Skip to content

La monnaie Libra de Facebook ne remplacera pas votre argent

La cryptomonnaie Libra de Facebook a été dévoilée, mais il reste encore à voir s’il s’agit de l’avenir de la monnaie, alors que les régulateurs se profilent et que des questions se posent quant à savoir pour qui la cryptomonnaie est en fait conçue à aider. Selon Facebook, qui présente ses plans pour la cryptomonnaie dans un livre blanc de 12 pages, Libra permettra des paiements numériques sans frais pour toute personne insatisfaite des transactions existantes ou qui ne peuvent pas prétendre à un compte bancaire.

Mais la cryptomonnaie ne sera lancée que l’année prochaine. Cela signifie qu’à partir de 2020, il sera peut-être possible de payer pour les trajets Uber avec la monnaie numérique. Les abonnements de Spotify et les paiements de contrat de téléphonie mobile pourraient également être disponibles via Libra. Le résultat fournirait une monnaie disponible n’importe où.

Le nouveau jeton numérique sera construit sur la blockchain et pourra non seulement être utilisé pour envoyer des fonds instantanément via Facebook – et ses filiales WhatsApp et Messenger – mais également pour effectuer des achats en ligne sur des sites de vente au détail tels que eBay et Booking.com, moyennant des frais inférieurs à ceux offerts par les banques standard et les services de cartes de crédit.

Jusqu’à présent, 28 entreprises financières, de commerce électronique et autres, ainsi que des investisseurs en capital-risque – y compris PayPal, eBay, Uber, Spotify et Vodafone – se sont engagés à verser 10 millions de dollars chacun pour rejoindre un organisme indépendant appelé Libra Association, qui sera basé en Suisse et régira le jeton numérique. Cette initiative vise à encourager la confiance dans le système de paiement des régulateurs financiers et des utilisateurs, qui contrôlent de plus en plus le pouvoir et le manque de responsabilité de Facebook.

L’implication de grandes sociétés financières telles que Visa et Mastercard peut sembler surprenante au premier abord, car les cryptomonnaies sont généralement considérées comme une alternative moins chère à ces réseaux de paiement. Toutefois, leur implication peut être une tentative de suivi de la devise de Facebook – et d’avoir leur part du gâteau si la devise décolle avec les 2,38 milliards d’utilisateurs actifs mensuels de Facebook.

Google travaille sur sa propre technologie liée à la blockchain

« C’est l’une des questions à laquelle nous n’avons malheureusement pas assez de réponses pour le moment : pourquoi utiliser Libra? », déclare Garrick Hileman, responsable de la recherche à la société de crypto Blockchain et chercheur associé à la London School of Economics.

C’est l’un des nombreux défis que doit relever Libra. Ceux qui ont un compte bancaire peuvent déjà payer avec une carte ou un téléphone, bien que des technologies comme les contrats intelligents et les paiements par messagerie électronique puissent accroître l’attrait. Ceux qui n’ont pas de compte bancaire sont confrontés à des obstacles qu’une blockchain ne résout pas. Et ce, avant même que les organismes de réglementation n’interviennent. Est-ce que Libra survivra jusqu’à son lancement prévu l’an prochain ?

A qui s’adresse Libra ? Facebook ne se contente pas d’être un fournisseur de services de paiement semblable à PayPal, mais veut aussi « permettre une monnaie mondiale simple et une infrastructure financière qui donne du pouvoir à des milliards de personnes ». En termes simples, les gens achèteront des Libra avec une devise existante et l’Association Libra conservera votre argent dans une réserve qui se compose en partie de titres gouvernementaux couvrant une gamme de devises historiquement stables. Les intérêts de ces titres iront à la Libra Association elle-même, les dividendes étant versés aux membres une fois les coûts payés.

Bien que Libra soit une cryptomonnaie, elle diffère du bitcoin en ce sens que c’est un stable coin (litt. « monnaies stables »); sa valeur est liée à celle d’autres devises afin de réduire la volatilité, nécessaire si les détaillants veulent l’accepter. L’année dernière, la société de paiement Stripe a abandonné Bitcoin parce que la valeur de la cryptomonnaie fluctue énormément d’un jour à l’autre.

Même si Facebook parvient à convaincre suffisamment d’entreprises pour accepter Libra, et convaincre assez de gens, d’autres défis demeurent.

Une nouvelle cryptomonnaie lancée par Goldman Sachs

En effet, tous les pays n’exploitent pas les banques de la même façon. « Ce n’est pas une industrie à l’emporte-pièce, déclare Hileman. « Chaque pays a ses propres règles. Il faut avoir une relation bancaire dans chaque pays, en général, pour faire des paiements. » Pour cette raison, il suggère que le déploiement de Libra dans le monde entier d’un seul coup « semble improbable ».

Les régulateurs se plaignent déjà. Le ministre français des Finances, Bruno Le Marie, a déclaré que seuls les gouvernements pouvaient proposer des devises et que cela s’accompagnait de responsabilités. « Nous exigerons des garanties que de telles transactions ne pourront pas être détournées, par exemple pour financer le terrorisme ». De telles plaintes viennent même des États-Unis. Maxine Waters, membre du Congrès démocrate, a déclaré que le lancement de Libra devrait être suspendu afin de donner au Congrès le temps d’examiner les plans. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre a déclaré lors d’une conférence que, même s’il était «ouvert d’esprit» vis-à-vis de Libra, celle-ci devrait toujours respecter les «normes les plus élevées» si elle devait être lancée au Royaume-Uni.

Compte tenu de tels défis, Hileman prédit que Libra pourrait même ne jamais démarrer. « Il se peut qu’il y ait des interdictions catégoriques de Libra dans certains pays – c’est l’une des grandes questions, où se fera le lancement et quelles approbations seront nécessaires ». « Il y a une chance non nulle que ça ne marche pas du tout, vu le climat politique. »

Wired, Libra, Wired

4 Comments »

  1. Sur la vocation du libra, je relèverai trois points:
    1° Cette monnaie est officiellement créée à destination de ceux qui n’ont pas de compte en banque.
    2° On n’a aucunement besoin de carte de banque pour utiliser le libra.
    3° Les frais seront en principe moindre que ceux d’une banque.

    Le Libra peut donc devenir la monnaie d’une certaine population d’utilisateurs de smartphone. Quant à savoir si cette population peut devenir une communauté, tout dépend de sa capacité à se faire reconnaître comme tel par les pouvoirs publics ou organiser sa défense… Au fait, Zuckerberg n’avait-il envisager de poser sa candidature à la Présidence des USA? Et tant qu’on y pense, n’y-a-t-il pas, aux USA, des villes privées dont les conseil de copropriétaires remplacent les conseils municipaux?

    Une chose est sûre: si les usagers du libra arrivent à obtenir un certain poids économique (et fiscal) et à se fédérer, ils formeront au minimum un lobby influent. A ce sujet, certaines questions s’imposent: Quelle serait le mode de cohabitation d’une « communauté du libra » et Amazon? Et est-ce qu’Amazon serait prêt à abandonner son amazoncoin au profit du libra?

    A lire sur Capital // Libra : faut-il se méfier de la cryptomonnaie de Facebook ?
    Extrait: “J’ai le pressentiment que, d’ici quelques années, nous serons tous pratiquement contraints de recourir aux services d’Amazon et que M. Bezos pourra exiger de ses clients l’usage son coin. L’avantage de M. Zuckerberg (l’authentification en ligne avec Facebook ? Google rend le même service…) me paraît ténu”, (…).

    • Un point à explorer: Si l’ether se pose en principal rival du bitcoin … et réussi à perdurer, c’est certainement grâce au facilité qu’offre le protocole ethereum pour le conclusion de smartcontrats. Là où le bitcoin est une source de tracas pour les Etats et un instrument (involontaire) pour la pègre, ethereum s’insère plus aisément dans le processus dans la 4e Révolution industrielle dont le finalité probable est le développement des DAC (Decentralized Autonomous Company). Découlant, le libra se pose en concurrent de l’ether plus que du bitcoin.

      A lire sur le Journal du Coin:
      – Hebdo Crypto #55 – les actualités de la semaine des cryptomonnaies (https://journalducoin.com/altcoins/hebdo-crypto-55-les-actualites-de-la-semaine-des-cryptomonnaies/)
      – Libra comparé à Ethereum 1.0 et 2.0 (https://journalducoin.com/altcoins/libra-compare-a-ethereum-1-0-et-2-0/)

      Or le libra n’est pas le seul concurrent de l’ether. A lire sur Capital // Xavier NIEL et Marc SIMONCINI investissent dans un ambitieux projet français de crytomonnaie
      (https://www.capital.fr/entreprises-marches/xavier-niel-et-marc-simoncini-investissent-dans-un-ambitieux-projet-francais-de-cryptomonnaie-1348219)

      Le libra ne risque effectivement pas de remplacer notre monnaie. C’est la monnaie de Facebook, un réseau social régulièrement critiqué, de plus en plus démodé et pas si incontournable qu’il ne le voudrait. A l’instar d’Uber, il doit faire face à une concurrence de plus en plus perfomante comme Uber. Difficile de penser ainsi que les enfants qui ont découvert les réseaux sociaux sur Tik Tok, apprennent précocement le mandarin, travailleront pour le sous-traitant d’une mégacorporation chinoise, feront majoritairement leur achat en libra… Je miserai plutôt sur l’amazoncoin, le (crypto-)yuan ou une crypto-monnaie autochtone.

  2. The Conversation : Avec le lancement de la crypto-monnaie, Facebook se prépare à devenir une nation indépendante

    Facebook vient d’annoncer les détails de sa prochaine crypto-monnaie, la Libra. L’objectif est de faciliter le commerce de biens et de services pour ses milliards d’utilisateurs, mais cela pourrait conférer à la société une influence plus globale que jamais – et peut-être même transformer la société en une nation virtuelle.

    « En tant que chercheuse et éducatrice dans les médias sociaux, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, cherche clairement à donner à son entreprise encore plus de pouvoir politique à l’échelle mondiale, malgré les dangers potentiels pour la société en général », a écrit Jennifer Grygiel, professeure en communication à l’Université de Syracuse. « En un sens, il déclare vouloir que Facebook devienne une nation virtuelle, peuplée d’utilisateurs, alimentée par une économie autonome, et dirigée par un PDG – Zuckerberg lui-même – qui ne rend même pas compte à ses actionnaires. »

    Nous avons constaté que Facebook exerçait une influence considérable sur l’opinion publique et même sur les résultats des élections. Il est donc temps d’examiner chaque mouvement de Facebook, explique Grygiel.

    « À mon avis, le lancement prévu de Libra en 2020 ne laisse pas assez de temps pour tester pleinement cette technologie et ses risques », a écrit Grygiel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.