Skip to content

Désinformation scientifique : quand la raison est instrumentalisée par des intérêts privés

Les gardiens de la raison – Enquête sur la désinformation scientifique

L’enquête des journalistes Stéphane Foucart et Stéphane Horel analyse les nouvelles stratégies de lobbying pour peser dans le débat scientifique et médiatique.

Les années 2000 ont vu déferler les mensonges des industriels du tabac, des énergies fossiles ou des pesticides et leurs études commanditées dissimulant la dangerosité de leurs produits. Explorant les nouvelles frontières du lobbying, cette enquête dévoile les stratégies de manipulation qu’emploient désormais ces « marchands de doute » pour promouvoir leur « bonne » science et s’emparer du marché de l’information scientifique.

Leur cible privilégiée n’est plus seulement le ministre ou le haut fonctionnaire. Aux aguets sur les réseaux sociaux, des agences spécialisées visent le professeur de biologie de collège, blogueur et passeur de science, le citoyen ordinaire, le youtubeur, le micro-influenceur. Instrumentalisés pour propager des contenus dégriffés, les amateurs de science sont transformés en relais zélés des messages de l’industrie et en viennent à se considérer comme des gardiens de la raison.

Parmi ces fact-checkers, vérificateurs d’informations autoproclamés, peu savent qu’ils amplifient des éléments de langage concoctés par des officines de relations publiques. Une poignée d’intellectuels et de scientifiques, en revanche, participe sciemment à la réactualisation, autour de la science, de tout le crédo conservateur. Un projet politique volontiers financé par l’argent des industriels libertariens, et qui porte la marque de leur idéologie anti-environnementaliste et antiféministe.

L’Instant M par Sonia Devillers (9h40 – 24 Septembre 2020 – Stéphane Fourcart et Stéphane Horel)

A ne pas manquer !  HCQ est efficace pour la COVID-19 lorsqu'elle est utilisée tôt

Voilà les nouvelles stratégies de lobbying pour peser dans le débat scientifique. Un système de propagande bien huilé où des journalistes, scientifiques et politiques paresseux s’appuient.

A l’heure du Covid, on parle de masques, de tests, de distanciation sociale, de l’isolement déshumanisé des plus fragiles, mais jamais de soigner.

Tout s’explique :

– La propagande anti Raoult, anti HCQ (hydroxychloroquine), avec des propos, des messages et des chiffres contraires à la réalité. De nombreuses études observationnelles contrôlées et méta-analyses ont démontré que l’HCQ peut aider les personnes atteintes de COVID-19. Du point de vue de la pratique médicale et notamment en cas d’urgence pandémique, il n’est pas vrai que seuls des essais contrôlés randomisés peuvent justifier l’adoption d’un traitement.

– Le Lobbying du remdesivir de Gilead, du Vaccin contre la Covid-19 (pour rappel les producteurs de vaccins contre la Covid-19 ont signé des clauses avec les pouvoirs publics pour que les États prennent en charge les indemnisations en cas de survenue d’effets indésirables, Mediapart, Reuters).

– Pour finir, nos vieux piqués au Rivotril dans les EHPAD (refusés dans les hôpitaux, jamais soignés, donc euthanasiés), et le « tri » des patients dans les hôpitaux (Commission d’enquête Covid-19).

A ne pas manquer !  Les études mondiales sur #HCQ #hydroxycloroquine

A ne pas manquer !  La COVID 19, l'escroquerie du siècle ?

Trump nahm es gegen Corona: Auch viele deutsche Ärzte verschrieben Malaria-Mittel

2 Comments »

  1. En Australie l’interdiction de l’hydroxychloroquine, c’est du pénal. Craig Kelly, membre du parlement australien, a déclaré le dimanche 27 septembre 2020 sur SkyNews que le refus de traiter le Covid-19 à l’Hydroxychloroquine violait le serment d’Hippocrate et que ceux qui continuent à l’interdire sont « impliqués dans des crimes contre l’humanité » et doivent « être traduits en justice pénale à La Haye ». C’est ce que rapporte FranceSoir dans cet article du 27 septembre 2020. http://www.francesoir.fr/politique-monde/alerte-info-en-australie-linterdiction-de-lhydroxychloroquine-c-est-du-penal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Amazon lance la biométrie par empreinte palmaire pour les paiements…
Défiler vers le haut