Skip to content

Le transhumanisme. La technoscience, une manipulation au service des puissants

Christian Araud le transhumanisme

LIBRE ET SOLIDAIRE Parution : 2 mai 2019 Format : 13 x 21 Reliure : Broché Nb de pages : 252 Prix TTC : 16,90 € ISBN : 9782372630696

Certaines personnes très haut placées adhèrent volontiers au transhumanisme. Bien souvent à la tête de grands groupes à la pointe des nouvelles technologies, cette super élite richissime promeut le mythe de l’explosion technologique et d’une gigantesque croissance économique. Elle ne s’inquiète guère de tous les avertissements catastrophistes, car toutes les menaces seront annihilées par la technoscience ! Pour faire partager cette vue radieuse à ceux qui en sont naturellement les premières victimes, les puissants ont trouvé quelques philosophes savants qui ont construit le mythe du transhumanisme : édifice séduisant et fascinant, mais véritable imposture.

L’ouvrage

Le mouvement transhumaniste est un mouvement international qui prône l’usage des sciences et des technologies afin d’améliorer la condition humaine. Pour ses opposants, le transhumanisme ne fait que refléter l’idéologie néo-libérale et la question de l’injustice sociale est régulièrement soulevée.

L’auteur

Christian Araud, polytechnicien, spécialisé en économie du développement est un ancien consultant international. Ce parcours lui a permis de comprendre comment les grands groupes internationaux détournent ou s’approprient un certain nombre d’études. Installé dans les quartiers nord de Marseille, il a poursuivi son travail sur la décroissance nécessaire et le chaos à éviter à travers Préludes à la transition. Pourquoi changer le monde ?
Région de l’auteur : Marseille.

1 Comment »

  1. Sous prétexte de critiquer les GAFAM et NATU, l’auteur a produit un virulent pamphlet contre les transhumanistes et Nick Bostrom.

    A cette occasion, les transhumanistes sont caricaturés de la pire des façons :
    -Ils forment une confrérie de libertariens d’extrême-droite, peu nombreuse mais très influente politiquement.
    -Ils aspirent à devenir des cyborgs immortels et à conquérir la galaxie.
    -Face à tout problème, ils pèchent par techno-utopisme et proposent des solutions techniciste.
    -En réponse aux problèmes environnementaux et aux pénuries, ils veulent créer un Etat totalitaire transhumaniste (ETT) aux pratiques abominables ou des paquebots high tech servant de refuges flottants.
    -Par le biais des « GAFA » et des lobbyistes, ils conspirent pour empêcher le monde de basculer dans la décroissance anticapitaliste, doctrine si populaire comme on le sait.
    -Comme ils ont tous les défauts, ils sont aussi ignares, irréalistes et inhumains.

    Christian Araud confond donc les transhumanistes, surtout ceux du courant singulariste, avec eux seuls extrémistes du mouvement néo-réactionnaire (NRx). Pourtant, il critique peu ou pas du tout Peter Thiel, Curtis Yarvin, Nick Land. Pour plus de renseignement sur le NRx, lire ma réponse à l’article « Expérience américaine : la croisade eugénique » de Jaesa. Pour étayer ses diffamations et préjugés, Araud cite de nombreuses œuvres de SF et réinvente le contenu de « Superintelligence », l’œuvre la plus renommée de Bostrom. C’est qu’il n’a manifestement pas fait de gros efforts de recherche sur le sujet en plus de retenir que ce qui l’arrange. Il en est encore à confondre « transhumains » et « transhumanistes »… S’il s’acharne contre Bostrom, il n’a curieusement rien trouvé à redire sur Laurent Alexandre, co-auteur de « L’IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ? ». Voulant-il s’épargner une comparaison de peu flatteuse sur les similitudes des modes d’argumentation ?

    Araud se veut un promoteur de la décroissance dans son acception la plus anticapitaliste ; c’est un théoricien d’extrême gauche qui illustre bien le style des ténors de cette tendance. Les partisans de la décroissance, même ceux qui rejettent le capitalisme, ne devrait pas être jugé sur ses excès. Pour exemple, les écosociétalistes (http://www.ecosocietal.org/) me paraissent assez éloigné de lui. Quant à ceux qui souhaiteraient lire une critique plus constructive des géants du numérique, je leur conseille « L’intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle » d’Eric Sadin. Sans être tendre avec les transhumanistes, lui ne se trompe pas de cible et ne sombre pas dans le grand-guignol.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.