Skip to content

Interview de Gabriel Dorthe sur le combat technoprogressiste

Pourquoi le transhumanisme s’est transformé en un combat technoprogressiste pour l’égalité ?

Les technologues qui cherchent à prendre la relève de la politique française veulent vous rassurer que les progrès peuvent être distribués uniformément.

Si les transhumanistes ont leur manière, la technologie, lentement, mais sûrement, efface les frontières physiques et métaphoriques. Le mouvement, qui espère mettre à niveau l’humanité à l’aide des technologies émergentes, vaincre la mort et la maladie, est utopique à sa base — une douce insurrection contre les structures sociales traditionnelles, conçues pour soutenir les humains traditionnellement limités avec des durées de vie humaines classiques. Mais à la différence des constitutionnalistes, des communistes ou des fascistes, les transhumanistes — représentés en Amérique par le candidat à la présidentielle Zoltan Istvan et à l’étranger par l’italien Riccardo Campa (IEEE Fellow) — s’entendent vraiment bien. Au lieu de partager un ensemble de prescriptions politiques très spécifiques, ils partagent une idée fondamentale : nous pouvons construire un monde meilleur.

Si vous demandez au philosophe Gabriel Dorthe, un chercheur intégré au sein de l’Association Française Transhumaniste, il vous dira que le consensus règne parce que les buts transhumanistes et les obstacles ne sont pas limités par la géographie. La prolongation de la vie humaine, l’amélioration de la condition humaine grâce à la technologie et la lutte contre les Luddites sont des questions mondiales, et non régionales. Bien que la décomposition de l’actuel système politique global ne soit pas un objectif déclaré du mouvement, c’est un effet secondaire quasi-inévitable en raison de ce que la technologie a déjà fait pour le temps et l’espace, créant la possibilité pour les sociétés d’exister indépendamment de l’emplacement géographique. Se diriger plus loin dans cette direction et l’idée à savoir « La Russie » devient ridicule.

Mais cela ne va pas se produire demain et il peut même ne pas arriver avant que le transhumanisme commence à voler en éclats. Dorthe a parlé à Inverse à propos de l’aube du  » technoprogressisme », pourquoi le « T-Word » (monde « transhumaniste », le mot redouté « T ») fait peur [comme un « épouvantail »] et les problèmes inévitables avec les catholiques.

Quelles sont les différences entre le transhumanisme américain et français ?

Historiquement, le mouvement transhumaniste a été fondé sur la côte Ouest des États-Unis, à la Silicon Valley et un peu sur la côte Est. Pour les militants européens, c’est très important d’importer et de traduire le transhumanisme dans le contexte politique européen et de parler davantage des inégalités sociales et des investissements publics dans la recherche et du développement. Pendant au moins deux ou trois années, la couleur la plus importante du transhumanisme en Europe est le technoprogressisme. Le principal théoricien sur cette manière de promouvoir le transhumanisme est en fait James Hughes, un Américain.

Le Transhumanisme européen est-il conforme aux points de vue américains ?

[La déclaration transhumaniste de 1998] est le programme du mouvement transhumaniste dans le monde entier. Chaque fois qu’un nouveau mouvement commence, il se réfère à cette déclaration. Il s’agit, évidemment, d’une sorte de vague à bien des égards, mais il est dit, explicitement, que le transhumanisme est un hall d’accueil et doit essayer d’influencer les décideurs et les entrepreneurs — tous ceux qui peuvent font qu’ils y sont intéressés. La plupart du temps, les militants transhumanistes ne sont pas scientifiques, ingénieurs ou entrepreneurs. Certaines de ces personnes peuvent être intéressées par le transhumanisme. Ils peuvent parfois leur donner un peu d’argent. Mais ils ne sont pas spécifiquement transhumanistes.

Les technoprogressistes sont devenus beaucoup plus importants au cours des dernières années. Ils ont décidé d’écrire une nouvelle déclaration transhumaniste : la nouvelle déclaration technoprogressiste.

Quelle est la grande différence entre l’ancienne déclaration et la nouvelle déclaration technoprogressiste ?

La première différence est que [les technoprogressistes] demandent explicitement la délibération publique et une meilleure implication des décideurs et politiciens et le financement public. Mais j’ai tendance à croire que ce discours a besoin d’un ennemi — quelqu’un ou quelque chose pour contrer. Cet ennemi… c’est difficile de dire s’il existe. Cet ennemi est le transhumanisme libertarien[1]. Ils se réfèrent constamment à lui, en disant : « nous ne sommes pas comme ça ». Nous nous soucions des inégalités et du transhumanisme pour tout le monde. Une meilleure santé, une longévité accrue, des choses comme ça. Nous sommes contre les brevets, par exemple, sur les plantes ; nous sommes pour l’innovation open source. Les transhumanistes qui ne préconisent pas cela, sont très rares.

Toutes ces idées sont unanimes sur le fait — ou la croyance — que quelque chose de très dérangeant ou perturbateur arrive dans la technologie. D’où ça vient, nous ne savons pas exactement.

Les idées du mouvement technoprogressiste sont plus susceptibles d’être adoptées par les Français que le public et les décideurs américains ?

Autant que je sache, non, parce que je suis intégré dans l’Association Française Transhumaniste, et je vois tous les jours combien il est difficile pour eux d’être accepté.

Quelles sont les idées de la culture française qui semble résister ?

Le vrai nom [du groupe ici] est l’Association Française Transhumaniste Technoprog. Donc, technoprogressiste. Ils jouent les deux faces du mouvement. Ils ont du mal à convaincre le public ou les politiciens ou les médias qu’ils sont de bons transhumanistes parce qu’ils sont technoprogressistes. Mais en même temps, ils ont besoin de garder le « T-Word », comme ils disent. Et les gens sont très réactifs à cela.

Quelles idées transhumanistes ont été acceptées par les responsables politiques Français ?

Certains hommes politiques en France parlent sur l’augmentation de la longévité, mais ils ne  se référent jamais au transhumanisme. Quand le peuple approuve les idées, ils disent toujours : « je ne suis pas un transhumaniste, mais ». Le transhumanisme est quelque chose de très dangereux, mais la technologie va changer radicalement et peut-être améliorer ma condition ».

Beaucoup de gens disent le même genre de choses [comme les transhumanistes], le même genre de déclarations au sujet de la technologie et de l’humanité. En quelque sorte, c’est comme — quelle est la chose que vous mettez au milieu des champs pour éviter les oiseaux ?

Un épouvantail.

C’est une façon intéressante d’encadrer le paysage.

Comment la pensée religieuse a affecté la façon dont les idées transhumanistes sont reçues dans la politique publique française ?

La pensée catholique quant à l’intégrité du corps est plus implicite en France. Il y a l’idée que vous ne pouvez pas mettre quelques morceaux de technologie dans le corps ; qu’il doit rester unique et pur. Mais la plupart du temps, on ne parle pas en tant qu’une instruction religieuse, mais plus comme, « tout le monde le sait. » Je pense qu’aux États-Unis, c’est plus ouvert. Si vous voulez faire quelque chose, il suffit de le faire et nous pouvons parler ou non, si nous ne sommes pas d’accord. Pour les transhumanistes, c’est beaucoup plus clair si vous n’êtes pas d’accord, vous êtes soit des Luddites ou des gens religieux irrationnels.

Quelles sont les questions les plus pressantes qu’ils aimeraient voir changer dans les 10 ou 20 prochaines années ?

La question la plus importante est la longévité, qui pourrait se traduire par davantage d’investissements publics dans la recherche et la recherche médicale. La plupart des transhumanistes conviennent que la longévité et l’amortalité ou la prolongation de la vie est très importante. Et en ce qui concerne l’organisation du mouvement, ils ne sont pas très friands pour construire un parti politique. En fait, ils sont formés pour construire un groupe de réflexion, qui est un moyen d’être plus légitime pour tenter d’influencer les politiciens. Si vous êtes étiquetés comme un think tank, cela vous donne un poids important.

Interview du 22 juin de Gabriel Dorthe à propos de l’AFT-Technoprog dans le magazine américain Inverse

Note :

[1] En 1990, un code plus formel et concret pour les transhumanistes libertariens prend la forme des Principes transhumanistes d’Extropie (Transhumanist Principles of Extropy, traduction française), l’extropianisme étant une synthèse du transhumanisme et du néolibéralisme. → Transhumanistes et Extropiens ; → Principes extropiens 3.0.

3 Comments »

  1. Ne pas leur mettre des bâtons dans les roues. Les premières TV, lave-linges, magnétoscopes, ordinateurs, étaient utilisés par des riches. Ensuite la majeure partie du monde a pu y accéder. Leurs découvertes les servira en premier, et alors? Ils n’auront pas le choix que de partager leurs connaissances, tôt ou tard, il n’est pas dans leurs intentions de se retrouver avec un nombre considérable d’ennemis en colère. Ils partageront par nécessité, je pense, s’ils aiment leurs nouvelles conditions… Nous sommes en pleine course contre la montre et ce ne sont pas que des monstres de l’économie, il existe des humains de bonne volonté parmi eux, ne pas en douter. J-L MATTEO-DONNE

    J'aime

  2. Mais depuis l’élaboration de Humanity+, des monstres de l’économie américaine ont pris d’assaut le sujet à coups de milliards de dollars. Google a débloqué des fonds et mis en place des programmes et l’ensemble des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) s’intéressent de près ou de loin au sujet. Pour Damien, il est urgent que le sujet devienne public, pour éviter une captation par des intérêts privés et une opacité dans les recherches menées. Sa crainte, en somme, c’est l’avènement du Big Brother de Georges Orwell :
    « Notre angoisse est que les recherches et les machines soient uniquement dans les mains de quelques-uns ou du capital. »
    « Les GAFAM ne sont pas pour le techno progressisme mais pour le transhumanisme. C’est différent. Le techno progressisme est pour la racine sociale de l’évolution technologique, pour le progrès pour tous. Et pas seulement pour une classe gens de pouvant se le permettre. »

    Lire la suite sur Rue89

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :