Skip to content

Des projets Chinois à la Minority Report utiliseront l’IA pour prédire des crimes

Credit: triggar.com.au

Le pouvoir des données et des analyses prédictives

Identifier et appréhender les suspects avant que les actes criminels ne soient commis.

Les autorités en Chine explorent les analyses prédictives, la reconnaissance faciale et d’autres technologies d’intelligence artificielle afin de prévenir la criminalité. Sur la base de modèles comportementaux, les autorités aviseront la police locale des contrevenants potentiels.

Cloud Walk, une entreprise située au Guangzhou Tianhe Software Park, a formé sa reconnaissance faciale et ses systèmes d’évaluation de big data pour suivre les mouvements des individus et le comportement en fonction des niveaux de risque. Selon l’Office municipal d’investissement international de Guangzhou, le taux de reconnaissance faciale a atteint 99,5%. Ceux qui visitent fréquemment des magasins d’armes ou des centres de transport sont susceptibles d’être signalés dans le système, et même des endroits comme les quincailleries ont été jugés « à haut risque » par les autorités.

Un porte-parole de Cloud Walk a déclaré au Financial Times : « Bien sûr, tout va bien si quelqu’un achète un couteau de cuisine, mais si la personne achète un sac et un marteau plus tard, celle-ci devient alors suspecte. » Le logiciel de Cloud Walk est connecté à la base de données de la police dans plus de 50 villes et provinces, et peut signaler les personnes suspectes en temps réel, ce qui permet à la police d’intervenir.

La Chine utilise également une « ré-identification personnelle » – re-ID – dans la prévision du crime : identifier la même personne dans différents endroits, même si elle porte des vêtements différents. « Nous pouvons utiliser la ré-identification pour trouver des personnes suspectes faisant des allers-retours dans une même zone ou qui portent des masques », a déclaré le professeur de reconnaissance corporelle Leng Biao de la Beijing University of Aeronautics and Astronautics, au Financial Times. « Avec la ré-identification, il est également possible de retracer le cheminement d’une personne sur une grande zone. »

La Chine est, à bien des égards, l’endroit idéal pour utiliser ce type de technologie. Le gouvernement dispose de vaste archive de données provenant de dossiers de citoyens et de plus de 176 millions de caméras de surveillance. En d’autres termes, la Chine a l’embarras du choix en matière de big data et peut former ses systèmes d’intelligence artificielle de manière très efficace, sans aucun obstacle juridique significatif.

Ce ne sont pas les seules façons dont la Chine étend ses capacités d’intelligence artificielle. Le gouvernement vient tout juste de révéler un plan massif, bien organisé et financé pour faire de la Chine le leader mondial de l’intelligence artificielle d’ici 2030. La nation déploie la reconnaissance faciale dans les écoles contre la tricherie, dans les rues pour lutter contre la traversée de la chaussée en dehors des clous et même dans les salles de bain pour limiter le gâchis de papier toilette. Il n’est donc pas surprenant que le gouvernement chinois utilise également ces technologies pour prévenir le crime – et peut-être même le prédire.

« Si nous utilisons bien nos systèmes intelligents et nos installations intelligentes, nous pouvons savoir à l’avance… qui pourrait être un terroriste, qui pourrait faire quelque chose de mauvais », a déclaré Li Meng, vice-ministre des sciences et de la technologie, à The Financial Times.

traduction Thomas Jousse

Mashable, Forbes, The Financial Times

1 Comment »

Laisser un commentaire

Shares