Archives par mot-clé : chine

Conférence de presse du Sénat sur la censure des origines du COVID-19

L’affaire des #FauciEmails fait toujours scandale outre-Atlantique. Les républicains du Sénat ont poursuivi leur attaque contre les grandes entreprises technologiques jeudi 10 juin, accusant cette fois les sociétés de médias sociaux de censurer les origines du COVID-19.

Un groupe de législateurs républicains reproche aux plates-formes technologiques de limiter les discussions sur la théorie, de plus en plus répandue, selon laquelle le virus aurait fui accidentellement d’un laboratoire chinois.

“Ils ont dépassé les limites sur ce point”, a déclaré le sénateur Marsha Blackburn, R-TN.

“Il s’agit d’une menace sérieuse et grave pour la liberté et l’échange ouvert d’idées en vertu de notre Constitution”, a déclaré le sénateur Roger Wicker, R-MS. “Twitter a décidé de censurer toute couverture du coronavirus qui, selon lui, pourrait provoquer une panique générale. Comment une plateforme Internet riche et puissante peut-elle prendre cette décision ? Je pourrais continuer encore et encore”.

Wicker a présenté un projet de loi visant à empêcher les entreprises de contrôler le discours en ligne.

“Ces grandes plateformes technologiques Internet ne peuvent pas faire de discrimination sur la base de leurs propres opinions et sur la base de ce qu’elles pensent que le public devrait ou ne devrait pas être autorisé à entendre”, a-t-il déclaré.

L’Union européenne vient de se joindre à l’appel des États-Unis en faveur d’une nouvelle enquête de l’Organisation mondiale de la santé sur les origines de la pandémie, tandis que le président Joe Biden continue de rencontrer les dirigeants du monde entier.

“Nous voulons tous faire la lumière sur ce qui s’est passé ici”, a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, lors d’un briefing sur le sujet la semaine dernière.

Conférence de presse du @SenateGOP sur la censure des grandes entreprises technologiques sur les origines du COVID-19. @RogerMarshallMD @SenatorBraun @SenRonJohnson @SenatorWicker

disponible également sur Fox News

Transcription en Fr

Merci à tous d’être parmi nous aujourd’hui, vous savez qu’il y a eu beaucoup de vagues à propos de la censure des géants de la technologie, de ce qui s’est passé autour des origines du virus du covid 19, et d’où cela vient, comment il s’est transformé en pandémie, et il y a aussi des questions sur la nature des informations qui ont été révélés ou non aux américains et sur comment elles ont évolué en fonction de l’avancée de la pandémie.

Nous savons que facebook a récemment inversé ses décisions, de retirer tout type d’information disant que le virus vient du laboratoire de Wuhan, que Pékin devrait rendre des comptes, youtube avait précédemment annoncé qu’il allait censurer tout contenu qui contredirait l’organisation mondiale de la santé dirigée par Pékin et financée par la Chine, youtube a même retiré une vidéo de certains médecins qui remettaient en cause la valeur de ces confinements, et remettaient en question ce qu’il fait à la population et surtout ce que cela fait à nos enfants.

Twitter, ils ont fermé le compte d’un virologue, un virologue chinois, qui disait “c’est ce qu’ils font, de la recherche sur le gain de fonction, c’est ce qu’ils font à l’institut de virologie de Wuhan”, il demandait des comptes au parti communiste chinois.

Je vais vous dire que ces géants de la technologie ont vraiment franchi le pas, ils ont franchi la ligne rouge sur cette affaire.

Nous avons tous des suggestions sur la façon dont nous, en tant que Sénat, devrions gérer cela, et les choses que nous devrions faire pour nous assurer cela n’arrive jamais plus au peuple américain.

Sénateur Braun.

Merci.

Je vais vous dire par où nous devons commencer. Une chose unique est arrivée, je pense la semaine dernière, où par consentement unanime, qui n’arrive presque jamais sur une question critique à moins que vous soyez peut-être en train de renommer un bureau de poste ou quelque chose du genre, nous avons obtenu par le sénat de demander à nos propres agences de renseignement, de divulguer les informations que nous hébergeons, car cela a occasionné bien des ravages, non seulement pour notre propre pays, mais à travers le monde.

Pourquoi nous ne commencerions pas par là avec le président Biden, qui a parlé au secrétaire Blinken, demandez-lui, il a dit “Aviez-vous une bonne raison pour laquelle vous ne divulguez pas les informations ?”

Nous devons commencer par là pour aller au fond des choses, et quand vous parlez des géants de la technologie, qui ont contrôlé le sujet, en gros, quand tous les sénateurs américains veulent au moins commencer par là, nous avons des responsabilités.

Et je pense que c’est à eux de progresser, et de mener la charge.

Ils représentent l’endroit que les gens regardent, écoutent, et nous devons commencer par là, tenons nos propres agences de renseignement responsables afin qu’elles déclassifient cette information.

Sénateur Marshall.

Sénatrice Blackburn merci beaucoup de nous avoir donné une chance de nous tenir ici et de parler de la fuite du laboratoire de Wuhan, ainsi que sa dissimulation.

Nous nous y référons par le terme de “cas chauve-souris”.

Vous savez, cela m’est venu à l’esprit alors que j’étais en train de lire les e-mails du Dr. Fauci récemment, disant tout ce que j’ai appris en sciences de 10e année, tout ce que j’ai appris en tant que médecin sur la méthode scientifique, sur les hypothèses et les théories en développement, nous venons de tout jeter par la fenêtre.

Vous savez, j’ai été choqué en passant en revue certaines des lettres qui ont été écrites, mais vraiment ce qui a suscité mes soupçons, est un événement de janvier 2020.

Et les chinois disaient qu’il n’y avait pas de transmission de personne à personne, l’OMC a acquiescé, et le CDC ne s’est pas opposé à elle.

Et cela m’a amené à avoir un appel téléphonique avec le CDC, et tous les journalistes nationaux ont rapportés que les scientifiques des États-Unis enquêtaient sur ce nouveau virus. Et quand j’ai parlé au CDC, ils ont dit “Eh bien, nous avons des scientifiques à Pékin, mais ils sont à des milliers de miles de Wuhan donc nous n’avons vraiment rien à vous dire”

La prochaine chose que j’ai remarqué était une lettre, signée par un groupe de scientifiques qui ont ignoré la possibilité même que ce virus ait pu provenir du laboratoire, ils l’ont totalement ignoré, ils ont rejeté cette hypothèse scientifique disant que cela était même réalisable.

Et nous en sommes par la suite venus à découvrir que la plupart de ces scientifiques, sinon tous, recevaient un certain type de financement dans la passé comme dans le présent du NIH, et notre CDC n’a fait que hocher la tête pour approuver.

Et puis, les journalistes nationaux, les grandes entreprises technologiques, ils ont travaillé ensemble pour supprimer cette histoire, ils ont travaillé ensemble pour censurer ceux d’entre nous qui pensaient que ce virus peut être originaire de là.

Et non seulement ils ont réprimé, ils ont fait honte aux gens qui pensaient que cela pourrait provenir d’un laboratoire.

Finalement, nous voyons dans les e-mails du Dr Fauci, une collusion entre le Dr. Fauci et les géants de la techonologie travaillant ensemble, pour supprimer cette histoire. Vous savez, nous voilà ici, 17 mois plus tard, nous ne savons toujours rien de plus sur ce virus, je pense que nous devons tenir le parti communiste chinois responsable, et si les États-Unis sont en aucune façon responsables, s’ils ont aidé à financer le laboratoire qui a conduit au développement de ce virus, alors nous devons également être tenus pour responsables, et nous devons approfondir le sujet des règles de recherche sur le gain de fonction également.

Nous n’arriverons jamais au fond de cette affaire, à moins que nous arrêtions cette dissimulation de la fuite du laboratoire de Wuhan, jusqu’à ce que nous arrêtions le “cas chauve-souris”.

Merci Marsha.

Sénateur Johnson.

Je tiens à souligner que les preuves d’un potentielle théorie de fuite du laboratoire se cache à la vue de tous depuis des mois.

Le fait que nos agences fédérales, sous la direction d’Anthony Fauci, ont financé ce type de recherche pendant des années, était à la fois exposé et caché pendant des mois.

Honte aux médias, honte aux médias sociaux, de ne pas y avoir prêté attention, de l’avoir ignoré complètement.

Le résultat de ce décalage de 18 mois, d’exploration de la véritable origine du virus du covid, signifie probablement que nous n’aurons jamais le fin mot de cette histoire. La Chine a eu 18 mois, pour détruire ces preuves.

