Skip to content

Le tissu cardiaque régénéré par une thérapie utilisant des cellules souches

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Shinshu, et publiée dans Nature, propose une nouvelle méthode pour corriger des dommages cardiaques. Jusqu’ici, ce type de dommages était irréversible. La démarche implique de transplanter des cellules souches pour initier une auto-réparation du cœur. Ils ont réussi à transplanter des cellules souches d’un cœur de primate dans un autre primate. Et le protocole est un succès puisque les fonctions cardiaques se sont alors améliorées.

La transplantation de cellules souches n’est pas tout à fait inédite dans le traitement des problèmes cardiaques. Comme beaucoup d’autres transplantations, il existe un risque que les cellules transplantées soient identifiées comme pathogènes par le système immunitaire du receveur. Si l’on en croit l’étude, la clé du problème est une protéine qui se situe sur la surface des cellules souches du donneur.

En général, cette protéine est ce que le système immunitaire utilise pour cibler les corps étrangers dangereux. Si la protéine sur les cellules souches du donneur correspond à celle du receveur, le problème est alors résolu. Les cellules issues d’un organisme différent ne seraient ainsi plus attaquées par le système immunitaire du receveur.

En outre, en utilisant un immunosuppresseur léger, les cellules souches greffées ont pu survivre pendant 12 semaines. Il en est résulté un meilleur fonctionnement des cellules du cœur endommagé.

La possibilité de réparer des cellules cardiaques endommagées avant que les symptômes de problèmes cardiaques n’apparaissent, permettrait de limiter une cause majeure de mortalité aux USA (et dans le monde). La transplantation de cellules cardiaques nécessite encore des progrès. En effet, les chercheurs ont observé que les cœurs greffés avec ces cellules ont tendance à battre de façon irrégulière. Alors que l’irrégularité des battements cardiaques n’était pas suffisamment importante pour être dangereuse, cette nouvelle modification implique de nouvelles recherches.

De telles avancées en biotechnologie participent au développement de la recherche médicale. En dépit des problèmes d’éthiques, les cellules souches se sont avérées utiles ces derniers mois via leur utilisation dans la recherche sur la maladie de Parkinson, le traitement d’Alzheimer, ainsi que pour traiter les attaques (AVC) et le diabète.

Transhumanisme et Cellules Souches – travail à la frontière de la gériatrie biomédicale

Et cela ne se limite pas aux cellules souches. Les avancées médicales utilisant des technologies variées nous ont, littéralement, permis de restaurer notre corps (des vaisseaux sanguins aux os et aux cellules reproductrices).

Nous sommes plus aptes à réparer nos propres corps. Et bien que nous soyons encore loin de pouvoir guérir les plus grands problèmes de santé, nous progressons plus vite que jamais.

traduction Virginie Bouetel

Motherboard, Nature

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :