Skip to content

Quand les cyborgs et les chrétiens se compromettent

La droite religieuse s’accorde avec le transhumanisme. Mais les fidèles s’inquiètent encore de l’avenir de l’humanité.

En août, Steven Sanchez, un homme paraplégique, a été amené sur scène lors de la conférence Human x Design à New-York, un rassemblement des leaders mondiaux de la pensée transhumaniste. L’homme ne pouvait pas marcher, mais il portait un exosquelette curieux, mince et délicat. Avec un vrombissement mécanique, l’homme se leva et fit un pas à travers la scène. (voir à 05:16:20 de la vidéo à la fin de l’article)

credit: Suits

credit: Suits

« Le souffle de tout le monde a été emporté », a déclaré E. Christian Brugger, professeur de philosophie et d’éthique au Séminaire théologique de St. John Vianney à Denver. Brugger était à la réunion représentant une école conservatrice de la pensée – celle qui semblerait être en contradiction avec le projet transhumaniste, fondée sur l’idée de la ré-invention. Brugger est bien conscient que la religion n’a pas rencontré historiquement des ajustements technologiques et scientifiques à la définition de l’humanité avec les bras ouverts, mais dit qu’un paraplégique qui marche, illustre comment la conversation autour du transhumanisme pourrait potentiellement finir à une compréhension mutuelle.

Une récente étude du Pew Research Center a sondé plus de 4 700 Américains sur leurs réflexions de l’utilisation de la biotechnologie pour améliorer les capacités humaines, et les résultats ont révélé un pays dévasté par le scepticisme et la peur. Environ 68 % des adultes étaient « inquiets » sur l’utilisation de l’édition de gènes pour réduire le risque de maladie chez les bébés, 69 % ressentaient de manière similaire au sujet des implants cérébraux – ou « puce électronique cérébrale » (également appelés « BrainChips » ou « Brain implant » en anglais) pour améliorer les capacités cognitives et 63 % ressentaient la même chose sur l’utilisation de sang synthétique pour améliorer ses capacités physiques.

Et peut-être le plus surprenant, la fracture religion-science a été soulignée dans l’analyse de Pew. Les Américains religieux étaient plus susceptibles de répondre négativement à l’amélioration humaine, une intervention qu’ils étaient susceptibles de classer comme « ingérence avec la nature ».

Brugger est non seulement compatissant à cette idée, mais aussi à la notion que des solutions radicales peuvent être bonnes. Il identifie l’intersection des valeurs fondamentales de la droite religieuse avec le transhumanisme comme « l’utilisation thérapeutique de la biotechnologie ». Il est profondément conscient que les transhumanistes aiment parler d’idées abstraites qui dérangent les chrétiens observateurs tout en créant des technologies qui ne le sont pas.

« Peut-être que ce devrait être le point de départ de la conversation, plutôt que de commencer avec le téléchargement de nos esprits dans le cloud, de sorte que nous sommes dans un monde désincarné », dit-il.

Des questions comme l’avortement, la consommation de drogues, l’édition de gènes et le clonage ont élargi le schisme souvent apparent entre les communautés scientifiques et religieuses. L’accusation portée contre les scientifiques par ceux qui s’opposent à leur travail est souvent qu’ils « jouent à Dieu », repoussant les limites de quelles parties de notre corps sont moralement acceptables pour nous de manipuler.

« Dans l’impératif « si nous pouvons le faire, alors nous devrions le faire », ils entendent un chuchotement de la tentation originale », dit Brugger des religieux luddites . « Faites-le, et vous serez comme Dieu. »

Les gens religieux, explique-t-il, s’inquiètent d’un avenir où les humains se préoccupent de se métamorphoser en « quelque chose d’autre que l’humain« . Et pour être juste, leurs préoccupations concernant le transhumanisme, mouvement fondé sur l’idée d’une surhumanité, sont compréhensibles. Il est facile de voir que des personnalités comme Zoltan Istvan, un tiers candidat à la présidentielle qui voyage à travers le pays dans un bus en forme de cercueil pour une prolongation de la vie infinie, et Neil Harbisson, un «cyborg activiste daltonien» qui a un dispositif implanté dans son crâne qui lui permet d’entendre la couleur, jouent très bien les faux prophètes. Si leurs projets exponentiellement ambitieux et éthiquement ambigus sont l’avenir du mouvement transhumaniste, la réconciliation avec la droite religieuse semble improbable.

Mais il n’est pas impossible d’imaginer un avenir où le transhumanisme et la religion peuvent coexister, affirme Micah Redding, directeur exécutif de l’Association chrétienne transhumaniste, qui croit que ce n’est pas la technologie elle-même qui est en désaccord avec l’ensemble religieux, mais les raisons que nous donnons pour la développer. « L’extension de la vie est simplement le processus de guérison du corps humain », a déclaré Redding à Inverse. « Quiconque soutient la médecine devrait, en théorie, être en mesure de soutenir l’extension radicale de la vie. »

Après tout, nous avons toujours utilisé la technologie pour améliorer la qualité et la durée de vie. Voilà quels sont les outils. La Bible ne nous exhorte pas à ignorer notre propre impuissance – au contraire.

« Nous portons des lunettes, des lentilles de contact, des implants cardiaques, des implants dentaires, toutes ces choses ont cours depuis des générations », a déclaré Redding, soulignant qu’aucune de ces technologies n’ont jamais été considérées en contradiction avec le christianisme. Pourquoi alors, devrions-nous traiter le sang intelligent – qui promet d’améliorer nos capacités physiologiques – ou une puce informatique – qui pourrait améliorer notre intelligence – différemment ?

Redding soutient que prolonger la vie est un mandat biblique, commandé par l’appel à imiter un Dieu qui croit que la vie est bonne. «Tout comme Dieu crée et cultive la vie, il veut que nous créions et cultivions la vie», dit Redding.

Les transhumanistes ont des raisons de croire que nous sommes à l’aube du moment révolutionnaire du mouvement : l’édition génique basée sur CRISPR a le potentiel de créer un « Homo futurus » plus fort et plus intelligent; la cryogénisation tient la promesse d’une immortalité congelée; la science commence à se replier sur la robotique et l’intelligence artificielle pour améliorer nos activités quotidiennes. Pour les adeptes de la marque particulière du Christianisme de Redding, il serait moralement irresponsable de ne pas utiliser ces outils.

La réponse unanime de la foule à l’égard du paraplégique Steven Sanchez (pilote d’essai de l’exosquelette Phoenix) lors de la conférence Human x Design était la preuve que l’augmentation humaine peut provoquer un sentiment de contentement nous sommes tous moralement d’accord avec. Un homme paralysé, fusionné à un exosquelette, qui retrouve la capacité de marcher, ne doit pas être un exemple de notre défi à l’omnipotence de Dieu ou de notre audace effrontée/imprudente de faire des choses parce que nous le pouvons. Si nous voulons vivre dans un monde dans lequel la crainte de Dieu et l’étreinte de la longévité peuvent vivre ensemble, il devrait être considéré, tout simplement, comme un homme qui était autrefois malade et qui maintenant ne l’est plus.

Yasmin Tayag pour Inverse, le 25 sept. 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :