Skip to content

Un système lit les ondes de votre cerveau

Un nouveau système d’interface neuronale directe représente une avancée importante dans l’interprétation de l’activité neurale des personnes.

Après avoir lu les ondes cérébrales de personnes à qui l’on avait demandé de se concentrer sur l’image d’une personne, un algorithme d’intelligence artificielle a généré des images basées sur les visages qu’elles regardaient, selon Psychology Today. Bien que cela ne signifie pas que les ordinateurs vont bientôt lire vos pensées, il s’agit d’une évolution importante de la technologie neuro-adaptative.

La recherche proprement dite, publiée dans la revue Nature Scientific Reports, a comporté un certain nombre d’étapes pour entraîner puis tester l’algorithme.

Tout d’abord, on a montré aux participants une série de visages et on leur a demandé de se concentrer sur ceux qui correspondent à un certain descriptif tout en portant un appareil qui analyse leurs ondes cérébrales, selon le document. Ces données cérébrales ont ensuite été utilisées pour entraîner l’algorithme sur les signaux correspondant à différentes caractéristiques, de sorte qu’au cours des tests, il puisse ensuite générer un nouveau visage qui corresponde à n’importe quel critère auquel un participant pensait sans le communiquer explicitement.

Les caractéristiques individuelles étaient assez générales, comme « jeune », « sourire » et « masculin », de sorte que le système n’interprétait pas une image faciale complète des participants, mais relevait plutôt une caractéristique spécifique, puis générait un nouveau visage qui correspondait au profil.

C’est une évolution fascinante des interfaces cerveau-ordinateur, car elle signifie que les machines peuvent désormais générer de toutes nouvelles informations – sous la forme d’un visage humain réaliste – à partir d’une simple pensée humaine.

A ne pas manquer !  Une stimulation électrique du cerveau pourrait « réveiller » un patient comateux

1 Comment »

  1. Trois choses à dire à propos de cette technologie:

    – Elle ouvre des perspectives intéressantes pour l’étude de la psyché des personnes plongé dans le coma. En supposant, bien sûr, que le scanner ne donne pas un écran noir (Oui, les médecins auraient l’air fin).

    – Elle ouvre aussi des perspectives effrayantes en matière d’hypersurveillance mais aussi de conditionnement, surtout si on le combine avec un système de reconnaissance d’émotion. Les technotactures pourrront détecter les « malpensées » chez leurs administrés mais aussi soumettre les « subvers » à des régimes de sanction automatique en cas de « malpensées ». Dans le style de ce qu’on voit à la fin de la saison 5 de Killjoys, un détenu pourrait être équipé d’un dispositif qui lui envoie une décharge électrique quand il a une pensée violente mais aussi quand il éprouve des émotions négatives en pensant au Parti, au Suprême leader, au Manuel civique, etc.

    – Il y a un monde entre la lecture des pensées et la réaction adéquate des dispositifs artificiels aux pensées. Avec une pointe d’humour noire, on imagine déjà les accidents qui se produiront quand des logiciels devront réagir aux « envies » de leurs « maîtres ». Des accidents cocasses sauf pour le testeur. Ah oui, vu que l’automatisation va détruire la plupart de nos emplois, beaucoup d’entre nous vivrons de dons de sang hebdomadaires ou de jobs de testeurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Dans une interview pour le New York Times, Elon Musk,…
Défiler vers le haut