Skip to content

Cellules souches : un survivant d’un AVC marche à nouveau

Stanford researchers studying the effect of stem cells injected directly into the brains of stroke patients said that they were "stunned" by the extent to which the experimental treatment restored motor function in some of the patients. (Stanford University) Credit: Washington Post

Stanford researchers studying the effect of stem cells injected directly into the brains of stroke patients said that they were « stunned » by the extent to which the experimental treatment restored motor function in some of the patients. (Stanford University)

Un survivant d’un AVC marche à nouveau après que des médecins lui aient injecté des cellules souches directement dans le cerveau.

Des chercheurs de Stanford University ont été « stupéfaits » à la suite des résultats positifs obtenus après avoir injecté des cellules souches directement dans le cerveau de patients atteints d’un AVC (accident vasculaire cérébral). La découverte a créé un sujet de discussion dans la communauté neuroscientifique, amenant les chercheurs à revisiter et réévaluer la notion que les lésions cérébrales sont permanentes et irréversibles.

18 patients victimes d’AVC ayant atteint le cap des six mois – la « phase de plateau » de leur récupération, qui est l’endroit où, en général, aucune perspective d’amélioration de leur condition ne peut survenir – ont été sélectionnés pour l’étude.

Les patients à ce stade ont une mobilité réduite des bras et des jambes. De ce fait, ils sont en général retirés de la thérapie, leurs circuits cérébraux étant considérés comme endommagés sans espoir de réparation.

Les chirurgiens ont percé des trous à plusieurs endroits du crâne de chaque patient et y ont injecté des cellules souches. La procédure exigeait que les patients soient conscients pendant l’opération. Malgré l’apparente brutalité de la procédure, les chirurgiens disent que cette méthode est la plus simple en ce qui concerne la chirurgie cérébrale.


Le cerveau peut-être en mesure de se réparer lui-même


Les patients ont même été renvoyés chez eux le jour même de l’opération.

Des maux de tête, des nausées et des vomissements sont quelques-uns des effets secondaires rencontrés par les patients après la procédure. Des tests mesurant le discours, la vision et la motricité des patients ont été menés un, six et douze mois après la chirurgie.

Gary Steinberg, l’auteur principal et président de Neurochirurgie à Stanford, fût surpris de voir que sept des 18 patients ayant subi le traitement ont montré une grande amélioration. Le rétablissement pour sept de ces patients, dit-il, n’était pas minime. Il évoque un patient de 71 ans confiné à un fauteuil roulant ayant été capable de marcher à nouveau.

Malgré les résultats positifs de la procédure, Sean Savitz, professeur de Neurochirurgie de l’University of Texas, note qu’il reste encore beaucoup de choses à faire pour pouvoir confirmer les résultats de la chirurgie. Des recherches plus approfondies sont nécessaires pour déterminer pleinement le véritable effet des cellules souches dans la stimulation de ces changements, et il note qu’il est possible que l’opération ait induit un effet placebo.

traduction Thomas Jousse 

Stanford University, Washington Post

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :