Skip to content

Une technologie pour lire les émotions des employés chinois

Des projets de surveillance soutenus par le gouvernement déploient une technologie de lecture du cerveau pour détecter les changements dans les états émotionnels chez les employés de la chaîne de production, de l’armée et à la tête des trains à grande vitesse

Les travailleurs en Chine sont connectés à des appareils de lecture de cerveau qui transmettent des informations sur leurs humeurs à leurs employeurs, ce qui soulève des inquiétudes quant à la confidentialité des émotions les plus élémentaires. Les systèmes pourraient représenter un « tout nouveau niveau » d’abus de la vie privée.

Les capteurs électroniques intégrés aux chapeaux et aux casques sont utilisés en Chine sur une échelle sans précédent pour lire les émotions des employés, rapporte le South China Morning Post, dans ce que les entreprises disent faire partie de l’amélioration de l’efficacité et de la productivité.

Bien que les détails sur le fonctionnement de la technologie ne soient pas clairs, les rapports suggèrent que les appareils utilisent des capteurs légers et des algorithmes d’intelligence artificielle pour surveiller les ondes cérébrales et détecter les pics d’émotions tels que la rage, l’anxiété et la dépression. Ils peuvent être dissimulés dans des casques de sécurité ou des chapeaux uniformes, et transmettre des données à des ordinateurs auxquels les employeurs ont accès.

Credit The Telegraph

Les scientifiques décodent les pensées, lisent l’esprit des personnes en temps réel

Certaines entreprises ont indiqué qu’elles utilisaient cette technologie pour surveiller les niveaux de stress des travailleurs afin qu’ils puissent ajuster leurs rythmes de production, les flux de travail et la durée des temps de pause en conséquence, en augmentant l’efficacité et en améliorant potentiellement les moyens de subsistance de leur personnel. L’idée est que le système donne aux entreprises l’occasion de stimuler le moral des travailleurs avant que la détresse émotionnelle puisse causer un problème, pas après.

« Lorsque le système émet un avertissement, le manager demande au travailleur de prendre un jour de congé ou de passer à un poste moins critique », a déclaré Jin Jia, professeur agrégé de sciences du cerveau et de psychologie cognitive à l’Université de Ningbo, où l’un des projets de surveillance du cerveau a eu lieu. « Certains emplois exigent une forte concentration. Il n’y a pas de place pour une erreur. »

Le machine-learning peut lire votre électroencéphalographie (EEG) et découvrir vos habitudes

Cheng Jingzhou, un responsable du système de surveillance de la State Grid Zhejiang Electric Power à Hangzhou, dans la province orientale du Zhejiang, a déclaré que le système avait connu un énorme succès. Cheng a déclaré que son entreprise, qui compte 40 000 employés, a vu ses bénéfices augmenter d’environ deux milliards de yuans (315 millions de dollars) après le déploiement du système en 2014. « Il n’y a aucun doute sur son effet », a-t-il ajouté.

Et si vous pouviez « voir » directement dans le cerveau d’une autre personne ?

Les travailleurs qui utilisent l’équipement de balayage cérébral ont montré qu’ils craignaient une atteinte à la vie privée encore plus envahissante. Jia Jia a déclaré que certains utilisateurs pensaient que nous pouvions lire dans leurs pensées. Cela a causé un certain inconfort et une certaine résistance au début.

Qiao Zhian, professeur de psychologie de gestion à l’Université de Beijing, a déclaré que le manque de réglementation de la technologie mettait en péril la vie privée des utilisateurs. « L’employeur peut être fortement incité à utiliser la technologie pour augmenter ses profits, et les employés sont généralement dans une position trop faible pour dire non ».

Il a ajouté : « La vente des données de Facebook est assez mauvaise. La surveillance du cerveau peut porter l’abus de la vie privée à un tout autre niveau. »

Les Chinois sont, sans doute, parmi les personnes les plus surveillées sur Terre. Le gouvernement équipe de nombreuses caméras avec reconnaissance faciale, surveille le revenu des citoyens et leur activité sociale afin de déterminer leur pointage de crédit social. Un score inférieur peut affecter les opportunités d’emploi, les options de voyage et bien plus encore.

The South China Morning Post (SCMP), The Telegraph, MIT Tech Review

1 Comment »

Laisser un commentaire

Shares