Skip to content

Hinxton s’est prononcé en faveur de la modification génétique des embryons humains

Les membres du groupe Hinxton, réseau international de chercheurs, bio-éthiciens, juristes et experts politiques réunis la semaine dernière en Grande Bretagne, se sont prononcés « en faveur de la modification génétique des embryons humains ».

A Hinxton Group report says editing the genetic code of early stage embryos is of « tremendous value » to research.

Selon ce groupe d’experts, la recherche impliquant les modifications génétiques d’embryons humains est « essentielle pour acquérir des connaissances de base en embryologie ». Ces connaissances pourraient par exemple « donner lieu à des améliorations des techniques de procréation médicalement assistée ». S’ils ne se prononcent pas favorablement aujourd’hui à la naissance d’enfants génétiquement modifiés, ils n’excluent pas que cela puisse être « moralement acceptable à l’avenir ».

« Le gene-editing est une technique qui progresse rapidement » expliquent-ils, « il y a et il y aura une pression pour prendre des décisions scientifiques ou encore des décisions concernant le financement, les publications et la gestion de telles recherches. »

Plus tôt cette année, une équipe de l’Université Sun Yat-sen, en Chine, a montré que les erreurs dans l’ADN qui ont conduit à un trouble de sang ont pu être corrigées dans des embryons de stade précoce.

Dans l’avenir, les technologies pourraient être utilisées pour empêcher les enfants nés avec la fibrose ou des gènes qui augmentent le risque de cancer kystique.

Le Dr Francis Collins, a déclaré : « Le concept de la modification de la lignée germinale humaine [de l’ADN hérité] dans les embryons à des fins cliniques a été débattue au cours de nombreuses années de nombreux points de vue différents, et a été vu presque universellement comme une ligne qui ne devrait pas être franchie « .

Le Prof. Emmanuelle Charpentier a déclaré à la BBC : « Personnellement, je ne pense pas qu’il est acceptable de manipuler la lignée germinale humaine dans le but de changer certains traits génétiques qui seront transmis au fil des générations.

lire l’article sur BBC

3 Comments »

  1. Projet de manipulation génétique des embryons humains en Grande-Bretagne

    L’autorité britannique de la fertilisation humaine et de l’embryologie, la HFEA, a indiqué vendredi avoir reçu une demande pour manipuler génétiquement des embryons humains, ce qui constituerait une première depuis la tentative chinoise en début d’année.

    «Nous avons récemment reçu une demande d’utilisation de (la méthode) Crispr-Cas9 dans l’un des projets» en cours, a déclaré un porte-parole de la HFEA à l’AFP, confirmant des informations des quotidiens The Guardian et The Independent.

    La méthode Crispr-Cas9 permet de cibler les gènes défaillants dans l’ADN afin de les neutraliser plus précisément.

    Selon le Guardian, la demande a été faite par une scientifique du Francis Crick Institut de Londres, qui veut étudier les gènes en jeu lors du développement des cellules qui vont ensuite former le placenta. Ce afin d’essayer de déterminer pourquoi certaines femmes font des fausses couches.

    La demande a été déposée la semaine dernière, a expliqué le HFEA, et devrait être étudiée lors de l’une de ses prochaines réunions, programmées au mois de novembre et en janvier.

    La modification génétique d’embryons à des fins de traitement est interdite au Royaume-Uni. Elle est en revanche autorisée depuis 2009 dans la recherche, à condition entre autres que les embryons soient détruits au bout de deux semaines maximum.

    Toutefois, «c’est la première demande à notre connaissance», a déclaré le porte-parole de la HFEA.

    En avril, des chercheurs chinois avaient annoncé être parvenus à modifier un gène défectueux de plusieurs embryons, responsable d’une maladie du sang potentiellement mortelle. Une première qui avait soulevé des inquiétudes et des questions éthiques.

    Les scientifiques chinois avaient eux-mêmes indiqué avoir «eu de grandes difficultés» et affirmé que leurs travaux «montraient la nécessité urgente d’améliorer cette technique pour des applications médicales».

    La Presse.ca

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :