transhumanisme h+

La grande adaptation. Le transhumanisme ou l’élusion du politique

Dernière mise à jour le 26/03/2021

Le transhumanisme ne se réduit pas à un projet technoscientifique. Il engage un rapport au monde, à la collectivité, à la cité (polis), qu’il est nécessaire d’interroger, au-delà des enjeux éthiques et utilitaristes qui tendent aujourd’hui à prédominer dans les débats. C’est la nature et le sens de ce « rapport au monde » promu par le mouvement que cet article entend mettre en lumière dans une perspective théorique critique.

Son objectif est de montrer que le transhumanisme, y compris quant à la branche dite sociale et progressiste du mouvement, promeut et diffuse un rapport au monde qui se caractérise fondamentalement par l’élusion du politique, au sens philosophique et fondamental du terme.

Sur des sujets aussi divers que la prise en charge des risques globaux planétaires, la question des problèmes de santé publique, le bien-être conjugal ou encore les questions écologiques, les transhumanistes avancent des explications de type « psycho-bio-évolutionnistes » qui exonèrent les sociétés capitalistes de toute responsabilité et conduisent à privilégier des solutions technoscientifiques centrées sur l’adaptation humaine.

Le Dévédec, Nicolas. « La grande adaptation. Le transhumanisme ou l’élusion du politique », Raisons politiques, vol. 74, no. 2, 2019, pp. 83-97.

Article PDF disponible ici ou ici

Publié par

Jaesa

iatranshumanisme.com est rapidement devenu le site de référence sur le thème du transhumanisme et de l'intelligence artificielle. C'est un lieu d’échanges et de discussions sur les préoccupations du monde d’aujourd’hui et de demain – de craintes pour les uns, d'espoirs pour les autres. Nous bâtissons un espace porteur de réflexions. Afficher tous les articles par Jaesa

Une réflexion sur « La grande adaptation. Le transhumanisme ou l’élusion du politique »

  1. La mouvance transhumaniste est une nébuleuse de faction ou l’on trouve des militants de toutes horizons et leurs rivaux. On y trouve des libertariens qui ne sont évidemment pas fans de réponses publics à la majorité des problèmes. On y trouve aussi des partisans de l’Etat-providence et de la garantie d’accès du plus grand nombre aux technologies vitales par les pouvoirs publics. A l’échelle de la planète, les transhumanistes ne sont pas plus anticapitalistes ou acquis à l’ultralibéralisme économique que le reste de la population.

    Le dernier passage de l’article est une stigmatisation à peine voilée à la prétendue obsession des transhumanistes pour les solutions technologiques. C’est le cas de certains d’entre eux mais d’autres sont également partisans de différentes formes de gouvernement ou systèmes économiques. Ce qui est caractéristique du technotranshumanisme est de promouvoir (1) l’augmentation des capacités humaines (2) essentiellement par la technologie, pas de voir la technologie comme la réponse à tout.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.