entreprises si le public en redemande ? La même personne qui ne se déclare pas prête à quitter Facebook peut à la fois critiquer la viduité de la plus grande partie des communications échangées sur Facebook, jouer tout de même les « infiltrés » et en appeler à la lutte active contre les GAFAM6. De manière caractéristique, cette argumentation manie soumission et fausse critique sans rien trancher sur le fond. À côté de l’argument pratique, il se développe en particulier une série de « justification par l’infiltration » : être présent sur Facebook permettrait justement d’observer Facebook, voire permettrait de répandre à grande échelle des informations critiques, de lancer des mouvements ou d’accéder soi-même à des informations inaccessibles ailleurs (alors même que tant d’informations sont notoirement des fake news et que tant d’autres sont censurées). Voyons plutôt ce que déclarait l’une des collaboratrices de Facebook au souvenir de l’introduction des News Feed en 2006 :

« Nous nous sommes réveillés avec des centaines de milliers de gens indignés. Pendant la nuit, des groupes Facebook comme “je déteste newsfeed”, “Ruchi [la collaboratrice en question] est le diable” s’étaient constitués. Des reporters journalistiques et des étudiants étaient campés devant les bureaux. Nous avons dû nous faufiler discrètement par la sortie arrière pour quitter le bureau. Des tas de gens nous demandaient de fermer définitivement News Feed. Et la plupart des autres entreprises auraient exactement fait cela, en particulier si 10 % de leurs usagers menaçaient de boycotter le produit. Mais nous ne l’avons pas fait… En fait, News Feed a marché. Au milieu de tout ce bazar, de toute cette indignation, nous avons remarqué quelque chose d’inhabituel. Bien que chacun prétendait le détester, l’activité avait doublé7. »

La mesure de l’action plutôt que celle de l’opinion aura ici été déterminante : non pas ce que vous dîtes, mais ce que vous faites. C’est bien le coup de clic qui aura été décisif, cette sorte de réflexe inscrit dans la peau des utilisateurs de l’ère numérique. Cela porte un nom en théorie néoclassique : ce sont les préférences révélées8. L’écart entre l’indignation affichée des utilisateurs et le succès réel de la chose (« News Feed a marché… l’activité avait doublé ») justifie la poursuite de l’entreprise, ressort ultime de son ascension. Le compromis passé à ce moment-là ouvre une voie qui, semble-t-il, est sans retour : une fois que ce cap fut franchi, Facebook devint en quelques années toujours plus puissant et politiquement hors d’atteinte. Les conditions d’installation initiales furent comme frappées de refoulement. Le compromis originel devient illisible dans ce que Freud nomme les phénomènes de déplacement ou de condensation : le destin du compromis est d’avoir effacé ses propres traces. Il n’empêche que le monde numérique est plein de repentis, tel le fondateur de WhatsApp qui, après avoir revendu l’application à Facebook investit désormais dans la protection des données, laquelle ne change rien au modèle économique de Facebook : elle renforce au contraire sa légitimité écornée. L’opinion d’une gauche imbue d’elle-même selon laquelle nous ne voulons pas de ce modèle de société est contredite par l’ascension arrogante de ce même modèle assise sur une complicité généralisée. Se peut-il alors que les gens ne reçoivent pas autre chose en fait que ce qu’ils veulent vraiment ? Leur véritable désir est-il celui, pur, qui précèderait le moment de corruption, ou bien celui révélé par l’offre qu’ils acceptent gracieusement ? Cette spirale rétroactive ne se ferme sur aucune ontologie subjective susceptible d’endosser l’entière responsabilité du circuit de l’offre et de la demande. Leur vrai désir n’est certainement ni l’un ni l’autre : le désir n’a pas de substance. Lacan a dit que le désir de l’homme, c’est le désir de l’Autre : toutes les gesticulations sur mon désir insatisfait ne valent pas un instant de considération si mon adresse constitue un ralliement secret à cet Autre incarné dans le discours du moment – en attendant le prochain discours. À charge donc pour le critique d’incarner un autre discours. Le moment fictif de corruption (celui où un utilisateur se met à agir d’une manière qu’il réprouve ou prétend réprouver) est lui-même ce point évanouissant d’une subjectivité impossible à objectiver à la fin autrement que dans la somme de ses actes. L’autre sujet, celui de l’inconscient, celui qui articule la structure « je sais bien, mais quand même… », n’est justement pas lisible dans l’ordre du monde algorithmique. Que vous ayez un doute, une mauvaise conscience ou un repentir ne compte pas pour les big data, qui ne font que totaliser des actes. Il s’ensuit que ce réseau social est probablement l’entreprise la plus populiste au monde, à savoir qu’il accorde une certaine fonction politique à la multitude dont il révèle ou façonne une préférence en supplantant imperceptiblement dans son creuset algorithmique toutes les formes connues d’organisation politique.

Mark Zuckerberg ne cesse de protester ingénument (lui aussi) du fait qu’il n’avait aucune autre intention que celle de lancer un réseau efficace et enrichissant pour les utilisateurs. Il nous semble décidément n’avoir à faire qu’à une humanité exclusivement soucieuse de générosité et de partage. Mais l’histoire de Facebook montre que la bonne intention dérape à un endroit de sa collusion obscure avec l’Autre au cours de son processus de multiplication. N’est-ce pas à juste raison que Zuckerberg ne manque jamais de remercier les utilisateurs de l’avancement de son grand projet universel ?

« À un moment, il [Mark Zuckerberg] décida que le principe universel qui vaut ici, c’est celui de l’acte d’engagement. Ce à quoi nous devrions vraiment prêter attention, ce dont il s’assurera que nous y prêtions attention, ce sont les choses qui génèrent de l’engagement. […] Le behaviourisme est ancré dans Facebook. Facebook n’en a pas fait mystère. Facebook est constamment en train d’ajuster ses algorithmes pour essayer de commuter nos états émotionnels positifs, qu’on appelle habituellement le bonheur. C’est l’une des raisons pour lesquelles Facebook mesure le bonheur du mieux qu’il peut, ou du moins c’est ce que pensent ses administrateurs. Voilà pourquoi ils ont conduit des études sur le changement de l’humeur (et cela leur causa des problèmes). C’est le genre d’ingénierie sociale qu’ils veulent mettre en place. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils essayent d’appliquer le principe de mesure hédoniste à toutes les espèces9. »

Or Zuckerberg n’a pas mieux à promettre que ses investissements dans le domaine de la connexion télépathique universelle et la disparition de toutes les maladies de la terre, projets qui en d’autres temps seraient passés pour ceux d’un dangereux psychopathe. Lorsqu’il dévoile son projet d’interface cerveau-ordinateur, qui serait capable de transformer le flux des pensées en données partageables et en interaction directe avec les objets connectés, il n’a aucune raison de douter qu’une telle technologie trouvera des utilisateurs, conformément aux principes qui ont fait leurs preuves jusqu’à présent : « Je suppose que ce serait quelque chose que quelqu’un choisirait d’utiliser comme produit10. » Le fantasme de symbiose technologique tire son ressort de la promesse de surmonter la division du sujet par la fusion de l’environnement et de l’individu – en quoi notre civilisation s’avance dangereusement au bord de l’abîme de la responsabilité. Ceci dit indépendamment de la faisabilité de ce projet, qui reste bien sûr incertaine.

Et tandis que la seule solution, mais la plus improbable d’après certains critiques, serait de quitter massivement Facebook, on argue en face qu’il est peine perdue de quitter Facebook (les données étant récoltées partout ailleurs, autant dire qu’il est trop tard) et qu’on ne voit pas comment garder contact avec famille et amis, organiser un événement d’envergure ou lancer un mouvement contestataire sans un service équivalent à celui de Facebook11. Si une étude déplorait un quart de fermeture de comptes Facebook par les utilisateurs américains lors du deuxième trimestre 2018 (mais seulement environ 1 % de baisse d’utilisation active en Europe), Facebook n’est pas menacé et détient suffisamment d’autres services par ailleurs. Chacun sait que lorsque les utilisateurs sont lassés d’un service, il suffit – c’est de bonne guerre capitaliste – d’en proposer un nouveau. Ce point de fuite est caractéristique d’une incapacité croissante des peuples et des individus à dire non, le refus ponctuel étant de toute façon immédiatement réorienté vers une nouvelle offre. Il faut donc le dire : Mark Zuckerberg a dû répondre des opérations de son entreprise, mais les utilisateurs sont à la fin lavés de toute responsabilité. Eux n’ont que de bonnes raisons, ludiques ou sérieuses, et toujours déclarées « pratiques », de rester utilisateurs d’un réseau qui, en vérité produit une accumulation capitaliste exponentielle grâce à leurs données personnelles et met en œuvre une révolution politique. Or ce n’est pas le règlement général sur la protection des données (RGPD) qui change quoi que ce soit à cette politique ; ce dernier parachève la perversion en permettant la récolte des données… avec votre consentement obligatoire, même si celui-ci est obtenu en un clic négligeant. Même si la case cochée par défaut n’est plus légale, on peut se demander quel utilisateur lit à chaque fois l’intégralité des conditions d’utilisation et s’embête d’un long détour pour refuser son accord. De plus le RGPD ne s’applique qu’en cas d’identification personnelle des données, mais ne s’applique pas à leur recueil anonyme à des fins statistiques (certains types de cookies), ce qui égare l’utilisateur. Il s’ajoute à cela un certain nombre de détournements des conditions d’utilisation qui ont été dénoncées en France par l’association la Quadrature du Net. La tactique du plus malin caractérise le recueil du consentement qui n’est pas du tout aussi « univoque » que le prétend le RGPD. En pratique, c’est une demande fastidieuse répétée à chaque nouveau site, renouvelable régulièrement, soumise à des conditions d’utilisation et à des paramétrages qui n’intéressent pas le profane. Le consentement s’obtient en harassant l’utilisateur par une demande répétée faîte dans des conditions qui dérangent sa navigation. Or le consentement obtenu de cette manière est d’ores et déjà l’argument imparable de Facebook dans les plus récentes accusations de collecte de données qui se poursuivent en contournant le règlement européen par le biais d’applications mobiles, faisant de l’utilisateur un « complice12 » par sa négligence même à vérifier les conditions d’utilisation au moment de l’installation d’une application. Nous retrouvons au cœur de la question de la responsabilité la notion de consentement qui est tout sauf « univoque », contrairement à ce que prétend le RGDP. C’est plutôt en se fondant sur une équivoque fondamentale du consentement que Facebook peut continuer à déployer son modèle commercial. Comment Facebook cesserait-il, du reste, de collecter des données, puisque tout son modèle politique et commercial est bâti là-dessus ? Pourquoi fait-on mine tous les quatre matins de redécouvrir la même chose et de s’en offusquer ? Seule l’interdiction pure et simple de l’utilisation commerciale des données mettrait en péril le monopole, voire l’existence de Facebook. Au risque d’avoir un tiers de l’humanité en révolte pour défendre leur réseau social ?

Le mythe d’un Facebook générateur de rassemblement horizontal et de révolutions sociales (printemps arabes, gilets jaunes) oublie que ces révolutions sont retombées comme des crêpes, débouchant ici sur de nouvelles dictatures, là sur des réclamations populistes qui ne démontrent aucunement la capacité des citoyens à concevoir et organiser une nouvelle société, car une nouvelle organisation demande, comme disaient les surréalistes, de changer la vie et non pas seulement de répandre des mots d’ordre sur les réseaux. On ne pourra changer la vie qu’en reprenant la main sur les circuits de production et de décision politique. La « communauté globale » que promeut Facebook pour faire face aux défis globaux (tels le terrorisme, la crise des réfugiés ou le changement climatique13) ne démontre que l’ambition de son fondateur, pas seulement de renvoyer à la société son miroir supposé, mais aussi d’être à la source d’un changement mégalomane de société auquel chacun de nous a renoncé à toute petite échelle (à l’échelle de changer la vie). C’est ainsi qu’un enchaînement d’effets de masse conduit un fantasme ordinaire (qui ne voudrait sauver le monde ?) mais réprimé vers un effroyable degré de réalisation parfaitement combiné à l’apathie générale. Il repose sur la réorientation de toute activité de changement politique vers une émotion cliquée.

