Skip to content

L’extension radicale de la vie est-elle bénéfique pour la société ?

La littérature sur le vieillissement regorge de traitements qui pourraient prolonger la durée de vie de 20 à 40%, du moins chez les animaux de laboratoire. Des interventions telles que la restriction calorique, la rapamycine et la metformine ont été étudiées pendant des décennies pour leur capacité anti-âge. Bien qu’il y ait encore une certaine différence dans leur efficacité chez les primates, la communauté biomédicale convient qu’ils sont prometteurs.

Au cours des deux dernières années, plusieurs équipes scientifiques ont démontré le pouvoir rajeunissant du sang jeune. Une étude publiée dans la très estimée revue Nature a révélé que l’élimination des cellules sénescentes chez les souris âgées augmentait de 30% leur durée de vie.

Alors que la FDA reconnaît maintenant que le vieillissement est une maladie et donne le feu vert au premier essai clinique anti-âge, les humains semblent être sur la voie rapide d’une existence semblable à celle de Mathusalem.

Mais la durée de vie prolongée est-elle bénéfique pour la société et pour l’humanité dans son ensemble ? La poursuite de l’immortalité est-elle simplement un fantasme narcissique qui extirpe des ressources scientifiques d’autres problèmes urgents ?

Devrions-nous embrasser notre fin, ou devrions-nous guérir du vieillissement ? Les vies humaines sont-elles assez longues telles quelles ?

C’était la motion centrale d’un débat provocateur organisé par Intelligence Squared. Confrontant philosophe et sociologue à deux scientifiques, le débat a porté sur les conséquences éthiques et sociales d’une augmentation radicale de la durée de la vie humaine.

Aubrey de Grey, responsable scientifique de la Fondation de recherche SENS et réputé gérontologue biomédical, et Brian Kennedy, président du Buck Institute for Research on Aging, plaident contre l’idée que la durée de vie est suffisamment longue.

L’équipe affrontait le Dr Ian Ground, philosophe à l’Université de Newcastle, et le Dr Paul Root Wolpe, le directeur du Centre Emory pour l’éthique et ancien bioéthicien pour la NASA.

Le débat, d’un peu moins de deux heures, vaut bien une écoute dans son intégralité.

Contrairement à la plupart des discussions scientifiques sur l’extension de la vie, ce débat englobe mais dépasse également les arguments purement biomédicaux, ce qui nous amène directement à la question de savoir ce qui fait de notre vie une «expérience humaine».

La durée de vie limitée nous rend humain

Se plaignant contre la motion, Ground et Wolpe ont opté pour une approche sociologique et philosophique percutante. La question n’est pas de savoir si la prolongation de la vie est possible, mais si c’est souhaitable comme objectif scientifique intentionnel, a déclaré Wolpe.

Selon Wolpe, la quête d’immortalité n’est rien d’autre qu’une « sorte de fantasme narcissique », qui fait partie d’une vision erronée plus large d’une utopie scientifique-technologique. Nous avons une vision idéalisée de la façon dont la technologie va changer les bases de la nature humaine et de notre société pour le mieux, mais il n’y a aucune preuve de cela, a déclaré Wolpe.

Tout le monde veut vivre plus longtemps, mais est-ce bon pour notre société ? « Est-ce que des vies plus longues font du monde un endroit meilleur et plus gentil ?» Demanda Wolpe avec rhétorique. « Je crois que non. »

En vieillissant, les gens deviennent souvent plus conservateurs. Imaginez si la génération de la guerre civile était toujours là, a déclaré Wolpe. Les droits civils auraient-ils autant progressé ?

Les jeunes sont ceux qui viennent avec des idées nouvelles, et il y a une sagesse évolutive de laisser disparaître l’ancienne génération. Si nous augmentons considérablement la durée de vie humaine, nous effacerions essentiellement le changement de génération qui se produit au fil du temps, a-t-il déclaré.

Ensuite, il y a des conséquences socio-économiques. Tout le monde ne sera pas en mesure de s’offrir des traitements prolongeant la vie ; ceux qui le peuvent sont probablement les 1 % de personnes âgées riches et puissantes.

« Vivre plus longtemps peut aider les gens à accumuler de la richesse et contribuer à l’inégalité », a déclaré Wolpe.

Ground est d’accord avec Wolpe, mais propose un argument encore plus provocateur.

Nous parlons essentiellement de la valeur de la vie, a déclaré Ground. Une vie humaine est, par essence, une vie limitée, et la vie éternelle équivaut à un rejet de ce qui est humain.

La mort organise nos vies, explique Ground. Parce que nous avons une fin finie, nous avons un calendrier pour nous-mêmes : quand s’installer, quand avoir des enfants, quand lâcher prise. En tant qu’êtres humains, nous faisons des choix en fonction des coûts d’opportunité, qui sont fixés dans la monnaie du temps – notre ressource la plus précieuse.

Choisir comment dépenser cette ressource est ce qui fait de vous une personne en particulier, a-t-il déclaré. Imaginez si vous pouviez vivre pour toujours. Ne seriez-vous pas tenté d’essayer d’autres occupations, rechercher celle qui vous intéresse, et de reporter indéfiniment des décisions importantes dans votre vie ?

En ne s’installant pas dans une vie, les humains se perdent. La vie humaine est analogue et vivre plus longtemps perturbe l’histoire de ce qui est nécessairement humain.

Immortalité

L’augmentation de la durée de vie est une obligation sociale et morale

De Grey et Brian Kennedy, qui ont tous deux soutenu que prolonger la vie valait la peine d’être poursuivi, ont opposé à l’équipe adverse un argument concret : cette augmentation de la durée de vie mène souvent à l’amélioration de la santé, ce qui réduit le coût socio-économique des soins de nos aînés.

Des recherches sur des animaux de laboratoire suggèrent que si nous parvenons à l’extension de la durée de vie chez l’homme, non seulement nous vivrons plus longtemps, mais nous passerons probablement la plupart de nos vieux jours exempts de maladies.

En 2015, la FDA a finalement reconnu le vieillissement comme un « trouble » que la communauté médicale pourrait cibler et potentiellement traiter, a déclaré Kennedy. C’est un changement de paradigme bienvenu.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié le 18 juin 2018 sa nouvelle Classification internationale des maladies (CIM-11). Depuis 2015, il a été proposé, par les lobbies de la longévité, de classer le vieillissement en tant que maladie sur la base des preuves cliniques existantes des mécanismes de causalité sous-jacents au vieillissement et de l’efficacité de diverses interventions pour moduler ces mécanismes de causalité.

La classification du vieillissement comme une maladie est une condition préalable nécessaire à l’évaluation clinique et à l’approbation de tout traitement prolongeant la durée de la santé, et cette proposition a été approuvée par l’OMS > « Ageing-Related » (XT9T)

EurekAlert : World Health Organization adds extension code for ‘aging-related’ via ICD-11

La CIM-11 sera présentée à l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2019, pour adoption par les États Membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. (source OMS)

Nous savons que la durée de vie a essentiellement augmenté d’environ un an sur quatre, a déclaré Kennedy. Mais l’amélioration de la santé n’augmente pas au même rythme. Les Etats-Unis consacrent 19% de leur PIB aux soins de santé, dont la majeure partie est utilisée au cours des six derniers mois de la vie, a expliqué Kennedy.

Jusqu’ici, les soins médicaux sont centrés sur le traitement des maladies liées à l’âge – diabète, cancer, démence – une par une, sans grand succès. C’est un jeu de whack-a-mole et que nous perdons.

Pourtant, dans l’ensemble du paysage sanitaire, l’âge est le principal facteur de risque de ces maladies chroniques. En s’attaquant au vieillissement, la communauté médicale espère retarder l’apparition de la plupart – sinon de toutes – de ces causes de décès.

La prolongation de la vie, si cela se produit, serait également bénéfique pour la société.

Nous sommes dans «l’âge de l’âge», a déclaré Kennedy. Avec plus de personnes âgées sur la planète que jamais auparavant, certains sociologues appellent notre état actuel le « tsunami d’argent » (ou « tsunami gris » ).

Les personnes prennent généralement leur retraite avant l’âge de 70 ans pour des raisons de santé, d’obligations familiales ou du désir de cesser le travail et de profiter de la vie. Mais si nous améliorons leur santé et augmentons leur durée de vie, ces personnes pourraient potentiellement travailler plus longtemps et contribuer davantage à la société, a déclaré Kennedy.

L’équipe estime également que le fait de retarder la mortalité n’aggraverait pas la surpopulation mondiale.

«La naissance est géométrique mais la mort est linéaire», a déclaré Kennedy. Les données montrent clairement que les pays plus développés ont moins d’enfants et qu’une durée de vie plus longue ne va pas de pair avec une population plus nombreuse, a-t-il expliqué.

Bien que la plupart des arguments de De Grey et Kennedy soient de nature biomédicale, De Grey résume les réflexions de son équipe sur une question philosophique : n’avons-nous pas l’obligation, à l’égard de nos descendants, de prolonger leur vie ?

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un choix, que ce soit de mener une guerre contre le vieillissement ou non, a-t-il déclaré.

Il ne fait aucun doute que si nous nous efforçons de résoudre le problème, nous trouverons une solution plus rapidement. Et comme nous sommes proche d’une percée scientifique, j’estime que nous avons l’obligation morale de trouver des moyens d’allonger la vie humaine et de donner à nos descendants le choix de s’en servir ou non, affirme de Gray.

« Voulons-nous vraiment condamner toute une cohorte de l’humanité à une courte vie inutile simplement parce que nous pensions que la société ne l’aimerait pas beaucoup ? » a-t-il demandé.

La prolongation de la durée de vie est semblable à toute autre avancée antérieure, avec le potentiel d’être bénéfique ou préjudiciable. Les humains craignent ce qui est nouveau, dit de Grey. Mais ce n’est pas une raison logique pour ne pas poursuivre la recherche de la science.

« Oui, il y a certainement beaucoup plus dans la vie que plus de vie. La question est, est-ce l’un ou l’autre ? » A déclaré de Grey dans sa déclaration de clôture.

« La prémisse implicite (…) de l’autre aspect est qu’en réalité, il y a l’un ou l’autre, ou que la vie sera réellement, dans certains sens profonds, bien pire si elle est beaucoup plus longue », a-t-il déclaré. « Je pense que c’est extrêmement incertain. »

En fin de compte, le débat a pris le parti de De Grey et Kennedy – que notre espérance de vie n’est pas assez longue et que la prolongation, l’extension de la vie est un objectif louable.

Êtes-vous d’accord ?

SingularityHub

Bulterijs S, Hull RS, Björk VC, Roy AG. It is time to classify biological aging as a disease. Front Genet. 2015;6:205. Published 2015 Jun 18. doi:10.3389/fgene.2015.00205
Zhavoronkov A, Bhullar B. Classifying aging as a disease in the context of ICD-11. Front Genet. 2015;6:326. Published 2015 Nov 4. doi:10.3389/fgene.2015.00326
Institut de recherche et d’informations socio-économiques – IRIS : Quels seront les impacts du vieillissement de la population ? avril 2015.

2 Comments »

  1. On vit déjà plus longtemps qu’il y a seulement 100 ans donc le sujet n’a plus lieu d’étre, on travaille naturellement depuis des siècles à l’extension de notre vie! ou alors il faudrait faire marche arrière 🙂

  2. 100 ans c’est trop peu. Certaines tortues vont tres au delà . Le vieillissement naturel est un échec de la biologie. Mais la lutte. contre le vieillissement doit profité à tous ceux qui le souhaite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.