DARPA finance des nanoparticules qui pénètrent dans le cerveau pour lire les signaux neuronaux

L’armée les réclame déjà pour une nouvelle technologie d’interface cerveau-ordinateur

Au lieu de se faire poser des implants neuronaux invasifs dans le cerveau, les médecins pourraient un jour inonder votre tête de millions de nanoparticules capables de lire vos signaux neuronaux de l’intérieur et de les transmettre à un ordinateur proche.

C’est du moins l’avenir qu’espère l’ingénieur Sakhrat Khizroev de l’université de Miami. Selon un communiqué, il a mis au point des nanoparticules magnétoélectriques (MENPs) capables de voyager dans le système sanguin, de pénétrer dans le cerveau et de lire les signaux neuronaux d’une manière pouvant être captée par un casque spécialisé.

En bref, il s’agit d’un outil qui pourrait changer radicalement la façon dont les scientifiques abordent les technologies d’interface cerveau-ordinateur en éliminant les capteurs invasifs et localisés et en les remplaçant par des millions de particules injectées comme n’importe quelle autre piqûre et pouvant couvrir l’ensemble du cerveau – et qui suscite déjà l’intérêt des militaires.

“Pour l’instant, nous ne faisons qu’effleurer la surface”, a déclaré Khizroev. “Nous ne pouvons qu’imaginer comment notre vie quotidienne va changer avec une telle technologie”.

D’une part, Khizroev a des objectifs médicaux ambitieux. Cartographier l’activité de l’ensemble du cerveau avec ses MENP, pourrait donner aux chercheurs les outils et les informations dont ils ont besoin pour traiter des maladies neurologiques complexes comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et la dépression.

Et, sans grande surprise, l’armée américaine s’y intéresse également. La DARPA a lancé le projet BRainSTORMS (Next-Generation Nonsurgical Neurotechnology (N3)) pour tester la technologie dans l’espoir qu’elle permette aux soldats auxquels on a injecté les nanoparticules de communiquer avec les systèmes militaires par la pensée.

Le bracelet neuronal de Facebook : l’avenir de la réalité augmentée ?

Facebook fabrique un bracelet qui vous permet de contrôler les ordinateurs avec votre cerveau

L’appareil vous permettrait d’interagir avec les prochaines lunettes de réalité augmentée de Facebook simplement par la pensée

Facebook affirme avoir créé un bracelet qui traduit les signaux moteurs de votre cerveau afin que vous puissiez déplacer un objet numérique simplement par la pensée. Le bracelet utilise des capteurs pour détecter les mouvements que vous avez l’intention de faire (données neuronales). Il utilise l’électromyographie (EMG) pour interpréter l’activité électrique des nerfs moteurs lorsqu’ils envoient des informations du cerveau à la main.

Selon la société, l’appareil vous permettrait de naviguer dans des menus de réalité augmentée en pensant simplement à bouger votre doigt pour les faire défiler. On ne sait pas encore quand il sera commercialisé ni combien cela coûtera. Le produit est encore en phase de recherche et de développement dans les laboratoires internes de Facebook.

Lors de l’avant-première, Thomas Reardon, directeur des interfaces neuromotrices chez Facebook Reality Labs, a déclaré que le dispositif n’était “pas un moyen de contrôle mental”. Il a ajouté : “Cela vient de la partie du cerveau qui contrôle les informations motrices, pas la pensée.”

L’expérience la plus réussie en matière de réalité augmentée a été Pokémon Go, qui a pris le monde d’assaut en 2016. Cette promesse initiale s’est toutefois estompée au cours des années qui ont suivi, car les entreprises ont eu du mal à traduire cette technologie en quelque chose de réellement utile. Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a investi de manière agressive dans la réalité augmentée et virtuelle, reconnaissant que des produits comme ceux-ci peuvent donner accès à d’innombrables sources de données précieuses. Est-ce que Facebook va percer ?

Tech@Facebook, Wired

La fusion cerveau-machine : science-fiction ou futur probable ?

Depuis la découverte des possibilités de remodelage du cerveau tout au long de la vie, la “plasticité cérébrale” passionne le monde de la recherche. Il est désormais possible d’agir sur le cerveau pour réparer les handicaps physiques et mentaux. Certains vont même jusqu’à prédire la fusion entre cerveau et ordinateur, entre intelligences humaine et artificielle. Quel crédit accorder à ces visions techno-futuristes du transhumanisme ? Quelle est la part du prouvé, du probable et de l’utopie ? Il est essentiel d’informer un large public sur les innovations bénéfiques pour “réparer” les humains, et celles qui visent à transformer les individus et menacent leur liberté d’agir et de penser.

Catherine Vidal est neurobiologiste, directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur, membre du comité d’éthique de l’Inserm où elle codirige le groupe “Genre et Recherche en Santé”.

Conférence proposée avec le soutien de l’European Artificial Intelligence Lab – AI Lab, réseau européen qui met en lumière la présence de l’intelligence artificielle dans nos sociétés.

La conférence était animée par Guillaume Durand, maître de conférences en philosophie à l’université de Nantes, co-responsable du Master Éthique, membre de la Consultation d’éthique clinique du CHU de Nantes et du Pôle Hospitalier mutualiste Jules Verne, président de l’association EthicA.

Quand les humains deviennent des cyborgs

Quand les humains deviennent des cyborgs

Propriété numérique et intégrité corporelle à l’ère des cyborgs humains

Lorsque les cyborgs humains seront dotés de pouvoirs surhumains, ils deviendront des machines de collecte de données avec tous leurs minuscules implants et capteurs, mais où iront ces données et à qui appartiendront-elles ?

Si la technologie devenait une extension de votre propre corps et vous donnait des pouvoirs surhumains, ne voudriez-vous pas savoir si vos capacités vous appartiennent réellement ?

Nous décodons le monde à travers nos cinq sens corporels. Ce que nous voyons, entendons, sentons, ressentons et goûtons entre dans les expériences sensuelles qui composent nos souvenirs, lesquels sont interprétés dans notre cerveau. Nous nous identifions à ces expériences. Elles constituent ce que nous sommes.

Mais que se passerait-il si ces expériences personnelles, ces souvenirs et ces moments intimes n’étaient pas uniquement les nôtres ? Et si un étranger vivait ces mêmes moments tout en sachant exactement ce que vous et moi pensions et ressentions ?

Bienvenue dans l’agenda transhumaniste où les cerveaux humains sont pucés, les corps humains remplis de capteurs, et où les données circulent comme une rivière vers une mer de serveurs auxquels vous n’avez pas accès.

Le dernier jour du World Economic Forum 2020, une discussion sur le thème “Quand les humains deviennent des cyborgs” a tenté d’aborder certaines grandes questions éthiques concernant l’intégrité corporelle et la propriété numérique des cyborgs.

Ilina Singh, professeur de neuroscience à Oxford, a déclaré à Davos que l’une des principales préoccupations des officiers militaires était le sentiment de propriété et celui de l’intégrité corporelle.

“Nous avons parlé à des officiers militaires du monde entier de leurs implants cérébraux”, a déclaré Singh.

“S’ils devaient avoir un implant rétinien qui améliorerait leurs capacités visuelles ou un implant cochléaire qui leur permettrait d’entendre à grande distance – quelles sont les questions éthiques qui se posent à eux ?

“Une question qui est vraiment intéressante est celle de l’intégrité corporelle”, a-t-elle ajouté.

Les officiers militaires étaient surtout préoccupés par des questions telles que :

Est-ce que je possède mon propre implant ?
Est-ce que mon implant fait partie de moi ?
Que se passe-t-il lorsque je quitte l’armée ?
Qui paie pour mon implant ?
Mon implant est-il retiré ?
Est-ce que je peux garder mon implant à vie ?
Mon implant est-il mis à niveau ? Qui paie pour cela ?

Ce type de questions provenant d’officiers militaires souligne que la propriété de l’implant et des données était très importante pour eux.

Biohacking : implant de puce sur scène pour créer un cyborg humain

“On commence à dépasser les limites quand on pense à l’amélioration et à l’augmentation”

Les questions de vie privée concernant l’accès aux pensées de l’utilisateur ou les questions de savoir qui serait réellement responsable des actions du soldat étaient absentes des priorités des officiers.

