Skip to content

Davos : intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab

Intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab, président-fondateur du Forum Economique Mondial dans le cadre de l’Agenda de Davos (25—29 Janvier 2021), sur le thème de la « Grande Réinitialisation » du monde après la pandémie de la COVID-19.

Davos est une réunion annuelle, à laquelle participent plus de 1500 leaders mondiaux, dont 25 chefs de gouvernement et d’État et plus de 500 PDG.

Les sujets abordés, entre autres, ont été le « new normal », la quatrième révolution industrielle, le Grand Reset, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques et les impacts en termes démocratiques qui sont massifs.

Mardi 26 janvier 2021, extrait :

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, si on prend tous ces changements, est-ce que ça signifie aussi un nouveau mode de mondialisation ? Est-ce c’est aussi, comme on dit, un « new normal » pour la mondialisation ?

Le Président de la République
Alors complètement. Je vais vous dire, tout ce qu’on est en train de se dire converge pour moi vers trois éléments. Le premier, on doit bâtir un nouveau consensus. Le 11 novembre dernier, lors du Forum de Paris pour la paix, on a essayé de réunir des chefs d’Etat et de gouvernement, des ONG, des organisations internationales, des intellectuels pour essayer de réfléchir à ce qu’on a appelé très immodestement le consensus de Paris. C’est le consensus de partout, qu’importe, mais de se dire plusieurs décennies après le consensus de Washington, il nous faut bâtir un nouveau consensus dont les règles ne sont pas la réduction de l’État, la baisse du secteur public et la création de valeur uniquement pour justement l’actionnaire. Et donc on doit bâtir, et c’est exactement la discussion qu’on a depuis tout à l’heure ensemble, un nouveau consensus qui intègre tout cela et qu’il remet au cœur du modèle. Deuxième point, il faut trouver un nouveau mode de coopération entre les États, c’est-à-dire retrouver un multilatéralisme efficace. C’est ce à quoi je crois depuis des années. Il était bloqué, en effet, par une administration américaine qui n’y croyait pas. Je nourris beaucoup d’espoirs en ce début d’année avec un partenaire américain, je l’espère, qui va se réengager, et donc nous devons construire un multilatéralisme efficace qui permettra de répondre et de mettre en œuvre ce nouveau consensus. Et puis, troisième chose, on a besoin de bâtir ces nouvelles coalitions, celles-là même qu’on a essayé de construire dans le cadre des One Planet Summit. C’est-à-dire qu’au fond, pour répondre à ces défis, le « new normal » dont vous parlez est une interaction et je salue à cet égard le caractère très innovant de votre forum, depuis des décennies, vous avez pensé ça, c’est-à-dire la coopération, mais au concret entre les États, les ONG, les entreprises, les investisseurs. C’est-à-dire que ce « new normal » dont on parle, la mise en scène du consensus, ce n’est pas qu’un multilatéralisme intergouvernemental, ce sont des coalitions d’acteurs hétérogènes qui se donnent les mêmes objectifs pour avoir des résultats.

A ne pas manquer !  Le grand reset : La fin du capitalisme tel que nous le connaissons

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, ça me donne justement une raison de vous demander : je sais votre intérêt pour toutes les nouvelles technologies, pour ce qu’on appelle la quatrième révolution industrielle, mais dans toute sa conception, disons, le numérique joue un très grand rôle.
Comment voyez-vous l’impact de la puissance de l’écosystème numérique sur tout ce que vous avez dit ?

Le Président de la République
Je pense qu’il y en a plusieurs. Le premier, c’est que nous sommes en effet en train de multiplier les révolutions, quand on parle de numérique. Il y a plusieurs révolutions en une. Nous sommes au début de plusieurs révolutions technologiques qui nous font complètement changer de dimension. On a la révolution de l’intelligence artificielle, qui va totalement changer la productivité et même aller au-delà du pensable dans énormément de verticaux, de l’industrie à la santé en passant à l’espace. À côté de la révolution de l’intelligence artificielle, il y en a une deuxième qui, pour moi, est totalement fondamentale, qui est celle du quantique, qui va là aussi, par la puissance de calcul et la capacité d’innovation, profondément changer notre industrie, en changeant l’industrie des capteurs et donc ce qu’on peut faire dans l’aéronautique, ce qu’on peut faire dans le civil, changer totalement la réalité du cyber, par exemple ; et notre puissance de calcul, ce qui veut dire aussi la capacité qu’on a à résoudre des problèmes. Je prends l’épidémie que nous sommes en train de vivre, l’intelligence artificielle et le quantique sont des instruments de gestion, de transformation de gestion de l’épidémie. C’est-à-dire que vous pourrez régler des problèmes qui aujourd’hui prennent des semaines, en un jour. Vous pourrez régler des problèmes de diagnostic, peut-être en quelques secondes, grâce au croisement de l’imagerie médicale et de l’intelligence artificielle. Et donc dans la grande famille de ce qu’on appelle le numérique, on a en fait une convergence entre des innovations, celles du numérique, qui est au fond, quand on appelle ça génériquement, des réseaux sociaux et d’une hyper connectivité avec celle de l’intelligence artificielle et des technologies quantiques.

Le mariage de tout ça fait que nous allons rentrer dans une ère d’accélération de l’innovation, de rupture très profonde d’innovation et donc de capacités à commoditiser certaines industries et créer de la valeur très vite. Par rapport à ce que j’ai dit, qu’est-ce que cela a comme impact ? Un, on va continuer à innover et à accélérer. C’est sûr. Deux, il y aura des impacts en termes d’ajustement sociaux et il nous faut les penser dès maintenant. C’est-à-dire que le sujet des inégalités sociales va être encore plus prégnant dans un monde comme celui que je viens d’évoquer parce que nous aurons des impacts, des ajustements qui seront réels et qui sont à penser dès maintenant. Trois, tout cela a des impacts en termes démocratiques qui sont massifs. Et donc si vous voulez, pour moi, ces innovations vont être des accélérateurs de nos problèmes sur le plan social et démocratique. L’expérience américaine des dernières semaines l’a montré sur le plan démocratique, si besoin était. Quatre, la bonne nouvelle c’est que je pense que sur la résilience de nos systèmes et la réponse à la crise climatique, on a sans doute sous-estimé l’apport de l’innovation et je pense aussi que toutes ces technologies vont nous permettre, beaucoup plus vite, de répondre aux défis climatiques.

Et donc si je regarde, que je prends deux pas de recul par rapport à tout ce qu’on est en train de se dire, je pense que nos économies vont devoir de plus en plus investir dans ces innovations et il faut y aller à fond. Je pense que si on s’y prend bien et qu’on coopère entre nous, ces innovations vont nous permettre de créer de la valeur, de répondre aux défis économiques. Elles vont nous permettre, je l’espère, je le crois possible, de répondre plus vite aux défis climatiques. Et c’est aussi pour ça que moi je crois à ce que j’appelle l’économie du mieux, la réponse climatique par l’innovation plutôt que par l’arrêt des activités. Mais elles vont nous poser des problèmes sur lesquels nous n’avons pas assez réfléchi en termes démocratiques, en termes de libertés publiques et d’augmentation des inégalités sociales dans nos différentes nations.

3 Comments »

  1. Quelques rappels sur le rapport du Président Macron aux droits sociaux, aux libertés et à la démocratie:

    1° Sur les droits sociaux:

    Avant la crise des Gilets jaunes, le Président Macron copiait allégrement le programme ultralibéral défendu par Monsieur Fillon durant les dernières élections présidentielles…à contrario de son engagement a mené une politique socio-économique équilibré. En ponctuant son action de remarques insultantes sur la Plèbe.

    2° Sur la liberté d’informer et l’Etat de droit:

    Il nous a récemment servi une loi sur la sécurité globale qui lui a fallu un rappel à l’ordre de l’ONU* en raison du régime de censure qu’elle instaure au détriment de la répression des infractions commises par les forces de police. Outre le fait que personne ne devrait être enchanté par une dérive vichyste des autorités françaises, il s’est ridiculisé après avoir durement critiqué les dérives autoritaires de la Pologne et de la Hongrie, exposé à une sanction de l’UE en vertu de l’article 7 du TUE.
    * https://www.ldh-france.org/loi-securite-globale-la-france-rapellee-a-lordre-par-lonu/

    3° Sur liberté de conscience:

    Il nous a servi une curieuse loi confortant les principes républicains, surnommée « loi contre le séparatisme ». Cette loi réinvente des infractions en leur donnant un autre nom. Sous couvert de ces innovations, elle introduit des mesures étranges telles que la pénalisation des certificats de virginité. En quoi est-ce un problème? Une femme menace-t-elle la République parce qu’elle veut démontrer sa virginité à sa belle-famille? Si elle veut payer une médecin pour cela, où est le problème? A quoi le Gouvernement passe-t-il son temps alors que la crise sanitaire n’en finit pas!

    Si l’idée est de lutter contre l’islamisme, financer la construction des mosquées et garantir la couverture médiatique des musulmans progressistes est certainement plus efficace… Néanmoins, je serais curieux de savoir quelle sera l’attitude des autorités vis à vis des promoteurs chrétiens de la virginité et de la chasteté, les anti-vax, les créationnistes, etc…

    Quand on y songe, cette loi ne permettrait-elle pas de poursuivre les citoyens qui tiendraient les mêmes propos que la Défenderesse des droits: https://www.huffingtonpost.fr/entry/projet-de-loi-separatisme-defenseure-des-droits_fr_5fff5429c5b691806c4ee4e8.

    4° Sur la démocratie:

    Pour ce qui est de la démocratie, ses dernières innovations ont consisté à créer des comités de citoyens tirés au sort (stochocratie), à ignorer leurs recommandations a contrario de ses promesses (démocratie participative traditionnelle) et à organiser un référendum sur une disposition faisant double emploi avec la Charte des droits de l’environnement de 2004. Ne comptez pas sur l’instauration du référendum obligatoire pour les révisions constitutionnelles et les traités affectant la souveraineté, ni sur l’instauration référendum d’initiative populaire ou du référendum de révocation.

    Voilà qu’il craint que les dérives du « Great Reset » évoqué à Davos… Mais encore?

  2. Intelligence artificielle et transhumanisme : Klaus Schwab est un partisan du transhumanisme, il prévoit l’implantation de puces d’abord dans les vêtements puis dans le cerveau, pour établir une « communication directe entre notre cerveau et le monde digital ». Il défend et promeut l’avènement de l’intelligence artificielle pour nos vies dans La quatrième révolution industrielle paru en 2017. [Entretien avec Darius Rochebin à la Radio télévision suisse, émission « Pardonnez-moi », en 2016.] Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Klaus_Schwab#Intelligence_artificielle_et_transhumanisme

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Vandelac, L. (2001). Menace sur l'espèce humaine, ou, Démocratiser le…
Défiler vers le haut