Skip to content

Les machines ont-elles une conscience ?

Avec l’accélération exponentielle des progrès dans le domaine de l’intelligence artificielle émergent de nombreuses questions d’ordre économique, politique, scientifique, éthique, mais aussi philosophique et existentiel : les machines ressentent-elles des émotions ? Ont-elles une conscience ? Pour la plupart des religions, la conscience est le fruit d’une âme dont seuls les êtres humains sont dotés. À cette croyance, Alan Turing, père de l’intelligence artificielle, a répondu en 1950 qu’il ne voyait « aucune raison pour laquelle Dieu ne pourrait donner à un ordinateur une âme, s’il le souhaitait ». Aujourd’hui sur ses traces, des chercheurs comme le neuroscientifique américain Christof Koch estiment que « la conscience est une propriété émergente de la matière, comme la masse et l’énergie » et soutiennent ainsi l’idée selon laquelle le Human Brain Project, qui vise à simuler le fonctionnement entier du cerveau, permettra à terme de faire émerger une conscience artificielle : perspective scientifique réaliste ou improbable croyance matérialiste ?

7 Comments »

  1. @Grégory Aimar

    L’objet de cette vidéo, c’est d’exposer deux points de vue « matérialiste » sur la nature de l’individu:
    1° La conscience à la somme d’un processus de pensée, des souvenirs et des idées acquises au cours de ce processus,
    2° la conscience n’est pas forcément une fonctionnalité du cerveau qui serait une interface entre la conscience et le corps.

    Ces points de vue ne sont pas exposés pour le plaisir. Le but du premier est de soutenir l’idée qu’un ordinateur pensant et doté de souvenirs (plus ou moins uploadé) serait un individu. Le but du second est de soutenir l’idée que le clonage informatique permet la réincarnation en permettant à une conscience extérieure de se raccorder à un corps de rechange en cas de décès. Tout ceci devant justifier la reconnaissance d’un ordinateur/logiciel pensant comme individu.

    Pour les uns, l’intérêt est la création de DAC (Decentralized Autonomous Company). Ceux-là n’ont d’ailleurs même pas besoin que l’ordinateur soit pensant. Ils veulent juste qu’on lui permette de faire des affaires dans les mêmes conditions qu’un entrepreneur humain. C’est bien la logique de naturalisation de Sophia par le Gouvernement saoudien qui, n’en doutons pas, veut aussi faire le buzz et se poser en gouvernement technophile. On notera à ce sujet que l’Arabie saoudite se modernise dans tous les secteurs hormis la démocratie (innovation technologique, statut des femmes), cherchant (une fois de plus) à instaurer un despotisme high tech éclairé.

    Pour les autres, l’intérêt est de conférer à une prétendue « réincarnation » informatique un statut juridique similaire à celui de son « primogéniteur » humain. Et, qu’on se le dise, la majorité des transhumanistes ne militent pas en faveur de cette forme de « prolongisme » par qu’elle est fondée sur des croyances qu’ils ne partagent pas. Faut-il encore rappeler à la plupart des courants du transhumanisme n’empêche nullement d’être chrétien, bouddhiste, hindouiste, juif, etc… ?

    Donc, au lieu de tourner autour du pot en débattant de théories technothéistes, je vais droit au but: « Est-ce qu’une machine pensante est un individu? » Pour moi: oui. Mais un individu potentiellement dangereux (Lire « Superintelligence » de Nick Bostrom). Et un individu qui est, au mieux, le frère jumeau d’un humain. Ce sera aussi un individu que l’on ne pourra pas traiter comme un jouet ou un outil, au plan éthique comme du point de vue de notre survie.

    Merci pour l’intérêt que vous accordez à mes messages.

  2. U ne machine (Robot Humanoide) un programme informatique. Elle est programmable, déprogrammable et reprogrammable. ici on ne peut pas parler de conscience. C’est questions nous distrait et rien de plus. l’urgence est ailleurs: Fondamentalement la question reste de savoir comment sauver l’homme face à son adversaire le plus redoutable, l’homme lui-même. il ne faut pas l’homme fuit sa responsabilité. Il me semble que la ligne philosophique que défend le philosophe camerounais mérite une attention sérieuse.

    • @Dr bekolo Metee Arsène:

      A vrai dire, le logiciel de la plupart des robots n’est même pas un système expert càd une « intelligence artificielle faible ». Ce ne pense pas que ce soit de ce genre de logiciel qu’on parle.