Il ne s’agissait pas non plus de savoir s’il était ou non éthique d’aller au-delà des utilisations médicales des implants et d’aller directement vers l’amélioration des capacités humaines.

Singh a ajouté que l’armée était un des principaux investisseurs dans les technologies BCI* “parce que ce sont les technologies qui sont considérées comme améliorant les capacités humaines de manière à protéger les soldats mais qui nous permettent de faire beaucoup plus que ce que nous pouvons déjà faire”.

* interface neuronale directe – abrégée IND ou BCI “brain-computer interface” ou encore ICM pour interface cerveau-machine, ou encore interface cerveau-ordinateur.

Alors que l’armée est optimiste quant aux BCI pour l’amélioration de la condition humaine, le président de l’Académie nationale de médecine, Victor Dzau, a déclaré aux élites de Davos que l’utilisation d’interfaces cerveau-ordinateur pour augmenter les humains au-delà de leurs capacités naturelles dépasse la ligne éthique.

“Je pense que vous êtes en terrain assez sûr lorsque vous utilisez ces technologies dans le but de guérir une maladie, de traiter une maladie ou au moins de remédier à un handicap”, a-t-il déclaré.

“Je pense que vous commencez à dépasser les limites quand vous pensez à l’amélioration et à l’augmentation.”

“Lorsque le cerveau humain et le corps humain se remplissent de capteurs, des données sont collectées”.

Outre l’éthique philosophique concernant la fusion des humains avec les machines, d’un point de vue juridique, les cyborgs humains seraient soumis aux lois existantes sur la protection de la vie privée car les cyborgs seraient essentiellement des machines de collecte de données.

L’avocat Ronaldo Lemos a déclaré à Davos que le corps humain serait rempli de capteurs qui collectent et envoient des données à des serveurs éloignés – que ce soit au Brésil, en Chine ou aux États-Unis.

“Quand vous améliorez le cerveau, quand vous remplissez le corps humain de capteurs, ces capteurs sont capables de collecter des données”, a déclaré Lemos.

“Mais l’infrastructure qui est utilisée pour collecter ces données, pour les partager, n’est pas vraiment une nouveauté.

“Si nos cerveaux sont connectés et que vous enregistrez, par exemple, ce que vous pensez, quelles zones de votre cerveau sont stimulées […] ce que vous ressentez, et ainsi de suite – ces données vont être stockées quelque part”, a-t-il ajouté.

Du point de vue de l’avocat, toute personne qui se ferait implanter une puce électronique dans le cerveau dans le futur pourrait un jour devoir fournir des conditions d’accord chaque fois qu’elle entre en contact avec un autre être humain parce que son corps pucé recueillerait des données sur cette autre personne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

“Nous devenons des capteurs”, a déclaré Lemos, ajoutant : “Lorsque vous rencontrez une nouvelle personne et que vous lui serrez la main, devrez-vous signer une déclaration de confidentialité pour lui parler ?

“Lorsque le cerveau et le corps humain se remplissent de capteurs, des données sont recueillies.

“Et il existe une législation qui exige le consentement d’autres personnes pour collecter des données les concernant. Cela peut sembler un exemple fou, mais la loi l’exige déjà”.

Il a ajouté : “Nous pourrions craquer le code du cerveau humain à un moment donné […] Si nous craquons ce code, nous allons être des cibles beaucoup plus vulnérables pour la publicité, les fausses nouvelles, les campagnes de désinformation, la manipulation des postures politiques, etc.

“Nous parlons du contrôle politique et social des gens”

Le philosophe Lou Marinoff a dit un jour qu’une BCI peut être soit de la médecine, soit du poison.

“Cela remonte à l’ancien enseignement bouddhiste et à d’autres enseignements occidentaux, c’est soit de la médecine, soit du poison. Il peut être utilisé de l’une ou l’autre manière”, a-t-il déclaré.

“Si vous voulez apprendre une langue, il serait beaucoup plus facile de brancher la puce et ensuite de faire fonctionner ces neurones, d’absorber le vocabulaire, et probablement en un temps relativement court vous pourriez parler couramment le mandarin sans avoir à supporter toute la difficulté et la pratique.

“D’autre part,” a-t-il ajouté, “nous parlons du contrôle politique et social des gens”.

