Skip to content

Premiers portraits-robots par l’ADN

Dernière mise à jour le 04/10/2018

cropped-adn.jpgL’Institut génétique Nantes-Atlantique (IGNA) est l’un des premiers laboratoires français d’expertises criminalistiques à utiliser des traces d’ADN pour établir les caractéristiques physiques d’un suspect et ainsi son “portrait-robot génétique”, un “outil d’aide” pour les enquêteurs.

“même en l’absence d’un profil dans le fichier national, les experts peuvent “à partir de quelques cellules”, “déterminer la couleur des yeux ou des cheveux, ou définir l’origine ethno-géographique d’une personne”.

“Aujourd’hui, on peut déterminer la couleur des yeux, demain on pourra aller chercher la présence de tâches de rousseur ou de calvitie”, assure Mme Le Guiner.

“Au tout début de l’ADN, il fallait du matériel, une bonne tâche de sang ou de sperme”, rappelle-t-elle. Désormais, “un fifrelin” suffit pour avoir une empreinte génétique.

lire l’article sur La Croix, ou la version PDF

LIRE AUSSI 🔖  Le Parlement européen soutient la mesure d’enregistrement des empreintes digitales des demandeurs d'asile de 6 ans

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Elon Musk a été surnommé «la vraie vie d'Iron Man."…