Skip to content

Ce que vous devez savoir sur CRISPR

Par Ellen Jorgensen

Devrions-nous ramener le mammouth laineux ? Ou modifier un embryon humain ? Ou supprimer complètement des espèces que nous considérons dangereuses ? La technologie de modification de génome CRISPR a rendu légitimes des questions extraordinaires comme celles-ci — mais comment cela fonctionne-t-il ? La scientifique et porte-parole d’un labo communautaire Ellen Jorgensen (biologiste moléculaire) en a fait sa mission d’expliquer les mythes et réalités de CRISPR, loin du battage médiatique, aux non-scientifiques parmi nous.

« .. il y a une guerre des brevets, même si vous inventez quelque chose, l’institut Broad et UC Berkeley mènent une incroyable guerre des brevets. Cela est très fascinant à voir car ils s’accusent mutuellement de revendications frauduleuses et ils ont des gens qui disent : « J’ai signé mes notes ici ou là. » Cela ne sera pas réglé avant des années. Et quand cela le sera, vous pouvez parier que vous paierez un droit de licence important pour pouvoir utiliser cela. Est-ce vraiment peu cher ? Cela est peu cher si vous faites de la recherche basique et avez un labo. »

« Nous n’en savons pas tant que ça sur les cellules. Ce sont encore des boites noires. Par exemple, nous ignorons pourquoi certains ARN guidés fonctionnent très bien et certains ne fonctionnent pas. Nous ignorons pourquoi certains cellules veulent se réparer d’une façon et certaines préfèrent l’autre façon. En plus de cela, il y a le problème de l’insertion du système dans la cellule pour commencer. Dans une boite de Petri, c’est assez facile mais si vous voulez le faire sur un organisme complet, cela devient complexe. »

« L’autre problème est que nous ne savons pas vraiment comment réaliser une chose spécifique en changeant des points précis du génome. Nous sommes loin de comprendre comment, par exemple, donner des ailes aux cochons. Ou même rajouter une patte… »

Un commentaire »

  1. CRISPR Inventors Battle for Rights in Court
    The University of California, Berkeley and the Broad Institute yesterday appeared in front of the Patent Trial and Appeal Board to determine who owns the rights to the gene-editing tool CRISPR–Cas9. Ever since its meteoric rise to biotech fame, there’s been dispute over the ownership of the intellectual property behind the technique. Both Jennifer Doudna, a molecular biologist at Berkeley, and Feng Zhang, a synthetic biologist at the Broad Institute, filed patents relating to the technique. Zhang was awarded one by the U.S. Patent and Trademark Office in 2014, but Berkeley contested it, sparking this hearing. During the single 45-minute session, each side’s attorney had just 20 minutes to present their case. Commentators seem to think that Berkeley struggled the most of the two to convince the judges of its claims to have invented the technique first—but both sides must now wait for the three judges to make a decision.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :