Les monnaies numériques : le summum de l’asservissement financier

Les banques centrales du monde veulent abolir les espèces

La Banque des règlements internationaux et sept banques centrales, dont la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne et la Banque d’Angleterre, ont publié un rapport énonçant certaines exigences clés pour les monnaies numériques des banques centrales, ou CBDC (Central Bank Digital Currency).

Les recommandations établies par les banques centrales précisent que les CBDC complètent, « mais ne remplacent pas », les espèces et autres formes de monnaie à cours légal. Elles auront plutôt un rôle de soutien à la stabilité monétaire et financière. Les banquiers centraux ont déclaré que les monnaies numériques devraient également être sécurisées, de manière aussi bon marché que possible, voire gratuites, pour être utilisées par tous et jouer un rôle approprié pour le secteur privé.

Le rapport sur les CBDC intervient alors que diverses banques centrales du monde entier étudient en profondeur la mise en place de leurs propres monnaies numériques respectives. La blockchain, la technologie qui sous-tend les crypto-monnaies telles que le bitcoin, a été présentée comme une solution potentielle. Les cryptomonnaies ayant fait l’objet de rapports et d’examens approfondis pendant ces dernières années de la part des banquiers centraux, beaucoup craignent encore d’ouvrir la porte à des activités illicites telles que le blanchiment d’argent. Des technologies sécurisées devront être mises en place ce qui nécessitera quelques années avant une mise en place définitive.

En Chine, où les portefeuilles numériques comme Alipay et WeChat Pay ont été largement adoptés, la banque centrale s’est associée à une poignée d’entreprises du secteur privé pour tester une monnaie électronique unique sur laquelle elle travaille depuis des années. Le fameux yuan numérique, j’y reviendrai dans de prochains articles. La banque centrale suédoise, qui n’appartient pas à la zone euro, travaille également avec le cabinet de conseil Accenture pour tester sa proposition de monnaie virtuelle « e-krona ».

L’euro numérique

Un euro numérique rendrait nos paiements quotidiens plus rapides, plus simples et plus sécurisés. Génial non ?

Le vendredi 2 octobre dernier, la Banque centrale européenne a annoncé qu’elle commencerait à mener des expériences pour décider de lancer ou non un euro numérique. Dans un rapport exposant les avantages et les inconvénients du lancement d’un euro numérique, la BCE a déclaré qu’elle « pourrait soutenir les objectifs de l’Eurosystème en offrant aux citoyens une forme d’argent sécurisée dans un monde numérique en rapide évolution ». Cela signifie préserver la capacité de déposer et de retirer des fonds numériques à volonté sur nos comptes européens et permettre aux banques d’éviter la gestion des espèces, qui reste une problématique souvent difficile à gérer avec leurs clients (retraits ou dépôts conséquents, origine des fonds, non-traçage des transactions, compliance…).

Cette numérisation des monnaies en réflexion dans le monde entier est à la mode. Pour la BCE, comme pour les autres banques centrales, cette tendance n’est qu’une tentative pour empêcher les populations de thésauriser du papier-monnaie, évitant ainsi de probables futurs taux bancaires négatifs. En effet, personne de sain d’esprit n’épargnerait de l’argent dans une banque pour « gagner » un taux d’intérêt de -0,50% (oui c’est plutôt une perte). Cette énième taxe serait plus qu’illégitime et particulièrement pour les Français qui croulent sous les impôts.

En outre, la BCE constate qu’environ 54% des paiements totaux restent en cash et 79% des achats réalisés en magasin de la zone euro sont toujours des transactions en espèces. Le cash représente donc plus de la moitié de la valeur totale de tous les paiements et la BCE ainsi que tous les banquiers apprécieraient avoir une trace de chacune de ces transactions. Vous comprenez, les terroristes utilisent les espèces, ce sont des mesures pour vous protéger !

À terme, la BCE décidera si elle doit procéder à la création du fameux euro numérique d’ici là mi-2021. Il a de fortes chances d’émerger, car il est très avantageux pour les banques d’obtenir et contrôler les données personnelles et financières de tous les Européens et supprimer la pesante gestion du cash.

Il ne faut pas confondre les monnaies numériques d’État et les monnaies numériques privées comme la Libra de Facebook ou les cryptomonnaies comme le Bitcoin. L’euro numérique serait un passif de la Banque centrale européenne et compléterait l’offre actuelle de liquidité. Sa valeur ne serait donc pas volatile comme une monnaie privée parce qu’elle serait adossée à la légitimité et à l’autorité de la banque centrale.

On peut même penser que la BCE, et ses équivalentes dans le monde, puissent mettre en place les monnaies numériques pour renforcer leur devise respective et éviter la fuite des capitaux. Effectivement, la banque de Christine Lagarde a souligné dans son rapport que les institutions et infrastructures financières sont « de plus en plus menacées » par un large éventail de risques extrêmes, allant de la solvabilité à la sécurité des transactions, alors que la proportion de services de paiements numérisés augmente. Ces risques peuvent entraîner des pannes des systèmes de paiement par carte, des services bancaires en ligne et des retraits d’espèces aux guichets automatiques qui pourraient « affecter considérablement les paiements de détail et s’éroder ». Selon elle, ceci amènerait une baisse confiance dans le système financier en général (sans rire). L’euro numérique est donc une réponse fournissant ainsi « un éventuel mécanisme de contingence pour les paiements électroniques qui pourrait rester utilisé même lorsque les résolutions privées ne sont pas disponibles », selon le rapport.

La BCE n’a même pas besoin d’attendre la prochaine crise pour programmer une refonte monétaire sans précédent ; le passage du papier-monnaie au tout numérique est un changement structurel majeur qui mettra du temps à se mettre en place, plus longtemps que le yuan chinois qui peut être imposé beaucoup plus vite à cause de la structure d’État non démocratique.

« Une conception qui offre ces fonctionnalités peut promouvoir des paiements plus résilients, efficaces, inclusifs et innovants », selon Benoit Coeure, ancien responsable de la Banque centrale européenne qui dirige désormais les efforts d’innovation de la BRI. Tout un programme.

Une crypto yuan adossée à l’or ?

L’empire du Milieu est le plus avancé sur sa monnaie numérique et va même peut-être plus loin. Un négociant en métaux précieux à Londres, Andrew Maguire, a signalé que la Chine contournait les banques de la London Bullion Market Association à Londres, qui ne peut plus fournir assez de métal jaune pour ses besoins. Le Parti communiste chinois achète ainsi de l’or non raffiné directement auprès des mines d’Afrique et d’Amérique du Sud. Cela leur évite au passage de se faire remarquer dans les rapports de données d’exportation classiques. Maguire soupçonne carrément que le pays pourrait soutenir le yuan avec de l’or et pourquoi pas avec une fixation de prix et une parité fixe. Sachant que la Chine est l’une des rares économies avancées à connaître une croissance cette année, son positionnement dans l’économie internationale de demain va être crucial.

Franck Pengam

BNP Paribas va lancer une CB biométrique en France

Selon Le Parisien, BNP Paribas devrait lancer une nouvelle carte bancaire biométrique incluant les technologies de Fingerprint Cards et Thales. Les détenteurs de cette carte n’auront plus besoin de taper leur code. La carte de paiement biométrique sera proposée aux détenteurs des cartes Premier ou Gold de la banque.

Jean-Marie Dragon, responsable monétique et paiements innovants chez BNP Paribas, a déclaré au Parisien qu’un premier lot de 10 000 à 15 000 cartes biométriques Visa Premier sera proposé cet automne. Le coût des cartes n’a pas été divulgué.

crédit: Le Parisien

D’autres banques française se lancent dans l’aventure de la carte bancaire biométrique : le Crédit Agricole Touraine et Poitou prévoit de lancer des cartes de paiement à empreintes digitales avant la fin de l’année et des tests sont toujours en cours à la Société Générale.

Les paiements par carte représentent 60 % de toutes les transactions en France selon l’Observatoire CB du Groupement Cartes bancaires, et la demande pour la technologie sans contact n’a fait qu’augmenter avec les inquiétudes concernant la transmission du COVID-19 à travers les surfaces partagées.

Johan Carlström, président du conseil d’administration et ancien PDG de Fingerprint Cards, a déclaré que le rapport Nilson prévoit que 29 milliards de cartes de paiement seront en circulation d’ici la fin 2023. Avec un délai de remplacement de deux à trois ans, cela signifie que le marché potentiel des cartes de paiement biométriques pourrait dépasser les 10 milliards par an, et Carlström affirme que la plupart, sinon la totalité, des cartes de paiement utiliseront la biométrie à terme.

Un demi-milliard de personnes luttent pour trouver un travail rémunéré

Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) des Nations unies, près d’un demi-milliard de personnes dans le monde luttent pour trouver un travail rémunéré, enfermant les individus dans la pauvreté et alimentant des niveaux d’inégalité accrus.

Alors que les dirigeants mondiaux se rendent en avion dans la station de ski Suisse de Davos pour exprimer leurs inquiétudes face aux inégalités et à la crise climatique, l’OIT indique que plus de 473 millions de personnes dans le monde n’ont pas les possibilités d’emploi suffisantes pour répondre à leurs besoins.

L’étude montre également que le chômage mondial va augmenter pour la première fois en dix ans, car le ralentissement de la croissance économique dans le monde entraîne une augmentation du nombre de personnes sans emploi d’environ 2,5 millions pour atteindre plus de 190 millions.

Ce rapport intervient après que les Nations unies aient déclaré la semaine dernière que les tensions commerciales risquaient d’entraîner une baisse de la croissance mondiale cette année, dans un développement qui ferait dérailler les efforts internationaux de lutte contre la pauvreté dans les pays à faible revenu et détournerait l’attention de la tâche de décarbonisation de l’économie mondiale.

L’accès à un travail rémunéré n’est pas une garantie de travail décent.

