Skip to content

DARPA lance de nouvelles initiatives dans le but d’améliorer la sûreté et l’efficience de l’édition génétique CRISPR

DARPA a créé le programme « Safe Genes » où 65 M$ en financement de la recherche seront remis à sept équipes vouées à améliorer la précision et la sûreté des techniques d’édition génétique CRISPR.

DARPA’s Safe Genes program aims to develop a layered biosafety and biosecurity toolkit that will help reduce potential risks and encourage innovation in the field of genome editing.
Crédit : DARPA

La Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) des États-Unis a lancé un programme appelé « Safe Genes » dans le cadre duquel 65 M$ en financement de la recherche seront remis. Sept équipes de recherche se partageront le financement et chercheront à atteindre l’objectif général d’améliorer la précision et la sûreté des techniques d’édition génétique CRISPR. Les objectifs avoués de DARPA sont notamment d’améliorer la compréhension des technologies d’édition génétique, de les mobiliser naturellement à des fins bénéfiques et de soulever les questions sur le mauvais emploi intentionnel ou accidentel qui pourrait engendrer des problèmes potentiels en matière de santé et de sécurité.

Le programme « Safe Genes » cible trois objectifs techniques, et chacune des sept équipes participant au programme se verra attribuer au moins un de ceux-ci. DARPA énonce ces objectifs comme étant les suivants : « développer des constructions géniques ‑ « instructions » biomoléculaires – qui procurent un contrôle spatial, temporel et réversible des modifications génomiques dans les systèmes vivants; élaborer de nouvelles contre-mesures fondées sur les médicaments qui offrent des options prophylactiques et thérapeutiques pour limiter l’édition génomique dans les organismes et protéger leur intégrité génomique; et créer une capacité d’éliminer des gènes modifiés non souhaités dans les systèmes et de les rétablir à leur état génétique de base. »

Les sept équipes, provenant de différentes institutions de recherche, se concentreront sur différents secteurs de recherche, allant de la création d’un interrupteur « arrêt/mise en marche » pour l’édition génomique des bactéries, des insectes et des mammifères afin de s’attaquer à des maladies comme la malaria, de protéger les génomes en détectant, en prévenant et en renversant les mutations radio-induites. Cette recherche, soit l’amélioration de notre compréhension du CRISPR et de son fonctionnement, aidera idéalement à régler les querelles à savoir si la technique engendre des mutations et autres problèmes scientifiquement controversés. Les facteurs éthiques et sécuritaires de ce projet pourraient aussi désamorcer les polémiques entourant l’utilisation du CRISPR pour faire renaître des espèces disparues ou en créer de nouvelles.

traduction Stéphanie S.

DARPA

Laisser un commentaire

Shares