Skip to content

La police de Londres paie le public pour tester la reconnaissance faciale

La police métropolitaine de Londres a payé des membres du public 50 £ (59 $ US) pour participer à des tests de reconnaissance faciale en direct dans le centre de Londres, à des fins de recherche et d’égalité, au cours d’opérations en direct utilisant la technologie et au cours desquelles des personnes recherchées pour trafic de drogue et violence ont été arrêtées.

Les participants ont également été invités à signer un formulaire de consentement indiquant qu’ils acceptaient que les images de leur visage soient stockées par le National Physical Laboratory.

Les personnes ont été recrutées via des annonces d’emploi, repéré par MyLondon.news. Les annonces publiées par l’agence Envisage, spécialisée dans le recrutement de personnel pour des événements, sur la plateforme d’emploi Mandy, décrivent le recrutement comme étant de trois heures sur deux jours, les 13 et 14 juillet : (le test a également eu lieu les 6 et 7 juillet).

« Vous prendrez des photographies, des vidéos et des selfies du visage avec une variété de systèmes de caméras afin de fournir des données pour l’analyse de la performance des systèmes de reconnaissance faciale et des différences de performance dues à la démographie.

LIRE AUSSI 🔖  Une résolution appelle à la collecte de données biométriques

« Certaines images seront prises avec des sujets portant des masques faciaux. Les images seront prises à l’intérieur et à l’extérieur, dans la rue, lors d’un déploiement de reconnaissance faciale en direct (LFR). »

reconnaissance faciale

reconnaissance faciale en direct

La raison de ce test est « d’aider le Metropolitan Police Service à remplir ses obligations en matière d’égalité dans le secteur public en ce qui concerne l’utilisation de la reconnaissance faciale ». Le Metropolitan Police Service fait actuellement l’objet de mesures spéciales à la suite d’une série de scandales liés à la misogynie et au racisme.

Selon la police, 15 600 personnes ont vu leurs données biométriques traitées lors de cet événement et a généré quatre alertes de concordance, toutes qualifiées de « vraies alertes ».

La récente mise à jour sur l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police indique que « Une fois les tests terminés, les données des volontaires et les séquences de vidéosurveillance seront conservées par le Met et pour une période plus longue que celle pour laquelle nous les conserverions normalement. Cette période de conservation est actuellement fixée à trois ans et sera ensuite soumise à révision. »

LIRE AUSSI 🔖  Le ministère russe teste la reconnaissance de la démarche

D’autres tests sont attendus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.