Sur une population en âge de travailler de 5,7 milliards de personnes dans le monde, l’OIT a constaté que pas moins de 165 millions de personnes avaient un emploi, mais étaient incapables de trouver un travail avec un nombre d’heures rémunérées suffisant pour répondre à leurs besoins. Elle a également constaté que 119 millions de personnes supplémentaires avaient soit abandonné la recherche active d’un emploi, soit n’avaient pas accès au marché du travail en raison de leur situation personnelle. Outre les personnes officiellement classées comme chômeurs, environ 473 millions de personnes sont concernées dans le monde entier.

Appelant à des efforts urgents pour assurer que tous les types de travail rémunéré soient également de qualité décente, Guy Ryder, le directeur général de l’OIT, a déclaré : “Pour des millions de gens ordinaires, il est de plus en plus difficile de se construire une vie meilleure grâce au travail.

“Les inégalités et l’exclusion persistantes et importantes liées au travail les empêchent de trouver un travail décent et un meilleur avenir. C’est un constat extrêmement grave qui a des implications profondes et inquiétantes pour la cohésion sociale”.

https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2020/01/intv-oit_precarite-emploi_stefan-kuhn.mp3?_=1

“A cause de la sous-utilisation de la main-d’œuvre et des emplois de mauvaise qualité, nos économies et nos sociétés passent à côté des bénéfices potentiels que représente ce vaste réservoir de talents humains”, affirme l’auteur principal du rapport, Stefan Kühn. “Nous ne trouverons une voie de développement durable et inclusive qu’en nous attaquant à ces inégalités sur le marché du travail et en favorisant l’accès au travail décent.”

Dans une évaluation brutale des risques liés au sous-emploi, l’OIT a déclaré que le manque d’emplois productifs et bien rémunérés signifiait que plus de 630 millions de travailleurs dans le monde vivaient dans une pauvreté extrême ou modérée avec des revenus inférieurs à 3,20 $ (2,90 €) par jour. Malgré une tendance progressive à la réduction des niveaux de pauvreté dans le monde, ces personnes n’ont pas de revenus suffisants pour échapper à la misère.

Pour aller plus loin : L’Observatoire des inégalités publie le troisième « Rapport sur les inégalités en France »

Les 10 principales tendances technologiques pour 2020

Les 10 principales tendances du rapport Gartner mettent en évidence les tendances que les entreprises doivent prendre en compte dans le cadre de leur processus de planification technologique stratégique quinquennal. Ces tendances ont un impact profond sur les gens et les espaces qu’ils habitent.

Les tendances technologiques stratégiques peuvent à la fois créer des opportunités et provoquer des perturbations importantes. Les leaders de l’architecture d’entreprise et de l’innovation technologique doivent évaluer ces grandes tendances afin de déterminer comment les combinaisons de tendances peuvent renforcer leur stratégie d’innovation.

Les 10 principales tendances stratégiques en matière de technologies pour 2020 sont organisées en deux catégories : les espaces axés sur les personnes et les espaces intelligents. Il s’agit d’une organisation non structurée dont le but est de faire connaître l’impact principal et la manifestation de la tendance. Cependant, presque toutes les tendances auront un impact sur les concepts de personnes et les espaces intelligents.

Centré sur les gens :

* L’hyper-automation porte sur l’application de technologies de pointe, y compris l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine, afin d’automatiser de plus en plus les processus et d’augmenter les ressources humaines.
* La multiexpérience traite de la façon dont les gens perçoivent, interagissent et contrôlent le monde numérique à travers une large gamme d’appareils et de points de contact sensoriels.
* La démocratisation explore comment créer un modèle simplifié permettant aux gens de consommer des systèmes numériques et de puiser dans une expertise automatisée au-delà de leur formation ou de leur expérience.
* L’augmentation humaine explore comment les humains sont physiquement et cognitivement augmentés par ces systèmes.
* La transparence et la traçabilité se concentrent sur les défis de la confidentialité des données et de l’éthique numérique et sur l’application de la conception, des principes opérationnels et des technologies pour accroître la transparence et la traçabilité afin de renforcer la confiance.

Espaces intelligents :

* Empowered Edge, l’Edge Computing ou “traitement des données à la périphérie” souligne la façon dont les espaces autour de nous sont de plus en plus peuplés par des capteurs et des dispositifs qui connectent les personnes les unes aux autres et aux services numériques.
* Le cloud distribué examine une évolution majeure du Cloud Computing où les applications, plates-formes, outils, sécurité, gestion et autres services sont en train de passer physiquement d’un modèle de centre de données centralisé à un modèle dans lequel les services sont distribués et fournis quand le besoin se fait sentir. Le point de besoin peut s’étendre aux centres de données clients ou jusqu’aux dispositifs de bord.
* Les objets autonomes explorent comment les choses physiques dans les espaces autour des personnes sont améliorées avec de plus grandes capacités pour percevoir, interagir, déplacer et manipuler ces espaces avec différents niveaux de guidage humain, d’autonomie et de collaboration.
* La Blockchain dans la pratique se concentre sur la manière dont la blockchain peut être exploitée dans des cas d’utilisation concrets d’entreprises, en expansion au cours des trois à cinq prochaines années.
* La sécurité de l’IA traite de la réalité de la sécurisation des systèmes alimentés par l’IA qui sont à l’origine des tendances centrées sur les personnes.

Tendance n° 4 : Augmentation humaine

L’augmentation humaine fait référence à l’amélioration des capacités humaines grâce à l’utilisation de la technologie et de la science. Les humains ont toujours utilisé la technologie et la science de cette manière.

Même avant l’introduction de l’ordinateur, des technologies telles que la machine à écrire, la photocopieuse et la presse à imprimer augmentaient la capacité humaine à créer, copier et publier du texte. Les lunettes, les appareils auditifs et les fausses dents sont tous des exemples historiques d’augmentation humaine.

L’ère de l’informatique a ajouté de nouvelles dimensions à l’augmentation humaine. Le traitement de texte, la publication assistée par ordinateur, les pages Web, les blogs et les médias sociaux élargissent considérablement notre capacité à créer et à publier du texte.

Avec l’émergence de nouvelles technologies telles que l’IoT, l’IA, les haut-parleurs intelligents et la réalité virtuelle issus de l’informatique, et les technologies telles que CRISPR provenant de la science biologique, de nouvelles possibilités en matière d’augmentation humaine apparaissent.

L’augmentation humaine explore comment la technologie peut être utilisée pour apporter des améliorations cognitives et physiques en tant que partie intégrante de l’expérience humaine. Au lieu que les ordinateurs et les applications soient en dehors de l’expérience humaine normale, ils deviennent un élément naturel – et parfois nécessaire – de l’expérience humaine quotidienne.

En outre, l’augmentation humaine inclut également des facteurs de la bio-ingénierie qui vont au-delà de l’exploitation des ordinateurs et des applications. Nous sommes déjà sur ce chemin dans une certaine mesure. Pour beaucoup de gens, les smartphones sont un outil essentiel et un compagnon constant. Les réseaux sociaux et les connexions électroniques tels que le courrier électronique sont devenus un lien primordial entre les personnes. Les produits pharmaceutiques ont augmenté l’homme bien avant l’avènement des ordinateurs.

L’augmentation humaine est un excellent exemple d’innovation combinatoire qui regroupe de nombreuses tendances, notamment :

* L’hyper-automation et le développement de systèmes experts pour démocratiser l’accès aux compétences au-delà de l’expérience et de la formation actuelles.
* L’Edge Computing et les objets autonomes, qui existent dans les espaces autour des humains et augmentent leurs capacités.

Augmentation cognitive et physique

L’augmentation humaine influe sur la façon dont nous nous déplaçons, percevons et interagissons dans les espaces physiques et numériques, ainsi que sur la façon dont nous traitons, analysons et stockons les informations. L’augmentation peut être globalement catégorisée en catégories physique et cognitive, bien que les limites entre elles se brouillent avec le temps.

L’augmentation physique améliore les capacités humaines en modifiant leurs capacités physiques inhérentes en implantant ou en hébergeant un élément technologique dans leur corps. Les secteurs de l’automobile, des mines, du pétrole et du gaz et d’autres industries utilisent des dispositifs portables pour améliorer la sécurité des travailleurs. Les appareils vestimentaires stimulent également la productivité sur le lieu de travail dans des secteurs tels que la vente au détail, les voyages et les soins de santé. L’augmentation physique comprend également l’utilisation de la biologie ou d’autres moyens pour modifier le corps humain.

Dans certains cas, l’augmentation physique remplace une capacité humaine perdue par un individu (par exemple une jambe prothétique); mais, dans certains cas, ces capacités de remplacement peuvent dépasser les capacités humaines naturelles.

L’augmentation physique peut être envisagée selon plusieurs dimensions :

Augmentation sensorielle – Audition, vision et autres dispositifs d’augmentation ou implants pour améliorer la perception. La réalité virtuelle, augmentée et mixte est un exemple actuel d’augmentation sensorielle. Dans le secteur des technologies émergentes, diverses entreprises expérimentent des lentilles de contact intelligentes pour détecter les niveaux de glucose dans les larmes et la pression intra-oculaire. Les chercheurs expérimentent également la mise au point d’un “nez électronique” imitant un nez humain.

Augmentation des organes et des fonctions biologiques – L’utilisation d’exosquelettes et de prothèses pour remplacer ou améliorer ces capacités est un domaine élargi de l’augmentation humaine. L’augmentation chirurgicale des yeux a été populaire auprès des golfeurs professionnels. Les implants cochléaires peuvent remplacer les nerfs auditifs non fonctionnels, et une technologie similaire a été utilisée pour reproduire les yeux. L’industrie cosmétique est leader dans l’amélioration des ongles, des cheveux, des yeux et de la forme des parties du corps en utilisant des implants passifs. On peut soutenir que l’industrie pharmaceutique augmente les fonctions biologiques humaines depuis des années. Les nootropiques font référence à l’utilisation de substances naturelles ou synthétiques qui peuvent améliorer les capacités mentales, bien que l’utilisation de ces substances en dehors d’un traitement pour une condition médicale spécifique soit très controversée.

Augmentation du cerveau – Il existe actuellement des implants tels qu’un stimulateur du nerf vague pour traiter les convulsions. Les implants cérébraux sont explorés pour diverses utilisations, notamment le stockage de la mémoire et les implants cérébraux pour décoder les schémas neuronaux et synthétiser la parole. Neuralink tente de développer un implant cérébral permettant de connecter le cerveau humain à des réseaux informatiques.

Augmentation génétique – Les thérapies géniques et cellulaires somatiques sont utilisées de nos jours et considérées comme moralement acceptables. Par exemple, la thérapie génique pour traiter les enfants présentant un déficit immunitaire combiné sévère est un traitement accepté. À l’avenir, la facilité d’accès aux technologies CRISPR et leur faible coût peuvent permettre un vaste génie génétique, bien que les questions éthiques soient importantes.

La cognition est le processus par lequel les humains acquièrent des connaissances grâce à des informations sensorielles, les expériences de vie, l’apprentissage et la réflexion sur ces informations, cette expérience et cette éducation. Les compétences cognitives sont utilisées pour comprendre, traiter, mémoriser et appliquer l’information afin de prendre des décisions et de prendre des mesures. L’augmentation cognitive améliore la capacité de l’être humain à penser et à prendre de meilleures décisions.

L’augmentation cognitive peut se produire par l’accès à l’information et l’exploitation d’applications sur des systèmes informatiques traditionnels et l’émergence d’une interface multiexpérience dans des espaces intelligents. Cela comprend des scénarios d’intelligence augmentée, où les humains et l’intelligence artificielle travaillent ensemble pour améliorer la performance cognitive, y compris la prise de décision et l’apprentissage. En outre, l’augmentation physique qui améliore les sens ou la capacité ou les capacités du cerveau humain alimente de nouveaux modèles d’augmentation cognitive. Cela comprend l’utilisation de médicaments intelligents et d’implants cérébraux pour stocker les souvenirs.

L’augmentation humaine offre la possibilité de réaliser la transformation numérique par la transformation humaine.

Les appareils portables (wearables) sont un exemple d’augmentation physique d’aujourd’hui. Au fur et à mesure que la maturité et l’adoption des technologies portables augmentent, les consommateurs et les employés commenceront à envisager d’autres augmentations physiques pour améliorer leur vie personnelle (c.-à-d. leur santé et leur condition physique) ou pour faire leur travail plus efficacement (c.-à-d. exosquelettes et implants).

Au cours des 10 prochaines années, les niveaux d’augmentation physique et cognitive humaine vont devenir prédominants à mesure que les individus recherchent des améliorations personnelles. Cela créera à son tour un nouvel effet de “consumérisation” dans lequel les employés chercheront à exploiter leurs améliorations personnelles – et même à les étendre – pour améliorer leur environnement de travail. D’ici 2023, 30% des organisations informatiques étendront leurs politiques de BYOD avec “apportez votre propre amélioration” pour prendre en compte les humains augmentés sur le marché du travail.

Aspects culturels et éthiques de l’augmentation humaine

L’augmentation humaine sera l’un des principaux moyens par lesquels les individus interagissent les uns avec les autres et avec les espaces intelligents qui les entourent. Les chefs d’entreprise et les responsables informatiques doivent planifier la manière dont leurs entreprises adopteront, exploiteront et s’adapteront aux changements à venir. Au fur et à mesure que les consommateurs et les employés intègrent une plus grande partie de leur vie dans une augmentation humaine amplifiant l’intelligence, les organisations devront faire face aux problèmes de transparence, de confidentialité et d’autonomie des données.

Lorsqu’elles choisissent des technologies et des méthodologies d’augmentation humaine, les entreprises doivent examiner cinq domaines principaux :

Sécurité. Les technologies d’augmentation humaine doivent atteindre et maintenir un état de risque lié à la sécurité acceptable. Ce risque concerne une surface d’attaque qui n’est plus liée à un dispositif ou à un emplacement physique spécifique, mais qui peut voyager avec le sujet humain.

Vie privée. L’augmentation humaine offre la possibilité d’accéder à des connaissances intimes et à des données relatives à l’humain qu’elle améliore. Ces données doivent être protégées.

Conformité. Les gouvernements et les organismes de réglementation publient fréquemment des réglementations et imposent des exigences de conformité, ce qui rend la conformité extrêmement complexe pour les entreprises mondiales, en particulier parce que les organismes tentent toujours de saisir les implications des technologies d’augmentation humaine.

Impact sur la santé. L’augmentation humaine peut entraîner des conséquences mentales et physiques à long terme qui pourraient ne pas être immédiatement comprises.

Éthique. La mise en œuvre de technologies et de processus d’augmentation humaine pose de graves problèmes d’éthique. Celles-ci incluent des considérations et des évaluations éthiques pour déterminer les vulnérabilités, les risques et les problèmes moraux spécifiques. Par exemple, la fracture numérique se creuse-t-elle au fur et à mesure que les individus nantis peuvent s’augmenter eux-mêmes et leurs enfants, alors que les moins nantis ne le peuvent pas ? Les réponses à ces questions sociétales deviendront de plus en plus importantes.

Les entreprises de tous types et de toutes tailles envisagent l’augmentation humaine pour obtenir divers résultats commerciaux grâce à de nombreux scénarios d’utilisation commerciale avec des horizons temporels différents. Par conséquent, ils doivent prendre en compte les leçons, les recommandations et les principes de l’expérimentation humaine lorsqu’ils commencent intentionnellement à exploiter les capacités d’augmentation humaine pour la transformation humaine.

Les entreprises doivent trouver un équilibre entre deux principes éthiques classiques – préventif et proactif – et adopter ce que Gartner appelle le “principe de précaution” :

Le principe de précaution stipule que “si une mesure ou une politique risque de causer un préjudice grave ou irréversible au public ou à l’environnement, en l’absence d’un consensus scientifique selon lequel il n’y aurait pas de préjudice, la charge de la preuve incombe à ceux qui prennent cette mesure”.

Le principe pro-actionnaire a été formulé par Max More et constitue un principe fondamental du mouvement transhumaniste. Lorsqu’il s’agit d’imposer des mesures restrictives, il présente plusieurs impératifs : “Évaluer les risques et les opportunités en fonction des données scientifiques disponible et non de la perception populaire. Tenir compte à la fois du coûts des restrictions elles-mêmes et des opportunités manquées. Privilégier les mesures proportionnelles à la probabilité et à l’ampleur des impacts et qui ont une valeur d’attente élevée. Protéger la liberté des gens de faire des expériences, d’innover et de progresser.”

Le principe de précaution établit un équilibre entre le principe de précaution et le principe proactif. Il recommande que les organisations aillent de l’avant avec l’innovation, mais uniquement d’une manière qui ne met pas en danger l’individu, l’entreprise ou l’environnement dans son ensemble.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/intelligence-artificielle-dimensions-socio-economiques-politiques-et-ethiques/

L’intelligence artificielle perturbera davantage les cols blancs

Selon la sagesse populaire, la robotique, l’intelligence artificielle et l’automatisation modifieront radicalement le travail des cols bleus et des employés d’usine. En fait, les emplois des cols blancs seront davantage touchés, selon une nouvelle analyse de la Brookings Institution.

Les chercheurs ont examiné le texte du brevet sur l’intelligence artificielle et les descriptions d’emploi, et ont quantifié le chevauchement afin de déterminer les types de tâches et de professions susceptibles d’être touchées.

L’analyse indique que l’intelligence artificielle sera un facteur déterminant dans la vie professionnelle future des managers, des superviseurs et des analystes, en bouleversant toutes sortes d’emplois de cols blancs, allant des cabinets juridiques, aux fonctions marketing, en passant par les éditeurs et la programmation informatique.

Bien que les cols blancs soient susceptibles de supporter une part importante des perturbations causées par l’IA et l’automatisation, ils peuvent avoir plus de facilité à se recycler ou à trouver d’autres débouchés, car ils sont plus susceptibles de vivre en ville ou d’avoir un diplôme universitaire.

L’intelligence artificielle n’est pas encore largement adoptée par les entreprises, malgré l’énorme battage médiatique qui l’entoure. Et bien qu’il y ait eu beaucoup de discussions sur l’impact de l’IA sur l’emploi, on ne sait pas exactement quel en sera l’impact. Nous avons tout vu, des prévisions d’un abattage désastreux de 47 % des emplois aux États-Unis aux affirmations selon lesquelles, en fait, l’IA créera autant d’emplois qu’elle en détruit, sinon plus.

Par conséquent, il est judicieux de considérer cette dernière analyse comme une contribution dans un domaine brûlant plutôt que comme le dernier mot sur le sujet.

Pour aller plus loin :
Comment l’automatisation et l’IA bouleversent l’emploi
Ginni Rometty sur l’avenir du travail et de l’IA
L’IA remplacera 40% des emplois en 15 ans
L’avenir des emplois selon le Forum économique mondial
Comment la technologie affecte les emplois en Asie
Le travail en 2030. L’effet Winner Take All
Quel sera l’impact de l’automatisation sur l’emploi ?
De nombreux emplois menacés par l’IA et les robots d’ici cinq ans
Selon Mark Cuban, l’IA sera à l’origine de la plus grande rupture de ces 30 dernières années dans le monde du travail
Bill Gates : le robot qui prend votre travail devrait payer des impôts
Stephen Hawking : l’automatisation et l’IA vont décimer les emplois de la classe moyenne
Vinod Khosla : « 80% des emplois informatiques peuvent être remplacés par l’automatisation
Rapport de l’ONU : les robots vont remplacer les deux tiers des emplois dans les pays en développement
850 000 emplois supplémentaires vont être automatisés d’ici 2030 au Royaume-Uni
L’intelligence artificielle et l’automatisation : seulement 1,5 % des emplois perdus pourraient être remplacés par les emplois créés
ING Focus Belgique – les emplois les plus « robotisables » (PDF)
L’évolution de l’intelligence artificielle pourrait sonner le glas de nombreuses professions
La Banque d’Angleterre et Bank of America Merrill Lynch annoncent une apocalypse de l’emploi
Des robots pour remplacer les juges ?
Ross, le premier avocat Robot du monde
Automatisation : environ 114.000 emplois juridiques seront perdus soit 39% des emplois dans le secteur

Un nouvel avion militaire chinois ressemble à un OVNI

Les images d’une exposition aéronautique en Chine montrent un nouvel avion militaire chinois qui ressemble étrangement à une soucoupe volante d’un film d’époque sur les OVNI.

La semaine dernière, des photos ont commencé à circuler en ligne sur un engin avec une coque extérieure d’aspect extra-terrestre et un cockpit central. Vendredi, le journal chinois Global Times avait apparemment confirmé que le véhicule était un hélicoptère d’attaque expérimental, surnommé Great White Shark, qui pourrait voler dès 2020.

Une analyse détaillée du projet par The Drive – y compris la traduction d’une affiche qui accompagnait l’embarcation à l’exposition – soutient que le véhicule génère probablement de la portance en utilisant un rotor de 16 pieds qui est blindé par sa coque extérieure, tandis que deux moteurs à réaction fournissent la poussée avant.

The Drive souligne également que l’engin futuriste n’est pas le premier à présenter une conception circulaire ressemblant à une soucoupe – bien que les sous-traitants militaires aient eu du mal à rendre le concept pratique sur le champ de bataille.

Une chose est sûre : le concept montre que la Chine, à l’instar des États-Unis, tente de déterminer la forme que prendront les hélicoptères d’attaque du futur.

The Sun

Les pilotes de la marine déroutés par les rencontres d’OVNI

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Après deux ans de secret, la start-up d’Elon Musk, Neuralink, est sortie en mode furtif avec une présentation en direct et plusieurs entretiens détaillant ses travaux pour relier le cerveau humain à des machines.

Musk et plusieurs des plus grands scientifiques de la société ont couvert beaucoup de terrain pendant l’événement, expliquant en détail le système qu’il espère pouvoir implanter un jour dans votre cerveau. Il a également expliqué comment il espérait atteindre votre cerveau en premier lieu : en faisant des trous dans votre crâne à l’aide de lasers.

Et si vous pouviez « voir » directement dans le cerveau d’une autre personne ?

La première étape pour extraire des données du cerveau consiste à trouver un moyen de capturer tous les signaux qui se déplacent dans le crâne d’une personne et de les transmettre à un appareil situé en dehors de celui-ci.

Pour ce faire, Neuralink développe des fils d’électrodes flexibles – implantez ces fils dans le cerveau, près des neurones, et ceux-ci peuvent capter et transmettre les signaux de ces neurones à un ordinateur.

À l’heure actuelle, Neuralink utilise de fines aiguilles, guidées par un système de vision par ordinateur, pour placer avec précision des faisceaux de ces bandes dans le cerveau.

L’intelligence artificielle pourrait détourner les interfaces cerveau-machine

Mais plutôt que de percer des trous dans le crâne des humains pour accéder à leur cerveau, le président de Neuralink, Max Hodak, a confié au New York Times que la société voulait finalement utiliser des rayons laser pour créer une série de minuscules trous dans le crâne.

“Au bout du compte, nous parviendrons à une symbiose entre le cerveau et l’intelligence artificielle”, a déclaré Elon Musk.

L’interface cerveau-ordinateur de Neuralink se prépare à des essais sur l’homme

Elon Muska annoncé qu’il se préparait pour des essais humains de son implant cérébral (Venturebeat). Jusqu’à présent, des expériences ont été menées sur des rats et, selon Musk, “un singe a pu contrôler un ordinateur avec son cerveau”.

Neuralink dit espérer commencer à travailler avec des sujets humains dès l’année prochaine, mais n’a pas encore reçu l’autorisation de la FDA. L’interface, qui utilise des fils conducteurs flexibles implantés dans le cerveau à l’aide d’un robot chirurgical spécialement conçu, est d’abord destinée à aider les patients paralysés à contrôler les ordinateurs et les smartphones.

The New York Times, Bloomberg, The Independent

Crédit Agricole lance une carte biométrique

Le Crédit Agricole a annoncé le lancement d’une expérimentation de cartes de paiement biométriques incorporant des capteurs d’empreintes digitales dans ses banques régionales de Touraine et du Poitou, et envisage de commercialiser ces cartes à partir en 2020.

Les cartes sont fabriquées et personnalisées par G+D Mobile Security, et NXP Semiconductors fournissant le module électronique tout-en-un et le logiciel embarqué, et Mastercard fournissant les spécifications biométriques et le support. Fingerprint Cards et NXP Semiconductors ont formé un partenariat pour développer des cartes biométriques en 2017. Annonçant sa participation à cette expérimentation, Fingerprint Cards indique qu’il y a maintenant 20 projets pilotes de cartes biométriques sans contact utilisant ses capteurs d’empreintes digitales dans le monde.

“Il s’agit d’une étape clé pour nous et la dynamique grandit rapidement”, commente Thomas Rex, vice-président de Smartcards chez Fingerprints. “La sensibilisation grandit à mesure que les banques, les détaillants et les consommateurs reconnaissent la valeur que peut offrir la biométrie. Les banques peuvent réduire la fraude et développer la confiance pour fidéliser et attirer les clients, tandis que les détaillants peuvent optimiser le débit et réduire les abandons, ce qui augmente les revenus. Plus important encore, les consommateurs ne doivent plus compromettre la sécurité au nom de la commodité”.

Société Générale expérimente la carte bancaire biométrique

“Cela fait partie de la stratégie du groupe Crédit Agricole, qui vient de dévoiler son plan à moyen terme”, explique Bertrand Chevallier, Directeur général de Crédit Agricole Payment Services, “La carte biométrique vise à répondre parfaitement aux besoins de nos clients en combinant facilité d’utilisation et sécurité.”

Cette expérimentation est prévue pour une période de six mois. La carte n’aura pas de limite de montant de transaction, comme le font généralement les cartes sans contact, mais les clients pourront également les utiliser comme ils le faisaient auparavant, avec un code PIN.

“Ces tests sont essentiels pour le succès de la technologie”, ajoute Thomas. “C’est l’occasion de peaufiner les cartes biométriques en tenant compte des commentaires des personnes qui les utiliseront, et c’est aussi une étape importante dans le processus de certification. Nous sommes maintenant dans les phases finales avant un déploiement plus large, il est donc extrêmement intéressant de constater que chaque essai de carte de paiement sans contact biométrique annoncé à ce jour dans le monde entier intègre notre technologie”.

Une lentille cornéenne intelligente pourrait donner aux soldats des super-pouvoirs

L’homme augmenté – Le soldat augmenté

Est-ce la lentille de contact intelligente que DARPA recherche depuis au moins une décennie ?

L’école d’ingénieurs IMT Atlantique a dévoilé ce qu’elle appelle “la première lentille de contact autonome avec une micro batterie flexible” au début du mois.

Et, notamment, elle a attiré l’attention de l’armée américaine : la DARPA serait intéressée par la lentille de contact pour augmenter les capacités visuelles des troupes sur le terrain, selon Task and Purpose – ce qui signifie que l’oculomètre embarqué pourrait représenter la lentille de contact renforcée que la DARPA a cherché pendant une décennie.

Le plus grand défi que les ingénieurs d’IMT Atlantique ont eu à relever a été de réduire la taille de la batterie. Mais grâce à une micro-pile flexible nouvellement développée, ils ont trouvé un moyen d’alimenter en continu une source lumineuse LED (une diode électroluminescente) pendant “plusieurs heures”, selon le communiqué de presse.

Le communiqué suggère également que “l’électronique flexible à base de graphène” pourrait encore améliorer les capacités des lentilles de contact intelligentes. Les applications pourraient aller de l’assistance aux chirurgiens en salle d’opération à l’aide aux conducteurs sur la route.

“Cette première réalisation s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste et très ambitieux qui vise la création d’une nouvelle génération d’oculomètre liés à l’émergence des casques de réalité augmentée qui ont suscité de nouveaux usages (interface homme-machine, analyse de la charge cognitive etc.), ouvrant des marchés colossaux, tout en imposant de nouvelles contraintes de précision et d’intégration” a déclaré Jean-Louis Bougrenet de la Tocnaye, directeur du département d’optique de l’IMT Atlantique.

Et maintenant, les militaires veulent aussi participer au projet. Le magazine économique français L’Usine Nouvelle écrit que la DARPA s’intéresse à cette technologie. Même le géant de la technologie Microsoft est prêt à investir deux millions d’euros, selon le magazine – ce qui est remarquable, compte tenu du récent contrat HoloLens de l’entreprise technologique avec l’armée américaine.

“Nous sommes à l’aube d’une révolution dont peu de gens ont conscience. Le smartphone, qui représente aujourd’hui le summum de la mobilité et de la connectivité, va disparaître. Dans quelques années, il sera remplacé par des casques de réalité virtuelle et augmentée liés à des implants connectés. C’est sur ce coup d’après que tous les Gafam se positionnent aujourd’hui”, affirme Jean-Louis de Bougrenet de la Tocnaye.

“Tous les éléments sont prêts. Nous devrions l’intégrer en octobre 2019 et espérons démarrer les tests en 2020. Ensuite nous pourrons passer aux tests cliniques de qualification.”

The National Interest