Skip to content

Le transhumanisme Podcast France Inter

Quel monde nous prépare le transhumanisme ? S’agit-il d’une rupture de civilisation ou de la poursuite logique du « progrès », en particulier de la médecine ? Qui impulse ces recherches et quelles seront les conséquences sociales et environnementales de ce processus ? Pourquoi est-il si difficile de penser l’irruption du transhumanisme dans nos vies ?
Avec Jacques Testart, biologiste, père scientifique du premier « bébé éprouvette » français né en 1982 et son dernier livre est : « Au péril de l’humain, les promesses suicidaires du transhumanisme » Ed du Seuil, et Marc Roux, Président de l’Association Française Transhumaniste.

Au péril de l’humain. Les promesses suicidaires des transhumanistes

1 Comment »

  1. quelle mauvaise foi sur les lunettes et la vaccination ! Perdre peu à peu l’acuité visuelle ou se faire emporter par la maladie relevaient et relève toujours d’une « normalité » dans certains pays. Reconnaitre que l’on créer de toute pièce une « normalité » qui « augmente » notre résistance à notre environnement et que l’on « rajoute » aux autres dont les modalités sont fonction du temps, du lieu et des individus tout en niant cette augmentation pour la glisser sous le tapis de la « médecine » est tout simplement hypocrite. Si Mr Testart aime tant que ça sa « propre idée » de ce qu’est l' »humanitude », je l’invite à retourner loin du confort technologique pour rejoindre, nu comme un vers, les bienfaits d’une caverne en pleine nature pour y vivre selon ses convictions propres. Sans véhicule pour augmenter ses moyens de déplacement, sans médecine pour augmenter ses chances de guérison, sans feu pour augmenter ses chances de survie, sans armes pour augmenter ses chances de se nourrir et la liste de l’ensemble de ces « augmentations » n’a pas de fin.

    L’homme à toujours était dans le changement, la transformation, l’adéquation et l’adaptation avec son environnement au travers l’augmentation que ce soit des techniques pratiques ou conceptuelles (l’humanisme ne doit pas y faire exception), une philosophie stagnante devient fanatisme au même titre que le langage dont la proximité qu’elle nous force à entretenir avec ses mots biaise notre rapport au réel. L’homme interfère depuis toujours avec la nature, toutes les technologies et l’ensemble de la médecine en résulte, l’entropie englobe et agit sur tout les niveaux d’organisations connus, en plus de relever du fantasme il serait même contre nature pour l’être humain d’arrêter ces interférences. Une espèce de délire dogmatique nourrit par rien d’autre que des croyances et des craintes qui ont sérieusement besoin d’évoluer.

Laisser un commentaire

Shares