Skip to content

Avez-vous peur du transhumanisme ?

Écouter l’émission 50’22 France Inter 15 novembre 2016 #GrandBienVousFasse par Ali Rebeihi

avec :

Partenariat Femme Actuelle Sabrina Nadjar, rédactrice en chef adjointe

→ Le Monde : Marie-Amélie Le Fur : « Le transhumanisme me fait peur » La championne paralympique met en garde contre la tentation de trop vouloir instrumentaliser le corps.

le-transhumanisme-est-un-integrisme


Le transhumanisme est un intégrisme
de Mathieu Terence

Le transhumanisme a inspiré beaucoup de livres. Pour et contre. Il fallait Mathieu Terence pour en dévoiler l’imposture. Pour en dénoncer l’aberration. Pour démonter ce mythe ultime de la religion du progrès. Avec humour et gravité. Avec style et prophétisme. Sources, théories, moyens financiers, relais médiatiques, réseaux d’influence : voici, tel qu’en lui-même, le mirage high-tech et mortifère de l’idéologie libérale mondialisée. Car, sous cette fausse promesse de puissance et d’immortalité, se cache la disparition du corps, du visage, de la parole et de tout ce qui confère sa véritable infinité à la finitude humaine. Cet intégrisme, jusque-là, ne disait pas son nom. C’est chose faite. Mieux qu’un pamphlet, un bréviaire de résistance. Écrivain à l’oeuvre déjà forte d’une quinzaine d’ouvrages, saluée par la critique et la presse, Mathieu Terence a été couronné par l’Académie française pour ses nouvelles.

2 Comments »

  1. Le transhumanisme est la volonté de réaliser les objectifs de l’humanisme par l’eugénisme, les disciplines physiques et mentales ainsi que la technologie.

    On peut distinguer deux branches: le transhumanisme ancien d’avant 1986 et le transhumanisme moderne ou technologique. L’ancien met l’accent sur des formes modérée ou extrêmistes d’eugénisme ainsi que la formation; c’est le transhumanisme de Julian Huxley et du Cycle de Dune (Frank Herbert). Le transhumanisme technologique met l’accent sur les technologies d’augmentation; c’est le transhumanisme de Kim Drexler et du Cycle de la Culture (Iain Banks).

    Il existe deux concepts qu’il faut distinguer du transhumanisme technologique: l’innovatisme et la transhumanisation. L’innovatisme est la volonté de stimuler la demande par l’offre de nouvelles technologies dans un but lucratif. La transhumanisation technologique est le processus d’augmentation des capacités de tout ou une partie de l’humanité par la technologie. Dans « Une brève histoire de l’avenir », Jacques Attali met en garde contre les redoutables effets sociaux de la combinaison de la mondialisation commerciale et de l’innovatisme poussés à l’extrême. Les organisations transhumanistes les plus actives n’envisagent jamais l’application de la transhumanisation technologique que pour une élite et à des fins plus ou moins modérées mais sans rapport avec l’humanisme.

    Le problème fondamental du transhumanisme donc, c’est que ses représentants médiatiques ne sont pas des transHUMANISTES même si la grande majorité d’entre eux ne sont pas des nazis non plus. Les technoprogressistes essayent bien de se construire une image altruïste mais ils sont plus connus pour la défense des droits des robots et des animaux que des droits sociaux.

    On attend toujours que la publication d’un manifeste transhumaniste fournissant la liste des technologies qui devraient être mises à la disposition de la population et proposant des mesures concrètes pour garantir à chacun l’accès à ces technologies. Il ne faut pas attendre de l’électeur-contribuable qu’il accepte de financer le développement de technologies qui seront, au mieux, fournies à long terme à des nantis qui paient par ailleurs que peu d’impôt.

Laisser un commentaire

Shares