Skip to content

Les gens vendent des organes humains sur Facebook

Désespérés par le manque d’argent, les gens font de la publicité pour leurs propres reins sur Facebook.

Aux Philippines, les gens qui ont un besoin urgent d’argent liquide ont trouvé un moyen inhabituel de joindre les deux bouts : mettre leurs propres reins en vente sur Facebook.

Comme d’autres formes de trafic qui se sont répandues sur les médias sociaux, les forces de l’ordre ont du mal à suivre les ventes d’organes humains, selon Channel News Asia. C’est parce que les trafiquants peuvent rapidement créer de nouveaux comptes et apparaître dans un nouveau coin de Facebook.

Un poste type comprendra l’organe que quelqu’un vend – généralement un rein – ainsi que son groupe sanguin et le prix demandé. Bien que la vente d’organes soit illégale, de nombreuses personnes se retrouvent à court de solutions de rechange.

Channel News Asia rapporte que des personnes qui vendent leurs reins tentent de rassembler l’argent destiné aux factures d’hospitalisation – de l’ordre de plusieurs centaines de dollars américains – ou à d’autres dépenses imprévues.

Un homme qui s’est vu accorder l’anonymat a déclaré qu’il considérait la vente de son rein comme son seul moyen de payer ses factures d’hôpital et de démarrer sa petite entreprise, et que cela donnerait à sa famille « une chance d’améliorer notre vie et de s’éloigner de nos conditions de vie actuelles ».

L’homme a fini par obtenir un prêt pour conserver son rein, mais son histoire brosse un tableau plus large de la façon dont les personnes dans des situations désespérées compromettent leur santé pour fournir un réseau de trafic illégal qui est rendu possible grâce à Facebook.

« Nous supprimons ce contenu chaque fois que nous en prenons connaissance et nous encourageons notre communauté à signaler tout contenu qui, selon elle, pourrait enfreindre ces règles », a déclaré un porte-parole de Facebook à Channel News Asia, bien que la revue a trouvé plusieurs messages de vente de rein encore en ligne que Facebook avait manqués.

Parce qu’il est très difficile de retracer les trafiquants en ligne, le Comité national d’éthique de la transplantation des Philippines surveille de plus près les hôpitaux équipés pour la transplantation d’organes et recherche tout signe indiquant qu’une transaction d’organes illégale est en cours au lieu de faire un don non commercial.

Channel News Asia

1 Comment »

  1. A vrai dire, cela fait longtemps que ce genre de traffic existe depuis longtemps (https://fr.wikipedia.org/wiki/Trafic_d%27organes) et le cas de figure présenté dans l’article n’est que le sommet d’un horrible iceberg. Dans le cas des Philippins, le plus désolant est la façon dont certain dépense leur argent.

    La misère des donneurs est telle que certains peuvent sacrifier un organe pour s’offrir ce qui nous apparaît comme des futilités. Il faut dire qu’ils ne perçoivent pas une fortune en comparaison de leur sacrifice: Que pourrait-il s’offrir d’autre?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
https://youtu.be/goweVARkD04 https://iatranshumanisme.com/2019/04/10/biohacking-implant-de-puce-sur-scene-pour-creer-un-cyborg-humain/