Skip to content

Paradromics : L’avenir des interfaces cerveau-ordinateur

Paradromics est une startup soutenue par des investisseurs et le DARPA qui met sur le marché la première interface cerveau-ordinateur (BCI) à haut débit de données. Selon Peter Diamandis, Paradromics a des années d’avance sur Neuralink et a créé un système implantable capable de traduire les signaux bioélectriques et numériques, et d’agir comme un moyen de connecter des cerveaux humains aux clouds computationnels.

Paradromics est une entreprise qui veut créer la prochaine génération d’interfaces cerveau-ordinateur pour aider les personnes souffrant de troubles allant de la paralysie aux troubles de la parole.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics

Les interfaces cerveau-ordinateur implantables de Paradromics utilisent des circuits électroniques placés sous le crâne et à la surface du cerveau pour s’interfacer avec les neurones de votre cerveau.

Notre cerveau « pense » par le biais d’impulsions électriques – à l’aide de neurones et de synapses – dans un vaste réseau qui, ensemble, permettent de traiter les signaux sensoriels (par exemple, ceux de vos yeux et de vos oreilles), de commander la fonction motrice (par exemple, celle de vos bras et de vos jambes) et de stocker vos souvenirs.

Votre cerveau est composé d’environ 85 milliards de neurones. Chaque neurone est capable d’envoyer une impulsion électrique le long de son axone et jusqu’aux synapses. Du point de vue des données, chaque fois qu’un neurone se déclenche, il transmet un signal appelé potentiel d’action.

Ce qui surprend la plupart des gens, c’est qu’alors que nous pensons que notre cerveau est très rapide, la vitesse de traitement d’un neurone est en fait très lente. Les neurones transmettent l’équivalent de 100 bits par seconde. Si vous construisiez un circuit pour aider une personne à contrôler un bras prothétique, le débit de données nécessaire ne serait que d’environ 15 bits par seconde.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics. Credit: Paradromics

Le dispositif implantable de Paradromics est une puce mesurant 1 cm. Cette « puce cérébrale » est placée dans la couche située entre la pia et la dure-mère, les membranes protectrices qui recouvrent le cerveau. Lorsque la puce est placée dans le cerveau, elle est à seulement 1,5 mm de profondeur dans le néocortex.

Ces puces transmettent des données à l’intérieur et à l’extérieur de la couche supérieure du cerveau, puis transportent les données vers un module qui est implanté juste sous la peau sur la poitrine du sujet. Le module fournit l’alimentation, les communications, le stockage et l’informatique au système Paradromics. Comme tout se trouve juste sous la peau, personne ne peut savoir que vous avez une puce cérébrale implantée.

Paradromics espère utiliser ce dispositif chez l’homme au début de l’année 2023 pour améliorer la vie des personnes atteintes de paralysie grave.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics. Credit: Paradromics

Quelles sont les prochaines étapes pour Paradromics ?

Le PDG et cofondateur de Paradromics, le Dr Matt Angle, voit Paradromics cibler le cortex visuel et le cortex auditif pour restaurer la vision et l’audition des personnes souffrant de déficience sensorielle. L’entreprise tentera même de comprendre la santé mentale à un niveau beaucoup plus granulaire afin d’identifier les schémas pathologiques de l’activité cérébrale.

« La spécificité d’une petite molécule pour les troubles mentaux graves est limitée. Mais il y a une quantité infinie de spécificité que vous pouvez intégrer dans une BCI à haut débit de données. Nous pouvons devenir la thérapie de référence pour la santé mentale », déclare Angle.

Dans un avenir pas si lointain, des entreprises comme Paradromics pourraient utiliser les BCI pour soigner les maladies neurodégénératives, améliorer la mémoire, la méditation, le sommeil ou traiter la dépression. A terme, ces technologies pourraient être utiliser au-delà du domaine médical. L’avenir des BCI est exponentiel et s’accélère.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%