Skip to content

Mastercard ouvre l’accès à son API Blockchain pour les banques et commerçants partenaires

Fournit des connexions à d’autres API Mastercard pour créer de nouvelles expériences de commerce numérique ; l’API sera présentée au hackathon Money 20/20.

New York, NY – 20 octobre 2017 – Mastercard a annoncé qu’il ouvrira l’accès à sa technologie blockchain via son API publiée sur Mastercard Developers. La solution blockchain de Mastercard offre une nouvelle façon pour les consommateurs, les entreprises et les banques de traiter leurs transactions et est un élément clé de la stratégie de l’entreprise pour fournir des solutions de paiement qui répondent à tous les besoins des institutions financières et de leurs clients finaux. L’API Blockchain de Mastercard fera partie du hackathon Money 20/20 à Las Vegas.

L’entreprise a testé et validé sa blockchain et mettra en œuvre cette technologie dans l’espace B2B (Business to Business) pour répondre aux défis de rapidité, de transparence et de coûts dans les paiements transfrontaliers. La technologie blockchain de Mastercard viendra compléter les capacités existantes de l’entreprise, notamment les cartes virtuelles, Mastercard Send et Vocalink pour prendre en charge tous les types de flux de paiements B2B transfrontaliers, qu’ils soient basés sur des comptes, des blockchains ou des cartes.

La blockchain de Mastercard dispose de quatre facteurs clés de différenciation : la confidentialité, la flexibilité, l’évolutivité et, plus important encore, la portée du réseau de règlement de l’entreprise.

  • Confidentialité – La blockchain de Mastercard assure la confidentialité en veillant à ce que les détails de la transaction soient partagés uniquement qu’entre les participants d’une transaction tout en conservant un registre des transactions entièrement vérifiable et valide.
  • Flexibilité – Les partenaires peuvent utiliser les API blockchain conjointement avec une suite plus large d’API Mastercard pour créer une gamme de nouvelles applications puissantes. Les kits de développement logiciel sont disponibles en six langues différentes pour faciliter l’intégration des API.
  • Évolutivité – La chaîne de blocs Mastercard est conçue pour la rapidité de traitement commerciale et l’extensibilité en établissant un consensus entre un modérateur de réseau de confiance et les participants du réseau.
  • Portée – La blockchain de Mastercard est intégrée dans le réseau de paiement de l’entreprise qui comprend 22 000 institutions financières pour transférer les fonds qui ont été engagés sur la chaîne de blocs.

« En combinant la technologie Blockchain de Mastercard avec notre réseau de règlement et les règles de réseau associées, nous avons créé une solution sûre, sécurisée, vérifiable et facile à mettre à l’échelle », a déclaré Ken Moore, vice-président exécutif de Mastercard Labs. « En ce qui concerne les paiements, nous souhaitons offrir à nos partenaires un choix et une flexibilité leur permettant d’utiliser en toute transparence nos modes de paiement existants et nouveaux en fonction des besoins et des exigences de leurs clients. »

La société Chain et les entreprises financières mondiales dévoilent un standard ouvert pour la Blockchain

La solution blockchain de Mastercard a la capacité de gérer des transactions de paiement sans carte sécurisées et transparentes telles que les paiements business-to-business et les transactions de financement commercial. Elle a également la capacité d’alimenter des solutions de non-paiement telles que la preuve de provenance qui aide à authentifier les produits tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Avec cette solution propriétaire, Mastercard espère créer de nouveaux avantages pour ses partenaires et rendre l’écosystème commercial plus facile, plus rapide et plus sûr. En plus de construire une nouvelle solution, la société a également déposé plus de 35 brevets dans le domaine de la blockchain et investi dans Digital Currency Group, un collaborateur qui construit, incube et fait se développer des entreprises liées à la technologie Bitcoin et Blockchain. La société a récemment rejoint Enterprise Ethereum Alliance pour explorer les possibilités de la technologie Ethereum dans un large éventail de cas d’utilisation potentiels, dont beaucoup sortent du cadre de l’environnement de paiement traditionnel de Mastercard. De plus, Mastercard travaille également sur de nouveaux cas d’utilisation avec des startups faisant partie de son programme Start Path Global.

traduction Thomas Jousse

Mastercard Newsroom

1 Comment »

  1. Mastercard a donné à la technologie blockchain une grande poussée vers le courant dominant. Le géant de la carte de crédit affirme que sa nouvelle API peut immédiatement aider les banques et autres entreprises à effectuer des paiements transfrontaliers moins chers et plus rapidement. Cette décision fait suite à celle d’IBM, qui vient de lancer son propre système de paiement transfrontalier pour les pays du Pacifique Sud.
    Une grande différence, cependant: le système de Mastercard n’impliquera aucune crypto-monnaie. Il s’occupera de la « compensation » des transactions financières – le processus par lequel les soldes des comptes sont mis à jour – et enregistrera ces mises à jour sur un registre distribué. (Voir: « Pourquoi Bitcoin pourrait être beaucoup plus qu’une devise« ) Le transfert d’argent réel, connu sous le nom de règlement, utilisera le système conventionnel de Mastercard basé sur des devises fiduciaires locales.
    Le système d’IBM règlera les transactions en faisant fonctionner sa blockchain propriétaire en tandem avec une seconde, construite par un organisme à but non lucratif appelé Stellar. La crypto-monnaie de Stellar, lumens, servira d’unité de valeur transférée entre les parties. Qu’est-ce que tout cela veut dire? La plupart du temps, cela signifie qu’il est encore trop tôt. Le nouveau système de paiement d’IBM peut utiliser temporairement la devise de Stellar; la société envisage une transition éventuelle vers des crypto-monnaies soutenues par le gouvernement. On ne sait pas quand cela se produira, mais un certain nombre de banques centrales testent cette idée.

Laisser un commentaire

Shares