Skip to content

La mort vs Google

Calico et AncestryDNA ont découvert à leur grande surprise que la génétique avait très peu à voir avec la durée de vie.

Il y a cinq ans, le magazine Time avait publié l’article : Google peut-il résoudre le problème de la mort ? Nous avons une réponse : non. Du moins, pas comme ils le pensaient. C’est une conclusion tirée d’un nouvel article scientifique décrivant une très grande étude résumée par STAT : La durée de vie n’a que très peu à voir avec les gènes, révèle l’analyse de bases de données de grande ascendance.

La société mise en place par Google pour cette tâche, Calico, a toujours été plutôt secrète et on ne savait pas au début comment il envisageait de procéder. Ils ont établi un certain nombre de partenariats pour étudier la biologie du vieillissement et des questions connexes, mais l’un d’entre eux a attiré l’attention: en juillet 2015, Calico a annoncé une collaboration avec AncestryDNA «pour enquêter sur l’hérédité humaine de la vie».

Trois ans plus tard, ce partenariat s’est terminé tranquillement, sans résultat évident, mais des rumeurs voulaient qu’un article revu par des pairs soit publié. En utilisant la vaste base de données d’Ancestry, ils ont d’abord confirmé que «quelque part entre 20% et 30% de la longévité semblait être due à la génétique».

Oui, la durée de vie dépend dans une certaine mesure de la famille, comme vous l’avez peut-être remarqué. Mais en utilisant la même analyse, ils ont constaté que les époux avaient une durée de vie similaire. Tout comme la belle-famille. Selon la nouvelle étude, le facteur de héritage génétique éventuel pourrait être ramené à «une estimation de l’héritabilité maximale de 7%».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares