Skip to content

Déploiement de la reconnaissance faciale dans les écoles publiques

Les écoles publiques de l’État australien de Victoria nécessiteront l’approbation des parents, des élèves et du ministère de l’Éducation pour utiliser la technologie de reconnaissance faciale, selon un rapport publié par The Age.

Le ministère de l’Éducation a créé de nouvelles règles après qu’un examen eut révélé que l’utilisation et le stockage de données biométriques présentaient un risque. Le ministre de l’Éducation de Victoria, James Merlino, a critiqué le gouvernement fédéral australien pour avoir octroyé à LoopLearn une subvention de 500 000 $ afin de commercialiser sa solution de reconnaissance faciale pour les écoles.

« Je reste préoccupé par le déploiement de cette initiative. Le fait que Scott Morrison prenne en charge ce système de style Big Brother dans notre salle de classe ne change rien à cela », déclare Merlino. « Les enseignants sont les mieux placés pour enregistrer l’assiduité des élèves, pas les robots. »

Le consentement à l’utilisation de la reconnaissance faciale doit être explicite et éclairé, et le ministère de l’Éducation n’accordera sa bénédiction à aucun déploiement qu’une fois que l’école aura procédé à une évaluation rigoureuse de la protection de la vie privé, selon le rapport.

La technologie de LoopLearn est en cours d’essais dans des écoles privées victoriennes. Des essais avaient été prévus pour des écoles publiques, mais ces projets pilotes ont été sabordés. La start-up basée à Melbourne affirme que son service permet aux enseignants d’économiser jusqu’à 2,5 heures par semaine, soit 30 minutes par jour, en supprimant la nécessité pour eux de prendre les présences.

Les images des élèves sont supprimées après la mise en correspondance et la société a suivi les instructions du département pour les écoles, selon Zoe Milne, cofondatrice de LoopLearn.

« Après avoir suivi ce processus à plusieurs reprises, nous n’avons pas encore trouvé de parent qui se sent mal à l’aise avec LoopLearn après avoir expliqué les protections et la confidentialité du système, ainsi que les avantages importants que notre technologie apporte pour garantir la sécurité de leurs enfants » déclare Milne.

Le Commissaire aux informations de l’État, Sven Bluemmel, avait précédemment déclaré à The Age que la perte de la vie privée l’emportait sur les avantages de la technologie, en demandant : « Voulons-nous que nos enfants se sentent comme s’il était normal d’être constamment surveillés ? »

The Age, The Australian Financial Review, Herald Sun, Startup daily

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.