Skip to content

Le nouvel iPhone, une machine à calculer mais pas seulement

La « grand-messe » célébrant les 10 ans du lancement du 1er iPhone a donc eu lieu. De manière symbolique, elle a pris place dans le tout nouvel amphithéâtre baptisé du nom du co-fondateur emblématique d’Apple, Steve Jobs, situé au sein du nouveau siège gigantesque de la marque à la pomme, dont la structure en rond avait déjà été parodiée au cinéma, bien avant son inauguration, dans le film vigoureusement anti-technologique, The Circle.

Le produit révélé aujourd’hui (celui appelé « X », les deux autres modèles n’étant à peu de choses près que des mises à jour du précédent) était fermement attendu par les fans du monde entier. Cet iPhone anniversaire n’avait pas le droit de décevoir. De fuites plus ou moins orchestrées, en photos et vidéos volées sur les chaînes de montage asiatiques en passant par les nombreux rendus visuels d’artistes, ce modèle avait tenu en haleine la communauté des aficionados de technologie tout l’été. Il fut question un temps d’un lecteur d’empreinte intégré sous l’écran, puis d’un lecteur sur le bouton placé sur la tranche, puis d’un lecteur au dos de l’appareil, puis de la disparition pure et simple de ce lecteur au profit d’un unique système de reconnaissance 3D du visage… Nous savons maintenant ce qu’il en est, le nouveau système baptisé Face ID a bien vocation à remplacer totalement la lecture d’empreinte (et tous les autres téléphones s’y mettront certainement eux aussi, petit à petit). Il fut question également de son prix. Dépasserait-il la barre symbolique des mille dollars ou au contraire resterait-il en dessous du prix excessif de son plus fameux concurrent, le Samsung Galaxy Note 8 sorti récemment? Nous savons désormais qu’il faut débourser pour s’offrir ce bijou au minimum 1159 euros. Ce n’est pas rien.

Parmi la flopée des analyses techniques et commerciales à paraître sur le nouveau « flagship » (selon le terme aujourd’hui consacré) de la marque californienne, il est peut-être cependant possible d’envisager, quelques instants, une autre manière de présenter l’objet, d’aller un peu plus en profondeur. C’est ce que je vais tenter ici brièvement.

Dans un article publié il y a quelques jours, le magazine Usbek et Rica (bien connu des geeks et autres curieux de tous poils), entamait cette approche quelque peu philosophique en affirmant audacieusement : il y aura forcément un peu de Blaise Pascal dans le prochain iPhone!

En résumé, l’auteur de l’article nous invitait à réfléchir à ce qu’est un iPhone (et un smartphone en général), à ce qui constitue en quelque sorte son essence. Et l’idée défendue dans l’article était de dire : un téléphone dit intelligent comme l’iPhone est au fond un lointain descendant de la machine à calculer inventée par le philosophe Blaise Pascal, que l’on peut voir ci-dessous.

Une pascaline, signée par Pascal en 1652, visible au musée des arts et métiers du Conservatoire national des arts et métiers à Paris. CC BY-SA 3.0 fr

Saisissons-nous de cet article pour faire un petit exercice de philosophie pratique (puisqu’on cite Pascal). La thèse de la machine à calculer est intéressante et apparemment convaincante, il y a effectivement du calcul dans ce type d’appareils. Mais on peut aller plus loin.

D’abord, premier point à noter, il existe déjà une thèse philosophique concernant les téléphones portables. On la doit au philosophe italien Maurizio Ferraris dans son livre Où es-tu? Ontologie du téléphone mobile (Albin Michel, 2006).

Contrairement à l’article vu précédemment, Ferraris propose de penser plutôt le téléphone portable non comme une machine à calculer mais plutôt comme une machine à écrire. Pourquoi cette thèse? En réalité selon Ferraris, ce qui compte dans les téléphones portables, c’est que tout ce qui s’y passe est noté quelque part, le programme est écrit, les messages, musiques et vidéo sont stockés sous forme de lignes de code et d’impulsions électriques, etc. Cela nous ramène donc selon lui plutôt à l’écrit qu’au calcul, le portable ne serait pas le lointain descendant de la Pascaline, mais plutôt le lointain descendant des tablettes d’écriture sumériennes.

Crédit : cflou.com

Pour appuyer sa thèse, Ferraris propose une preuve décisive. Regardez bien, dit-il, les téléphones portables ont tous un clavier, et si ce clavier sert bien à appeler des numéros, il est aussi doté de lettres en dessous qui permettent d’écrire, des textos par exemple. C’est donc bien en définitive une machine à écrire. Comme on peut le voir sur ce clavier.

La thèse de Ferraris paraît judicieuse. Pourtant, si l’on est très attentif, elle est fausse. Et ce qui l’a invalidée c’est précisément l’arrivée de l’iPhone de Steve Jobs et des téléphones qui l’ont suivi (l’iPhone étant apparu précisément un an après la publication en France du livre de Ferraris). En effet, la thèse du philosophe italien ne fonctionne que pour les téléphones antérieurs à l’iPhone, sur lesquels on pouvait utiliser le clavier alphanumérique aussi bien pour numéroter que pour écrire des textos.

Crédit : .commentcamarche.net

L’iPhone a bien, lui aussi, un clavier de type alphanumérique lorsqu’on l’utilise pour téléphoner, mais les lettres sur ce clavier sont fictives : on ne peut pas écrire avec, elles sont juste là pour faire beau et rappeler les anciens claviers. Les chiffres l’emportent sur les lettres, qui ne sont plus là que pour le décor, invalidant la thèse de Ferraris qui ramenait tout au final à la fonction d’écriture.

En regardant les choses de près on voit donc (cette démonstration n’étant qu’un exemple) que les téléphones portables modernes sont certainement plus des machines à calculer que des machines à écrire, malgré la beauté poétique de la thèse de Ferraris.

Mais sont-ils pour autant des descendants de la machine inventée par le philosophe Pascal, comme le pensait l’auteur de l’article d’Usbek et Rica?

A bien y regarder, ce n’est pas possible non plus. Car cette machine n’est que mécanique, elle ne peut servir qu’à une seule tâche, or un téléphone comme l’iPhone est par nature multitâches. La Pascaline est en fait la descendante des bouliers chinois, ce sont des machines à calculer mécaniques, mais l’iPhone n’est pas le descendant du boulier chinois.

Qu’est-ce qu’il est, quelle est son essence alors? Le plus plausible est de considérer que l’iPhone est bien une machine à calculer, mais une machine d’un genre particulier : la machine à calculer électronique programmable, c’est-à-dire l’ordinateur, inventée pour la première fois à Manchester le 21 Juin 1948. Tous les iPhones, tous les produits principaux fabriqués par Apple (de sa montre portable à ses Macbook), et en général tous les objets électroniques modernes dit intelligents sont de fait des lointains descendants de l’énorme machine de 1948. C’est ce que l’on peut appeler leur nature, leur essence, ce qui fait qu’ils sont des incarnations infiniment variées d’une unique réalité nouvelle apparue dans le monde au milieu du 20ème Siècle, et qui n’a, autant que l’on puisse en juger, jamais existé avant.

Vincent Billard

2 Comments »

  1. iPhone X
    Our vision has always been to create an iPhone that is entirely screen. One so immersive the device itself disappears into the experience. And so intelligent it can respond to a tap, your voice, and even a glance. With iPhone X, that vision is now a reality. Say hello to the future.

Laisser un commentaire

Shares