Skip to content

Le ministère russe teste la reconnaissance de la démarche

Le ministère de l’intérieur russe veut installer un système de surveillance biométrique d’ici la fin 2021 qui permettra d’identifier les criminels et les suspects des réseaux de surveillance urbains grâce à la technologie de reconnaissance faciale, vocale, de l’iris et même de la démarche et des tatouages des parties visibles du corps, selon RBC.ru.

La revue s’est entretenue avec Danila Nikolaev, directeur général de Russian Biometric Society, qui a participé au développement du Federal Information System for Biometric Accounting (FISBU). Le projet a été confirmé par Vladimir Ovchinsky, conseiller au ministère de l’intérieur, et il est toujours en phase de développement. Le système sera développé dans le cadre du programme « Ville sûre » de Moscou et sera financé par le budget de ce programme. Les tests seront effectués au sein de la « sandbox » réglementaire du pays pour les technologies d’intelligence artificielle. Le projet en question a été soumis à la Douma d’État le 7 février pour renforcer la sécurité.

Les autorités de Moscou se préparent à introduire un régime juridique expérimental pour le développement de l’intelligence artificielle avec la participation de grandes sociétés informatiques (Kaspersky Lab, Yandex, entre autres) à partir du 1er juillet 2020 pour une durée de 5 ans.

Le ministère de l’intérieur est intéressé par l’exploration de la reconnaissance de la démarche pour identifier les criminels, et la démarche fait partie des diverses formes de reconnaissance testées, selon le rapport, mais Nikolaev indique que cette modalité n’a pas encore été incluse dans la liste des capacités de la FISBU.

Le co-fondateur de 3Divi, Dmitry Morozov, explique à la RBC que la reconnaissance corporelle est un moyen prometteur d’identifier un suspect, en particulier lorsque le visage de la personne n’est pas visible par une caméra vidéo, bien que le directeur technique de Vokord, Alexei Kadeishvili, remarque qu’elle ne permet pas d’obtenir un degré élevé de précision dans une correspondance, comme le fait l’ADN.

A ne pas manquer !  Livre blanc de l’AACC Customer Marketing : l’intelligence artificielle, nouvelle frontière du marketing

Gennady Puchkov, chercheur à la Special Technology and Communications Research and Production Association du ministère de l’intérieur russe, a confirmé en octobre 2019 que le système biométrique était en cours de développement et que le logiciel d’analyse des données de l’intelligence artificielle était déjà en phase de mise en œuvre. Il a également suggéré qu’à l’avenir, on pourrait envisager de construire un logiciel pour détecter l’état émotionnel et mental des personnes.

Selon Nikolaev, les termes de référence n’ont pas encore été approuvés, mais le système biométrique peut également être utilisé pour communiquer avec les systèmes d’autres départements. Les empreintes digitales, les cheveux et la salive des scènes de crime seront passés dans le système et une liste de suspects sera fournie. Une évaluation supplémentaire sera effectuée par un expert médico-légal et, à condition que le système dispose de toutes les informations nécessaires, une photo sera téléchargée et comparée avec la reconnaissance faciale.

Selon des sources internes, le projet a d’abord nécessité un investissement important car les droits intellectuels sur le système et les algorithmes seraient remis à l’État.

RBC.ru., BiometricUpdate

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
La technologie de reconnaissance faciale est hors de contrôle -…
Défiler vers le haut