Skip to content

L’automatisation, l’emploi et la pandémie

Aurez-vous un emploi dans 6 mois ?

Les nouvelles concernant l’effondrement de l’économie mondiale ne cessent d’empirer. Cette semaine, le ministère américain du commerce a annoncé que le PIB du pays avait chuté de 9,5 % au deuxième trimestre (13,8 % en France), ce qui équivaut à un taux de déclin annuel de 33 % ; quelque 1,4 million d’Américains ont déposé des demandes d’allocations de chômage la semaine dernière. Si les nouvelles immédiates ne sont certes pas encore assez mauvaises, les économistes craignent également que la pandémie provoque des dommages durables sur le marché du travail et les inégalités de revenus.

Capture graphique US PIB

Il y a tout juste un an, le MIT publiait son rapport « Work of the Future ». Tout en déplorant les perturbations causées par l’automatisation et l’absence de croissance des salaires pour de nombreux travailleurs au cours des dernières décennies, le rapport était, au moins, optimiste quant à l’abondance des emplois. Les auteurs écrivaient : « Nous prévoyons que dans les deux prochaines décennies, les pays industrialisés auront plus d’offres d’emploi que de travailleurs pour les combler… » Aujourd’hui, deux de ses principaux auteurs affirment que la pandémie « a bouleversé notre confiance dans cette prévision ».

Ils soulignent l’augmentation de la « téléprésence » qui pourrait dévaster les industries du voyage et de l’hôtellerie, ainsi que la demande de personnel de nettoyage et de sécurité car de nombreuses personnes continuent de travailler à distance. Et ce ne sera pas une perte insignifiante : 9,2 % des emplois américains sont dans la préparation des aliments, 8,5 % dans les transports et 3 % dans le nettoyage des bâtiments et des terrains. Ce sont des millions d’emplois qui seront vulnérables si bon nombre continuent de travailler à domicile même après la pandémie.

A ne pas manquer !  L’intelligence artificielle et la vie urbaine nord-américaine en 2030

Un autre facteur est l’automatisation forcé – compte tenu des dangers de la pandémie, les entreprises chercheront à utiliser moins de main-d’œuvre humaine. Le passage à l’automatisation était déjà en cours, bien sûr, mais la pandémie l’a accentué et ces changements seront probablement durables. Ils écrivent : « Nous pouvons nous attendre à une réduction des effectifs dans les commerces de détail, les restaurants, les concessions automobiles et les usines de conditionnement de la viande, entre autres ».

L’idée répandue selon laquelle les robots vont prendre tous nos emplois n’a jamais été vraiment bien soutenue, et avant la pandémie, la plupart des pays riches connaissaient un boom de l’emploi. Oui, l’automatisation a réduit le nombre de travailleurs relativement bien payés dans l’industrie et les bureaux, mais il y avait beaucoup d’emplois de service dans les hôtels, les agences de voyage et les restaurants. Beaucoup de ces emplois étaient mal payés, mais leur disparition sera tout de même regrettée.

Les États-Unis sont confrontés pour la première fois à un avenir où il n’y a tout simplement pas assez d’emplois. Et voici la partie la plus inquiétante : la plupart des gens pensent que les emplois perdus ne reviendront probablement pas.

Il est vrai que certains grands distributeurs, dont Amazon et Walmart, embauchent ; cette semaine, Jeff Bezos a déclaré que l’effectif de son entreprise était passé à un million de personnes. Une telle réaffectation de la main-d’œuvre est une chose normale, même si elle se fait au ralenti. Ces jours-ci, elle est devenue frénétique. On l’a surnommée « le choc de la réaffectation ».

A ne pas manquer !  La nouvelle vague biométrique

La réaffectation n’est pas nécessairement une mauvaise chose ; c’est la façon dont une économie reste saine. Mais le problème est que les chercheurs de l’étude de mai mentionnée ci-dessus n’ont trouvé que 3 nouvelles embauches pour 10 licenciements causés par le choc. Ils estiment que 42 % des licenciements récents entraîneront des pertes d’emploi permanentes.

Un autre document, rédigé par deux économistes, a examiné les emplois du marché du travail américain qui risquent le plus de disparaître. Les chercheurs ont conçu un indice qui combine l’automatisation et les risques de transmission du covid-19, de sorte qu’un emploi qui pourrait être facilement automatisé et qui expose un travailleur à un risque élevé de transmission du covid-19 obtient une note élevée. Parmi les professions qui se sont retrouvées dans le collimateur figurent les représentants du service clientèle et les assistants médicaux. Les femmes sont environ deux fois plus susceptibles que les hommes d’occuper des emplois à haut risque.

D’une certaine manière, la pandémie ne fait qu’accélérer les problèmes d’automatisation, de perte d’emploi et d’inégalité des revenus auxquels nous étions déjà confrontés. Mais elle nous obligera à essayer de comprendre et de traiter ces questions bien plus rapidement que nous ne l’aurions fait auparavant ; les cicatrices des dégâts seront là, et il faudra des changements fondamentaux pour les traiter. Il y a quelques idées qui circulent, mais nous n’en sommes qu’au début de la réflexion sur la voie à suivre.

Paradoxe de la productivité

L’une des grandes incertitudes économiques de nos jours est de savoir comment la pandémie affectera la productivité. Depuis plus de dix ans, les économies avancées du monde entier souffrent d’une croissance lente, et la question de savoir si la pandémie va aggraver la situation ou si elle peut contribuer à améliorer la situation en renouvelant les investissements dans la technologie reste ouverte.

A ne pas manquer !  50 185 dirigeants ont perdu leur emploi en 2018

La Banque mondiale a publié un rapport exhaustif sur la question, rempli de données. Si vous souhaitez simplement consulter quelques graphiques illustrant les enjeux, vous pouvez vous rendre ici. Ne cherchez pas de réponse facile, il n’y en a pas. Mais il sera essentiel de comprendre la complexité de la croissance de la productivité pour élaborer des politiques qui nous permettront de sortir du marasme économique actuel.

Une chose dont il faut s’inquiéter, car les emplois continuent d’être difficiles à trouver, c’est de savoir comment les diverses formes de discrimination vont augmenter. Gordon Dahl, économiste à l’université de Californie à Davis, et Matthew Knepper au Terry College of Business de l’université de Géorgie montrent que la discrimination fondée sur l’âge en matière de licenciement et d’embauche augmente respectivement de 4,8 % et 3,4 %, avec chaque point de pourcentage de hausse du chômage. Ce n’est peut-être pas nouveau, mais la pénurie d’emplois pourrait bien aggraver la situation.

À noter :

Combien de métiers peuvent être exercés à domicile ? La réponse : 37 %. Ces emplois à distance représentent environ 46 % de tous les salaires américains. Dans 85 autres pays, les chercheurs ont constaté, sans surprise, que les économies à faibles revenus ont une part plus faible de ces emplois.

1 Comment »

  1. Il faut bien comprendre que l’automatisation intégrale deviendra de plus en plus rentable au fil du temps et le sera à long terme. Il faut donc s’attendre à la division de la population en trois groupes:
    -Les propriétaires des industries automatisés qui produiront pour leurs propres besoins.
    -Les communautés de prosommateurs sans revenu qui seront forcés de produire pour leur produire des biens et services pour les membres de leurs communautés; ils s’associeront sans doute en systèmes d’échange locaux (SEL) ou jardins d’échanges universels (JEU).
    -Les pauvres qui vivront de rapines ou petits boulots sur le modèle de l’ancienne « turba » romaine.

    Bien sûr, on peut envisager que la régulation publique prévienne une telle situation en valorisant l’emploi des humains. Trois idées:
    a. Imposer les entreprises en proportion de leur consommation énergétique/production énergétique/achat d’équipement ou denrée énergétique.
    b. Proportionner les avantages fiscaux et subvention des entreprises au nombre de salariés et au montant des charges salariales.
    c. Supprimer les cotisations sociales des salariés et proportionner les charges patronales à la consommation énergétique plutôt qu’à la masse salariale.

    Avec ce système, les entreprises qui emploient plus de robots et ordinateurs paient plus d’impôt mais peuvent compenser cette hausse par l’emploi d’humain. Pour peu que les barèmes soient bien conçus, les entrepreneurs ne pourront pas se contenter d’employer beaucoup de salariés mal payés (nombre de salariés) ou quelques salariés surpayés (charges salariales). Il devra trouver un équilibre entre robots autonomes, cobots, effectifs humains et rémunération. Gageons que ce sont les coopératives qui y arriveront le plus facilement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Depuis que le Covid-19 est entré dans nos vies, on…
Défiler vers le haut