Skip to content

Thérapie génique : la nouvelle frontière dans l’innovation médicale

La thérapie génique pourrait atteindre son plein potentiel dans les 5 à 10 prochaines années, mais il y a d’abord des défis technologiques et opérationnels à relever.

Les nouvelles avancées dans le domaine des thérapies géniques continuent d’attirer l’enthousiasme – et les investissements – des entreprises biopharmaceutiques. Rien qu’en 2019, nous avons assisté à une série de transactions, de plus en plus de sociétés misant sur les progrès rapides de la technologie : Roche a racheté Spark Therapeutics, spécialisée dans les thérapies géniques à base de virus adéno-associés (AAV), pour 4,8 milliards de dollars, afin d’avoir accès à une plateforme. Pfizer a acheté une participation de 15% dans Vivet Therapeutics, une société française de thérapie génique, et a continué à faire des investissements importants dans la fabrication.

Cette hausse des investissements n’est pas surprenante. Le marché continue de croître grâce à des développements révolutionnaires dans le domaine des traitements curatifs et vitaux pour toute une série de maladies incurables. Luxturna, un traitement contre une forme de cécité héréditaire, a fait la une des journaux en tant que première thérapie génique à base de AAV approuvée aux États-Unis, ouvrant ainsi la voie à de futurs traitements. Depuis lors, la FDA a approuvé des thérapies géniques prometteuses pour des maladies mortelles, dont Zolgensma, une thérapie à base d’AAV pour les atrophies musculaires spinales, et Onpattro, un traitement à base d’interférence ARN pour l’amylose héréditaire à médiation par la transthyrétine (hATTR).

Ces récentes approbations et les succès des essais cliniques suggèrent que la thérapie génique dépasse rapidement le stade de la “preuve du concept”. Au cours des 5 à 10 prochaines années, nous nous attendons à ce que les entreprises biopharmaceutiques continuent d’investir dans l’expansion des plateformes et des pipelines de thérapie génique, afin de pousser ce traitement à son plein potentiel. Elles s’engageront également dans des activités de commercialisation, telles que le développement de modèles de remboursement, de tarification et de contrats, afin de s’assurer que les thérapies ont un cheminement viable vers les patients.

Ce calendrier pourrait même s’accélérer. La course pour trouver un vaccin Covid-19 a mis en lumière les technologies de thérapie génique telles que l’ARN messager (ARNm) et les vecteurs adénovirus. Certains de ces vaccins ont bénéficié d’une autorisation d’utilisation d’urgence et maintenant qu’ils sont approuvés, les vaccins permettront de valider encore davantage ces plateformes et entraîneraient un afflux d’investissements et d’innovations.

Cependant, malgré les progrès actuels et le potentiel postpandémique, la thérapie génique doit surmonter plusieurs obstacles. Les entreprises biopharmaceutiques et les autres parties prenantes devront surmonter ces obstacles et s’adapter afin de saisir les opportunités et d’atteindre leur plein potentiel.

La thérapie génique face aux défis à venir

Un certain nombre de défis menacent d’entraver le rythme des progrès. Malgré les succès récents, il reste la possibilité d’un recul en matière d’efficacité, de sécurité ou de réglementation, ce qui exige une approche prudente dans la sélection des cibles et le développement des produits. BioMarin, par exemple, a récemment rencontré un obstacle majeur lorsque la FDA a rejeté sa thérapie génique à base d’AAV pour l’hémophilie, invoquant la nécessité de disposer de données supplémentaires sur la durée des bénéfices et retardant probablement l’approbation de deux ans.

LIRE AUSSI 🔖  Gestation réussie pour un agneau dans un utérus artificiel. Les humains pourraient être les prochains

En outre, le secteur est confronté à divers obstacles technologiques. Les améliorations en matière de technologie de production, d’efficacité de livraison et de spécificité du ciblage cellulaire restent lentes et limitées. Pour certaines technologies, l’efficacité et la durabilité des traitements sont encore une considération, car les chercheurs constatent une variabilité relativement élevée des résultats pour les patients. De plus, avec une faible extensibilité due à la petite taille des populations de patients, en particulier pour les technologies virales, les coûts de fabrication resteront élevés. Les promoteurs sont également confrontés à des contraintes de capacité, en raison de la limitation des talents et des possibilités d’externalisation.

Au-delà des défis technologiques et scientifiques, les parties prenantes doivent aborder d’importantes questions relatives au marché et aux modèles commerciaux. Les thérapies géniques potentiellement curatives pourraient perturber les prestataires de soins spécialisés et les partenaires qui ont construit des modèles commerciaux autour du traitement d’une maladie particulière. Si la thérapie génique s’avère efficace pour guérir l’hémophilie, par exemple, comment le rôle du centre de traitement de l’hémophilie va-t-il changer ?

Les paiements sont un autre problème majeur. La plupart des traitements coûtant des millions de dollars pour un petit nombre de patients, les prix pourraient facilement devenir prohibitifs et inciter les payeurs à gérer l’utilisation. Si les thérapies curatives, comparées aux coûts globaux des maladies qu’elles traitent, pourraient permettre aux assureurs de faire des économies à long terme, elles risquent de ne pas en récolter les bénéfices si le patient change de payeur ou si l’efficacité et la durabilité du traitement sont plus faibles que prévu. Les décideurs politiques, les payeurs et les prestataires reconnaissent la nécessité de trouver des modèles de paiement innovants pour gérer la tarification et les remboursements sur les différents marchés.

Deux approches des thérapies transformatrices

Alors que les questions de modèle économique et de marché sont de plus en plus pressantes, à ce stade précoce, la plupart des entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques tentent encore de développer pleinement leurs plates-formes. Les leaders du secteur développent rapidement le marché grâce à deux approches (voir figure 1).

Thérapie génique

Figure 1 : Les biotechs appliquent des technologies brevetées dans tous les domaines de la maladie, tandis que les entreprises pharmaceutiques se concentrent généralement sur des domaines spécifiques.

Les entreprises pharmaceutiques ont principalement ciblé des domaines de maladies spécifiques, en tirant parti des capacités scientifiques et commerciales qu’elles ont développées avec les portefeuilles existants de petites molécules et de produits biologiques. En acquérant Spark Therapeutics et en collaborant avec 4D Molecular Therapeutics et Dyno, Roche s’est forgé une présence dans les thérapies géniques à base d’AAV pour le système nerveux central, l’ophtalmologie et l’hémophilie, domaines dans lesquels elle dispose de produits existants. De même, Pfizer est en train d’assembler une plate-forme AAV dans le cadre de son activité dans le domaine des maladies rares, par le biais d’un mélange d’acquisitions et d’investissements organiques.

LIRE AUSSI 🔖  Les scientifiques ciblent 2026 pour le premier génome synthétique

En revanche, les biotechs continuent à chercher des opportunités pour appliquer leurs plates-formes technologiques propriétaires à une variété de domaines de maladies et d’organes afin de maximiser la valeur totale de la plate-forme.

Se préparer au boom de la thérapie génique

Dans les années à venir, les entreprises biopharmaceutiques et les autres acteurs du secteur de la santé devront recalibrer leurs activités en fonction des perturbations et des possibilités de la thérapie génique. Pour commencer, ils peuvent s’attaquer aux changements dans quatre domaines clés.

  • Valeur pour le client. Comprendre la valeur et l’impact à long terme des traitements pour diverses populations de patients.
  • Accès des clients. Mettre en place des chaînes d’approvisionnement et des services aux patients pour soutenir les modèles de thérapie génique.
  • Paiements. Envisager des modèles de paiement alternatifs, tels que les paiements basés sur la rente et les résultats, qui tiennent compte des coûts uniques élevés, de la durabilité du traitement, de la variabilité d’un patient à l’autre et du mouvement potentiel des patients entre les payeurs.
  • L’économie de l’industrie. Se préparer à des ajustements dans l’économie des prestataires, comme l’adoption de soins basés sur la valeur, les thérapies géniques remplaçant les médicaments spécialisés à acheter et à facturer.

Les sociétés biopharmaceutiques et les parties prenantes naviguent en terrain inconnu, mais les avantages financiers et humains de la thérapie génique dépassent de loin les risques. Les leaders de l’industrie peuvent travailler ensemble pour surmonter les obstacles technologiques et opérationnels de ces traitements de transformation, en luttant contre certaines des maladies les plus menaçantes d’aujourd’hui.

Matt Sullivan est un associé expert et Anshul Rana est un cadre supérieur du cabinet Bain’s Healthcare. Michael Retterath est le directeur de la stratégie de Spark Therapeutics.

Bain & Company

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Né en 1935 à Niederbronn-les-Bains, en Alsace, Victor Moritz a…