Skip to content

Google DeepMind va scanner un million d’yeux pour combattre la cécité avec le NHS

Retinal scans are produced rapidly, but require great skill to interpret. Photograph: Tim Mainiero / Alamy Stock Photo/Alamy Stock Photo

Retinal scans are produced rapidly, but require great skill to interpret. Photograph: Tim Mainiero / Alamy Stock Photo/Alamy Stock Photo

Google DeepMind et le NHS [National Health Service, système de santé publique du Royaume-Uni] développent un système d’apprentissage automatique avec Moorfields Eye Hospital pouvant reconnaitre des pathologies touchant la vue via un simple balayage numérique de l’œil.

Mustafa Suleyman, co-fondateur de DeepMind, dit que c’est la première incursion de la compagnie dans une recherche purement médicale. Dans cette nouvelle collaboration avec Moorfields, un algorithme sera formé en utilisant un million de balayages oculaires anonymes pour s’exercer à identifier les premiers signes de dégénérescence oculaires telles que la dégénérescence maculaire humide liée à l’âge [principale cause de malvoyance chez la personne âgée] ou la rétinopathie diabétique [complication du diabète et première cause de cécité avant 65 ans].

« Si vous avez du diabète vous êtes 25 fois plus à même de devenir aveugle. Si nous pouvons le détecter, et le traiter aussi tôt que possible, alors 98% des pertes de vision les plus sévères pourraient être évitées », dit Suleyman.

En formant un réseau neuronal pour faire l’évaluation des balayages oculaires, la vitesse et la précision des diagnostiques pourraient être grandement augmentées, ce qui permettrait de sauver la vue de milliers de personnes.

Google DeepMind dispose d’un accès aux données de santé des patients du NHS

Etant donné que la collaboration avec Moorfields implique des informations anonymes, Google s’est vu donné la permission d’accéder [à ces informations] via une entente de collaboration en matière de recherche avec l’hôpital, et a publié un protocole de recherche, comme le veut la pratique standard pour les essais cliniques.

Les scannes montrent des détails jusqu’au niveau cellulaire, ce qui est extrêmement pratique. Mais avec un million de ces analyses, cela pourrait prendre un certain temps aux médecins de les traiter manuellement, c’est là que DeepMind intervient.

Ceci prendra probablement un peu de temps avant que les résultats réels soient communiqués, mais si la recherche devient un succès, cela pourrait aider des millions de personnes à travers le monde ayant des risques de maladies oculaires dégénératives.

Traduction Thomas Jousse

The Guardian

Enregistrer

2 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :