Skip to content

Un expert en robotique prédit que les enfants nés en 2017, ne conduiront jamais une voiture

Henrik Christensen, directeur de la Contextual Robotics Institute de l’University of California à San Diego, a publié une prophétie alarmante pour la prochaine génération : « Ma propre prédiction est que les enfants nés aujourd’hui n’auront jamais à conduire une voiture. »

Elon Musk : « Les voitures conduites par des humains seront un jour illégales »

→ En 2030-2035, on interdira les voitures conduites par des gens. La Google Car roulera 24 heures sur 24, associée au système Uber, qui permet de repérer la voiture la plus proche. Il sera possible de réguler les bouchons et de diminuer la pollution. On peut donc prévoir l’arrivée des voitures sans chauffeur. – Laurent Alexandre

Ses prévisions, qu’il a partagées dans une entrevue de décembre avec The San Diego Union-Tribune, est enracinée dans des signes montrant que l’industrie automobile est dans la course vers un avenir sans conducteur. « Les voitures autonomes et sans conducteur seront là d’ici 10 à 15 ans », a-t-il dit. « Tous les fabricants automobiles – Daimler, GM, Ford – disent que d’ici cinq ans, elles auront des voitures autonomes et sans conducteur sur la route. »

Mais la prédiction devrait susciter un certain scepticisme. D’une part, il suggère que la plupart des voitures non autonomes seront hors des routes dans les 15 ans à venir. C’est, pour le moins improbable. L’âge moyen d’un véhicule américain est de 11,5 ans. Avec 258 millions de véhicules légers sur la route, et 17 millions de nouveaux véhicules vendus chaque année, nous sommes peu susceptibles de voir un renouvellement de la flotte pendant des décennies. En attendant, les analystes s’attendent à ce que seulement 21 millions de véhicules autonomes dans le monde atteignent les routes d’ici 2035.

Malgré l’arrivée de kits pour transformer nos vieux tacots manuels en robots-chauffeurs, les États-Unis ne sont pas en mesure de gérer des centaines de millions de véhicules autonomes sur ses voies, rues et autoroutes à tout moment. Le ministère américain des Transports a publié des lignes directrices en novembre pour faciliter la transition, mais l’incertitude reste. Des États comme la Floride autorisent déjà des véhicules autonomes, et d’autres encore suivront sûrement, mais la technologie de conduite autonome qui se qualifie en vertu de ces lois, sans parler d’un cadre juridique national, est encore à des années voire des décennies.

Le 5 janvier, Gill Pratt, directeur à Toyota Research Institute, a déclaré au Consumer Electronics Show de Las Vegas : « aucun d’entre nous dans les industries de l’automobile ou de l’IT n’est près d’atteindre le véritable Niveau 5 d’autonomie. Nous n’en sommes même pas proches. »

Ce qui est plus probable, c’est que certains enfants nés aujourd’hui, dans certains endroits, n’auront jamais besoin de conduire une voiture. Cela est déjà vrai dans des endroits comme Manhattan, où les options de transports en commun ont permis depuis longtemps de vivre sans voiture, et où une foule de nouveaux services de voiture rendent encore plus facile l’abandon de la propriété automobile privée. (seulement, 23% des Manhattanites possédaient une voiture en 2013, comparativement à 92% à l’échelle nationale). Cette réalité pourrait s’étendre à d’autres zones urbaines où une densité plus faible et des infrastructures coûteuses rendent la possession d’une voiture plus prohibitive.

Les véhicules autonomes, complétés par des services de voiture tels que Lyft et Uber, pourraient rendre préférable et plus abordable de rouler avec des robots plutôt que d’obtenir un permis de conduire. Cette tendance se dessine déjà dans des endroits tels que Beverly Hills, en Californie, qui prépare ses propres plans de transport en commun impliquant des flottes de véhicules autonomes.

Mais rappelez-vous : les tracteurs et les automobiles ont pris près de 50 ans pour remplacer le cheval dans les fermes et à travers les systèmes de livraison en Amérique du Nord. La technologie évolue beaucoup plus rapidement aujourd’hui, mais probablement pas les habitudes des êtres humains.

Traduction Thomas Jousse

Quartz

Laisser un commentaire