Skip to content

Éloge de ma fille bionique. Philosophie du handicap, humanisme et transhumanisme

Étrangement, même si les personnes handicapées ont toujours existé dans l’histoire de l’humanité, bien peu de réflexions leur ont été consacrées. La philosophie est quasiment muette sur le sujet. Le temps paraît venu de proposer une véritable pensée du handicap. Les sciences sociales l’ont entreprise, en s’opposant à la conception médicale qui considérait spontanément le handicap comme une infirmité, une chose purement négative. Les handicapés eux-mêmes nous ont appris à revenir sur cette vision simpliste, certains (en particulier les sourds) rejetant complètement le terme de handicap pour les qualifier. Il est sans doute possible aujourd’hui d’aller plus loin, en élargissant radicalement cette notion. Ne sommes-nous pas tous, au fond, valides ou invalides, des handicapés d’une certaine manière à l’égard de l’existence ?

L’homme présumé  » diminué  » par le handicap apparaît également, de nos jours, opposé en tous points à l’homme supposé  » augmenté  » dont parle ce courant de pensée contemporain, le transhumanisme. Mais cette confrontation est-elle justifiée ? N’y a-t-il pas plutôt, dans la réconciliation entre pensée du handicap et transhumanisme, une occasion nouvelle et originale de repenser la vieille question du sens de la vie ? C’est ce que cet essai tentera de démontrer.

Vincent Billard est un philosophe singulier qui ne voit pas uniquement dans la technologie moderne un objet d’angoisse et de malheurs possibles. Plus qu’une simple bienveillance à son égard, il revendique même une sorte de fascination réfléchie pour le merveilleux inédit qu’elle incarne à notre époque. Il a publié sur le sujet deux ouvrages : iPhilosophie, réflexion sur la pensée liée à la marque Apple, et Geek philosophie, sur les passionnés de technologie et de mondes imaginaires.

Lire un extrait

Vers un corps high-tech ?, Entrevue avec Vincent Billard, Émission L’oeil et la main, FranceTV

Laisser un commentaire

Shares