Rapport 2021 sur le marché mondial du transhumanisme

Opportunités mondiales de croissance du transhumanisme

La croissance transformationnelle de la biologie, de la santé et de l’amélioration de la santé favorisera l’émergence de l’homme 2.0.

Le rapport “Global Transhumanism Growth Opportunities” a été ajouté à l’offre de Research and Markets.

Cette étude explore les technologies et les tendances qui permettront au corps humain d’évoluer et examine les changements de régime alimentaire et d’habitudes d’exercice qui accompagneront cette transformation. Elle identifie également les opportunités de croissance que ces améliorations entraîneront pour les différentes parties prenantes du segment du transhumanisme.

Des changements radicaux dans la science et la technologie aident le corps humain à évoluer. Les augmentations biologiques et les améliorations corporelles transforment le corps humain et donnent naissance au transhumanisme en éliminant les maladies, en prolongeant la durée de vie et en améliorant les capacités humaines.

Les augmentations biologiques et les améliorations corporelles sont classées en trois grandes catégories : les implants internes, les wearables externes et les augmentations esthétiques.

Les implants internes sont des dispositifs médicaux insérés dans le corps pour remplacer ou soutenir des parties biologiques endommagées ou faibles. Les wearables externes sont des dispositifs contrôlés électriquement incorporés dans des vêtements ou portés sur le corps comme accessoires pour surveiller les performances et améliorer les fonctions humaines.

Cependant, la technologie se développe de telle sorte qu’à l’avenir, ces implants internes et ces wearables externes pourront aider les êtres humains à développer des capacités physiques bien supérieures à ce que l’on croit actuellement possible. L’augmentation esthétique comprend les médicaments topiques et les produits cosmétiques et d’auto-soins. Ils sont principalement utilisés pour améliorer l’apparence.

Les progrès réalisés dans le domaine des augmentations esthétiques, qui incluent l’utilisation de la technologie génomique et de solutions permettant de suivre le régime alimentaire, le niveau de stress, etc., conduiront à des offres de produits de plus en plus hyper-personnalisées.

Les principaux sujets abordés sont : L’augmentation des capacités physiques, intellectuelles et émotionnelles de l’humanité va changer nos vies. Améliorer la santé grâce à des augmentations biologiques et des améliorations corporelles (implants internes, wearables). Améliorer la santé grâce à ce que nous mangeons et à l’exercice augmenté, entre autres sujets.

rapport 2021 “Global Transhumanism Growth Opportunities, Research and Markets

Paradromics : L’avenir des interfaces cerveau-ordinateur

Paradromics est une startup soutenue par des investisseurs et le DARPA qui met sur le marché la première interface cerveau-ordinateur (BCI) à haut débit de données. Selon Peter Diamandis, Paradromics a des années d’avance sur Neuralink et a créé un système implantable capable de traduire les signaux bioélectriques et numériques, et d’agir comme un moyen de connecter des cerveaux humains aux clouds computationnels.

Paradromics est une entreprise qui veut créer la prochaine génération d’interfaces cerveau-ordinateur pour aider les personnes souffrant de troubles allant de la paralysie aux troubles de la parole.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics

Les interfaces cerveau-ordinateur implantables de Paradromics utilisent des circuits électroniques placés sous le crâne et à la surface du cerveau pour s’interfacer avec les neurones de votre cerveau.

Notre cerveau “pense” par le biais d’impulsions électriques – à l’aide de neurones et de synapses – dans un vaste réseau qui, ensemble, permettent de traiter les signaux sensoriels (par exemple, ceux de vos yeux et de vos oreilles), de commander la fonction motrice (par exemple, celle de vos bras et de vos jambes) et de stocker vos souvenirs.

Votre cerveau est composé d’environ 85 milliards de neurones. Chaque neurone est capable d’envoyer une impulsion électrique le long de son axone et jusqu’aux synapses. Du point de vue des données, chaque fois qu’un neurone se déclenche, il transmet un signal appelé potentiel d’action.

Ce qui surprend la plupart des gens, c’est qu’alors que nous pensons que notre cerveau est très rapide, la vitesse de traitement d’un neurone est en fait très lente. Les neurones transmettent l’équivalent de 100 bits par seconde. Si vous construisiez un circuit pour aider une personne à contrôler un bras prothétique, le débit de données nécessaire ne serait que d’environ 15 bits par seconde.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics. Credit: Paradromics

Le dispositif implantable de Paradromics est une puce mesurant 1 cm. Cette “puce cérébrale” est placée dans la couche située entre la pia et la dure-mère, les membranes protectrices qui recouvrent le cerveau. Lorsque la puce est placée dans le cerveau, elle est à seulement 1,5 mm de profondeur dans le néocortex.

Ces puces transmettent des données à l’intérieur et à l’extérieur de la couche supérieure du cerveau, puis transportent les données vers un module qui est implanté juste sous la peau sur la poitrine du sujet. Le module fournit l’alimentation, les communications, le stockage et l’informatique au système Paradromics. Comme tout se trouve juste sous la peau, personne ne peut savoir que vous avez une puce cérébrale implantée.

Paradromics espère utiliser ce dispositif chez l’homme au début de l’année 2023 pour améliorer la vie des personnes atteintes de paralysie grave.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics. Credit: Paradromics

Quelles sont les prochaines étapes pour Paradromics ?

Le PDG et cofondateur de Paradromics, le Dr Matt Angle, voit Paradromics cibler le cortex visuel et le cortex auditif pour restaurer la vision et l’audition des personnes souffrant de déficience sensorielle. L’entreprise tentera même de comprendre la santé mentale à un niveau beaucoup plus granulaire afin d’identifier les schémas pathologiques de l’activité cérébrale.

“La spécificité d’une petite molécule pour les troubles mentaux graves est limitée. Mais il y a une quantité infinie de spécificité que vous pouvez intégrer dans une BCI à haut débit de données. Nous pouvons devenir la thérapie de référence pour la santé mentale”, déclare Angle.

Dans un avenir pas si lointain, des entreprises comme Paradromics pourraient utiliser les BCI pour soigner les maladies neurodégénératives, améliorer la mémoire, la méditation, le sommeil ou traiter la dépression. A terme, ces technologies pourraient être utiliser au-delà du domaine médical. L’avenir des BCI est exponentiel et s’accélère.

Approches technologiques de l’amélioration des performances humaines

Une nouvelle ère surhumaine marquée par le transhumanisme

Le Pentagone mène des recherches sur l’édition génétique, l’Internet des corps et l’IA pour améliorer les performances humaines

L’amélioration des performances humaines (HPE) aura des répercussions sur les opérations militaires et de renseignement. Des variétés d’améliorations des performances humaines pourraient avoir une valeur opérationnelle potentielle pour l’armée et le renseignement.

Certains exemples sont l’augmentation de la force, de la vitesse, de l’endurance et de l’intelligence ; d’autres sont la réduction des besoins en sommeil et des temps de réaction.

Le présent rapport RAND examine trois modalités possibles d’amélioration des performances humaines : (1) les modifications génétiques, (2) l’intelligence artificielle (IA), et (3) les approches de l’Internet des corps (IoB) dans lesquelles les dispositifs implantés dans ou portés par un humain sont connectés à un réseau.

Pour chaque modalité, ce rapport donne un aperçu de son potentiel pour l’amélioration des performances humaines, de l’état des technologies habilitantes et des défis associés (tant techniques qu’éthiques). Le rapport présente également une discussion sur les pays où les capacités ou la recherche fondamentale associée sont les plus activement poursuivies.

Chacun de ces domaines d’amélioration des performances humaines repose à un moment donné sur des signaux numériques. Outre l’amélioration des performances humaines proprement dite, l’émission, le stockage et la manipulation de ces informations numériques peuvent présenter des risques et des opportunités pour les opérations militaires et de renseignement. Certaines des technologies abordées sont embryonnaires, mais le rythme de développement est difficile à prévoir, et ce rapport fournit un instantané dans le temps de l’état du domaine technologique.

Credit: GettyImages

Les communautés de la défense et du renseignement américaines sont sur le point d’inaugurer une nouvelle ère marquée par le transhumanisme en finançant des recherches sur l’édition génétique, l’intelligence artificielle et l’Internet des corps (IoB) pour améliorer les performances humaines.

Dans les décennies à venir, l’IA et la biotechnologie nous donneront des capacités divines pour réorganiser la vie, voire pour créer des formes de vie totalement nouvelles. Après quatre milliards d’années de vie organique façonnée par la sélection naturelle, nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle ère de vie inorganique façonnée par la conception intelligente.

Le rapport RAND, parrainé par le Pentagone, décrit les potentialités technologiques de cette recherche transhumaniste controversée, qui comprend potentiellement “l’ajout de gènes reptiliens permettant de voir dans l’infrarouge” et “la possibilité de rendre les humains plus forts, plus intelligents ou mieux adaptés aux environnements extrêmes”.

« Les améliorations des performances humaines peuvent être regroupées en deux catégories : (1) les améliorations qui apportent une capacité supérieure à celle de la population humaine naturelle (c’est-à-dire non génétiquement modifiée), et (2) les améliorations qui augmentent la capacité d’un individu, mais seulement à un niveau qui reste dans les limites de la variation présente dans la population humaine naturelle. L’ajout de gènes reptiliens qui confèrent la capacité de voir dans l’infrarouge est un exemple de la première catégorie. Augmenter l’endurance d’un coureur moyen au niveau d’un marathonien d’élite est un exemple de la deuxième catégorie ».

Selon le rapport RAND, “Technological Approaches to Human Performance Enhancement“, les modalités d’amélioration des performances humaines (human performance enhancement HPE) peuvent être regroupées en trois catégories principales :

– L’édition génétique
– Applications de l’intelligence artificielle
– Les technologies en réseau que l’on peut porter (wearable) ou même implanter (ce que l’on appelle l’Internet des corps [IoB]).

Pour les communautés américaines de la défense et du renseignement, l’amélioration des performances humaines offre “la possibilité d’accroître la force, la vitesse, l’endurance, l’intelligence et la tolérance aux environnements extrêmes et de réduire les besoins en sommeil et les temps de réaction – ce qui pourrait contribuer au développement de meilleurs opérateurs.”

« La plupart des recherches sur l’amélioration des performances humaines visent à améliorer la santé et le bien-être de l’homme, à comprendre et à éviter ou atténuer les sources connues de morbidité ou de déficience et à améliorer la qualité de vie. Les mutations génétiques, par exemple, sont associées à des maladies et ont été ciblées par des thérapies géniques. Du point de vue des opérations militaires et de renseignement, cependant, l’HPE – en offrant la possibilité d’accroître la force, la vitesse, l’endurance, l’intelligence et la tolérance aux environnements extrêmes et de réduire les besoins en sommeil et les temps de réaction – pourrait contribuer au développement de meilleurs opérateurs. Ces mêmes développements pourraient également créer des risques qui pourraient être exploités par des adversaires ».

Le rapport ajoute que dans les prochaines années, “l’amélioration des performances humaines pourrait aider les services militaires et les analystes du renseignement en utilisant de multiples techniques pour connecter la technologie à l’être humain.”

« Dans les prochaines années, l’amélioration des performances humaines pourrait aider les services militaires et les analystes du renseignement en utilisant de multiples techniques pour connecter la technologie aux êtres humains. Certaines de ces techniques sont explorées ou utilisées aujourd’hui. Les dispositifs technologiques peuvent être portés à l’extérieur du corps (p. ex. prothèses, exosquelettes) ou implantés à l’intérieur. »

L’édition génétique pour l’amélioration des performances humaines

L’édition génétique, selon le rapport RAND, a le potentiel de :

– rendre les humains plus forts, plus intelligents ou mieux adaptés aux environnements extrêmes

– fournir de nouvelles capacités (comme la vision infrarouge) – des applications ayant des implications potentielles pour les opérations militaires et de renseignement.

Qu’adviendra-t-il des soldats et des agents gouvernementaux génétiquement modifiés avec des pouvoirs surhumains une fois leur service terminé ? Quels avantages ou inconvénients les personnes dotées de capacités divines auraient-elles par rapport au reste de l’humanité ?

Les exemples d’applications d’édition génétique présentés dans le rapport incluent :

– Ajout de gènes reptiliens qui permettent de voir dans l’infrarouge.

– Favoriser des caractéristiques physiques spécifiques (par exemple, la capacité à faire face à de faibles niveaux d’oxygène) qui pourraient aider les combattants.

– Augmenter la masse musculaire chez les humains non malades

– Augmenter l’endurance d’un coureur moyen au niveau d’un marathonien d’élite.

– Pour les voyages dans l’espace : Ajout des gènes de Deinococcus radiodurans, une bactérie qui peut survivre à des niveaux élevés de radiation, et ajout des gènes de divers organismes pour permettre aux humains de synthétiser les 20 acides aminés (les humains n’en synthétisent normalement que 11 et extraient les neuf autres de leur alimentation).

Créer des cyborgs IA-humains pour améliorer les performances humaines

« L’IoB fournit plusieurs illustrations issues des technologies de l’information et de la consommation et des applications médicales. Parce que ces applications impliquent de compléter les performances humaines existantes, elles pourraient être résumées comme l’approche cyborg de l’HPE – l’augmentation des performances humaines en ajoutant quelque chose au corps humain ».

Selon le rapport, la reconnaissance des formes et la puissance de traitement des données de l’IA lui confèrent deux avantages potentiels :

Tout d’abord, la vitesse d’acquisition et de traitement des données permettrait un retour d’information en temps réel, comme la stimulation transcrânienne, afin d’améliorer la réponse humaine et la prise de décision en temps réel.

Deuxièmement, l’IA peut être utilisée pour individualiser un traitement dont on pense généralement qu’il a un effet positif sur les performances, par analogie avec la médecine de précision (personnalisée) ; la personnalisation pourrait être utilisée avec toutes les modalités d’amélioration des performances.

En cas de succès, l’HPE-AI pourrait réduire considérablement le temps nécessaire au traitement des données et aux réponses aux situations, ainsi qu'”améliorer la prise de décision grâce à des prothèses cognitives” – les interfaces cerveau-ordinateur (BCI).

La principale application recherchée pour les BCI, selon le rapport, est la “neuroprothèse (c’est-à-dire le contournement du système nerveux dans le but de contrôler des appareils externes, tels que des membres mécaniques ou des implants cochléaires)”.

« Cependant, l’essor de l’IA, du Machine Learning, des réseaux neuronaux profonds et des algorithmes hybrides a élargi le traitement des données pour une variété d’applications. La principale application recherchée pour les BCI est la neuroprothèse (c’est-à-dire le contournement du système nerveux dans le but de contrôler des appareils externes, comme des membres mécaniques ou des implants cochléaires). Les humains peuvent être entraînés à contrôler toutes sortes d’appareils externes, comme le mouvement d’une souris d’ordinateur, des bras robotisés et des drones. »

Principales conclusions

Les trois catégories de technologies examinées dans le présent rapport ont le potentiel d’être utilisées pour améliorer les performances humaines, mais à des moments différents

– Un domaine très médiatisé est celui de la manipulation génétique, qui est le plus récent – la recherche se concentre sur le potentiel de réduction des maladies, et des décennies de recherche seront nécessaires avant de pouvoir espérer une application significative à l’EPH. Cela dit, certaines formes d’analyse génétique peuvent être utiles pour comprendre les capacités des personnes telles qu’elles sont aujourd’hui.

– L’IA a également été longtemps associée à un battage médiatique et, bien que les technologies connexes s’améliorent régulièrement, les impacts significatifs sur les prothèses cognitives et autres devraient prendre cinq à dix ans. Ces nouvelles prothèses fourniront de nouveaux canaux de communication, ainsi que les vulnérabilités associées.

L’IoB a déjà des effets aujourd’hui ; elle deviendra plus complexe et plus performante au fil du temps. Elle devient à la fois une source de signaux et une cible pour les cyberattaques.

Recommandations

– Pour comprendre quand et où des percées ou des reculs ont eu lieu, et quand et où des applications nouvelles, voire surprenantes, ont vu le jour, il faudra assurer un suivi.

– Le lancement ou l’arrêt de programmes pertinents, l’octroi de subventions ou de contrats gouvernementaux, les coentreprises et les acquisitions, les conférences et les salons professionnels, les brevets et les publications sont autant d’indicateurs à surveiller.

– Il sera également important de surveiller les types de données qui sont intentionnellement et involontairement collectées, utilisées ou émises par les systèmes liés à l’amélioration des performances humaines. Les avantages des nouvelles formes de communication seront compensés par de nouveaux types de cyber-vulnérabilités.

Biohacking et transhumanisme : Un rapport sur l’augmentation humaine

Une étude révèle que beaucoup d’entre nous considèrent le biohacking comme passionnant, mais les craintes concernant le piratage et la vie privée demeurent.

L’augmentation humaine peut décrire beaucoup de choses. Les appareils auditifs, les stimulateurs cardiaques et les prothèses sont déjà utilisés, mais à l’avenir, nous pourrions utiliser ce terme pour désigner les implants qui améliorent les capacités cognitives ; les puces qui nous relient à nos appareils intelligents, ou les yeux bioniques qui peuvent restaurer la vue, et bien d’autres choses encore.

En ce qui concerne les applications futures, les pays du monde entier font avancer le développement de nouvelles technologies qui pourraient améliorer le corps humain.

Par exemple, le Japon a récemment mis un milliard de dollars sur la table pour les chercheurs désireux de se consacrer à tous les domaines, de l’augmentation de la population humaine à la longévité, en raison de la nécessité de s’attaquer au vieillissement de la population active et à la diminution de la population.

Kaspersky a publié un nouveau rapport, The Future of Human Augmentation 2020: Opportunity or Dangerous Dream?, ce rapport vise à clarifier les points de vue des citoyens de plusieurs pays sur la perspective du biohacking.

L’étude a révélé que 92 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles changeraient une caractéristique d’elles-mêmes si elles le pouvaient, 63 % ont déclaré qu’elles envisageraient une augmentation humaine à l’aide de la technologie. Le travail sur le terrain pour cette étude a été mené par Opinium Research qui a interrogé 14 500 personnes de 16 pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Les Italiens sont les plus nombreux à envisager le biohacking, soit 81 % au total. En revanche, les Britanniques sont plus prudents, avec seulement 33% qui disent qu’ils étudieraient l’augmentation humaine pour changer leurs propres caractéristiques. L’Espagne, le Portugal, la Grèce et le Maroc sont également ouverts à l’idée du biohacking.

Plus de la moitié des personnes interrogées, soit 53%, estiment que le biohacking améliorerait leur mode de vie. Cependant, 69% ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le biohacking sera à l’avenir réservé aux riches.

Lors de la conférence de Kaspersky NEXT, cette opinion a également été exprimée par Julian Savulescu, professeur à l’université d’Oxford et titulaire de la chaire Uehiro d’éthique pratique : “L’augmentation humaine se développera grâce aux forces du marché en maximisant les profits des grandes entreprises multinationales”. En d’autres termes, l’économie et la demande des consommateurs pourraient stimuler les initiatives de biohacking, plutôt que toute quête d’un bien commun.

Zoltan Istvan, le fondateur du Parti Transhumaniste, a approuvé, notant que l’augmentation de la population humaine est susceptible d’être “contrôlée par le capitalisme dans une certaine mesure”, et que “l’économie sera un moteur, pour le meilleur ou pour le pire”. Istvan pense aussi que le biohacking est intrinsèquement la prochaine étape pour les humains “qui aspirent à être quelque chose de plus grand que ce que nous sommes”. “[Je suis] en fin de compte du côté du choix personnel, tant que cela ne nuit pas directement à quelqu’un d’autre”, a déclaré Istvan. “[…] Laissez les gens prendre ces décisions eux-mêmes et le marché suivra.”

Parmi les autres statistiques intéressantes publiées dans le rapport, on peut citer :

– 88% des personnes ont déclaré craindre que leur corps puisse être piraté par des cybercriminels
– 36% des femmes et 25% des hommes considèrent l’augmentation attrayante pour améliorer l’attractivité
– Les hommes sont plus intéressés par l’amélioration de leur force via le biohacking (23%) que les femmes (18%)
– 47% estiment que les gouvernements devraient réglementer l’augmentation humaine

“L’augmentation humaine est l’une des tendances technologiques les plus importantes aujourd’hui”, a commenté Marco Preuss, Directeur Europe de l’équipe de Recherche et analyse globales pour Kaspersky Europe. “Mais les gens ont raison de se méfier. Les adeptes de l’augmentation testent déjà les limites du possible, mais nous avons besoin de normes communes pour garantir que l’augmentation atteigne son plein potentiel tout en minimisant les risques”.

“Il est important d’en parler maintenant, d’avoir un aperçu de ces technologies maintenant, afin de conduire activement son développement”, a déclaré Preuss. “Nous avons tellement de romans et de films sur ce sujet. Il nous appartient maintenant de décider si nous voulons aller dans cette direction”.

CTech , Kaspersky, ZDNet

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Une neuroscientifique a admis avoir “transformé son enfant en un cyborg” – et dit vouloir contrôler ses émotions en utilisant des puces cérébrales.

Ce n’est qu’un exemple du mouvement transhumaniste en plein essor : utiliser la technologie pour nous transformer en super-humains.

Vivienne Ming est une neuroscientifique et une experte de renommée mondiale en intelligence artificielle. Et elle déclare que le double diagnostic de l’autisme et du diabète de son fils l’a inspirée à “le transformer en un cyborg”.

“Quand il a été diagnostiqué avec un diabète de type 1, j’ai piraté sa pompe à insuline et construit une IA qui a appris à adapter son insuline à ses émotions et activités.”

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Détecter les mensonges

Elle a également déclaré que le diagnostic de l’autisme l’avait incitée à créer un système intelligent pour attraper les menteurs.

Pendant ses études de premier cycle, Ming a travaillé sur un système d’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaît les expressions faciales dans une vidéo – dans le cadre de ce qu’elle appelle un “projet fou de la CIA”.

“Il a exploré chaque image de la vidéo, apprenant les mouvements des muscles du visage qui indiquaient le dégoût ou la colère. Il a même appris à distinguer les faux sourires des vrais, autrement appelés sourires duchenne.”

Puis, lorsque les lunettes intelligentes Google Glass sont sorties, Ming a décidé d’associer les deux technologies. En 2013, elle a lancé son concept SuperGlass capable de reconnaître les expressions d’un visage et d’afficher l’émotion à l’aide de Google Glass.

Ceci a été conçu pour aider une personne autiste à mieux comprendre quand une personne était heureuse, triste, en colère ou quelque chose d’autre.

“Mais plus j’ai expérimenté, plus j’ai réalisé que je ne voulais pas guérir l’autisme de mon fils”, a expliqué Ming. “Je ne voulais pas le perdre, lui et ses différences merveilleuses. SuperGlass est devenu un outil pour faire la différence entre son expérience et nous les neurotypiques (un terme scientifique qui signifie “ton cerveau est ennuyeux”). “Cela n’a pas nivelé le terrain de jeu – cela lui a simplement donné une autre batte pour jouer.”

Pirater le cerveau

Mais Ming pense également que l’avenir de l’humanité réside dans la neuroprothèse – des implants qui se connectent à votre cerveau. Beaucoup de ces implants existent déjà, y compris des implants rétiniens pour les aveugles et des neuroprothèses motrices pour traiter la paralysie. Certains implants sont même utilisés pour la “stimulation cérébrale profonde” afin de traiter des troubles tels que la maladie de Parkinson et la dépression.

Ming a également contribué à la création d’un implant cochléaire basé sur l’IA, conçu pour restaurer l’audition de certaines formes de surdité. L’IA a été formée pour “entendre” et mieux comprendre les sons.

“Nos expériences ont montré que l’algorithme améliorait considérablement la perception de la parole pour les utilisateurs d’implants”, a-t-elle déclaré.

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Améliorer la personnalité

Une partie du travail de Ming a également porté sur la modification de nos personnalités. L’un de ses projets est le wearable HUMM qui envoie des signaux électriques pour améliorer les connexions entre les parties du cerveau.

Cette stimulation favorise l’augmentation des performances multitâches, l’attention et la durée de la mémoire de travail. Lors d’une expérience récente, les adultes ont augmenté de 20% la durée d’une séquence de lumières et de sons dont ils pouvaient se souvenir avec régularité lorsqu’ils portaient l’appareil HUMM, par rapport à une stimulation factice.

Dans une autre expérience récente, une stimulation similaire a amélioré la mémoire chez les personnes âgées en déclin cognitif. Ming a déclaré que de véritables dispositifs d’amélioration des performances seraient bientôt disponibles – et qu’ils seraient comme des égaliseurs musicaux.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Cependant, plutôt que de se connecter à un haut-parleur, le dispositif collecterait simplement un lien vers une puce dans votre cerveau pour stimuler votre attention ou freiner votre créativité.

“Ajoutez de la mémoire et vous êtes prêt pour un examen. Appuyez sur une date prédéfinie pour stimuler les émotions et la concentration tout en atténuant les facultés cognitives”.

Ces aptitudes pourraient devenir un cadeau de la part de parents hyper-compétitifs, ou être achetées dans les centres commerciaux de la Silicon Valley pour améliorer les performances.

La Silicon Valley entreprend même une quête de l’immortalité – avec des injections de cellules et des implants cérébraux. Peut-être qu’ils sont tous devenus fous, cependant : Les geeks de la Silicon Valley paient 1 000 £ par mois rien que pour dormir dans un lit superposé. Et un milliardaire de la Silicon Valley a même payé 10 000 $ pour être tué et voir son cerveau conservé numériquement.

Quartz, The Sun

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

Augmentus

Augmentus – Chroniques du Cyclocentaure à l’ère de l’intelligence artificielle

Chroniques du Cyclocentaure à l’ère de l’intelligence artificielle

Conté par un passionné de cyclisme et d’intelligence artificielle, Augmentus est le roman de la révolution cognitive qui a commencé en ce début de XXIème siècle.

La première partie du roman raconte l’histoire d’une startup, dont les trois jeunes fondateurs parviennent progressivement à construire la première IA forte, capable de généralisation, d’abstraction et d’invention. Pour cela, ils combinent approche symbolique et connexionniste, en s’appuyant sur une plate-forme matérielle innovante, remarquablement sobre en énergie.

Après ce premier succès, les IA fortes se généralisent, ce qui a pour conséquence logique une accélération foudroyante du progrès, qui affectera l’humanité entière. Si cette accélération du progrès bénéficie apparemment aux hommes, elle menace aussi de leur faire perdre le contrôle de leur destin. L’augmentation neuronale apparaît vite comme le seul moyen de contrôler (ou même simplement comprendre) les IA. Mais qui contrôlera les Augmentus, ces nouveaux hommes puissamment augmentés ? Homo sapiens et Homo augmentus peuvent-ils vraiment cohabiter ?

Sous une forme romanesque (et souvent empreinte d’humour !), Augmentus aborde l’ensemble des sujets relatifs à la révolution cognitive : construction d’une IA faible (machine learning, deep learning), émulation du cerveau entier à la façon du Human Brain Project, évolution vers l’IA forte, usages de l’IA (industriels, financiers, sociaux, militaires…), bio-augmentation, implants neuronaux, ingénierie génétique, eugénisme… car tous les moyens sont bons pour acquérir la suprématie dans la guerre des intelligences qui va faire rage.

Augmentus est certes une fiction, mais une fiction fermement ancrée dans la réalité, puisqu’elle fourmille de détails techniques. L’ensemble des projets d’IA, des processeurs, des systèmes, des sociétés, des expériences, des données scientifiques cités est exact. Ça parle de pétaFLOPs et de téraoctets, de rétropropagation du gradient et de circuits neuromorphiques, de CRISPR et d’homéostasie… Un lexique en fin d’ouvrage permet notamment de préciser le sens des termes les plus techniques.

Mais au-delà des aspects techniques, des thèmes plus philosophiques sont abordés : qu’est-ce que la conscience ? Peut-elle émerger d’un tas de processeurs ? Selon quel critère objectif peut-on distinguer un être conscient d’un être non conscient ? Peut-on découpler intelligence et conscience ? La violence est-elle la condition nécessaire de l’intelligence ? Quelle éthique pour l’intelligence artificielle ? Quelles conséquences sociétales et économiques (dataïsme, digitocratie, revenu universel…) ?

Enfin, Augmentus peut aussi être lu comme l’histoire de la métamorphose d’un homme. Sa pratique cycliste l’aide à bâtir une IA forte, car elle lui fait comprendre l’importance des émotions, des hormones, du corps, de l’envie de survivre et de dominer dans la construction de l’intelligence, mais cette même pratique, de plus en plus digitalisée, obsédée par la performance, et au final décevante, lui fera progressivement perdre toute empathie avec le genre humain.

La neuro-augmentation ne sera ainsi qu’une étape dans sa métamorphose graduelle, mais inéluctable en intelligence totalement électronique. Elle lui permettra in fine de résolument adopter le point de vue qu’une superintelligence ne manquerait pas d’avoir sur l’espèce humaine – un point de vue qui ne nous rassurera pas…

L’auteur, Olivier Silberzahn, est cycliste et ingénieur polytechnicien. Il travaille depuis plus de 25 ans pour de grandes sociétés informatiques, françaises et internationales, récemment dans le domaine du Cloud, du Big Data et de l’intelligence artificielle. Augmentus succède à son premier roman, Journal d’un nageur de l’ère post-Trump.

Philippe Boulanger : l’implant cérébral en 2061

Dans son talk Philippe Boulanger est en 2061 et a 100 ans. Pourtant il est en pleine forme. Comment cela est-il possible ? Il nous parle des nouvelles technologies et notamment de l’implant cérébral. Quelles ont été les étapes technologiques clés entre 2016 et 2061 pour atteindre ce niveau de performance, y compris quelques impacts sociaux pour finir par nous dévoiler quel sera son prochain implant.

Philippe Boulanger, PhD, est un conférencier international qui s’est passionné pour l’entrepreneuriat très tôt. Après avoir créé sa start-up à 15 ans, son parcours professionnel s’est poursuivi dans de grandes entreprises technologiques à travers le monde (IBM, Sagem, Apple, Sony, Neopost). Son parcours lui a apporté une telle richesse en pratique d’innovation qu’il à décidé d’en partager les fruits à travers des conférences impactantes toujours remplies d’optimisme et d’inspiration.

Les dernières avancées de l’intelligence artificielle

Différentes prédictions défrayent la chronique depuis maintenant quelques années à propos de l’émergence d’une intelligence artificielle dite forte (autonome et multidisciplinaire). Optimistes ou non, tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’intelligence artificielle sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans. Selon les commentateurs chinois, l’autonomisation complète de l’intelligence artificielle interviendra d’ici 104 ans, tandis que les Américains l’estiment à 169 ans. En attendant, voici quelques actualités notables.

Puisant dans des bases de données gigantesques, des algorithmes sont déjà si complexes que certaines machines prennent des décisions que l’Homme ne peut pas expliquer à ce jour. Plus étonnant encore, certaines intelligence artificielle détectent lorsqu’un humain tente de modifier leur comportement et peuvent même tout faire pour s’opposer à l’acte s’il entre en conflit avec l’objectif initial de l’intelligence artificielle.

Le même jour, Alibaba et Microsoft ont annoncé que leurs intelligences artificielles respectives ont battu l’Homme sur un test de lecture de référence, avec un score de 82,44 pour Alibaba et de 82,65 pour Microsoft, contre 82,304 pour l’humain. Le test en question, le Stanford Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

Des chercheurs de l’Université du Maryland ont mis au point le Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE), une intelligence artificielle détectant automatiquement le mensonge dans des vidéos de procès. DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non. À plus long terme, le programme vise explicitement à être utilisé par les services de renseignement pour « prédire le mensonge dans un environnement ouvert ».

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Selon le docteur Laurent Alexandre, le développement de la génomique, des neurosciences et des capteurs électroniques connectés surveillant la santé, vont bouleverser le domaine médical. Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des intelligence artificielle. Les deux groupes numériques les plus investis dans la santé sont IBM et Google, mais Microsoft, Facebook, Amazon et Baidu se sont également engagés très sérieusement dans le secteur (L’Express, 27/12/17).

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des intelligence artificielle. Un processeur basé sur un réseau neuronal imite le fonctionnement du cerveau humain en passant d’une transmission d’informations binaires (les processus informatiques actuels) à une liaison analogique (humaine). Cette découverte permettrait l’émergence de puces « neuromorphiques » pour traiter des millions de flux de calculs parallèles à l’instar du cerveau de l’Homme. Ces processeurs auront une puissance de calcul comparable à des supercalculateurs.

D’ici 2028, l’intelligence artificielle pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classes, selon le Forum Économique Mondial.

Upgrade un thriller futuriste et transhumaniste

Situé dans un futur proche, la technologie contrôle presque tous les aspects de la vie. Grey Trace (Logan Marshall-Green), un technophobe, est devenu paralysé suite à une agression et au meurtre de sa femme. Lorsqu’il est approché par un inventeur milliardaire, il est équipé d’un implant cérébral appelé STEM, qui se révèle être une redoutable intelligence artificielle et qui lui donne des capacités presque surhumaines, ainsi qu’une occasion de traquer le tueur de sa femme. Un thriller futuriste et transhumaniste.

Upgrade a été écrit et réalisé par Leigh Whannell (Saw) et sera dans les salles américaines à partir du 1er juin 2018. Il n’y a pas encore de date de sortie au Royaume-Uni ni en France. Le film est produit par Blumhouse Productions.