Skip to content

Nature : La vérité sur la recherche de tissus fœtaux

L’utilisation de tissus de fœtus avortés a suscité la controverse aux États-Unis cet été, mais de nombreux scientifiques disent que c’est essentiel pour les études sur le VIH, le développement et plus.

Chaque mois, Lishan Su reçoit un petit tube à essai d’une société en Californie. Dedans, un morceau de foie d’un fœtus humains avortés entre 14 et 19 semaines de grossesse.

Su et son personnel de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, vont broyer soigneusement le foie, centrifuger puis extraire et purifier le foie – et les cellules souches hématopoïétiques.

Ils injectent des cellules dans le foie de souris nouveau-nées, et permettent à ces souris de gagner en maturité.

Les animaux qui en résultent sont les seules souris « humanisé » avec à la fois le fonctionnement du foie humain et les cellules immunitaires, pour Su, ils sont très précieux pour son travail sur l’hépatite B et C, ce qui lui permet de sonder la manière dont les virus échappent au système immunitaire humain et provoquent les maladies chroniques du foie.

fetal-graphic-WEB

« L’utilisation de tissu fœtal n’est pas un choix facile, mais jusqu’à présent il n’y a pas de meilleurs choix», dit Su, « de nombreux chercheurs biomédicaux dépendront de la recherche de tissus fœtaux pour vraiment sauver des vies humaines », […]

A l’aide des données de l’année 2014 du National Institute of Health (NIH), 18 chercheurs ont été identifiés, dirigeant des projets de recherche utilisant des fœtus avortés. Sur les 18 contactés, seuls deux chercheurs ont accepté de répondre aux questions de Nature. Ils invoquent leur bon droit, puisque la loi leur permet d’obtenir et d’utiliser les tissus fœtaux.

En 2014, le NIH a financé 164 projets utilisant des tissus de fœtus avortés, pour un montant de 76 millions de dollars. Le NIH finance en outre la recherche sur les cellules souches embryonnaires à hauteur de 150 millions de dollars (27,9 billions de dollars sont dépensés pour la recherche dans son ensemble). Au Royaume-Uni, les cinq projets de 2015 utilisant des tissus fœtaux sont financés à hauteur de 1,9 million de dollars.

vous pouvez télécharger l’article en PDF ou lire l’intégralité de l’article sur Nature


voir aussi : Nouvelle vidéo-choc : comment le Planning Familial/USA prélève le cerveau d’un fœtus avorté, dont le cœur bat encore
Le Figaro – États-Unis : le planning familial accusé de trafic d’organes de foetus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :