Skip to content

Gattaca : Un nouveau test pour bébé à la carte promet des enfants en bonne santé

Le test ADN prétend permettre aux futurs parents d’éliminer les embryons de FIV présentant un risque élevé de maladie ou une faible intelligence.

Le test, baptisé « 23andMe, mais sur des embryons », est proposé par une jeune entreprise du New Jersey appelée Genomic Prediction. Elle affirme pouvoir utiliser des mesures d’ADN pour prédire quels embryons issus d’une FIV sont les moins susceptibles d’être atteints par l’une des 11 maladies les plus courantes. La société publiera des études de cas sur ses premiers clients dans les prochaines semaines. Elle déclare également qu’elle peut prédire quels embryons feront partie des groupes les plus ou les moins intelligents de la population.

Les parents peuvent utiliser les résultats du test pour essayer de choisir les embryons les plus sains. Les catégories comprennent des estimations du risque de diabète, de crises cardiaques et de cinq types de cancer.

Le test vient tout droit du film de science-fiction Gattaca, un film qui a inspiré le PDG de la startup, Laurent Tellier. Il soulève toutes sortes de questions sur l’eugénisme et la parentalité, et a été vivement critiqué par certains chercheurs en génétique.

Expérience américaine : la croisade eugénique

« C’est irresponsable de suggérer que la science en est au point où nous pourrions prédire de manière fiable quel embryon choisir pour minimiser le risque de maladie. La science n’est tout simplement pas encore au point », déclare Graham Coop, généticien à l’Université de Californie.

La société a réuni plusieurs millions de dollars de capital-risque auprès d’investisseurs, notamment People Fund, Arab Angel, Passport Capital et Sam Altman, président du conseil d’administration de Y Combinator et PDG de OpenAI.

Dans une clause de non-responsabilité, la société déclare qu’elle ne peut rien garantir au sujet de l’enfant ainsi créé et que l’évaluation « n’est PAS un test de diagnostic ».

Genomic Prediction a fourni une carte de 12 cliniques de fertilité qui, selon elle, commanderont son test, dont cinq aux États-Unis et d’autres en Finlande, au Nigeria, au Pérou, au Mexique, en Thaïlande et à Taiwan.

Nous sommes à l’aube de choisir des embryons selon la taille, le QI et plus encore

MIT Technology Review a été en mesure de localiser de façon indépendante deux cliniques de FIV où des clients ont récemment demandé les prédictions sur les embryons. Michael Alper, fondateur de Boston IVF, l’une des plus grandes cliniques de fertilité au monde, dit que son centre a été approché par un couple il y a quelques semaines, mais il a décidé que la demande devait être évaluée par le comité d’éthique du centre avant qu’il accepte de le faire.

C’est nouveau mais rien ne prouve que les tests fonctionneront comme annoncé.

MIT Technology Review

Hacking Darwin : génie génétique et avenir de l’humanité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Oubliez la reconnaissance faciale, la prochaine technique de surveillance est…