      Il y a une multitude de débats importants à engager dans nos sociétés dont beaucoup visent des problèmes plus concrets que « sauver l’homme de l’homme ». Les deux qui me semblent les plus essentiels:
      – Quelles matières premières utiliseront nous dans dix ans?
      – Comment produirons nous notre électricité dans dix ans?

      Compte tenu de la vitesse à laquelle le sable et les terres rares disparaissent, vu l’augmentation exponentielles de la consommation électrique, cela me semble aussi urgent que vital.

  3. La réponse est non, et c’est définitif.
    Pour en finir une bonne fois pour toutes avec le mythe de « la conscience artificielle » : Pourquoi une machine de réseaux de neurones, et par extension toute machine, ne pourra jamais engendrer une conscience, un être, une séité (un « Je suis » autoconscient, c’est-à-dire un être conscient de lui-même) :
    http://www.blueman.name/Liens_Et_Informations_Diverses_Et_Variees_Du_Moment.php?IdNews=11962

    • @Bluemanca: Ce que l’article que vous mettez en lien est censé démontrer, c’est qu’une machine ne peut devenir pensante. Moi, je parle de la reconnaissance du statut d’individu à un être pensant. Ne mélangeons pas le test de Turing et la controverse de Valladolid.

  4. On peut poser la question de manière plus directe: « Est-ce qu’une machine pensante est un individu? »

    C’est un débat qui n’est pas spécifique à la mouvance transhumaniste: les trekkies (dont je fais partie) se la posent vis à vis de Data (un robot humanoïde) et du docteur (un logiciel holographique). Naturellement, la sympathie qu’il inspire nous prédispose davantage à les reconnaître comme des individus que les Borgs. Le débat reste vivace en ce qui concerne l’ordinateur de l’Entreprise. Un vaisseau de classe Galaxy est-il un être pensant? Est-il un individu? La relation entre l’Entreprise et Data ne permet de pas de répondre d’entrée de jeu par la négative…

    Quant aux émotions, les machines ressentent les émotions lorsqu’elles sont conçues pour cela … comme les animaux. Les émotions humaines n’ont rien de magique, ce sont des processus métaboliques que l’on retrouve chez des animaux présumés non pensants. Bien que le dauphin ne soit pas reconnu comme un être pensant, il est établi que les aires de son cerveau en rapport avec l’intelligence émotionnelle sont plus développées que celle l’homo sapiens. Un dauphin serait-donc moins un individu qu’un humain sociopathe ?

    A tort ou à raison, il semble que nous attribuons le statut d’individu à tout membre d’une espèce pensante dont les membres ordinaires sont aptes à développer spontanément une personnalité sociable.

    A lire sur le Huffingtonpost // Pêcher avec les dauphins
    (http://www.slate.fr/story/68283/pecher-dauphins)

    A lire sur 7sur7 // Un dauphin demande de l’aide à un plongeur
    (https://www.7sur7.be/insolite/un-dauphin-demande-de-l-aide-a-un-plongeur~a1adbc6ed/?referrer=https://www.google.fr/)

    A lire sur Gentside // Des dauphins filmés en train de se droguer avec … un poisson-globe
    (https://www.maxisciences.com/dauphin/des-dauphins-filmes-en-train-de-se-droguer-avec-un-poisson-globe_art32011.html)

    A lire sur We Demain // Les dauphins s’appellent par leur prénom … et deviennent des personnes en Inde
    (https://www.wedemain.fr/Les-dauphins-s-appellent-par-leur-prenom-et-deviennent-des-personnes-en-Inde_a279.html)

    A lire sur BFMTV // Une intelligence artificielle pour comprendre le langage des dauphins
    (https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/une-intelligence-artificielle-pour-comprendre-le-langage-des-dauphins-1042629.html)

    • @Lame

      La question que vous posez n’est pas « plus directe », c’est juste une autre question. Ici le propos porte sur la nature de la conscience, pas sur le statut social des machines. Nous avons vu Sophia obtenir le statut de citoyenne en Arabie Saoudite, sans que cela nous renseigne sur l’existence (ou non) de sa conscience. En creux, la question posée ici est celle de la nature de la conscience humaine et la possibilité de la transférer dans une machine (ou non), dans la continuité de la vidéo précédente : https://iatranshumanisme.com/2019/05/29/transhumanisme-avenement-homme-dieu/

      Merci pour l’intérêt que vous portez à ces vidéos, en tout cas, Lame !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
L’apartheid climatique est imminent. Seuls les riches survivront. Un rapport…