Skip to content

Une application aide les gens à se souvenir des visages

La reconnaissance faciale

Avez-vous déjà eu du mal à nommer un visage? Les créateurs de SocialRecall expliquent que leur application utilise la reconnaissance faciale pour scanner les personnes que vous avez déjà rencontrées – même des inconnues à un événement – et vous indique leurs noms.

C’est une vision audacieuse d’un avenir dans lequel la reconnaissance faciale fournit des informations contextuelles sur les personnes qui vous entourent – mais aussi un point d’inflexion dans le déploiement grand public d’une technologie qui gêne les défenseurs de la vie privée.

Face blindness ou la cécité des visage

Selon Scientific American, il existe deux versions de l’application.

Dans une version, un utilisateur télécharge des selfies que SocialRecall utilise ensuite pour identifier la personne pour d’autres utilisateurs de l’application dans les limites d’une zone géographique spécifique, telle qu’un lieu événementiel. Une autre version est conçue pour les utilisateurs atteints de prosopagnosie (trouble de la reconnaissance des visages), mieux connue sous le nom de cécité du visage. Cette version permet à un utilisateur de marquer les images de leurs propres amis afin que l’application puisse leur rappeler leurs noms à la volée.

Problèmes de confidentialité

SocialRecall indique qu’il supprime les données utilisateur obsolètes sur la version d’événement de l’application et que les données de l’autre version sont uniquement stockées sur le téléphone d’un utilisateur.

Mais les experts en protection de la vie privée craignent toujours que l’application représente un déploiement général de la technologie qui pourrait avoir de profondes répercussions sur l’avenir des espaces publics – et qu’il est difficile d’informer correctement les utilisateurs des risques à long terme d’une technologie encore si nouvelle.

« Le coût pour toutes les personnes que vous surveillez avec cette application est très, très élevé », a déclaré Jason Schultz à Scientific American, professeur de droit à l’Université de New York, « et je ne pense pas que cela respecte la politique de consentement impliquée dans la capture d’images des gens. »

Scientific American, Digitaltrends

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.