Skip to content

L’avenir du mouvement LGBT pourrait impliquer le transhumanisme

À l’avenir, la technologie et la science transhumanistes viendront compléter le mouvement LGBT et contribueront à le faire avancer face à l’oppression sociale persistante et à la fermeture d’esprit.

L’autre soir, ma femme et moi avions lu à notre fille de 4 ans un livre pour enfants que nous avions emprunté à la bibliothèque publique. Nous sommes arrivés à une section où deux personnages – tous deux du même sexe – ont commencé à avoir des sentiments amoureux l’un pour l’autre. Ma femme et moi avons souri – nous avons beaucoup de bons amis LGBT.

Plus tard dans la soirée, après avoir couché ma fille, je me suis interrogée sur l’avenir du mouvement LGBT, en particulier après que Tim Cook, PDG d’Apple et probablement le technologue le plus influent au monde, ait récemment déclaré qu’il était fier d’être gay. Il est certainement intéressant de spéculer sur l’évolution de la sexualité, de l’orientation sexuelle et de l’interprétation de la société au cours des 25 prochaines années, alors que nous nous enfonçons dans l’ère transhumaniste.

Cela ne devrait surprendre personne que le mouvement LGBT et le transhumanisme aient beaucoup en commun. Presque tous les transhumanistes soutiennent la cause des LGBT. Après tout, le désir de pouvoir modifier, exprimer et contrôler ses préférences et son identité sexuelles sonne comme un concept transhumaniste. Les partisans du transhumanisme veulent modifier, exprimer et contrôler leurs corps et leurs préférences, à moins qu’ils ne le préconisent avec la science et la technologie. Si vous regardez de plus près, les deux mouvements – en particulier certaines de leurs philosophies majeures – sont pratiquement des faces différentes de la même pièce et sont sur le point de se renforcer mutuellement à l’avenir, à mesure que des technologies radicales transforment l’espèce.

Au cours des 25 prochaines années, l’être humain subira une transformation plus vaste que celle qu’il a subie au cours des 100 000 dernières années. Les cœurs artificiels deviendront probablement meilleurs que les vrais cœurs. La télépathie via des implants cérébraux deviendra une forme de communication importante. Les hommes pourront donner naissance à des utérus implantés. Chacune de ces technologies existe déjà sous une forme et sera bientôt plus largement disponible.

La question à un million de dollars concernant ces technologies est de savoir si nous serons autorisés à les utiliser librement. Après tout, le Congrès des États-Unis est essentiellement composé de tous les politiciens religieux, dont certains sont issus de textes interdisant des pratiques telles que les pratiques LGBT ou le transhumanisme. Les principaux objectifs du transhumaniste sont de vaincre la mortalité et de devenir aussi libres et puissants que possible en utilisant la technologie, pour devenir essentiellement semblables à Dieu.

Depuis longtemps, la société a en grande partie peur de la transformation, en particulier en ce qui concerne le corps humain ou la sexualité. Encore aujourd’hui, une douzaine d’États américains ont toujours des lois anti-sodomies et les personnes LGBT sont souvent tuées dans le monde entier – parfois lapidées à mort – pour leurs actions et leurs convictions. Alors que des victoires ont été remportées au 21ème siècle, comme en Californie et dans d’autres États où des personnes du même sexe peuvent désormais se marier officiellement, des inégalités massives et un sectarisme existent toujours.

À l’avenir, la technologie et la science transhumanistes viendront compléter le mouvement LGBT et contribueront à le faire avancer face à l’oppression sociale persistante et à la fermeture d’esprit. Ceci est important, car les personnes LGBT sont dévouées à la liberté. Ils veulent être libres de faire ce qui leur plaît sans condamnation tant que cela ne fait pas de mal aux autres. Les transhumanistes – un nombre remarquable de personnes LGBT – veulent exactement la même chose. Et ils peuvent travailler ensemble pour mieux atteindre leurs objectifs.

Avec l’assaut des nouvelles technologies et des techniques médicales et chirurgicales avancées frappant le marché, il est probable que le mouvement LGBT impliquera davantage de problèmes transhumanistes à l’avenir. Pour ceux qui sont conservateurs et qui résistent au changement, cela peut s’avérer difficile. Prenons le cyberespace et la réalité virtuelle, par exemple, où l’Oculus Rift et les combinaisons haptiques de Facebook permettront à des personnes de tous les coins du monde d’avoir des relations sexuelles en groupe si elles le souhaitent. Ou qu’en est-il des fembots et des sexbots, qui représentent déjà un marché en croissance de 100 millions de dollars? Dans 10 ans, certains robots seront peut-être aussi sophistiqués que les humains. Leur donnerons-nous des droits? Peut-on les épouser? Et s’ils sont homosexuels ? Et si on les programme pour qu’ils ne sachent pas s’ils sont homosexuels ou non?

Et si vous pouviez vivre pendant 10 000 ans ?

«Le monde bouge sous nos pieds», déclare B.J. Murphy, transhumaniste pansexuel, écrivain et futuriste. «Dans 15 ans, les conservateurs et les anti-gays reviendront sur le mouvement LGBT et aspireront à un adversaire si simple dans ses revendications.»

