Skip to content

Des Lumières au transhumanisme

Inapte pour l’avenir ? La dépolitisation de la perfectibilité humaine, des Lumières au transhumanisme

Résumé

Mouvement intellectuel et culturel promouvant une amélioration radicale de la performance humaine au moyen d’avancées technoscientifiques et biomédicales, le transhumanisme a gagné en notoriété ces dernières années. Regroupant ingénieurs, philosophes, sociologues et entrepreneurs, le mouvement et ses idéaux d’amélioration de l’être humain ont une forte résonance sociale, que ce soit sur le plan du dopage sportif, de l’utilisation de nootropes ou de la lutte biomédicale contre le vieillissement. Le présent article jette un éclairage théorique et critique sur le transhumanisme par le prisme de la perfectibilité humaine. Il vise notamment à présenter la façon dont le mouvement marque un important renversement de la conception humaniste de la perfectibilité humaine héritée des Lumières. Loin d’œuvrer pour l’émancipation sociale et politique de l’homme et de la condition humaine, le transhumanisme est emblématique d’une conception dépolitisée de la perfectibilité humaine axée sur l’adaptation technoscientifique de l’être humain. Il marque ainsi une rupture majeure avec le projet démocratique moderne d’autonomie.

télécharger le PDF en français

Dévédec, N. L. (2018). Unfit for the future? The depoliticization of human perfectibility, from the Enlightenment to transhumanism. European Journal of Social Theory, 21(4), 488–507. https://doi.org/10.1177/1368431017750974

5 Comments »

  1. Il existe toute une nébuleuse ou mouvance anti-transhumaniste, qui sous les dehors d’une interprétation prétendue « authentique » de l’ Humanisme, des Droits humains, des Lumières et des valeurs démocratiques de Liberté et d’ Égalité, représente en réalité la version contemporaine des « anti-Lumières », anti-modernes, anti – émancipation, « illibéraux » intégristes, réactionnaires et/ou conservateurs de l’ ancien ordre « hiérarchique » du monde, qui n’ ont jamais accepté que l’ esprit humain puisse se libérer des anciennes autorités tutélaires divines ou de leurs substituts collectivistes ou communautaires totalitaires. Évidemment, tout idéal de « société ouverte » les inquiète dès qu’ils ne peuvent pas immédiatement refermer une telle ouverture sur leurs conceptions figées d’une « transcendance » sacrée. Que l’être humain puisse vouloir se « transcender » lui-même en toute autonomie sans recourir à la « transcendance » d’une « autre volonté » hétéronome ( de « Dieu », de la « Nature » , de la « Nature Humaine »,de la « Société » , etc … ), leur paraît être l’expression même d’un « blasphème » contre l’ « Autorité » de référence qu’ils vénèrent.
    Dans une ligne proche de cette anti- transhumanisme systématique : le récent ouvrage de Grégor Puppinck « Les droits de l’homme dénaturé »
    ( https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/18564/les-droits-de-l-homme-denature )

    • Il existe des opposants religieux au transhumanisme qui sont partisans d’une politique d’accueil plus généreuse. On ne peut pas vraiment classer ceux-là parmi les partisans d’une société fermée pas plus qu’on peut nier que certains transhumanistes sont des opposants de la société ouverte.

      Sinon, merci pour la référence bibliographique.

  2. Extrait: « Loin d’œuvrer pour l’émancipation sociale et politique de l’homme et de la condition humaine, le transhumanisme est emblématique d’une conception dépolitisée de la perfectibilité humaine axée sur l’adaptation technoscientifique de l’être humain. Il marque ainsi une rupture majeure avec le projet démocratique moderne d’autonomie. »

    Bon, je ne vais pas dire que tous les transhumanistes sont des saints. Ceux de NRx (https://usbeketrica.com/article/nrx-neo-reactionnaire-monarchiste-silicon-valley) font assuremment froid dans le dos. Mais, comment dire, n’y aurait-il pas un problème d’amalgame comme on dirait dans un autre contexte? Un peu comme les gens qui ne font pas de distinction entre Daech et les Ibadistes.

    Nick Bostrom n’est pas Nick Land, tout de même! Il serait peut-être temps d’arrêter de mettre dans un même panier les transhumanistes qui ont adopté le « code » de la « Lumière noire » (https://en.wikipedia.org/wiki/Dark_Enlightenment) et ceux qui militent chez Technoprog, à l’IEET ou même Humanity +, l’ex-World Transhumanist Association. Quelques rappels des déclarations transhumanistes:

    Point 5. La réduction des risques d’extinction humaine, le développement de moyens pour la préservation de la vie et de la santé, l’allègement des souffrances graves et l’amélioration de la prévoyance et de la sagesse humaine, doivent être considérés comme des priorités urgentes, généreusement financées.

    Point 6. Les décisions politiques doivent être guidées par une vision morale responsable et fédératrice (ndt : inclusive), prenant au sérieux la fois les opportunités et les risques, respectant l’autonomie et des droits individuels, faisant preuve de solidarité, et se préoccupant des intérêts et de la dignité de toutes les personnes à travers le monde. Nous devons aussi être attentifs à nos responsabilités morales envers les générations à venir.

    Point 7. Nous défendons le bien-être de toutes les intelligences, en y incluant les humains, les non-humains, les animaux, les futures intelligences artificielles, les formes de vie modifiées, ou toute autres intelligences auxquelles les progrès technologique et scientifiques pourraient donner naissance.

    Des monstres n’est-ce pas? Et, franchement, ce n’est pas parce que certains extropiens ne sont pas recommandables qu’ils méritent tous une svatiska:

    Tiré du Principe extropien de la Technologie intelligente: « Nous privilégions les technologies pour les bénéfices qu’elles peuvent apporter. Nous ne recherchons pas le développement technologique pour lui-même. La technologie intelligente, ça n’est pas seulement utiliser la technologie pour amplifier nos capacités, mais c’est aussi concevoir des outils et des techniques qui nous conviennent et ne nous forcent pas à nous adapter à elles. »

    Tiré du Principe extropien de la Société ouverte: « Nous tenons toute loi et tout gouvernement, non comme des fins en soi, mais comme des moyens pour le bonheur et le progrès. »

    Tiré du Principe extropien de l’Auto-orientation: « Les extropiens voient la bienveillance comme une vertu qui guide nos interactions avec la vie auto-orientée des autres. »

    Tiré du Principe extropien de la Pensée rationnelle: « Nous n’acceptons aucune autorité intellectuelle finale. Aucun individu, aucune institution, aucun livre, aucun principe unique ne peut servir de source ou de référence pour la vérité. »

    Pas grand chose à voir avec l’accélérationnisme de droite de Nick land (https://usbeketrica.com/article/accelerationnisme-a-vos-marx-prets-foncez). Alors, oui, la majorité des extropiens sont des libertariens. Et, oui, on pourrait les accuser d’être hypocrites quand ils tiennent un discours aussi décalé avec l’ultralibéralisme économique. Question: Sont-ils les seuls libertariens de la Terre? Qui leur aurait reproché d’être libertariens s’ils n’avaient pas été transhumanistes?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.