“C’est l’histoire d’horreur ultime – qui nous transforme tous en une colonie de fourmis, en gros. Et la dignité humaine, la liberté et toutes les choses auxquelles nous sommes censés attacher de la valeur sont mises à l’écart.

“Qui va contrôler l’IA, et que se passera-t-il si l’IA décide de prendre le relais ?

“Cela conduit à des scénarios qui, jusqu’à présent, avant cette révolution numérique, n’étaient que de la science-fiction, et qui sont maintenant réels, ou potentiellement réels.”

Avec les implants cérébraux qui envoient des données entre les humains et les machines, qui ou qu’est-ce qui tire réellement les ficelles derrière le rideau ?

Vèmes Rencontres Maçonniques Lafayette – L’essence de L’humain

Vèmes Rencontres Maçonniques Lafayette du jeudi 23 mai 2019 au Grand Orient de France – Communiqué de Presse

Essentialisme ? Existentialisme ou divers constructivismes ?

Alors que la question de « l’essence de l’humain » semblait être classée une fois pour toutes par divers courants de pensée issus des univers scientifiques et philosophiques, « le reste », vu comme littéralement « inexistant » était dédaigneusement laissé au domaine religieux et aux spéculations métaphysiques.

Or voici que, contre toute attente, les récents développements de la biologie, comme de « l’intelligence artificielle » conduisent les hommes à remettre encore une fois sur le métier de l’analyse la représentation qu’ils se font d’eux-mêmes.

Les capacités de raisonnement, le rire, l’émotion, l’humour, l’empathie, sont-ils encore « le propre de l’homme » ? A l’heure des robots émotifs, tous ces « traits » que l’on a cru longtemps exclusifs à l’espèce humaine sont-ils encore distinctifs ? Aristote a longtemps défini l’homme comme « un animal doué de raison ». Descartes a placé son existence dans sa faculté de penser. Pensée ou conscience ? La redécouverte de l’inconscient a conduit, au siècle dernier, à postuler un homme structural, inconsciemment assujetti, au-delà de son illusion de conscience et de liberté, au système dont il est partie prenante. Que ce système soit familial, éducationnel, linguistique, social.

Ces frontières semblent aujourd’hui remises profondément en cause par une conception naturaliste de l’homme. La vision darwiniste des espèces est vécue par la plupart comme une forme d’évidence scientifique qu’on ne songe plus à contester. On assiste dès lors à la prise de conscience collective d’une forme d’abus de propriété exercé par l’homme sur la nature entière, accompagné de la montée d’un animalisme moral. Ces éléments combinés avec les avancées de la biologie rendent poreuse la frontière homme-animal. L’homme est présenté comme « un animal comme les autres ». Et, sur le plan moral, c’est de façon subliminale l’animal, qui devient « un homme comme les autres », méritant respect et droit absolu de préservation.

L’avènement de cet « homme biologique », qui est aussi dans ce sens un « homme neuronal », se conjugue avec les rêves de « transhumanisme », dans lesquels le « support-silicium » est envisagé sur le même plan que le « support » vivant.

L’accélération technoscientifique, mais aussi le foisonnement intense des productions culturelles, viennent contribuer à brouiller les cartes davantage encore. Les francs-maçons ne pouvaient y rester insensibles.

En regard des schémas de représentation ambiants, la Franc-Maçonnerie propose le modèle d’un « homme essentiellement humain », en perpétuel devenir, sur le mode initiatique. La cinquième Rencontre Lafayette entre la Grande Loge Nationale Française et le Grand Orient de France permettra à deux conférenciers issus de leurs rangs, Norbert HILLAIRE et Jacques DESOR d’apporter leur contribution aux nouvelles réflexions développées sur l’essence de l’homme. Deux grands témoins de la société civile viendront leur donner la réplique : Guy VALLANCIEN et Laurence DEVILLERS apporteront leurs réactions éclairées, l’un chirurgien, l’autre chercheuse en intelligence artificielle.

Vèmes Rencontres Maçonniques Lafayette – L’essence de L’humain

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Une neuroscientifique a admis avoir “transformé son enfant en un cyborg” – et dit vouloir contrôler ses émotions en utilisant des puces cérébrales.

Ce n’est qu’un exemple du mouvement transhumaniste en plein essor : utiliser la technologie pour nous transformer en super-humains.

Vivienne Ming est une neuroscientifique et une experte de renommée mondiale en intelligence artificielle. Et elle déclare que le double diagnostic de l’autisme et du diabète de son fils l’a inspirée à “le transformer en un cyborg”.

“Quand il a été diagnostiqué avec un diabète de type 1, j’ai piraté sa pompe à insuline et construit une IA qui a appris à adapter son insuline à ses émotions et activités.”

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Détecter les mensonges

Elle a également déclaré que le diagnostic de l’autisme l’avait incitée à créer un système intelligent pour attraper les menteurs.

Pendant ses études de premier cycle, Ming a travaillé sur un système d’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaît les expressions faciales dans une vidéo – dans le cadre de ce qu’elle appelle un “projet fou de la CIA”.

“Il a exploré chaque image de la vidéo, apprenant les mouvements des muscles du visage qui indiquaient le dégoût ou la colère. Il a même appris à distinguer les faux sourires des vrais, autrement appelés sourires duchenne.”

Puis, lorsque les lunettes intelligentes Google Glass sont sorties, Ming a décidé d’associer les deux technologies. En 2013, elle a lancé son concept SuperGlass capable de reconnaître les expressions d’un visage et d’afficher l’émotion à l’aide de Google Glass.

Ceci a été conçu pour aider une personne autiste à mieux comprendre quand une personne était heureuse, triste, en colère ou quelque chose d’autre.

“Mais plus j’ai expérimenté, plus j’ai réalisé que je ne voulais pas guérir l’autisme de mon fils”, a expliqué Ming. “Je ne voulais pas le perdre, lui et ses différences merveilleuses. SuperGlass est devenu un outil pour faire la différence entre son expérience et nous les neurotypiques (un terme scientifique qui signifie “ton cerveau est ennuyeux”). “Cela n’a pas nivelé le terrain de jeu – cela lui a simplement donné une autre batte pour jouer.”

Pirater le cerveau

Mais Ming pense également que l’avenir de l’humanité réside dans la neuroprothèse – des implants qui se connectent à votre cerveau. Beaucoup de ces implants existent déjà, y compris des implants rétiniens pour les aveugles et des neuroprothèses motrices pour traiter la paralysie. Certains implants sont même utilisés pour la “stimulation cérébrale profonde” afin de traiter des troubles tels que la maladie de Parkinson et la dépression.

Ming a également contribué à la création d’un implant cochléaire basé sur l’IA, conçu pour restaurer l’audition de certaines formes de surdité. L’IA a été formée pour “entendre” et mieux comprendre les sons.

“Nos expériences ont montré que l’algorithme améliorait considérablement la perception de la parole pour les utilisateurs d’implants”, a-t-elle déclaré.

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Améliorer la personnalité

Une partie du travail de Ming a également porté sur la modification de nos personnalités. L’un de ses projets est le wearable HUMM qui envoie des signaux électriques pour améliorer les connexions entre les parties du cerveau.

Cette stimulation favorise l’augmentation des performances multitâches, l’attention et la durée de la mémoire de travail. Lors d’une expérience récente, les adultes ont augmenté de 20% la durée d’une séquence de lumières et de sons dont ils pouvaient se souvenir avec régularité lorsqu’ils portaient l’appareil HUMM, par rapport à une stimulation factice.

Dans une autre expérience récente, une stimulation similaire a amélioré la mémoire chez les personnes âgées en déclin cognitif. Ming a déclaré que de véritables dispositifs d’amélioration des performances seraient bientôt disponibles – et qu’ils seraient comme des égaliseurs musicaux.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Cependant, plutôt que de se connecter à un haut-parleur, le dispositif collecterait simplement un lien vers une puce dans votre cerveau pour stimuler votre attention ou freiner votre créativité.

“Ajoutez de la mémoire et vous êtes prêt pour un examen. Appuyez sur une date prédéfinie pour stimuler les émotions et la concentration tout en atténuant les facultés cognitives”.

Ces aptitudes pourraient devenir un cadeau de la part de parents hyper-compétitifs, ou être achetées dans les centres commerciaux de la Silicon Valley pour améliorer les performances.

