Skip to content

Singularity University, les technologies exponentielles

Depuis sa création, en 2008, par l’informaticien et philosophe Ray Kurtzweil, cette institution haut de gamme, installée au cœur de la Silicon Valley sur un ancien aéroport de la NASA, rassemble chaque été environ quatre-vingts étudiants et jeunes professionnels de tous les pays, soigneusement sélectionnés. Des experts, venus en majorité de la Silicon Valley, leur enseignent pêle-mêle les sciences et les techniques qui doivent leur permettre de changer le monde au cours des prochaines décennies.
La Singularity University organise aussi des stages de courte durée pour les « décideurs » politiques et économiques. Le sommet d’Amsterdam, qui devrait attirer près de neuf cents personnes, sera consacré aux technologies dites « exponentielles », l’un des nouveaux mots à la mode dans la Silicon Valley. Neil Jacobstein, l’un des responsables de l’université, explique le concept « d’exponentialité » appliqué à l’économie :

« Nous parlons de technologies comme l’intelligence artificielle, la robotique, la biologie synthétique, les nanotechnologies. Elles sont très différentes les unes des autres, mais ce qui les rapproche, c’est que leurs performances doublent tous les dix-huit à vingt-quatre mois. Cette progression est si rapide que les chefs d’entreprise n’arrivent à l’intégrer ni dans leur mode de pensée ni dans leurs stratégies. Il est donc essentiel de leur proposer des programmes éducatifs pour qu’ils comprennent mieux les implications techniques, commerciales et éthiques de ces bouleversements. »

Pour illustrer son discours, Neil Jacobstein cite les panneaux solaires photovoltaïques, dont le ratio prix/performance double tous les dix-huit mois – un rythme qui bouleverse déjà les modes de vie dans certains pays :

« Je reviens d’un voyage en Mongolie. Devant les yourtes, au milieu du désert de Gobi, les nomades installent des panneaux solaires pour générer leur propre électricité. Du coup, ils ont aussi des antennes satellites, ils sont connectés au monde entier. »

Imbrication de technologies

Pour Neil Jacobstein, toutes ces technologies exponentielles sont étroitement imbriquées :

« L’intelligence artificielle ne se résume pas à des algorithmes permettant aux machines de reconnaître des modèles ou de s’améliorer par elles-mêmes. Elle a aussi un effet levier sur les autres sciences. Ainsi, par exemple, les recherches menées par des moteurs d’intelligence artificielle sur les données génétiques brutes font progresser l’ensemble de la biologie. »

Sur cette base théorique, la Singularity University a inventé le concept de « médecine exponentielle », et organise en Californie des conférences sur ce thème destinées aux professionnels.

Par ailleurs, l’intelligence artificielle est déjà en train de s’installer dans la vie quotidienne :

« Jusqu’à présent, les gens ont considéré leurs smartphones comme des outils. Bientôt, ces appareils vont se transformer en assistants à qui on pourra déléguer diverses tâches. D’ici à 2020, vous pourrez demander à votre téléphone d’organiser à votre place un voyage d’affaires compliqué, en tenant compte de vos contraintes de calendrier, de vos préférences, de votre régime alimentaire. Au fil du temps, il va gagner votre confiance, il deviendra un véritable partenaire dans votre vie professionnelle et personnelle. »

En ce qui concerne le monde de l’entreprise, Neil Jacobstein estime qu’il y a urgence :

« Les hommes d’affaires et les cadres doivent réformer les entreprises, les transformer en organisations flexibles, capables de changer d’échelle rapidement. S’ils veulent survivre dans un environnement aussi turbulent, ils devront se doter d’un radar pour voir au-delà de l’horizon. »

Cela dit, les membres de la Singularity University reconnaissent que la tâche ne sera pas aisée. Paradoxalement, le terme de « singularité », emprunté à la physique, désigne un événement sans précédent, d’une telle ampleur qu’il empêche totalement de prévoir ce qui arrivera ensuite – à l’image des phénomènes inconnus se développant aux abords d’un trou noir…

Neil Jacobstein n’imagine pas que les technologies exponentielles provoquent un bouleversement aussi radical, mais il entrevoit un risque majeur, déjà évoqué par Ray Kurtzweil, inventeur du concept de singularité dans cette nouvelle acception :

« Certains humains s’intégreront de plus en plus aux systèmes d’intelligence artificielle, selon un mode opératoire encore inédit. Par contre, ceux qui seront exclus de ce niveau d’interconnexion avec les machines ne comprendront plus du tout le nouveau monde. »

source

4 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :