Skip to content

Les cryptomonnaies-or privées, une alternative d’avenir ?

Dernière mise à jour le 22/10/2020

Des initiatives de monnaies virtuelles basées sur l’or émergent partout, mais restent au stade d’amorçage. L’idée est néanmoins intéressante. Par exemple, l’institution monétaire officielle australienne Perth Mint a annoncé lancer une cryptomonnaie basée sur l’or et s’appuyant sur la technologie blockchain. L’entreprise américaine Emergent Technology Holdings développe sa cryptomonnaie indexée sur l’or, le G-coin, via sa filiale suisse. La société de service financier émirati OneGram a fait de même en y ajoutant un attribut Shariah-Compliant (compatible avec la finance islamique). Il existe encore de nombreux projets similaires : le Golden Currency et le Digix à Singapour, le GoldVein et le GoldMineCoin en Russie, le KaratGold en Allemagne, le Sudan Gold Coin à Dubaï… Il s’agit en fait de la deuxième vague de monnaies digitales basées sur l’or, reste donc à voir si ces programmes aboutiront. En 1995, le E-Gold émergeait déjà, et au début des années 2000, d’autres initiatives de monnaies basées sur l’or s’étaient développées sous les noms e-Bullion, BitGold, GoldMoney ou encore OSGold. Je parlerai probablement plus précisément du sujet des crypto-or à l’avenir.

VeraOne, le 1er stablecoin européen adossé à l’or est Français

À côté de cela, il y a le cas emblématique de Facebook. L’annonce en grande pompe de la cryptomonnaie Libra (qui signifie « libre » en latin) par l’entreprise de la Silicon Valley n’a que peu d’intérêt sur le papier, en tout cas pour le moment. Facebook s’est senti poussé des ailes en annonçant ce projet au mauvais moment, alors qu’il était déjà dans le viseur des autorités américaines. Les instances de régulation et les gouvernements du monde refusent unanimement de laisser la société marcher sur les plates bandes de l’oligopole bancaire avec sa nouvelle monnaie. Les Européens ont mis leur véto sur Libra dans leurs juridictions et la monnaie privée pourrait même être totalement interdite. Le cadre juridique de mise en place de Libra va donc être très difficile à fixer.

A ne pas manquer !  Des transactions anonymes utilisant la monnaie numérique soutenue par la banque centrale

Le Libra a un fonctionnement calqué sur le DTS dans son mécanisme de panier de monnaies. Il est adossé au dollar américain (50 %), à l’euro (18 %), au yen (14 %), à la livre sterling (11 %) et au dollar de Singapour (7 %). C’est donc un « stable coin », c’est-à-dire une cryptomonnaie dont le cours est indexé sur celui d’actif(s) de confiance. La devise chinoise yuan/renminbi, appartenant tout de même à la deuxième économie mondiale, a néanmoins été exfiltrée du projet. Ceci permit à Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, de respirer entre deux interrogatoires devant le Congrès américain qui le sommait d’expliquer son projet de cryptomonnaie mondiale, en plus du profilage de ses utilisateurs et de la non-censure des « fake news » faites sur ses réseaux sociaux. En somme, Libra est plus un service de paiement qu’autre chose et n’a aucun avenir dans l’immédiat. Elle sera sûrement mise de côté le temps de consolider l’offre et que les affaires de Facebook se tassent.

Certains ont ou ont eu beaucoup d’espoirs sur le bitcoin en tant que monnaie mondiale « libre », mais cela ne tient pas non plus sachant que seul 1,3 % des transactions passées sur le réseau bitcoin international sont des échanges marchands. Ce qui signifie que tout le reste se cantonne à de la spéculation financière. De plus, une étude du Crédit Suisse établit que 97 % des bitcoins sont détenus par 4 % des utilisateurs. Il est plausible de penser que ce monopole permettrait de contrôler le bitcoin et de manipuler son cours en cas de concertation de ces 4 % de propriétaires.

A ne pas manquer !  Quelle monnaie virtuelle pour demain, DTS ou crypto ?

La cryptomonnaie universelle de demain devra être indexée sur des actifs physiques de référence comme l’or et l’argent métal. Ceci permettra non seulement de stabiliser sa valeur, mais également pour pouvoir la convertir en des actifs de référence universellement reconnus.

Franck Pengam

Pour en savoir plus, recevez ici 27 pages OFFERTES du livre : « Géopolitique de l’or : le métal jaune au cœur du système international ».

1 Comment »

  1. D’abord, quelques liens sur les avantages des cryptomonnaies:

    A lire sur cryptonews // Les avantages et inconvénients du Bitcoin
    (https://fr.cryptonews.com/guides/bitcoin-pros-and-cons.htm)

    A lire sur cryptoblog // Avantages & Inconvénients de la Crypto-Monnaie
    (https://cryptoblog.fr/2017/05/11/avantages-inconvenients-de-la-crypto-monnaie/)

    A lire sur investir en ligne // Quels sont les avantages et inconvénients des crypto monnaies ?
    (https://www.investirenligne.org/avantages-et-inconvenients-crypto-monnaies/)

    On peut donc dire que les partisans des cryptomonnaies se divisent essentiellement en deux groupes:

    – Ceux qui veulent une monnaie dématérialisée pour la vitesse de transaction et/ou les faibles frais. Pour les frais, les articles publiés dans Challenge et Trends Tendances ont largement tué le mythe: ce sont des monnaies pour riches, bitcoin en tête.

    – Ceux qui veulent une monnaie sans régulation publique ou centralisé: Ils sont restés sur le faim avec la plupart des cryptomonnaies « miracles. Certes, les Etats n’ont pu les interdire mais les usagers sont dépistés, recensés et soumis à l’impôt. En gros, ils font le travail des banques centrales eux-mêmes sans bénéficier d’avantages fiscaux.

    Si les cryptomonnaies n’ont pas rempli leurs principales promesses, elles ont démontré leur utilité au moins dans des niches économiques.

    Quoi qu’il en soit, les cryptomonnaies basées sur l’or sont sans doute l’avenir pour les usagers du premier groupe. Pour ceux du second, ce serait plutôt les cryptomonnaies basés sur le cours des actions d’une entreprises dématérialisées.

    Le point à éclaircir, en ce qui me concerne, c’est la compatibilité de l’indexation d’une cryptomonnaie sur l’or avec le financement d’une allocation inconditionnelle par création monétaire. En ce qui me concerne, le principal intérêt des cryptomonnaie « libre », c’est la possibilité de mettre en oeuvre l’équivalent numérique d’un jardin d’échange universel, notamment dans une DAO évoluée de type Dash:

    Jardin d’échange universel
    (https://jardindechangeuniversel.wordpress.com/)

    A lire sur Zone Bitcoin // Swiftdemand : le revenu universel avec la cryptomonnaie?
    (https://zonebitcoin.co/swiftdemand-le-revenu-universel-par-la-crypto-monnaie/

    A lire sur Wikipedia // Dash (crypto-monnaie)
    (https://fr.wikipedia.org/wiki/Dash_(crypto-monnaie)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Dans une série de tweets, le PDG de SpaceX, Elon…
Défiler vers le haut