B.J. Murphy a raison. L’avenir sera tout sauf simple. Dans moins de deux décennies, les parents pourront choisir d’avoir des bébés à la carte sans certains organes sexuels. Un utérus est-il nécessaire si vous avez une ectogenèse (utilisation d’utérus artificiels) ? Ou présente-t-il simplement un risque de cancer supplémentaire et, pour certaines, des décennies de cycles menstruels douloureux, spasmodiques ? Par ailleurs, certaines religions encourageront-elles certains hommes à naître avec une libido génétiquement basse afin d’avoir une meilleure chance de devenir des prêtres célibataires, une vocation en décroissance aux États-Unis ? Enfin, certaines personnes apparemment narcissiques ne se reproduiront-elles que par des techniques de clonage ? Les questions étranges de l’âge transhumaniste semblent sans fin – et elles sont déjà posées par un nombre croissant de personnes.

Franchement, je pourrais voir de nombreux humains dans le futur arrêter complètement le sexe physique alors que la technologie des implants crâniens trouve précisément le bon moyen de stimuler les zones érogènes du cerveau – un sujet sur lequel les chercheurs travaillent déjà. Le vrai sexe ne sera probablement pas en mesure d’associer une stimulation directe et scientifiquement ciblée de nos esprits. De telles actions peuvent conduire à une société où les traits masculins et féminins disparaissent à mesure que le plaisir devient «à la demande» et que la thérapie génique est capable de combiner les parties les plus fonctionnelles des deux sexes en une seule entité. Il n’est donc pas surprenant que certaines institutions, comme le mariage, finissent par devenir comme les dinosaures.

Le mouvement LGBT a trouvé des bases solides au 21e siècle – un témoignage au courage de ses partisans. En tant que transhumaniste, athée et politicien, je suis prêt à défendre leurs libertés et à faire avancer leur programme, tout en sachant que l’avenir nous apportera son lot de nouveaux défis que nul d’entre nous ne peut prédire facilement. En fait, le choc des droits civils à l’ère transhumaniste pourrait bien commencer d’une toute nouvelle manière. La personnalité, la liberté sexuelle (virtuelle ou non) et l’identité de genre (ou non-identité) assumeront bientôt des rôles sans précédent dans la société, stimulés par une innovation radicale et des stéréotypes changeants sur ce que signifie être un être humain. Pour moi, le joker du futur ne réside pas dans la société, mais dans la technologie de transformation que nous inventons et que nous embrassons.

Zoltan Istvan, est un écrivain américain, futuriste, philosophe et transhumaniste. Il écrit des chroniques sur les thèmes transhumanistes pour Psychology Today et Vice’s Motherboard. Il a également travaillé comme journaliste pour le National Geographic Channel et est un blogueur futuriste, sur le transhumanisme pour The Huffington Post. Il était candidat à la présidence des États-Unis 2016 et visait à placer la science, la santé et la technologie au premier plan de la politique américaine.

2 Comments »

  1. Sans vouloir affirmer qu’aucun transhumaniste ne rêve de devenir un (cyber)dieu, il me semble qu’un certain nombre aspire à transcender toutes les limites humaines. S’ils pensaient que c’étaient possible, beaucoup de ceux-là opterait pour l’apothéose: Tout le monde n’est pas un disciple d’Ulysse comme moi.

    Il est bon de rappeler que les croyances et religions des transhumanistes sont assez diversifiés. Les shenistes, par exemple, ont pour ambition de devenir des dieux et les taoïstes ou bouddhistes aspirent à juste une condition « angélique ».

    Un détail en rapport avec le sujet. C’est l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, déclaration d’intention non contraignante. Son l’application concrète est codifiée par deux pactes, contraignants pour les Etats qui les adopte.

    Article 12 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966

    1. Les Etats parties au présent Pacte reconnaissent le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu’elle soit capable d’atteindre.

    2. Les mesures que les Etats parties au présent Pacte prendront en vue d’assurer le plein exercice de ce droit devront comprendre les mesures nécessaires pour assurer:

    a) La diminution de la mortinatalité et de la mortalité infantile, ainsi que le développement sain de l’enfant;

    b) L’amélioration de tous les aspects de l’hygiène du milieu et de l’hygiène industrielle;

    c) La prophylaxie et le traitement des maladies épidémiques, endémiques, professionnelles et autres, ainsi que la lutte contre ces maladies;

    d) La création de conditions propres à assurer à tous des services médicaux et une aide médicale en cas de maladie.

  2. La seule chose avec laquelle je ne suis pas d’accord avec cet article set la phrase « pour devenir semblable à Dieu ».

    Les transhumanistes n’ont pas de référence à Dieu. Cela est une analogie inventés par les croyants bio conservateurs. Aucun Transhumaniste n’a envie de devenir un être tout-puissant à qui ont chante des louanges et crée et détruit des univers.

    Par ailleurs l’idée de Dieu est une idée mythique de complétude totale, figée dans un archétype de perfection, alors que les transhumanistes pensent que l’être humain est imparfait et le sera toujours, et ils ne veulent qu’améliorer la condition humaine.

    On ne sera pas « Dieu » parce que on prolongera la vie ou qu’on améliorera son corps ou son cerveau ou qu’on communiquera par télépathie, etc. Loin de là ! Heureusement !

    Devenir Dieu ? Quelle horreur !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares