Skip to content

DeepMind vient de créer un comité d’éthique pour l’intelligence artificielle

DeepMind a annoncé la création d’un nouveau groupe axé sur les implications morales et éthiques de l’intelligence artificielle. L’objectif est de répondre à des questions importantes sur l’effet que la technologie pourrait avoir sur la façon dont nous vivons.

L’initiative mondiale de l’IEEE pour les considérations éthiques en Intelligence Artificielle et des Systèmes Autonomes

DeepMind Ethics and Society (DMES) réunira des employés de la société et des outsiders qui sont spécialement qualifiés pour offrir des perspectives utiles. L’économiste et ancien conseiller de l’ONU Jeffrey Sachs, le professeur de l’Université d’Oxford, Nick Bostrom, et Christiana Figueres, militante du changement climatique, sont parmi les conseillers choisis pour le groupe.

Les dirigeants du groupe, Verity Harding et Sean Legassick, ont décrit les contributeurs externes comme un groupe respecté de penseurs indépendants, dans une publication annonçant l’initiative.

Intelligence Artificielle : dimensions socio-économiques, politiques et éthiques

DMES financera des recherches externes basées sur six domaines : la transparence et l’équité dans la vie privée; impacts économiques; gouvernance et responsabilité; gérer le risque d’intelligence artificielle; La moralité et les valeurs de l’intelligence artificielle; et comment l’intelligence artificielle peut répondre aux défis du monde. Dans ces grands thèmes, certains des domaines spécifiques abordés seront les biais algorithmiques, l’avenir du travail et les armes autonomes létales.

Son objectif, selon DeepMind, est double : aider les technologues à comprendre les implications éthiques de leur travail et à aider la société à décider comment l’intelligence artificielle peut être bénéfique.

The Guardian, Wired, DeepMind

Laisser un commentaire

Shares