Mais n’en doutez pas, la Chine est responsable, ils sont coupables.

Ils savaient qu’ils avaient un coronavirus, ils savaient qu’ils avaient un virus mortel qui pouvait provoquer une pandémie à Wuhan.

Ils n’ont pas autorisé les vols au départ de Wuhan dans le reste de la Chine, mais ils ont laissé ce virus infecter le monde entier.

Donc nous savons déjà que la Chine est coupable, nous savons déjà qu’ils devaient être tenus reponsables.

Je pense que nous devons également tenir pour réponsables les médias et les médias sociaux, ce n’est pas le seul sujet censuré. Je pourrais dresser une longue liste, de faux récits, de fausses histoires, que les médias et les médias sociaux promeuvent, et ne corrigent jamais vraiment.

Mais quand il s’agit du covid, j’ai l’expérience personnelle, de la censure et de la suppression et cela a coûté la vie à des dizaines de milliers d’Américains.

Les directives du NIH, en ce qui concerne le traitement du covid restent, restent des directives impitoyables, qui disent en gros de ne rien faire, de rentrer à la maison s’isoler, d’avoir peur, et s’il vous arrive de tomber assez malade vous devez vous faire tester à l’hôpital, testez-vous à l’hôpital et peut-être que nous allons pouvoir sauver votre vie !

J’ai tenu deux audiences sur le traitement précoce, le Dr. Peter McCulloch a exposé les quatre piliers de la réponse à la pandémie.

Le premier est d’essayer d’arrêter la propagation et la Chine ne l’a pas fait. Le deuxième pilier est le traitement précoce, en gros la façon dont nous appliquons la médecine à toutes les autres maladie, détection précoce, traitement précoce, puis hospitalisation et enfin vaccin.

Pourquoi nos agences de santé, pourquoi Anthony Fauci, pourquoi les médias grands publics répriment et censurent, les médecins qui ont eu le courage et la compassion de traiter les patients tôt avec des génériques bon marché, des médicaments repositionnés, pourquoi cela s’est-il produit ?

Il y a de plus en plus de preuves, qui se sont pas rapportées par les médias. Le Méxique connaît un grand succès avec l’ivermectine, certaines provinces de l’Inde connaissent un grand succès avec l’ivermectine, où sont les rapports à ce sujet ?

* L’étude est là: https://osf.io/preprints/socarxiv/r93g4/

Nous avons vu des études où 50 à 85% des vies pourraient avoir été sauvées, cela pouvait empêcher tellement de morts. Appliquez ce pourcentage aux 600 000 américains qui ont perdu la vie. C’est pourquoi je pense que les médias n’admettront jamais leur complicité, et pourquoi ils n’admettront jamais qu’ils ont eu tort.

Mais il n’est pas trop tard, des vies peuvent être sauvées, nous aurons encore besoin des traitements précoces, quelle que soit l’efficacité du vaccin, quelle que soit l’immunité après avoir été infecté est, d’autres personnes seront infectées, d’autres personnes vont avoir besoin d’un traitement précoce.

Alors je supplie les médias, prêtez attention au Dr. Korry, au Dr. Peter McCullough, les autres médecins qui ont le courage et la compassion de traiter les patients, il n’est pas trop tard, nous devons commencer et explorer les traitements précoces dès maintenant.

Et enfin le sénateur Wicker qui se joint à moi pour tenir les géants de la technologie responsables, et afin de traiter avec la censure.

Merci à la sénatrice Blackburn et aux autres.

Le dernier quart de siècle a vu une croissance énorme dans le domaine d’internet. Cela a en grande partie été positif, comme nous le savons tous.

Mais le résultat de ce quart de siècle, a été qu’il a permis à une poignée, de grandes plateformes technologiques d’Internet, de devenir extrêmement grandes, extrêmement riches et extrêmement puissantes, au point, qu’ils décident quelles sont les nouvelles, ils décident de quelles informations le public va obtenir et quelles informations vont être bloquées.
Il n’y a pas que le virus Wuhan, qui est un scandale, comme mes collègues viennent de décrire, nous pourrions citer des chapitres et des chapitres, maintes et maintes fois, sur ces grandes plates-formes décidant de ce que nous pouvons entendre et ce que nous ne pouvons pas entendre.

Alors laissez-moi juste… laissez-moi juste contribuer en disant que le sénateur Johnson a raison, et je vais citer quelques exemples :

Google a menacé de couper plusieurs sites Web conservateurs, y compris les fédéralistes, comment ont-ils le pouvoir de le faire ? Comment peuvent-ils justifier de faire cela ? Les entreprises restreignent ou résilient les utilisateurs, les comptes et les contenus conservateurs sur les réseaux sociaux.

Facebook a annoncé la suspension, du compte d’un ancien président des États-Unis, c’est trop de pouvoir, ils peuvent décider qui peut et qui ne peut pas faire l’actualité et être cité.

Twitter a censuré toute information sur le coronavirus, qu’ils pensaient, à leur avis pouvoir provoquer une panique généralisée.

Comment se fait-il qu’une plate-forme Internet richissime et puissante prenne cette décision ?

Et je pourrais continuer encore et encore, c’est pourquoi je me suis joins avec des sénateurs comme la sénatrice Blackburn, en essayant de corriger les deux tiers des lacunes de la section 230. Mais je suis également là pour faire l’introduction, d’un projet de loi pour préciser, que ces grandes plates-formes technologiques Internet ne peuvent pas discriminer sur la base de leurs propres opinions et sur la base de ce qu’ils pensent que le public devrait et ne devrait pas être autorisé à entendre.

Il s’agit d’une menace sérieuse et grave, pour la liberté, et l’échange ouvert d’idées en vertu de notre constitution, et je suis heureux d’oeuvrer pour ça avec d’autres membres du Sénat.

Merci à tous. Comme vous pouvez le voir, c’est quelque chose qui va s’étendre sur plusieurs comités ici au sénat américain. C’est notre travail d’aller au fond de ce qu’il s’est passé, puis d’apporter des solutions, comme le sénateur Wicker vient d’exposer.

Vous avez une question ?

Merci, donc l’UE et le G7 ont appelé à une enquête visant à déterminer s’il s’agissait ou non d’une fuite de laboratoire. Je me demande si vous pensez qu’une approche internationale est la meilleure façon d’enquêter sur cette question à l’avenir ?

Je pense que les comités permanents du Sénat devraient prendre l’initiative, nous sommes heureux que nos alliés se joignent également à nous, en disant que cela doit être étudié, il est évident que quelque chose n’était pas juste. Nous sommes préocupés par la décision de l’OMS de laisser la parti communiste chinois, leur dire quand et comment ils pourraient approcher de ce laboratoire, et que nous avons dû attendre des mois.

Egalement, j’ai vu votre discours hier à propos de virer le Dr. Fauci, pouvez-vous juste parler un peu de ce sujet ?

Bien sûr, je pense qu’il est approprié que les responsabilités du Dr. Fauci à la NIAID lui soit retirées, et qu’il se rende disponible au congrès, pour savoir exactement comment était-il de mèche avec Mark Zuckerberg et les géants de la technologie, ce qui s’est réellement passé.

Le peuple américain a-t-il entendu une partie de la vérité ? Mais pas toute la vérité ou rien que la vérité ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu un respect des délais dans la reconnaissance des inquiétudes autour du laboratoire ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu plus d’inquiétude autour de Wuhan disant “vous ne pouvez aller nulle part ailleurs en Chine” ou le parti communiste chinois disant “vous ne pouvez aller nulle part ailleurs en Chine, si vous venez de la province d’Hubei, ou si vous venez de Wuhan, mais vous pouvez parcourir le globe, partout sauf en Chine”.

Ce sont des choses qui semblent… Ecoutez, nous avons 3 millions et demi de personnes qui ont perdu la vie, 3 millions et demi de personnes.

Nous avons des centaines de milliers de familles américaines, qui ont ont eu des pertes dans leur famille, leurs proches, leurs amis.

Nous avons subi la perte des moyens de subsistance pour des centaines de millions de gens. Nous avons des enfants, précieux enfants qui viennent de vivre une perte d’apprentissage pendant un an, une perte de socialisation, qui témoignent de problèmes émotionnels.

Et le Dr. Fauci, est financé par le contribuable américain, et le contribuable dit “qu’avez-vous fait de nos dollars ?” Merci beaucoup à tous.

vidéo en français


Origine du virus dans la Presse :

‘Damning’ science shows COVID-19 likely engineered in lab: experts https://nypost.com/2021/06/06/damning-science-shows-covid-19-likely-engineered-in-lab/

Le sénateur Cruz affirme que Facebook censurait le contenu COVID-19 «au nom du gouvernement» https://www.foxnews.com/politics/sen-cruz-facebook-censoring-covid-19-content-government

Top House Republican Kevin McCarthy calls on Dr. Anthony Fauci to resign or be fired. ‘The American people don’t have trust in Dr. Fauci,‘ McCarthy said. https://www.foxnews.com/politics/kevin-mccarthy-anthony-fauci-resign-fired

Critics Call to Fire Dr. Fauci After Emails Show Him Saying Masks Don’t Work Against COVID https://www.newsweek.com/critics-call-fire-dr-fauci-after-emails-show-him-saying-masks-dont-work-against-covid-1597034

New York Post : Chinese virologist says Fauci’s emails ‘verify’ her Wuhan lab leak claims https://nypost.com/2021/06/04/chinese-virologist-says-fauci-emails-verify-her-lab-leak-claims/

Pentagon funneled $39 MILLION to the EcoHealth Alliance, the “charity” that funded coronavirus research at the Wuhan bio lab accused of being the source of the outbreak (Daily Mail). The majority of the DoD funding to #EcoHealth came from the DTRA, a US military branch with a mission to “counter and deter weapons of mass destruction and improvised threat networks”. https://www.dailymail.co.uk/news/article-9652287/The-Pentagon-funneled-39million-charity-funded-Wuhan-lab.html

DailyMail : British doctor and his secret campaign to gag the Covid lab leak theory: He worked in Wuhan and manipulated coronaviruses — yet orchestrated a campaign to clear it of blame and tried to hide his tracks. Now we publish the evidence, writes SIAN BOYLE https://www.dailymail.co.uk/news/article-9653613/British-doctor-Peter-Daszak-worked-Wuhan-scientists-secret-plan-stop-lab-leak-theory.html
– Mail reveals Dr Peter Daszak, 55, has links with Chinese scientists in Wuhan lab
– The British expert on zoonotic ‘spillovers’ (viruses jumping from animals to humans) was among those who signed Lancet letter condemning lab leak theory
– He also worked in so-called pandemic prevention and the manipulation of coronaviruses, admitting they can be manipulated ‘pretty easily’ in 2019 podcast
– Dr Daszak was appointed to World Health Organisation’s Wuhan 2021 delegation while The Lancet has its own close relationship with Chinese science community
– Leaked emails and intelligence reports continue to challenge pandemic origins

DailyMail EXCLUSIVE: COVID-19 ‘has NO credible natural ancestor’ and WAS created by Chinese scientists who then tried to cover their tracks with ‘retro-engineering’ to make it seem like it naturally arose from bats, explosive new study claims : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9629563/Chinese-scientists-created-COVID-19-lab-tried-cover-tracks-new-study-claims.html
– An explosive new study claims researchers found ‘unique fingerprints’ in COVID-19 samples that they say could only have arisen from manipulation in a laboratory
– DailyMail.com exclusively obtained the new 22-page paper authored by British Professor Angus Dalgleish and Norwegian scientist Dr. Birger Sørensen as submitted for publication in the Quarterly Review of Biophysics Discovery
– The study showed there’s evidence to suggest Chinese scientists created the virus while working on a Gain of Function project in a Wuhan lab
– Gain of Function research, which was temporarily outlawed in the US, involves altering naturally-occurring viruses to make them more infectious in order to study their potential effects on humans
– According to the paper, Chinese scientists took a natural coronavirus ‘backbone’ found in Chinese cave bats and spliced onto it a new ‘spike’, turning it into the deadly and highly transmissible COVID-19
– The researchers, who concluded that COVID-19 ‘has no credible natural ancestor’, also believe scientists reverse-engineered versions of the virus to cover up their tracks
– ‘We think that there have been retro-engineered viruses created,’ Dalgleish told DailyMail.com. ‘They’ve changed the virus, then tried to make out it was in a sequence years ago.’
– The study also points to ‘deliberate destruction, concealment or contamination of data’ in Chinese labs and notes that ‘scientists who wished to share their findings haven’t been able to do so or have disappeared’
– Until recently, most experts had staunchly denied the origins of the virus were anything other than a natural infection leaping from animals to humans
– Earlier this week, Dr. Anthony Fauci defended US funding of the Wuhan Institute of Virology, saying the $600,000 grant was not approved for Gain of Function research

DailyMail : Chinese virologist who was among first to tout Wuhan lab theory says Fauci’s emails back up what she’s been saying all along – the coronavirus is ‘an unrestricted bioweapon’ – and blasts Fauci and medical experts for cover-up https://www.dailymail.co.uk/news/article-9648687/Chinese-virologist-says-Fauci-emails-claim-coronavirus-unrestricted-bioweapon.html
– Dr. Li-Meng Yan – who was among the first people to tout the Wuhan lab theory – said in her latest report COVID-19 is ‘an unrestricted bioweapon’
– She said the Chinese government and ‘certain overseas scientists and organizations’ covered it up
– In an interview on Newsmax Wednesday night, Yan referenced a February 1, 2020 exchange from Fauci’s email dump with one of his direct reports
– Dr. Hugh Auchincloss wrote in email to Fauci that the ‘experiments were performed before the gain of function pause but have since been reviewed and approved by NIH (National Institutes of Health)’
– Yan’s work has been heavily scrutinized, criticized and said to be ‘deeply flawed’ by other leading scientists
Fauci said multiple times in interviews over the last two days he still believes the coronavirus origin jumped species; not from a lab leak

Les e-mails de Fauci, le prochain scandale à venir ? #FauciEmails

Les e-mails de Fauci font la une aujourd’hui. BuzzFeed a publié 3 200 pages d’e-mails. Les mails ont été obtenus en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) #FauciEmails

Plus de 3 200 pages d’e-mails obtenues dans le cadre d’une action en justice au titre de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act) déposée par BuzzFeed News – couvrant la période de janvier à juin 2020 – offrent un rare aperçu de la manière dont Fauci abordait son travail pendant la plus grande crise sanitaire, le montrant en train de traiter directement avec le public, les responsables de santé, les journalistes et même les célébrités. Le Washington Post a également reçu plus de 800 pages d’e-mails et a publié un article.

Ces milliers de pages montrent comment Fauci a tenté de calmer les Américains et de développer une stratégie.

Dans The Guardian, parmi les courriels les plus révélateurs figurent ceux provenant de correspondants fortunés ou influents.

Dans l’un d’eux, daté du 3 avril de l’année dernière, Fauci évoque une conversation avec le fondateur de Microsoft, Bill Gates, au sujet d’un effort mondial de vaccination et s’est dit “enthousiaste à l’idée d’aller de l’avant dans une “approche collaborative et, espérons-le, synergique concernant le Covid-19” impliquant les agences de santé fédérales et la Fondation Bill et Melinda Gates, selon les courriels.

Il y a également des échanges de courriels avec le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, au sujet de la création d’un centre d’information sur le coronavirus sur les médias sociaux, et un autre avec l’acteur Morgan Freeman qui propose de diffuser le message Covid-19 à ses 100 000 followers sur Twitter.

Les courriels montrent également que Fauci a reçu une rafale de correspondance indiquant que le coronavirus avait fui d’un laboratoire de Wuhan. Les réponses de Fauci sont censurées.

Obtenu par BuzzFeed News via FOIA. Visible page 2286 du pdf des 3 200 pages d’e-mails https://www.documentcloud.org/documents/20793561-leopold-nih-foia-anthony-fauci-emails

Dans The National Pulse on découvre que le Dr Anthony Fauci – qui a nié à plusieurs reprises avoir participé à des recherches sur les “gains de fonction” (militarisation des virus) – a envoyé des mails de panique aux membres du personnel du National Institutes for Allergies and Infectious Disease (NIAID) au début de la pandémie.

Obtenu par BuzzFeed News via FOIA

L’article académique joint à l’e-mail s’intitule : A SARS-like cluster of circulating bat coronaviruses shows potential for human emergence. Il y est question de la manière dont des chercheurs américains et chinois manipulent les virus pour mieux comprendre comment ils peuvent s’attacher aux humains.

Selon le National Institute for Health , « la recherche sur le gain de fonction (GOF) peut présenter des risques en matière de biosécurité et de biosûreté. »

Ça confirme l’explication du Pr Montagnier et de Henrion-Caude

The Insider Paper sur le FOIA #FauciEmails twitte également :

– Il a eu des discussions urgentes sur le gain de fonction.

– A ignoré le scientifique qui lui a dit que la Chine avait menti sur le virus et les données.

– A été informé d’une possible fuite du laboratoire de Wuhan.

– On lui a dit par courriel que les masques de détail ne fonctionnaient pas en raison de la taille du virus.

Un autre qui indique que le Dr Fauci a animé un groupe de discussion sur le gain de fonction.

Les premiers #FauciEmails montrent que l’on est conscient du risque d’aggravation de la maladie après la vaccination par le COVID, comme cela a été le cas pour les candidats vaccins contre le SRAS.

Dans un email que le physicien Erik Nielsen a envoyé à Fauci en mars 2020, il a recommandé non pas un, mais deux médicaments qui pourraient aider à combattre le #COVID19. L’un des médicaments était l’Hydroxychloroquine (p.153-154).

Selon Fauci, les masques ne sont pas nécessaires à moins d’être malade et il fait remarquer que le SARS CoV 2 est si petit qu’il passe facilement entre les fibres des masques.

Beaucoup d’américains sont en colères et ne comprennent pas pourquoi certains des #FauciEmails sont dissimulés par la plupart des médias. En effet, nous ne retrouvons aucun des e-mails dignes d’intérêt dans les comptes rendus des médias (sauf National Pulse cité plus haut) et ils n’ont même pas pris la peine de faire une enquête plus poussé.

Quoi qu’il en soit, la fuite du laboratoire de Wuhan est de plus en plus plausible. @ suivre

Le référentiel complet des e-mails peut être trouvé et lu ici.

Les courriels divulgués dressent un tableau accablant de la crédibilité du Dr Fauci.

Maj :

The Daily Caller : Le service de presse de la Maison Blanche n’a aucune question sur les emails du Dr. Fauci.

The National Pulse : Des emails montrent que Fauci a ignoré les avertissements d’un docteur en physique concernant les fausses données COVID chinoises.

Yahoo! News, NewsBytes : La divulgation des emails du Dr Fauci de 2020 révèle qu’il connaissait la théorie de la fuite du laboratoire.

Fox News : Tucker Carlson: Is Dr. Fauci under criminal investigation? “Il est vite apparu que Tony Fauci n’était qu’un autre bureaucrate fédéral sordide – profondément politique et souvent malhonnête. Plus choquant encore, nous avons ensuite appris que Fauci lui-même était impliqué dans la pandémie qu’il était censé combattre. Fauci a soutenu les expériences grotesques et dangereuses qui semblent avoir rendu le COVID possible.”

Laura Ingraham’s “Medicine Cabinet,” featuring Peter McCullough, MD, MPH; Harvey Risch, MD, PhD; & Jay Bhattacharya, MD, PhD, discuss what Tony Fauci got wrong on a myriad of COVID related policies… and the disastrous results.

Partie III – Grand Reset, Le capitalisme aux caractéristiques chinoises

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises

Le titre de cet essai est un jeu de mots sur la description que fait le parti communiste chinois de son économie.

Il y a plusieurs décennies, lorsque le PCC ne pouvait plus nier de manière crédible la dépendance croissante de la Chine à l’égard des secteurs à but lucratif de son économie, ses dirigeants ont approuvé le slogan “socialisme aux caractéristiques chinoises” pour décrire le système économique chinois1. Formulée par Deng Xiaoping, cette phrase est devenue une composante essentielle de la tentative du PCC de rationaliser le développement capitaliste chinois dans le cadre d’un système politique socialiste-communiste.

Selon le parti, la privatisation croissante de l’économie chinoise ne devait être qu’une phase temporaire – pouvant durer jusqu’à cent ans selon certains dirigeants du parti – sur la voie d’une société sans classes du socialisme-communisme intégral. Les dirigeants du parti ont affirmé, et affirment toujours, que le socialisme aux caractéristiques chinoises était nécessaire dans le cas de la Chine parce que la Chine était un pays agraire “arriéré” lorsque le communisme a été introduit – trop tôt, a-t-on dit. La Chine avait besoin d’une piqûre de rappel capitaliste.

Avec ce slogan, le parti a pu faire valoir que la Chine avait été une exception à la position marxiste orthodoxe selon laquelle le socialisme n’arrive qu’après le développement du capitalisme – bien que Marx lui-même ait dévié de sa propre formule vers la fin de sa vie. En même temps, le slogan a permis au PCC de confirmer la position marxiste orthodoxe. La révolution communiste chinoise s’est produite avant le développement du capitalisme industriel – une exception au marxisme orthodoxe. Le capitalisme a donc été introduit plus tard dans le système économique de la Chine – une confirmation du marxisme orthodoxe.

Dépouillé de ses prétentions idéologiques socialistes, le socialisme aux caractéristiques chinoises, ou le système chinois lui-même, se résume à un État socialiste-communiste de plus en plus financé par le développement économique capitaliste. La différence entre l’ancienne Union soviétique et la Chine contemporaine est que, lorsqu’il est devenu évident que l’économie socialiste-communiste avait échoué, la première a abandonné ses prétentions économiques socialistes-communistes, alors que la seconde ne l’a pas fait.

Que les dirigeants du PCC croient ou non à leur propre rhétorique, la gymnastique idéologique déployée est néanmoins spectaculaire. À première vue, le slogan incorpore et dissimule une contradiction apparemment évidente dans une tentative de sanctifier ou de “recommunifier” le développement capitaliste chinois comme une condition préalable au socialisme-communisme intégral.

Cependant, le slogan chinois capture une vérité essentielle sur le communisme, une vérité qui est soit non reconnue ou non admise par le PCC et niée par les marxistes occidentaux. Contrairement aux affirmations des dirigeants et des adeptes du communisme, et même contrairement aux affirmations de beaucoup de ceux qui s’y opposent, le socialisme-communisme n’est pas essentiellement un système économique mais plutôt un système politique.

Une fois au pouvoir, les dirigeants socialistes-communistes reconnaissent qu’étant donné leur contrôle sur les ressources, ils sont effectivement devenus les nouveaux propriétaires des moyens de production (alors que, comme Ludwig von Mises l’a suggéré, les consommateurs détiennent effectivement le pouvoir de disposition économique dans les marchés libres2). En tentant de mettre en place une économie socialiste-communiste, ils reconnaissent qu’en l’absence de prix, la production industrielle à grande échelle nécessite une prise de décision sous surveillance. De même, la prise de décision n’est pas démocratique dans le sens promis par les idéologues socialistes-communistes. La prise de décision doit être centralisée, ou du moins bureaucratisée, dans une large mesure. La prise de décision démocratique est exclue par le fait que la production et la distribution appartiennent à l’État et sont contrôlées par lui.

Le socialisme-communisme est un système politique dans lequel l’allocation des ressources est commandée par l’État et donc effectivement contrôlée par les dirigeants de l’État, la véritable classe dirigeante. Ces derniers conservent le contrôle par l’idéologie et la force.

Par opposition à un système économique pleinement mis en œuvre, le socialisme-communisme n’est toujours qu’un arrangement politique. C’est pourquoi le socialisme-communisme peut être combiné au “capitalisme” sous des formes telles que le “capitalisme d’État3” ou le socialisme d’entreprise. Ses prétentions économiques seront abandonnées à mesure que le développement capitaliste sera introduit et habilement rationalisé, comme en Chine. Si de telles prétentions sont maintenues pendant longtemps, elles détruiront la société, comme dans l’ancienne Union soviétique. Dans les deux cas, les dirigeants socialistes-communistes apprendront que la production de richesses nécessite l’accumulation de capital privé – qu’ils comprennent ou non pourquoi.

Le Grand Reset, Le capitalisme avec des caractéristiques chinoises © Oliver Munday

Entrez dans le socialisme d’entreprise

Une version socialiste-communiste arrive bientôt près de chez vous. Certains des mêmes anciens protagonistes réapparaissent, tandis que de nouveaux ont rejoint le casting. Si l’idéologie et la rhétorique sont presque les mêmes, elles sont utilisées à des fins légèrement différentes. Cette fois-ci, les vieilles promesses sont en jeu, et un appât similaire mais non identique est brandi. Le socialisme promet la protection des personnes assiégées contre le “mal” économique et politique, la promotion des intérêts économiques de la sous-classe, le bannissement des personnes “dangereuses” des forums publics et de la vie civique, et une préoccupation primaire ou exclusive pour le “bien commun”. L’initiative chinoise “One Belt, One Road” (une ceinture, une route) peut suspendre ses bénéficiaires en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une autre variété de projets est prévue dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

L’initiative chinoise “One Belt, One Road”4 (La nouvelle route de la soie, litt. “ceinture économique de la route de la soie” ou la ceinture et la route) peut suspendre ses bénéficiaires en Afrique et dans d’autres régions sous-développées comme s’il s’agissait d’un nœud coulant infrastructurel. Une autre variété de projets est prévue dans le monde développé, y compris aux États-Unis.

La variante contemporaine est le socialisme d’entreprise, ou un système à deux niveaux de “socialisme réellement existant5” sur le terrain, couplé à un ensemble parallèle de monopoles d’entreprise ou de monopoles potentiels au sommet. La différence entre le socialisme d’État et le socialisme d’entreprise est simplement qu’un groupe d’intérêt différent contrôle effectivement les moyens de production. Mais les deux dépendent du monopole, l’un de l’État et l’autre de l’entreprise qui monopolise l’économie. Et les deux dépendent de l’idéologie socialiste-communiste du socialisme démocratique, ou, dans une variante récente, de l’idéologie de la “justice sociale” ou du “woke”. Le socialisme d’entreprise est la fin souhaitée, tandis que le socialisme démocratique et le capitalisme sauvage font partie des moyens.

La Chine est le modèle du système économique et politique promu en Occident, et le Grand Reset est l’articulation la plus franche de ce système – bien que son articulation soit tout sauf parfaitement franche.

Le Grand Reset représente le développement du système chinois en Occident, mais à l’envers. Alors que l’élite politique chinoise a commencé par un système politique socialiste-communiste et a mis en œuvre le “capitalisme” par la suite, l’élite occidentale a commencé par le “capitalisme” et vise à mettre en œuvre un système politique socialiste-communiste maintenant. C’est comme si l’oligarchie occidentale regardait le “socialisme” affiché en Chine, et disait “oui, nous le voulons”.

Cela explique de nombreuses contradictions apparentes, dont la moindre n’est pas l’autoritarisme de gauche de Big Tech. Le Big Tech, et en particulier le Big Digital, est l’appareil de communication idéologique pour l’avancement du socialisme d’entreprise, ou capitalisme aux caractéristiques chinoises.

Les caractéristiques chinoises que le Grand Reset vise à reproduire en lien avec le capitalisme occidental ressembleraient au totalitarisme du PCC. Cela nécessiterait une grande restriction des droits individuels – y compris les droits de propriété, la liberté d’expression, la liberté de mouvement, la liberté d’association, la liberté de religion et le système de libre entreprise tel que nous le concevons.

Le Grand Reset mettrait en œuvre le système politique à peu près de la même manière que la Chine l’a fait – avec la surveillance des smart city par la 5G, l’équivalent des scores de crédit social, les passeports médicaux, l’emprisonnement politique et d’autres moyens de répression et de contrôle social et politique.

Au final, le socialisme aux caractéristiques chinoises et le capitalisme aux caractéristiques chinoises reviendraient au même.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.


– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke

Notes : 

1Ian Wilson, “Socialism with Chinese Characteristics: China and the Theory of the Initial Stage of Socialism,” Politics 24, no. 1 (September 2007): 77–84.

2Ludwig von Mises, Socialism: An Economic and Sociological Analysis, 3d ed. (New Haven, CT: Yale University Press, 1951), pp. 37–42.

3Western Marxists employ the term state capitalism to exclude the Soviet Union and China from the category of socialism-communism. They thereby reserve, in their own propaganda, at least, the hallowed terms social­ism and communism for the never present, always receding, and just-over-the-horizon ideal.

4Alexandra Ma, “The US Is Scrambling to Invest More in Asia to Counter China’s ‘Belt and Road’ Mega-Project. Here’s What China’s Plan to Connect the World through Infrastructure Is like.,” Business Insider, Nov. 11, 2019. https://www.businessinsider.com/what-is-belt-and-road-china-infrastructure-project-2018-1?IR=T.

5“Actually existing socialism” is a “[t]erm used in the former communist countries to describe them as they really were, rather than as the official theory required them to be. Its use was largely ironical, and more or less confined to the writings of dissidents.” Palgrave Macmillan Dictionary of Political Thought, by Roger Scruton, 3d ed. (New York: Macmillan Publishers, 2007), s.v. “Actually existing socialism.” Credo Reference. http://proxy.library.nyu.edu/login?url=https://search.credoreference.com/content/entry/macpt/actual¬ly_existing_socialism/0?institutionId=577.

Chimères homme-singe : Des chercheurs ont créé des embryons chimériques

Chimères homme-singe

Des chercheurs en Chine et aux États-Unis ont injecté des cellules souches humaines dans des embryons de primates et ont réussi à faire croître des embryons chimériques pendant une période de temps significative – jusqu’à 20 jours.

Malgré les problèmes éthiques que cela pose, cette recherche pourrait permettre de mieux comprendre la biologie du développement et l’évolution. Elle a également des implications pour le développement de nouveaux modèles de biologie et de maladies humaines. Ces travaux ont été publiés le 15 avril dans la revue Cell.

“Comme nous ne sommes pas en mesure de réaliser certains types d’expériences chez l’homme, il est essentiel que nous disposions de meilleurs modèles pour étudier et comprendre avec plus de précision la biologie et les maladies humaines”, explique l’auteur principal, Juan Carlos Izpisua Belmonte, professeur au Gene Expression Laboratory du Salk Institute for Biological Sciences. “Un objectif important de la biologie expérimentale est le développement de systèmes modèles qui permettent d’étudier les maladies humaines dans des conditions in vivo.”

Les chimères inter-espèces chez les mammifères sont réalisées depuis les années 1970, lorsqu’elles ont été générées chez les rongeurs et utilisées pour étudier les processus de développement précoce. L’avancée qui a rendu possible l’étude actuelle a eu lieu l’année dernière lorsque l’équipe collaboratrice de cette étude – dirigée par Weizhi Ji de l’Université des sciences et technologies de Kunming, dans le Yunnan, en Chine – a mis au point une technologie permettant aux embryons de singe de rester en vie et de se développer en dehors du corps pendant une période prolongée.

Dans l’étude actuelle, six jours après la création des embryons de singe, ils ont reçu chacun une injection de 25 cellules humaines. Les cellules provenaient d’une lignée de cellules pluripotentes induites, connues sous le nom de cellules souches pluripotentes induites, qui ont le potentiel de contribuer aux tissus embryonnaires et extra-embryonnaires.

Au bout d’un jour, des cellules humaines ont été détectées dans 132 embryons. Après 10 jours, 103 des embryons chimériques étaient encore en développement. La survie a rapidement commencé à décliner et, au 19e jour, seules trois chimères étaient encore en vie. Il est toutefois important de noter que le pourcentage de cellules humaines dans les embryons est resté élevé pendant toute la durée de leur croissance.

Cell, Tan et al.: “Chimeric contribution of human extended pluripotent stem cells to monkey embryos ex vivo” https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(21)00305-6

“Historiquement, la génération de chimères homme-animal a souffert de la faible efficacité et de l’intégration des cellules humaines dans l’espèce hôte”, explique Izpisua Belmonte. “La génération d’une chimère entre l’homme et un primate non humain, une espèce plus proche de l’homme sur la ligne de temps de l’évolution que toutes les espèces utilisées précédemment, nous permettra de mieux comprendre s’il existe des obstacles imposés par l’évolution à la génération de chimères et s’il existe des moyens de les surmonter.”

Les chercheurs ont effectué une analyse du transcriptome des cellules humaines et des cellules de singe provenant des embryons. “Ces analyses ont permis d’identifier plusieurs voies de communication qui étaient soit nouvelles, soit renforcées dans les cellules chimériques”, explique Izpisua Belmonte.

“Comprendre quelles voies sont impliquées dans la communication des cellules chimériques nous permettra éventuellement d’améliorer cette communication et d’accroître l’efficacité du chimérisme chez une espèce hôte plus éloignée de l’homme sur le plan de l’évolution.”

Une prochaine étape importante de cette recherche consiste à évaluer plus en détail toutes les voies moléculaires qui sont impliquées dans cette communication inter-espèces, avec pour objectif immédiat de trouver quelles voies sont vitales pour le processus de développement.

À plus long terme, les chercheurs espèrent utiliser les chimères non seulement pour étudier les premiers stades du développement humain et modéliser des maladies, mais aussi pour mettre au point de nouvelles méthodes de dépistage de médicaments, ainsi que pour générer potentiellement des cellules, des tissus ou des organes transplantables.

Cette étude a été soutenue par le National Key Research and Development Program, la National Natural Science Foundation of China, le Major Basic Research Project of Science and Technology of Yunnan, les Key Projects of Basic Research Program in Yunnan Province, High-level Talent Cultivation Support Plan of Yunnan Province and Yunnan Fundamental Research Projects, UCAM, et la Moxie Foundation.

Cell, Tan et al.: “Chimeric contribution of human extended pluripotent stem cells to monkey embryos ex vivo” https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(21)00305-6

EurekAlert

Les monnaies numériques : le summum de l’asservissement financier

Les banques centrales du monde veulent abolir les espèces

La Banque des règlements internationaux et sept banques centrales, dont la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne et la Banque d’Angleterre, ont publié un rapport énonçant certaines exigences clés pour les monnaies numériques des banques centrales, ou CBDC (Central Bank Digital Currency).

Les recommandations établies par les banques centrales précisent que les CBDC complètent, « mais ne remplacent pas », les espèces et autres formes de monnaie à cours légal. Elles auront plutôt un rôle de soutien à la stabilité monétaire et financière. Les banquiers centraux ont déclaré que les monnaies numériques devraient également être sécurisées, de manière aussi bon marché que possible, voire gratuites, pour être utilisées par tous et jouer un rôle approprié pour le secteur privé.

Le rapport sur les CBDC intervient alors que diverses banques centrales du monde entier étudient en profondeur la mise en place de leurs propres monnaies numériques respectives. La blockchain, la technologie qui sous-tend les crypto-monnaies telles que le bitcoin, a été présentée comme une solution potentielle. Les cryptomonnaies ayant fait l’objet de rapports et d’examens approfondis pendant ces dernières années de la part des banquiers centraux, beaucoup craignent encore d’ouvrir la porte à des activités illicites telles que le blanchiment d’argent. Des technologies sécurisées devront être mises en place ce qui nécessitera quelques années avant une mise en place définitive.

En Chine, où les portefeuilles numériques comme Alipay et WeChat Pay ont été largement adoptés, la banque centrale s’est associée à une poignée d’entreprises du secteur privé pour tester une monnaie électronique unique sur laquelle elle travaille depuis des années. Le fameux yuan numérique, j’y reviendrai dans de prochains articles. La banque centrale suédoise, qui n’appartient pas à la zone euro, travaille également avec le cabinet de conseil Accenture pour tester sa proposition de monnaie virtuelle « e-krona ».

L’euro numérique

Un euro numérique rendrait nos paiements quotidiens plus rapides, plus simples et plus sécurisés. Génial non ?

Le vendredi 2 octobre dernier, la Banque centrale européenne a annoncé qu’elle commencerait à mener des expériences pour décider de lancer ou non un euro numérique. Dans un rapport exposant les avantages et les inconvénients du lancement d’un euro numérique, la BCE a déclaré qu’elle « pourrait soutenir les objectifs de l’Eurosystème en offrant aux citoyens une forme d’argent sécurisée dans un monde numérique en rapide évolution ». Cela signifie préserver la capacité de déposer et de retirer des fonds numériques à volonté sur nos comptes européens et permettre aux banques d’éviter la gestion des espèces, qui reste une problématique souvent difficile à gérer avec leurs clients (retraits ou dépôts conséquents, origine des fonds, non-traçage des transactions, compliance…).

Cette numérisation des monnaies en réflexion dans le monde entier est à la mode. Pour la BCE, comme pour les autres banques centrales, cette tendance n’est qu’une tentative pour empêcher les populations de thésauriser du papier-monnaie, évitant ainsi de probables futurs taux bancaires négatifs. En effet, personne de sain d’esprit n’épargnerait de l’argent dans une banque pour « gagner » un taux d’intérêt de -0,50% (oui c’est plutôt une perte). Cette énième taxe serait plus qu’illégitime et particulièrement pour les Français qui croulent sous les impôts.

En outre, la BCE constate qu’environ 54% des paiements totaux restent en cash et 79% des achats réalisés en magasin de la zone euro sont toujours des transactions en espèces. Le cash représente donc plus de la moitié de la valeur totale de tous les paiements et la BCE ainsi que tous les banquiers apprécieraient avoir une trace de chacune de ces transactions. Vous comprenez, les terroristes utilisent les espèces, ce sont des mesures pour vous protéger !

À terme, la BCE décidera si elle doit procéder à la création du fameux euro numérique d’ici là mi-2021. Il a de fortes chances d’émerger, car il est très avantageux pour les banques d’obtenir et contrôler les données personnelles et financières de tous les Européens et supprimer la pesante gestion du cash.

Il ne faut pas confondre les monnaies numériques d’État et les monnaies numériques privées comme la Libra de Facebook ou les cryptomonnaies comme le Bitcoin. L’euro numérique serait un passif de la Banque centrale européenne et compléterait l’offre actuelle de liquidité. Sa valeur ne serait donc pas volatile comme une monnaie privée parce qu’elle serait adossée à la légitimité et à l’autorité de la banque centrale.

On peut même penser que la BCE, et ses équivalentes dans le monde, puissent mettre en place les monnaies numériques pour renforcer leur devise respective et éviter la fuite des capitaux. Effectivement, la banque de Christine Lagarde a souligné dans son rapport que les institutions et infrastructures financières sont « de plus en plus menacées » par un large éventail de risques extrêmes, allant de la solvabilité à la sécurité des transactions, alors que la proportion de services de paiements numérisés augmente. Ces risques peuvent entraîner des pannes des systèmes de paiement par carte, des services bancaires en ligne et des retraits d’espèces aux guichets automatiques qui pourraient « affecter considérablement les paiements de détail et s’éroder ». Selon elle, ceci amènerait une baisse confiance dans le système financier en général (sans rire). L’euro numérique est donc une réponse fournissant ainsi « un éventuel mécanisme de contingence pour les paiements électroniques qui pourrait rester utilisé même lorsque les résolutions privées ne sont pas disponibles », selon le rapport.

La BCE n’a même pas besoin d’attendre la prochaine crise pour programmer une refonte monétaire sans précédent ; le passage du papier-monnaie au tout numérique est un changement structurel majeur qui mettra du temps à se mettre en place, plus longtemps que le yuan chinois qui peut être imposé beaucoup plus vite à cause de la structure d’État non démocratique.

« Une conception qui offre ces fonctionnalités peut promouvoir des paiements plus résilients, efficaces, inclusifs et innovants », selon Benoit Coeure, ancien responsable de la Banque centrale européenne qui dirige désormais les efforts d’innovation de la BRI. Tout un programme.

Une crypto yuan adossée à l’or ?

L’empire du Milieu est le plus avancé sur sa monnaie numérique et va même peut-être plus loin. Un négociant en métaux précieux à Londres, Andrew Maguire, a signalé que la Chine contournait les banques de la London Bullion Market Association à Londres, qui ne peut plus fournir assez de métal jaune pour ses besoins. Le Parti communiste chinois achète ainsi de l’or non raffiné directement auprès des mines d’Afrique et d’Amérique du Sud. Cela leur évite au passage de se faire remarquer dans les rapports de données d’exportation classiques. Maguire soupçonne carrément que le pays pourrait soutenir le yuan avec de l’or et pourquoi pas avec une fixation de prix et une parité fixe. Sachant que la Chine est l’une des rares économies avancées à connaître une croissance cette année, son positionnement dans l’économie internationale de demain va être crucial.

Franck Pengam

Le Yuan numérique contre les cryptomonnaies Bitcoin, Ethereum et Theter

Monnaies numériques vs. Cryptomonnaies

Le monde des cryptomonnaies est particulièrement lié à la Chine. Depuis 2009, lorsque Bitcoin a émergé pour la première fois sur la scène mondiale, l’empire du Milieu a connu une ruée vers la cryptomonnaie appuyée sur la blockchain. Le gouvernement a été contraint d’interdire l’utilisation du Bitcoin en 2013 à cause de sa popularité et de la fuite des capitaux qu’il entraînait.

En octobre 2019, le gouvernement chinois a annoncé officiellement adopter la technologie blockchain pour l’avenir de la Chine. Il s’agit de lancer une monnaie numérique officielle reconnue par l’État. Le paiement électronique en monnaie numérique (DCEP), communément appelé « yuan numérique », est actuellement censé être dans les dernières phases de test.

Dans cet article, nous allons voir les raisons pour lesquelles la Chine a décidé de créer la première monnaie numérique gérée par une banque centrale au monde et ce que cela signifie pour les marchés de la cryptographie au sens large. Nous verrons également l’histoire de la Chine avec le Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) et le stablecoin Tether USD (USDT) et pourquoi ces réseaux sont devenus une menace pour le contrôle interne des capitaux de la Chine.

Avant de commencer, il est utile de clarifier la distinction entre les termes « monnaie numérique » et « cryptomonnaie ». Les cryptomonnaies sont des monnaies et des actifs numériques qui utilisent la technologie de la blockchain comme moyen d’effectuer des transactions cryptées en toute sécurité et sans friction via un réseau décentralisé. Bitcoin, Ethereum et Tether, sont quelques-unes des cryptomonnaies les plus utilisées parmi des milliers.

Le yuan numérique, en revanche, n’utilise pas la technologie blockchain en soi, mais plutôt un type de technologie de registre distribué (Distributed Ledger Technologies) inspiré de la blockchain et intégralement contrôlé par un gouvernement central. Là est tout l’objectif du Parti communiste chinois. Étant donné que les blockchains fournissent des transferts de données cryptées, le système centralisé du yuan virtuel a un mécanisme intrinsèquement différent de celui des cryptomonnaies traditionnelles.

A photo illustration of the digital Cryptocurrency, Litecoin (LTC), Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH) and Ripple (XRP) are seen on September 13 2018 in Hong Kong, Hong Kong.
Yu Chun Christopher Wong | S3studio | Getty Images

Une brève chronologie du yuan numérique

Début 2014, moins de douze mois après que la Chine ait interdit le trading de Bitcoin et de cryptomonnaies ensuite de manière générale, le pays a créé un institut de recherche dont le seul objectif était de comprendre et de développer une stratégie pour améliorer la monnaie traditionnelle du yuan chinois en utilisant la technologie blockchain. Le centre de recherche a travaillé pendant quatre ans sur le développement de la technologie pour arriver à l’introduction officielle du projet de yuan numérique et son annonce dans le monde entier.

Le projet a été annoncé pour la première fois au public chinois lors d’une conférence de presse du président de la Banque populaire de Chine (PBoC), Zhou Xiaochuan, en 2018. Une fois l’annonce faite, il fallait ensuite mettre en œuvre le projet ce qui n’est pas une mince affaire pour ce grand pays de 1,4 milliard d’habitants. Les travaux qui ont suivi ont été lents et peu aboutis.

Les experts affirment que ce long développement était dû aux fondements décentralisés et anti-réglementaires de la technologie blockchain et des cryptomonnaies ce qui est l’antithèse même des principes de la monnaie nationale chinoise. Le yuan, ou renminbi (RMB), est actuellement entièrement contrôlé par l’État, pour protéger la Chine des chocs économiques. La blockchain est un système qui quant à elle permet des transactions en dehors des contrôles réglementaires. Régler ces contradictions n’est pas aisé.

Le projet de première monnaie numérique nationale au monde a néanmoins accéléré sa vitesse de développement au deuxième semestre de 2019, lorsque Facebook a officiellement annoncé la création de sa monnaie virtuelle, Libra (qui arrive en janvier 2021 sous le nom de Diem et sous une forme moins ambitieuse que celle prévue). L’augmentation soudaine de la productivité de la Chine a été motivée par un nouveau concurrent majeur, bien que Facebook soit interdit en Chine (seul le réseau social est interdit et non ses autres activités notamment publicitaires).

Le 14 avril 2020, le projet de monnaie numérique nationale créé par la PBoC a vu ses essais médiatisés grâce à une capture d’écran d’ordinateur partagée sur internet et montrant le yuan numérique accessible dans quelques districts chinois. Fin juin 2020, la PBoC a annoncé que la Chine avait presque terminé la phase de développement du logiciel.

Pourquoi une monnaie numérique et pourquoi maintenant ?

Pourquoi ce pays, avec son système de marché socialiste complexe, voudrait-il construire une monnaie numérique ?

Pour répondre à la question, il est essentiel de jeter un œil aux réserves de change de la Chine. En juillet 2020, la Chine détenait une réserve de devises étrangères d’environ 3,15 milliards de dollars américains, le plus grand détenteur au monde. Environ 60% des réserves de change mondiales et environ 40% des paiements internationaux sont en dollars américains.

Comparaison des réserves de change étrangères détenues en 2018

En outre, la Chine cherche à étendre la portée internationale du yuan et à disposer d’une infrastructure accessible, fiable et souveraine qu’elle puisse contrôler pour ses transferts transfrontaliers. Cela rendrait le yuan plus liquide à l’international. L’initiative des nouvelles routes de la soie fait également partie de ce projet géopolitique global avec une expansion des réseaux commerciaux mondiaux de la Chine en Asie, en Europe et en Afrique. Actuellement, la plupart des virements électroniques réglementés effectués depuis ou vers la Chine sont effectués via SWIFT ou CHIPS. C’est un problème pour la Chine, puisque CHIPS (Clearing House Interbank Payments System Universal Identifier) est une société américaine tandis que SWIFT, une organisation internationale prétendument neutre, a principalement des citoyens américains pour directeurs.

Il n’est pas surprenant que la Chine veuille se distancier des institutions américaines vu les tensions avec les États-Unis et l’escalade de la guerre commerciale.

Les cryptomonnaies Bitcoin et Tether – Une menace contre le contrôle des capitaux chinois

En à peine un an, de 2019 à 2020, 50 milliards de dollars ont quitté la Chine sous forme de cryptomonnaies Bitcoin et Tether vers d’autres pays.

Comme mandaté par la Banque centrale de Chine, tout citoyen ou résident vivant sur le continent ne peut transférer que 50 000 USD à l’étranger par an. Cette politique s’accompagne de plusieurs obstacles pour les familles riches et les grandes entreprises chinoises. Elles auraient ainsi souvent recours à des méthodes compliquées et en passant souvent le marché noir pour envoyer leur argent vers d’autres pays.

Avec l’émergence rapide des classes moyennes et supérieures qui cherchent à élargir leurs horizons d’investissement dans un nouveau marché international florissant, les cryptomonnaies offrent une possibilité d’investissement aux actifs liquides et mondiaux. Les investisseurs chinois achètent les actifs via des services spécialisés et les envoient de manière anonyme à des sociétés de cryptoactifs en dehors de la Chine, moyennant des frais modestes par rapport aux marchés noirs des devises. Les transactions de cryptomonnaie, en particulier via le Bitcoin, l’Ethereum et le Tether, sont en fait un grand danger pour le pouvoir communiste.

La diminution des réserves de devises due à la sortie des capitaux et l’augmentation de l’instabilité que cela entraîne pour leur économie sont une problématique cruciale. Le yuan numérique est donc le système transactionnel géré par l’état adapté pour reprendre tout simplement le contrôle des capitaux.

Comment le yuan numérique affecte le Bitcoin, l’Ethereum et le Tether

Suite à l’interdiction des échanges de Bitcoin en Chine, la population s’est tournée vers d’autres cryptomonnaies et notamment le Tether (USDT) en tant que cryptomonnaie alternative pour investir les capitaux en dehors de la Chine.

La Chine représenterait à elle seule plus de 60% de tout le volume des échanges de Tether sur le marché de la cryptographie ; environ 10 milliards de dollars américains au premier semestre de 2019. À titre de comparaison, le marché américain ne représente que 450 millions de dollars américains de tous les USDT échangés au cours de cette période.

Comparaison du volume des transactions Tether (USDT)

Cet énorme volume de transactions en provenance de Chine est également une excellente nouvelle pour la popularité de l’Ethereum, puisque l’USDT est un jeton basé sur la blockchain Ethereum.

Il convient également de noter que la monnaie numérique de la banque centrale chinoise pourrait avoir le contrecoup totalement inverse, c’est-à-dire inciter davantage de résidents à adopter le Bitcoin, le Tether et pourquoi pas l’Ethereum (qui est la deuxième cryptomonnaie majeure après le Bitcoin) qui ne se sont peut-être pas déjà tournés vers les cryptoactifs.

Alors que le yuan numérique tente de réglementer ce marché trop flexible, ceux qui ne sont pas encore familiarisés avec les avantages des actifs numériques pourraient avoir la soudaine envie de migrer vers des alternatives décentralisées avec moins de surveillance étatique. Avec un intérêt toujours plus grand de la population chinoise, il est probable que les cryptomonnaies en question subissent un resserrement des réglementations.

L’avenir du yuan numérique et des cryptomonnaies

L’émergence officielle du yuan électronique par la Chine sera une étape majeure pour le monde des cryptomonnaies et des actifs numériques.

Contrairement à ce que je disais dans cette vidéo, je ne suis plus certain de l’efficacité réelle des Etats à mettre à mal les cryptomonnaies, et notamment le Bitcoin, en tout cas à court terme. Compte tenu des objectifs idéologiques officiels et non officiels de la Chine, nous ne savons toujours pas quel genre d’impact aura sa monnaie électronique sur l’économie nationale et mondiale. Mais une chose est sûre, la Chine a compris qu’il ne sert à rien de mener une guerre frontale contre la technologie blockchain. L’interdire officiellement ne suffit plus : il vaut mieux plutôt de l’utiliser pour promouvoir ses propres objectifs stratégiques de pouvoir étatique. Et c’est exactement ce qui est en train de se passer également chez nous : des monnaies virtuelles à venir contrôler par les banques centrales pour bloquer la fuite massive à venir des capitaux des citoyens occidentaux.

Il est fortement probable que ces tendances entraîneront de nouvelles entrées dans les cryptoactifs non étatiques et une augmentation des volumes d’échange particulièrement vers le Bitcoin, l’Ethereum et le Tether.

Sans parler des milliers d’autres cryptoactifs.

Franck Pengam

La Chine met en place un énorme système de géo­-ingénierie

Modification artificielle des conditions météorologiques

Le gouvernement chinois a annoncé qu’il prévoit d’augmenter considérablement son utilisation de technologies qui modifient artificiellement le climat.

La technologie d’ensemencement des nuages, ou des systèmes qui peuvent projeter des molécules d’argent dans le ciel pour provoquer la condensation et la formation de nuages, existe depuis des décennies, et la Chine y a fréquemment recours. Mais aujourd’hui, CNN rapporte que la Chine veut augmenter la taille totale de sa zone d’essai de modification du climat à 5,5 millions de miles carrés d’ici 2025 – une augmentation énorme, et une zone plus grande que celle de tout le pays de l’Inde, ce qui pourrait affecter l’environnement à une échelle gigantesque et provoquer des conflits avec les pays voisins.

Plus particulièrement, la Chine et l’Inde partagent une frontière très contestée sur laquelle elles se sont violemment affrontées dernièrement, comme l’a déjà rapporté CNN. L’agriculture indienne dépend d’une saison de mousson qui est déjà devenue imprévisible en raison du changement climatique, ce qui fait craindre aux experts du pays que la Chine utilise sa capacité à contrôler les pluies et les chutes de neige comme une arme.

Le manque de coordination des activités de modification du climat pourrait conduire à des accusations de “vol de pluie” entre régions voisines”, concluent des chercheurs de la National Taiwan University dans un article publié dans Geoforum en 2017.

Par le passé, la Chine a utilisé sa technologie de modification météorologique pour semer des nuages bien avant de grands événements comme les Jeux olympiques de 2008 et les réunions politiques, afin que les événements eux-mêmes se déroulent sous un ciel dégagé.

Mais cette expansion envisagée du système signifie que d’autres pays peuvent être soumis à des aléas météorologiques.

Certains experts ont estimé que le succès de la modification du climat pourrait amener la Chine à adopter des projets de géo-ingénierie plus ambitieux, d’autant plus que le pays souffre aussi des effets du changement climatique. Des solutions radicales telles que l’ensemencement de l’atmosphère avec des particules réfléchissantes pourraient théoriquement aider à réduire les températures, mais pourraient également avoir des conséquences majeures imprévues, et de nombreux experts appréhendent ce qui pourrait arriver si un pays expérimentait de telles techniques.

Bien que la Chine n’ait pas encore montré de signes de déploiement “unilatéral” de projets de géo-ingénierie sur le terrain, l’ampleur de ses projets de modification du climat et autres projets d’ingénierie massifs, y compris les méga-barrages, suggère que la Chine est prête à déployer des projets de géo-ingénierie à grande échelle pour faire face aux impacts du changement climatique et atteindre ses objectifs de Paris.

La Chine prétend avoir atteint la suprématie quantique

Une équipe de chercheurs de l’Université des sciences et des technologies de Chine vient de revendiquer la suprématie quantique, rapporte Wired.

Google a été le premier à revendiquer la suprématie quantique en octobre 2019 avec son ordinateur quantique Sycamore qui a effectué un calcul lié à la génération de nombres aléatoires en seulement 200 secondes – une tâche qui aurait pris 10 000 ans au plus puissant superordinateur du monde, selon le géant de la technologie.

Selon l’article publié dans la revue Science, l’équipe chinoise affirme que son système, appelé Jiuzhang, a réalisé en trois minutes un calcule qui aurait pris deux milliards d’années à un puissant superordinateur.

L’équipe chinoise était dirigée par Jian-Wei Pan, dont l’importante équipe de recherche a bénéficié d’un plan du gouvernement chinois visant à renforcer sa position dans le domaine de la technologie quantique. Leurs réalisations comprennent la démonstration de l’utilisation du cryptage quantique sur des distances record, notamment l’utilisation d’un satellite spécialement conçu pour les communications quantiques afin de sécuriser un appel vidéo entre la Chine et l’Autriche. Le cryptage fondé sur la mécanique quantique est théoriquement inviolable, bien qu’en pratique on puisse encore le subvertir.

A photo of the Jiuzhang light-based quantum computer prototype Photo: courtesy of University of Science and Technology of China

Il existe des différences frappantes entre les deux systèmes quantiques.

Le processeur Sycamore de Google utilise des circuits quantiques qui comprennent des métaux supraconducteurs qui doivent être cryogénisés à des températures extrêmement basses.

Tandis que le processeur de l’équipe chinoise manipule des photons, des particules de lumière qui ne nécessite pas de surrefroidissement. Cela introduit des limites : le prototype photonique n’est pas facilement reprogrammable pour effectuer des calculs différents. Ses paramètres ont en effet été codés en dur dans ses circuits optiques. Ce qui signifie que le système a été conçu dès le départ pour effectuer ce calcul particulier.

L’informatique quantique n’en est qu’à ses débuts. Les ingénieurs n’ont pas encore trouvé d’utilisation pratique et utile. Et les ordinateurs quantiques sont aussi très instables et fragiles.

Mais le fait de se lancer dans des calcules qui dépassent les capacités des ordinateurs conventionnels et avec des architectures radicalement différentes est prometteur.

La Chine a soutenue secrètement les bébés génétiquement modifiés

Fin 2018, le monde scientifique a été secoué par la nouvelle qu’un scientifique chinois nommé He Jiankui avait secrètement créé les premiers bébés humains génétiquement modifiés au monde.

Dans un nouveau livre intitulé “The Mutant Project : Inside the Global Race to Genetically Modify Humans“, tel qu’il a été examiné par le Wall Street Journal, l’anthropologue Eben Kirksey a examiné l’impact de ces études choquantes.

Un point alarmant à retenir : Il avait de nombreux partisans et collaborateurs. Il a même obtenu le soutien de plusieurs responsables clés du Parti communiste au cours de ses premiers travaux, a révélé Kirksey, et ses expériences étaient un “secret de polichinelle” dans la communauté universitaire.

Dans une certaine mesure, ce n’est pas surprenant. En février 2019, STAT a signalé que la Chine avait probablement financé une partie de ses recherches. Et nous savions aussi qu’un groupe de scientifiques internationaux avait été au courant de ses travaux.

Mais ce soutien n’a pas duré. Il a disparu peu de temps après que ses expériences aient attiré l’attention internationale, le gouvernement chinois s’étant rapidement distancé de ses travaux, le dépeignant comme un scientifique devenu “voyou”. Il a été condamné à trois ans de prison en décembre 2019.

La communauté scientifique a également rapidement dénoncé ses travaux, qui visaient à conférer aux bébés une immunité contre le VIH, ses collègues affirmant qu’He Jiankui avait fait des économies et aurait même falsifié les examens éthiques de ses expériences.

Dans l’ensemble, le consensus est qu’il est bien trop tôt pour dire quelles sont les ramifications à long terme du bricolage du code génétique dans des embryons humains vivants.

D’autres études ont déjà montré que l’édition génétique peut effectivement induire des changements indésirables dans les embryons humains. Une étude d’octobre, par exemple, a révélé qu’une petite modification visant à réparer un gène dans des embryons humains pour traiter la cécité héréditaire a entraîné l’élimination de grandes parties d’un chromosome entier.

Dans son livre, Kirksey soutient qu’il est peut-être trop tard pour arrêter complètement la recherche sur l’édition génétique – mais il reste à savoir combien de temps il faudra pour que les effets de ces tentatives soient ressentis par la population en général.

Alors pourquoi se donner du mal ? Dans ce livre, Kirksey aborde également les pressions sociétales sous-jacentes qui peuvent conduire au désir d’éliminer les maladies par modification génétique – et, éventuellement, de concevoir des bébés dont les gènes ont été modifiés pour qu’ils soient plus intelligents, plus forts ou en meilleure santé.

The Wall Street Journal