La Silicon Valley entreprend même une quête de l’immortalité – avec des injections de cellules et des implants cérébraux. Peut-être qu’ils sont tous devenus fous, cependant : Les geeks de la Silicon Valley paient 1 000 £ par mois rien que pour dormir dans un lit superposé. Et un milliardaire de la Silicon Valley a même payé 10 000 $ pour être tué et voir son cerveau conservé numériquement.

Quartz, The Sun

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

DARPA finance un ambitieux programme d’interface cerveau-machine

Contrôler les drones par la pensée

La U.S. Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a officiellement financé un programme visant à mettre au point une interface cerveau-machine – sous la forme d’un casque d’écoute conçu pour permettre au personnel militaire de contrôler n’importe quoi, des “systèmes actifs de cyberdéfense” aux “essaims de véhicules aériens sans pilote” par la seule activité cérébrale, selon un communiqué.

L’agence espère qu’une telle interface facilitera l’exécution des tâches complexes par les membres du service et les aidera également à effectuer plusieurs tâches à la fois.

Communiquer par télépathie avec un essaim de drones

“Tout comme les membres du service portent un équipement de protection et tactique en prévision d’une mission, ils pourraient à l’avenir utiliser un casque contenant une interface neuronale, utiliser la technologie comme bon leur semble, puis mettre l’outil de côté lorsque la mission est terminée”, a déclaré le directeur du programme Al Emondi dans le communiqué de presse.

La DARPA a un calendrier ambitieux pour le casque. Premier point à l’ordre du jour : trouver un moyen d’enregistrer les signaux électriques dans le cerveau et de relayer l’information vers le tissu cérébral.

Une fois cela réglé, la DARPA espère transformer cette capacité en une interface cerveau-machine utile dans un contexte militaire, telle que le contrôle des essaims de drones. Espérons qu’il s’avère plus précis dans le contrôle des drones en combat actif que le drone à contrôle mental de 150 $ qui a frappé Kickstarter en mars.

IEEE Spectrum

Stimuler le cerveau avec de l’électricité semble améliorer la mémoire

Stimuler des parties du cerveau avec de l’électricité pour que les ondes cérébrales se synchronisent à nouveau inverse temporairement les effets de la perte de mémoire liée à l’âge.

La mémoire de travail, la façon dont nous conservons l’information dans notre cerveau pendant une courte période pour nous aider à accomplir des tâches, s’aggrave à mesure que nous vieillissons. Cela semble être lié à la façon dont les différentes parties du cerveau fonctionnent en synchronisation les unes avec les autres. Avec l’âge, ces ondes cérébrales sont désynchronisées et la mémoire de travail se détériore. Il est donc plus difficile de suivre les conversations, de lire ou de se concentrer.

Des scientifiques de l’Université de Boston ont testé sur des jeunes et des personnes âgées une série de tâches de mémoire. Comme on pouvait s’y attendre, les sujets plus jeunes ont mieux réussi. Ensuite, les participants ont été équipés d’un bonnet recouvert d’électrodes qui a stimulé deux zones du cerveau (le cortex temporal et préfrontal) avec de l’électricité pendant 25 minutes, de manière à ce que les ondes cérébrales se synchronisent.

Lorsque les groupes ont été testés à nouveau, les participants qui avaient été stimulés se sont beaucoup améliorés dans les tests – et ils étaient aussi bons que les jeunes de 20 ans. L’effet a duré au moins 50 minutes, lorsque les mesures ont été arrêtées. L’article a été publié dans la revue Nature Neuroscience.

Les travaux suggèrent qu’il existe peut-être des moyens de traiter la perte de mémoire liée à l’âge, mais l’étude devra être répétée avec plus de participants et dans le cadre d’un essai clinique approprié. Rien n’indique non plus que les effets se poursuivraient après la fin de l’expérience. Il existe déjà une culture du DIY qui consiste à utiliser la stimulation cérébrale pour augmenter la concentration, mais il n’y a pas encore eu suffisamment de recherches pour déterminer si c’est vraiment sans danger.

Live Science, Science Mag

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

Les prisons sont souvent en proie à la violence. Mais cela pourrait changer si une expérience à venir produisait l’effet souhaité – et si la société pouvait supporter les implications éthiques de bricoler le cerveau des détenus.

Des chercheurs de l’Université espagnole de Huelva ont déclaré à New Scientist qu’ils allaient bientôt lancer une étude pour voir s’ils pouvaient calmer les pulsions violentes des détenus de la prison de Huelva en les traitant par stimulation transcrânienne à courant continu (tDCS), c’est-à-dire en électrocutant le cerveau des détenus.

“L’étude visera à déterminer si le tDCS a un impact sur différentes évaluations de l’agressivité”, a déclaré Andrés Molero-Chamizo, responsable du projet, à New Scientist. “Ça pourrait aider à maintenir l’ordre dans une prison.”

Les chercheurs prévoient d’enrôler un minimum de 12 volontaires de sexe masculin purgeant des peines d’emprisonnement pour meurtre. Pendant trois jours consécutifs, ils attacheront des électrodes à la tête de chaque homme et allumeront un courant électrique pendant 15 minutes, un processus qu’ils disent indolore.

Au début et à la fin de l’expérience, chaque sujet répondra s’il est d’accord ou non avec une série d’énoncés, comme “de temps en temps, je ne peux pas contrôler l’envie de frapper une autre personne”.

En plus de cette auto-déclaration, l’équipe espère aussi collecter des échantillons de salive de chaque homme afin d’évaluer leur taux de cortisol et de déterminer si l’hormone de stress peut aider à comprendre l’agressivité du détenu.

Ce n’est pas la première fois que l’équipe de l’Université de Huelva teste la capacité de la stimulation électrique du cerveau pour freiner les tendances violentes des détenus. En janvier, elle a publié les résultats d’une autre étude portant sur un groupe de 41 détenus. Cette expérience s’est concentrée sur un autre type de tDCS, mais elle a donné des résultats prometteurs.

Cependant, certains remettent en question l’éthique de l’expérimentation sur des prisonniers.

“J’ai de grandes inquiétudes à ce sujet”, a déclaré Delaney Smith, psychiatre médico-légale, au New Scientist. “La prison est un environnement intrinsèquement coercitif. Les prisonniers pourraient toujours penser que cela pourrait leur être bénéfique à l’avenir.”

Néanmoins, si le tDCS est en mesure d’aider les détenus à freiner leurs pulsions violentes, cela pourrait être un moyen prometteur d’assurer la sécurité des détenus pendant qu’ils purgent leur peine derrière les barreaux.

Une étude similaire, publié en juillet 2018 conduite par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie, a montré que des électrochocs rendraient les personnes moins susceptibles de commettre un acte violent. (Stimulation of the Prefrontal Cortex Reduces Intentions to Commit Aggression: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Stratified, Parallel-Group Trial.).

Dans un article d’avril 2002 sur Wired, il est question des différents usages et techniques de la stimulation magnétique transcrânienne (TMS). Le chercheur américain en neurosciences cognitives et professeur d’université Michael A. Persinger, avançait que la TMS pourrait être utilisée pour contrôler l’esprit, dans un article publié en 1995 dans Perceptual and Motor Skills Volume 80, Issue 3, June 1995: 791–799., titré « On the possibility of directly accessing every human brain by electromagnetic induction of fundamental algorithms ».

José Delgado, célèbre pour ses recherches sur le contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau, a été accusé de mettre au point des dispositifs de contrôle de l’esprit « totalitaire », Dr José Delgado a entamé son enquête sur la douleur et le plaisir de la stimulation électrique en Espagne durant les années 1930. Il devient ensuite directeur de neuropsychiatrie à Yale University Medical School, où il a affiné la conception de son « stimulateur transdermique » commandée à distance (contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau, utilisé pour stimuler les émotions et contrôler le comportement, susciter des réactions physiques spécifiques). Le Dr Delgado a découvert que toute une gamme d’émotions et de comportements peuvent être électriquement orchestrés chez les humains et les animaux. L’individu n’a pas la capacité de résister à un tel contrôle si stimulé. [Livre de José M. R. Delgado, M.D. (Harper & Row, NY, 1969) Physical Control of the Mind: Toward a Psychocivilized Society].

Les recherches sur les interfaces cerveau-ordinateur ne sont pas sans connotation de mauvais augures.

New Scientist