Skip to content

Votre visage pourrait devenir votre titre de transport dans la station de métro du futur

Cubic travaille à la mise au point d’un système de billetterie pour le métro qui utilise la reconnaissance faciale et le balayage des veines de la main

Cubic Transportation Systems, la société américaine à l’origine de la carte de transport londonienne Oyster, travaille présentement à la mise au point d’un nouveau système de billetterie ayant recours à des technologies de reconnaissance faciale, de balayage des veines palmaires et de suivi d’objets pour réduire les files d’attente.

Selon un rapport publié dans Wired, le système de billetterie biométrique de Cubic permettrait de réduire la congestion à l’entrée des stations en supprimant les portillons d’accès.

Cubic’s Gateless Gateline Technology
Credit: Maynard Design

Leur prototype de système d’entrée rapide sans portillon « FasTrack » utilise une technologie de suivi d’objets qui surveille les usagers à leur passage.

« L’achalandage du transport en commun est appelé à croître », affirme Dave Roat, directeur de la stratégie chez Cubic. « Comment gérer cette croissance en favorisant la circulation des passagers dans les stations? »

L’usager peut présenter son billet à une machine de validation de nouvelle génération, qui accepte les cartes Oyster et les cartes sans contact, mais celle-ci fonctionne également par d’autres modes de paiement – Bluetooth LTE, balayage des veines palmaires et reconnaissance faciale.

À l’aide d’un capteur infrarouge, le scanner de veines palmaires capte le profil des vaisseaux sanguins dans la main de l’utilisateur.

Cubic’s Gateless Gateline Technology Credit: Maynard Design

Cubic’s Gateless Gateline Technology
Credit: Maynard Design

Selon Cubic, l’usager pourra enregistrer son empreinte de paume et l’associer à son compte de paiement, ce qui permettra au scanner de reconnaître sa paume et de débiter son compte.

En ce qui concerne le système de reconnaissance faciale, les utilisateurs devront d’abord enregistrer leur visage comme leur titre de transport. Les caméras et les capteurs infrarouges à la porte pourront ainsi détecter l’usager lors de son passage, et débiter son compte de paiement. L’utilisation de capteurs infrarouges permettra d’éviter que le système ne soit dupé par une image 2D.

Le système de suivi des objets s’activera au moment où une personne validera son billet et suivra son déplacement dans le couloir, permettant une plus grande affluence que la ligne simple du portillon d’accès.

Avec le prototype, la lumière du tunnel passe au vert si un usager a payé son passage, et au rouge si ce n’est pas le cas.

L’entreprise sonde actuellement les gens afin de déterminer s’il conviendrait mieux d’utiliser un son, une voix ou une tuile vibrante.

Dans certaines stations du métro de Londres, les usagers doivent présenter leur carte de paiement à un terminal Oyster avant et après le trajet, mais ils n’ont pas à franchir de portillon d’accès.

Si un usager oublie de présenter sa carte à l’entrée ou à la sortie, il se voit facturer le tarif maximum. Le système de Cubic pourrait donc leur rappeler de payer.

Même si le système ne permet pas nécessairement de dissuader les gens à prendre le métro sans payer, il pourrait fournir des informations sur les lieux et les moments où la majorité des gens ne paient pas leur passage afin d’augmenter le nombre d’employés en conséquence.

Cubic espère déployer son système de suivi sans portillon dans une station du Royaume-Uni d’ici un an. La technologie de reconnaissance faciale devra toutefois attendre, celle-ci n’étant pas encore tout à fait au point.

On s’inquiète également des risques pour la sécurité que pose la soumission de données biométriques par le public. Les sociétés de transport devront en effet mettre en place des contrôles stricts de sécurité et de confidentialité avant d’installer tout système de billetterie sans portillon d’accès.

Selon Dave Roat, la mentalité des usagers devrait changer avec la multiplication des systèmes de reconnaissance faciale, mais il croit que les usagers auront toujours plusieurs manières de payer leur accès.

traduction Mathieu Lepage

Wired

Laisser un commentaire

Shares