Skip to content

Le Grand Reset et la quatrième révolution industrielle

Dernière mise à jour le 23/10/2020

Alors que l’intérêt pour les technologies de la quatrième révolution industrielle a connu un pic à la suite de la COVID-19, moins de 9 % des entreprises utilisent actuellement des technologies avancées telles que l’apprentissage machine, la robotique ou même les écrans tactiles. De quoi les entreprises ont-elles besoin pour accélérer l’adoption des technologies et comment peuvent-elles éviter les problèmes qui découlent d’un manque de gouvernance ?

pour augmenter le volume ↑

A ne pas manquer !  Tour du monde 2018 de l'IA

1 Comment »

  1. Consoglobe commente la publicité du Forum Economic Mondial sur le Great Reset : https://www.consoglobe.com/remise-a-zero-economie-mondiale-cg

    Trois messages-clés à sens multiple :
    – La leçon a tiré de la crise sanitaire est que nous sommes interconnectés.
    – Nous avons besoin d’un système économique rénové.
    – Il faut mettre l’environnement au cœur du nouveau système.

    Concrètement, le Great Reset, c’est une réflexion qui sera lancée en 2021 pour adapter le marché-monde aux problèmes sanitaires sous couvert d’une meilleure prise en compte des problèmes environnementaux.

    Les thématiques qui seront abordées sont présentés sur un schéma disponible sur le site du World Economic Forum (https://www.weforum.org/agenda/2020/06/now-is-the-time-for-a-great-reset/)

    Je suppose qu’on peut le traduire comme suit :
    -Préparation la reprise économique
    -Achèvement de la Quatrième Révolution industrielle
    -Renforcement du développement régional
    -Revitalisation de la coopération globale
    -Renforcement du développement régional
    -Restauration de la santé de l’environnement.
    -Redéfinition des contrats sociaux, des compétences et des métiers.

    Bien que la crise sanitaire soit à l’origine de l’initiative, la protection sanitaire n’est pas une thématique majeure. C’est toujours la protection de l’environnement qui est évoquée alors qu’elle n’est clairement qu’un volet mineur de la réflexion. On serait tenté de penser que dans le Monde d’Après de Davos, les masses populaires sont en trop : elles ont une empreinte écologique trop élevée et peuvent être remplacées par des machines dans le cadre d’une économie palatiale.

    On relèvera aussi les appels à des Etats forts mais pas forcément plus sociaux : Des Etats-gendarmes donc.

    On se posera donc la question suivante : Dans le monde d’Après, sur quelles ressources financières et électorat reposeront les Etats ? Va-t-on vers un Etat-Gendarme financé par l’impôt des sociétés dont la chambre législative principale sera élue par les entreprises ? Certains, et pas des moindres, avaient déjà commencé à théoriser leur Monde d’après bien avant la pandémie :

    A lire sur Wikiberal // Démarchie
    (https://www.wikiberal.org/wiki/D%C3%A9marchie)

    A lire sur le Blog de Paul Jaurion // La démocratie selon Friedriech (von) Hayek, économiste autrichien
    (https://www.pauljorion.com/blog/2013/07/31/la-democratie-selon-friedrich-von-hayek-economiste-autrichien-par-bertrand-rouzies-leonardi/)

    La démarchie de Hayek se combine très bien avec le système d’impôt négatif (sur le revenu) défendu par Milton Friedman :

    A lire sur le site du MFRB // Revenu de base et impôt négatif : éléments de comparaison pour un débat sain
    (https://www.revenudebase.info/actualites/revenu-base-impot-negatif-elements-comparaison-debat-sain/)

    En tout cas, vu la progression de la post-démocratie et de l’anocratie de marché, il faut se demander si les nouveaux contrats sociaux ne vont pas reposer sur trois points :
    – La carotte : Une allocation universelle de montant variable, calculée en point.
    – Le bâton : La réclusion des individus problématiques dans des zones gérées par des prestataires privés de services publics.
    – Le féodalisme : – Le féodalisme : L’instauration de régime de tutelle des entreprises sur les travailleurs, inspiré de l’ancien régime de kafala entrepreneuriale du Qatar.

    Pour les ultralibéraux, l’attrait de ce système-là serait qu’il s’adapte bien à un Etat-gendarme financé par un fond souverain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
L'ère de la micropuce est déjà là Payer ses courses,…
Défiler vers le haut