Skip to content

France 3 : Un village empoisonné par la CIA ? – Pont-Saint-Esprit 1951

Maj 04/09/16

Nouveau rapport!! → voir le PDF de The New York Times : PROJECT MKULTRA THE CIA’S PROGRAM OF RESEARCH IN BEHAVIORAL MODIFICATION (on ligne)

autres liens : ici (on ligne), ou ici


Documentaire Diffusé sur France 3 le mercredi 8 juillet 2015

Le 17 août 1951 à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, le village entier semble pris de folie, après ce qui ressemble à une banale intoxication collective. Pendant une semaine, les scènes surréalistes s’enchaînent, avec des habitants en proie au délire et à des hallucinations. A l’issue de cette semaine, on déplore cinq morts et 300 malades, dont une soixantaine internée dans des hôpitaux psychiatriques. En 2009, le journaliste américain Hank Albarelli assure dans un livre que le village aurait été victime d’une expérience sur les effets du LSD, menée conjointement par l’armée américaine et la CIA. Une théorie qui prend place aux côtés de l’empoisonnement par l’ergot de seigle ou les mycotoxines dans le catalogue des hypothèses.

voir aussi : France 5 : CIA Projet MK-Ultra / Les techniques de contrôle mental de la CIA, ABC News 1979 (vosf)
National Geographic : Les expériences secrètes de la CIA

Project Mkultra: One of the Most Shocking CIA Programs of All Time

6 Comments »

  1. MK-Ultra : Les cobayes de la CIA via RTBF

    Pour ce premier rendez-vous de Retour aux sources de l’année, nous vous présentons une enquête saisissante sur les expérimentations illégales médicales et militaires à grande échelle de la CIA et l’armée américaine menée dans l’après-guerre sur des citoyens non volontaires. Un documentaire de Olivier Pighetti à voir le vendredi 13 janvier 2017 à 22h30 sur La Une. Rediffusion sur La Trois le 16/01/17 à 12h35 et à 23h00

    Soumission psychique, manipulation mentale, lavage de cerveau, irradiation, administration de substances toxiques… la liste de ces expérimentations est impressionnante.

    Les cobayes de la CIA est un film historique, accusateur, et documenté sur la face occulte de ce qui s’est passé dans les années 50, 60 et 70 aux Etats-Unis. Sous prétexte de recherches sur le cerveau humain, des dizaines de milliers de personnes vont servir de cobayes non volontaires et devenir des rats de laboratoires au service d’un programme de recherche top secret de la CIA. Ces cobayes étaient recrutés parmi les indigents, les déshérités, dans les prisons, les hôpitaux, les casernes et même les orphelinats. But de la manœuvre : effacer la mémoire, trouver un moyen pour faire avouer un ennemi, fabriquer une machine humaine prête à tuer contre son gré. Avec un cynisme froid et une volonté sans limite, dans une ambiance de guerre froide, les américains ont tout tenté pour trouver » l’arme parfaite » qui permettrait d’asservir des individus ou des populations entières. Cette course à l’arme idéale a ainsi mené à des manipulations folles et terrifiantes afin de s’assurer la suprématie sur les autres pays du monde.

    À l’aide d’images d’archives fortes, de témoignages de survivants, de documents secrets déclassifiés ou encore d’interviews de membres retraités de la CIA ou de l’armée, le documentaire montre d’une façon rigoureuse comment la CIA a mis en place une politique de la terreur, en se servant avant tout du LSD, qui semblait la drogue la plus » prometteuse « , mais aussi des électrochocs, des lobotomies, de l’hypnose… Tout citoyen pouvait un jour se retrouver » cobaye » non volontaire de la CIA.

    Ce documentaire démontre l’implication forte des services américains pour infiltrer, financer et recruter des chimistes qui étaient pour la plupart de brillants éléments de la société civile. Il montre enfin comment les hommes de la CIA et de l’armée ont pu agir sans aucune considération pour la vie d’autrui.

  2. Au terme d’un demi-siècle d’accusations et de supputations, le gouvernement américain a publié un mémo de 17 pages évoquant les expériences de contrôle mental menées par le Pentagone au plus fort de la Guerre froide. Daté de 1977, recouvrant une période qui s’étant de 1947 à 1973, le document déclassifié évoque les opérations menées «avec la participation de la CIA, induisant l’administration de drogues psychotropes à des sujets humains».

Shares