Chacun s’émut d’apprendre que « la démocratie est menacée » lorsqu’une frange d’électeurs fut subrepticement influencée pendant la campagne politique de Donald Trump : mais qui met en doute la psychologie behavioriste rudimentaire qui fonde cette affaire, selon laquelle il suffit d’envoyer un message ciblé à la bonne frange d’électeurs et au bon moment pour faire tourner le vent politique ? L’idée fondamentale est que les électeurs, comme les consommateurs, sont des sortes d’animaux manipulables à volonté, et non des sujets responsables de leur vote, quelque légère ou versatile que soit leur opinion. C’est une vision qui n’est ici pas un instant mise en doute : l’homme est un animal qui répond à des signaux. Il n’est donc pas responsable de ce qu’il fait et il convient uniquement de s’assurer de lui trouver un maître pas trop mauvais ou de vérifier les signaux qui lui sont envoyés, au cas où ils seraient malveillants, racistes, sexistes ou encore simplement faux. Il faut protéger la petite tête influençable du citoyen. Il y a beaucoup plus de souci à se faire sur cette définition animalière de l’homme réagissant au premier stimulus venu (comme si rien ne venait de lui et qu’il n’avait aucune responsabilité dans sa réponse) que sur les politiques d’un Trump ou d’un Zuckerberg qui du reste ont été portés au sommet par les peuples – l’un par le vote politique, l’autre par le vote économique. Deux formes de choix social qui ont bien en commun certains principes et certains paradoxes, notamment celui de ne jamais pouvoir refléter le désir supposé de l’individu, et donc de pouvoir donner lieu à des résultats collectifs aberrants, qui relancent, à rebours, l’insondable question de leur rapport à l’individu. Ce dernier évitera ainsi de se demander ce qu’il a à voir avec un résultat collectif dont il croyait ne pas vouloir. L’individu, citoyen ou utilisateur, préférera rejeter en bloc les élites et les représentants, accusés d’avoir menti sur la marchandise, plutôt que de remonter à la racine du compromis passé avec les forces qui le dépossèdent de son pouvoir d’agir. L’exemple de Facebook et d’autres plateformes à l’ascension fulgurante met en évidence par quel compromis imperceptible nous mettons le pied dans un engrenage qui ne tarde pas à apparaître ensuite comme une machine écrasante sur laquelle l’individu n’a plus aucune emprise. Facebook représente en ce sens le récapitulatif fulgurant de toute l’histoire du capitalisme.


Notes :

1Cet article correspond au treizième chapitre de l’ouvrage paru le 5 décembre 2019, reproduit ici avec de légères modifications avec l’accord de l’éditeur : Sandrine Aumercier, Tous écoresponsables ? Capitalisme vert et responsabilité inconsciente, Libre & Solidaire, 2019.

2Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft

3Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi.

4Larry Elliott, « Is it Time to Break Up the Tech Giants Such as Facebook ? », The Guardian, 25 mars 2018.

5Fabien Benoit, « Peter Thiel, l’homme qui voulait achever la démocratie », Usbek et Rica, 17 juin 2018.

6 Olivier Erztscheid, « Pourquoi je ne quitte pas (encore) Facebook », Libération, 24 avril 2018.

7 Ruchi Sanghvi, post Facebook, 06 septembre 2016, cité par Andrea Huspeni, « Mark Zuckerberg Reveals the 5 Strategies that Helped Facebook Grow at an Insane Rate », Entrepreneur, 25 mai 2017.

8Olivier Mongin, « Les préférences révélées et la formation de la théorie du consommateur », in Revue économique, vol. 51, n° 5, septembre 2000.

9Alexis C. Madrigal, « Were We Destined to Live in Facebook’s World ? », Entretien avec Siva Vaidhyanathan, The Atlantic, 24 juillet 2018.

11Brian X. Cjen, « Want to #DeleteFacebook ? You Can Try », New York Times, 21 mars 2018.

12Hatim Boumhaouad, « Exploitation des données personnelles par Facebook : l’usager est-il complice ? », The Conversation, 7 avril 2019.

13Alexis C. Madrigal, « The Education of Mark Zuckerberg », in The Atlantic, 20 novembre 2017.