Skip to content

Une majorité de français se prononce en faveur de la GPA

Une majorité de Français serait favorable à l’autorisation de la gestation pour autrui (GPA), appelée aussi « maternité de substitution », mais uniquement pour des raisons médicales, a montré un sondage soulignant un changement d’attitude alors que la France s’apprête à réviser les lois relatives à la procréation médicalement assistée.

Toutes les formes de maternité de substitution, où une femme donne naissance à un enfant pour le compte de quelqu’un d’autre, sont interdites en France, comme dans plusieurs autres pays européens comme l’Allemagne. Certains pays comme le Royaume-Uni autorisent la maternité de substitution à visée altruiste (recours à une mère porteuse non rémunérée) et non commerciale.

Le gouvernement français lancera cette année un débat sur un nouveau pacte législatif en matière de bioéthique, qui pourrait étendre la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples homosexuels féminins et aux femmes célibataires, une position privilégiée par le président Emmanuel Macron. Cependant, il s’oppose à l’introduction de la mère porteuse.

Jusqu’à récemment, l’opinion publique était également contre la maternité de substitution, mais selon le sondage Ifop, publié dans le journal catholique La Croix, a révélé que 62% des Français sont désormais en faveur de la maternité de substitution. Parmi ceux-ci, 46% ne soutiennent la maternité de substitution que s’il y a des raisons médicales de le faire, tandis que 18% affirment la soutenir en toutes circonstances.

Dans un sondage similaire en septembre dernier, 52% des Français ont rejeté la maternité de substitution sous quelque forme que ce soit, contre 36% aujourd’hui.

Reuters, La Croix

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares